AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221156994
Éditeur : Robert Laffont (05/01/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Fils unique d'une famille meurtrie par la dépression et l'alcoolisme, Guido grandit dans l'ignorance de ces maux, porté par un amour absolu pour une mère absente. Il erre dans son appartement, son immeuble, où la famille du gardien, vibrante de vie, prend beaucoup de place. Le fils surtout, Costantino, qu'il côtoie depuis toujours, dans la cour de l'immeuble comme à l'école, sans jamais oser en faire son ami.
Pudeur, timidité rongent les deux enfants jusqu'à... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
zorazur
  12 août 2017
Margaret Mazzantini nous offre une histoire d'amour bouleversante, une de ces histoires qui vous perturbent une vie entière, vous abîment, vous détruisent et vous subliment, car au fond vous n'avez vécu que pour cette histoire là. Même si vous ne faites pas votre vie avec l'être aimé, car les choses ne se passent jamais comme on le voudrait. Parce que cet amour que vous n'osez d'abord reconnaître pour ce qu'il est, pour sa violence et parce qu'il est l'essence de vous-même, vous savez que si vous le vivez, vous causeriez trop de malheur autour de vous et en vous. Alors la vie vous emmène ailleurs comme elle emmène l'être aimé. Mais comme les vagues reviennent toujours sur la grève, toujours vous revenez vers lui et toujours il revient vers vous, et vous vous jetez dans ces trop rares moments que la vie vous accorde en dehors de votre vie. Et vous savez qu'il n'existe pour vous rien d'autre que cet amour.
Que cette histoire se déroule entre deux hommes, qu'elle aborde l'homophobie et la difficulté à reconnaître et vivre sa sexualité, n'est pas le coeur du roman. Dépeint dans un un style exceptionnel, flamboyant et imagé, beau comme la violence des sentiments qu'elle dépeint avec verve et fidélité, c'est cet amour qui domine une vie entière qui est le héros du roman.
Jusqu'aux dernières pages qui surprennent et perturbent dans leur enchaînement imprévu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pilyen
  03 avril 2017

Il s'agit d'une sorte de saga romanesque sur une trame énormément éprouvée, labourée. Deux enfants romains vivant dans un même immeuble, vont se croiser, aller à l'école ensemble, s'ignorer car de milieux radicalement opposés. L'un est le fils d'un dermatologue, l'autre du concierge. Mais lors d'un voyage scolaire en Grèce, ils se rapprocheront et s'aimeront, éperdument. Puis la vie les séparera. Tandis que l'un partira à Londres, l'autre restera en Italie. Ils ne vont jamais oublier cet amour fort, intense. La vie suivra son cours, ils se marieront chacun de leur côté. Mais lorsque le père de l'un épousera la soeur de l'autre, à l'occasion de ce mariage, ils se retrouveront, s'aimeront à nouveau brièvement et caresseront le secret espoir de pouvoir vivre leur amour pleinement... Y parviendront-ils ?
Raconté comme cela, le roman frise la banalité et le déjà lu maintes fois. Là, où Margaret Mazzantini innove un peu, c'est que les deux protagonistes sont des hommes. du coup, le romanesque à la "Nous deux" se trouve un poil décalé. On suit cette histoire avec un autre intérêt...
Très vite, on s'aperçoit que le texte est constamment recouvert d'un voile tragique. L'auteure suit Guido, le fils de médecin, devenu professeur d'art dans une université anglaise, semble en empathie avec lui tout en décrivant longuement le mal être qui l'habite, la honte qu'il ressent, le tourment intérieur qui le brise et cet amour pour Costantino qui ne peut être vécu librement. L'homosexualité masculine, même vécue dans une Grande-Bretagne ouverte, reste pour Guido un lourd chemin de croix. le lecteur compatit donc avec le personnage et le suit avec intérêt dans cette fresque personnelle qui s'étale sur presque cinquante ans. On imagine un peu, voire même espère, une fin heureuse pour ces deux hommes dont le roman semble prendre le chemin...
Et puis, alors que Guido, après quelques péripéties arrive à s'assumer enfin, le roman prend une drôle de tournure. J'avais bien senti, ici ou là dans la première partie, quelques petites annotations clichetonnes, mais dans le dernier tiers, c'est une déferlante. La description de de l'affirmation de la vraie personnalité de Guido, vire à l'enfilage de clichés. Il se met à tortiller du cul, porte de jolis foulards, s'habille avec des pantalons en cuir moulant, fait attention à la décoration de son intérieur, soigne sa peau avec des produits de beauté, j'en passe et des pires... Et quand enfin, les deux amoureux vont se retrouver, c'est pour mieux asséner une moralité assez douteuse.
La fin sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   29 janvier 2017
Vint l'adolescence, cette maladie. Pour moi ce fut comme demeurer une souris dans un monde jurassique. Les filles grandirent les premières. En cinquième, on aurait dit autant de maîtresses dans une classe d'enfants. Elles commencèrent a parler de leurs affaires de filles, et leur regard devint celui des lacs et des dragons, ces merveilleux sillons qui cachent l'enfer.
Commenter  J’apprécie          50
AmorinaAmorina   30 mars 2017
Observés par-derrière, les gens portent le poids de leur destin, comme si dans la partie d'eux-mêmes qu'ils ne peuvent pas voir se concentraient toutes les souffrances, les pensées et les espoirs, les leurs et ceux de toutes les générations qui les ont précédés et qui semblent s'acharner contre eux, les derniers témoins, les poussant à aller de l'avant tout en riant d'eux, de la défaite qu'ils essuieront à leur tour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AmorinaAmorina   31 mars 2017
Et mon nom prononcé par lui, avec sa voix enrouée et profonde, mon nom qui naissait de son ventre et passait à travers sa gorge était le plus beau du monde, redonnait courage à ma misérable personne, glissait en moi et me conférait une identité, un lieu et un temps, et une origine certaine.
Commenter  J’apprécie          10
pilyenpilyen   02 avril 2017
Je n'étais plus très sûr de vouloir supporter son corps baptisé, dégoulinant de culpabilité, et qui semblait désormais laid.
Commenter  J’apprécie          00
AmorinaAmorina   30 mars 2017
Il avait cette force-là, de celui qui peut détacher un évier du mur et briser une vitre pour sortir du mensonge.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Margaret Mazzantini (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Margaret Mazzantini
Dans un style à la fois lyrique et incisif, Margaret Mazzantini décortique une passion amoureuse et livre une réflexion subtile sur l'homosexualité. Un coup de maître, dans la lignée de son premier succès "Écoute-moi".
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
432 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre