AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ariane Bataille (Traducteur)
EAN : 9782742784097
363 pages
Éditeur : Actes Sud (01/06/2009)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 132 notes)
Résumé :
Au petit matin, sur une route déserte du Texas, le shérif adjoint Jackson est attiré par un camion frigorifique qui semble abandonné. La cargaison qu'il découvre lui fait regretter amèrement sa curiosité : quatre-vingt-dix-huit cadavres de clandestins chinois morts asphyxiés. Encore un sinistre drame de l'immigration ? Pas sûr... Les pages d'un carnet trouvé sur l'un des corps, ainsi que d'étranges et inquiétantes marques de piqûres, attirent l'attention des autorit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  20 août 2014
Intrigué par un camion frigorifique abandonné sur un parking désert, un shérif texan découvre un charnier : 98 chinois, probablement des clandestins, morts asphyxiés derrière des caisses de fruits. Outre le drame humain, c'est surtout un problèmes politiques pour les autorités américaines et chinoises qui tentent depuis des mois de stopper l'immigration clandestine. L'enquête est donc confiée au FBI et à la INS, tandis que le chef du bureau des légistes de Huntsville, Margaret Campbell, se charge des autopsies avec son équipe. Afin d'être tenue au courant, l'ambassade de Chine envoie sur place son agent de liaison, qui n'est autre que Li Yan, qui vit depuis presque deux ans à Washington sans jamais avoir contacté Margaret.
Grâce à un carnet retrouvé près d'une des victimes, les enquêteurs découvrent que derrière la mort accidentelle des chinois, se cache un plan diabolique. On leur a injecté un virus mortel, capable de décimer la population américaine, et même mondiale ! Combien sont-ils à être entrés sur le territoire américain porteurs de ce virus ? Quel est le facteur qui déclenchera l'épidémie ? Qui a imaginé une telle ignominie ? Et pourquoi ? Tant de questions auxquelles il faut répondre dans l'urgence. La course contre la montre a commencé pour Margaret et Yan qui doivent aussi gérer leurs retrouvailles après 15 mois de séparation.

Est-ce parce que Peter MAY situe l'action de ce quatrième roman sur le sol américain que le rythme en est plus trépidant ? Quoi qu'il en soit, l'enquête se déroule sans temps mort, sur la piste d'un criminel suffisamment génial pour mettre au point un terrifiant virus, et suffisamment fou pour l'inoculer à des innocents, les transformant en bombes à retardement. Mais la cible a été parfaitement choisie. Quoi de plus fuyant qu'un clandestin dont la nature même est de se cacher ? MAY nous promène dans les bas-fonds de Houston où de pauvres gens qui ont cru au rêve américain travaillent sans relâche pour rembourser d'énormes sommes à des passeurs qui les battent, violent les femmes, les obligent à se prostituer, les font vivre dans des sous-sols insalubres. La peur est leur compagne au quotidien mais ils gardent l'espoir d'une vie meilleure qu'en Chine. Dans de telles conditions, les faire parler relève de la gageure, les ''têtes de serpents'' se savent protégés par la peur de ceux qu'ils tiennent sous leur coupe et par l'argent dont ils arrosent les fonctionnaires américains qui pourraient les gêner.
Même s'il n'évite pas les clichés (l'asiatique impénétrable, le flic raciste), cet opus, plus nerveux et moins centré sur l'histoire d'amour Margaret / Yan, profite bien de la délocalisation aux Etats-Unis (au moins on évite la énième description de la peau blanche, des cheveux blonds et des taches de rousseur de Margaret) et aborde des sujets difficiles et dérangeants (le flux de clandestins qui arrivent aux Etats-Unis, les réseaux mafieux à leur tête, l'action des américains en Colombie pour éradiquer les cultures de coca). Un mieux pour cette série pas toujours convaincante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
umezzu
  06 mai 2016
Pour ce quatrième tome de sa série chinois, Peter May inverse les rôles. Dans les autres romans c'est Margaret Campbell, médecin légiste américaine qui découvre la complexité de la Chine moderne, drivée par l'inspecteur Li Yan, son amant.
Dans cet épisode, May transfère l'action aux States, où des dizaines de migrants chinois sont découverts morts asphyxiés dans un container frigorifique abandonné sur une route du Texas.
Les autopsies menées par Margaret Campbell, rentrée au pays, montrent la présence de piqûres systématiques sur les corps. L'ambassade de Chine cherche à se tenir informée de fait divers qui met à mal les relations entre les deux pays. Elle délègue à cet effet son officier de liaison, qui n'est autre que l'inspecteur Li, présent depuis deux ans sur le territoire américain à Washington mais qui n'avait pas cherché à contacter Margaret. L'histoire de coeur sino-américaine recommence dans un tout autre contexte.
Ce roman est bien bâti, efficace, comme bien des Peter May, et le plus est une plongée dans le fonctionnement de l'immigration clandestine chinoise, du rôle des « parrains » asiatiques, et des organisations criminelles qui manipulent l'espoir des migrants.
Cependant, Peter May a d'abord été scénariste avant d'être romancier et cela se sent dans sa volonté d'aller toujours vers un final haletant à rebondissement qu'on imagine facilement cinématographique. Ici, le simple cadre de l'immigration clandestine, des intérêts des notables chinois implantés de longue date aux USA, ne lui suffit pas, il y rajoute un bon gros complot visant à saper la santé humaine, avec compte à rebours façon 24H chrono. Tout cela fait un peu téléfilm américain, pas mauvais, mais juste distrayant, qui fait passer au second plan le fond du problème, l'existence de trafic et traite d'être humains par le biais d'une immigration pas toujours consentie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
simonjean
  01 juin 2018
« Cadavres chinois à Houston » est le 4e livre de la série chinoise de Peter May qu'il vaut mieux lire dans l'ordre pour mieux comprendre l'évolution des rapports entre Li , le policier pékinois, et Margaret , la légiste américaine . L'action se situe aux USA ; on retrouve le corps de 98 immigrants clandestins chinois près de Houston . Pas vraiment d'enquête dans cette histoire  ; plus le récit d'une guerre bactériologique nécessitant beaucoup d'explications scientifiques et une plongée dans le trafic d'êtres humains . Il faut atteindre la page 250 pour que l'histoire prenne un tour plus policier que scientifique . Seules les 30 dernières pages sont palpitantes . Des quatre premiers tomes de la série , ce livre est celui qui m'a le moins plu en raison d'un manque de péripéties et de dépaysement .
Commenter  J’apprécie          110
dannso
  15 mai 2020
De Peter May, je connaissais la trilogie écossaise et « Les disparus du phare ». J'ai pris ce livre à la bibliothèque le samedi avant le confinement, juste à cause de l'auteur. J'étais bien loin de me douter que j'allais être confrontée à une situation très actuelle, la menace d'un virus sur la population mondiale.
Comme souvent, chez cet auteur, en parallèle à l'enquête policière un certain nombre de thème est abordé : de l'exploitation des migrants à la difficulté d'aimer une personne de race différente, du racisme ordinaire à la complexité des organisations criminelles américaines.
L'enquête est efficace sans temps mort, le rythme rapide. Les personnages que je découvre dans ce tome sont attachants, complexes. Les personnages secondaires bien décrits. le suspense se maintient jusqu'à la fin. J'ai passé un bon moment de lecture
Cela dit, je n'ai pas retrouvé le charme du décor des îles écossaises, qui m'avait fait tant aimer ses autres livres.
Commenter  J’apprécie          100
Puszi
  10 novembre 2017
Nouveau volume, nouveau contexte, nouvelles énigmes à résoudre. C'est aux US que se déroule cette histoire. Li Yan y est installé depuis plusieurs mois au moment où un camion frigorifique rempli de quatre-vingt-dix-huit cadavres de chinois est retrouvé sur le bas côté d'une route. Margaret Campbell sera chargée des autopsies et Li Yan apportera sa contribution à l'enquête à la demande de l'ambassade de Chine à Washington. Leurs retrouvailles seront, comme à chaque fois, marquées sous le signe du froid et du chaud.
Concernant le drame, nous voici plongés dans le trafic des clandestins et dans la guerre bactériologique. C'est à la fois glaçant et addictif. Profitant d'un séjour de vacances, j'ai pu le lire très rapidement et ainsi découvrir qui se cachait derrière toutes ces horreurs. Peter May ? J'en redemande !
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
poppy64poppy64   20 avril 2013
En surface, on dirait n'importe quel quartier de banlieue tranquille. Mais dessous, c'est un repaire de criminels. Jeu, prostitution, racket. Et comme; la plupart du temps, la police locale préfère ne pas 'en mêlées. Le crime fleurit. Les Américains estiment que le trafic des immigrés clandestins génère des revenus de plus de trois milliards de dollars pas an.
Commenter  J’apprécie          10
poppy64poppy64   20 avril 2013
Shetou, les têtes de serpent. Les passeurs. Ceux qui s'occupent de tout : transport, cachette, papiers. Des Chinois, en général. De vrais ordures.
Commenter  J’apprécie          10
cabecoucabecou   14 mai 2020
Hommes, cellule de crise, budgets ne pouvaient rien pour empêcher un simple virus de détruire la vie d'un homme.
Commenter  J’apprécie          10
cabecoucabecou   14 mai 2020
Si les morts peuvent attendre éternellement, les vivants savent que la vie est brève.
Commenter  J’apprécie          00
cabecoucabecou   14 mai 2020
(…) si l'on n'affronte pas ses peurs , on risque de se faire broyer par elles.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Peter May (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter May
Collection Assassins sans visages
autres livres classés : littérature écossaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
72 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre

.. ..