AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782714479181
384 pages
Éditeur : Belfond (08/11/2018)
4.33/5   12 notes
Résumé :
Captivant, impressionnant, l'extraordinaire destin d'Irena Sendler, une Oskar Schindler au féminin. Brillamment documentée, plus qu'une biographie, une leçon d'humanité.En 1942, alors que Varsovie est plongée dans la terreur et que tous les Juifs de la ville sont parqués dans le ghetto où ils tentent désespérément de survivre, une jeune femme au caractère bien trempé va faire preuve d'un courage exceptionnel : Irena Sendler. En tant qu'agent des services de santé pu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Yaena
  22 février 2021
Varsovie est une ville emblématique des crimes de guerre de la seconde Guerre Mondiale, elle est entre autre tristement célèbre pour son ghetto. Justement, hormis le ghetto je me suis aperçue que je connaissais peu de choses sur l'histoire de la Pologne durant la guerre et sur les évènements qui ont eu lieu à Varsovie. Les grandes lignes.
Si Tillar J MAZZEO a choisi de nous parler avant tout d'Irena SANDLER son livre est loin de se résumer à une biographie d'Irena. L'auteur nous parle de la Pologne avant et pendant la guerre, du mode de vie, de l'effervescence intellectuelle qui y règne, de la vie politique, sociale, mais aussi de la montée de l'antisémitisme. Il nous parle aussi de cette jeunesse polonaise pleine d'énergie, de talent et de ressources. Ils sont tous prêts à changer le monde et convaincus qu'un avenir palpitant les attend. L'histoire d'Irena SANDLER c'est avant tout l'histoire d'une bande d'amis qui se sont rencontrés sur les bancs de la fac et sui se sont reconnus dans leurs idéaux, la religion de chacun leur important peu. Très vite après l'invasion de la Pologne ils vont être confrontés à la barbarie des nazis qui va aller crescendo et se répandre tel un poison mortel. Face à tant d'horreur et d'injustice ils vont faire la seule chose qui leur semble cohérente : résister. Comme une évidence de fil en aiguille, ils vont s'unir et sauver de nombreuses vies dont celle de 2 500 enfants juifs. Ils rendront aussi le quotidien du ghetto un peu plus supportable à chaque occasion, cherchant toujours à faire plus surtout Irena pour qui ce n'est jamais assez et dont les visages de ceux qu'elle n'a pu sauver la hantent.
Le terme qui nous vient spontanément est celui de héros mais Irena refuse d'être qualifiée ainsi. Les héros ce sont ceux qui font des choses surhumaines alors qu'elle s'est contentée de rester humaine selon ce que sa conscience et son coeur lui dictaient. Une vrai prouesse compte tenu des circonstances. C'est son combat pour garder son humanité et sa dignité alors que l'envahisseur voulait les rendre aveugles et sourds aux souffrances des autres qui a fait toute la différence.
Il se dégage de ces lignes le portrait d'une femme simple et déterminée, insoumise, dont le seul leitmotiv est d'aider, quoi qu'il en coûte. Refuser le dictat des monstres qui se croient supérieurs et faire preuve d'humanité encore et toujours. Parce que quand les lois interdisent de faire ce qui est juste elles doivent être transgressées, quelles que soient les conséquences. Et quand les monstres ont pris le pouvoir il n'y a que les êtres humains qui peuvent leur barrer la route.
Irena SANDLER était polonaise et Catholique ; elle aurait donc pu courber l'échine et attendre que l'orage passe, elle n'était pas la plus en danger, mais à lire Milan J MAZZEO on sait que cela ne lui a même pas traversé l'esprit. Tout son être est tourné vers les autres.
J'ai été émue par tant de détermination et d'abnégation, étonnée par tant d'optimisme, d'aplomb et de ressources et subjuguée par cette capacité à faire tant avec si peu. Cette femme et ses amis sont des modèles d'humanité, d'humilité et de courage. Jamais ils n'abandonnent.
Si ce documentaire prend des allures romanesques c'est uniquement dû à la vie même d'Irena et de ses amis et non à une volonté de l'auteur d'enjoliver les choses. Ce livre n'a rien d'une fiction, le travail de documentation et les nombreuses sources citées en témoignent. Je salue d'ailleurs le travail titanesque accompli pour en arriver à réunir toutes ces information éparses et brutes et ensuite les reconstituer et les retranscrire sous une forme passionnante.
Si certains passages sont très durs à lire cette lecture restera pour moi avant tout un message d'espoir. Irena, Ala, le Dr Kovack, Adam, … tous furent des lueurs dans ce monde d'horreur et de désespoir. La preuve que l'humanité n'a pas encore cédé face à la barbarie.
Une fois la dernière page tournée Irena reste à nos côtés. Ce livre est de ceux qui nous accompagnent longtemps et ne s'effacent jamais complètement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3912
coquinnette1974
  13 novembre 2018
Les mille vies d'Irena de Tilar J. Mazzeo est un ouvrage retraçant la vie d'Irena Sendler, une Oskar Schindler au féminin.
J'ai eu la chance de recevoir ce livre en service presse grâce aux éditions Belfond, via net galley ; et je les en remercie énormément.
En 1942, alors que Varsovie est plongée dans la terreur et que tous les Juifs de la ville sont parqués dans le ghetto où ils tentent désespérément de survivre ; Irena Sendler, une jeune femme au caractère bien trempé, va faire preuve d'un courage exceptionnel.
En tant qu'agent des services de santé publique, Irena est l'une des très rares non-Juives autorisées à se rendre quotidiennement au coeur du ghetto.
Elle va alors tout mettre en oeuvre pour sauver des milliers d'enfants de l'enfer du ghetto. À elle seule, Irena Sendler aura sauvé 2 500 vies. Dans le ghetto de Varsovie, quatre-vingt-dix pour cent des familles ont péri.
Les mille vies d'Irena est un magnifique ouvrage, très bien documenté. Bravo à l'auteure pour son travail de recherche, on sent que ce livre lui tient à coeur et qu'elle a tout fait pour le rendre le plus vivant et le plus passionnant possible.
Je vous avoue que je n'avais jamais entendu parler de cette femme alors que j'ai pourtant lu pas mal d'ouvrages sur la seconde guerre mondiale, y compris sur le ghetto de Varsovie.
Je suis ravie d'avoir lu cette biographie, qui m'a captivée, même si certains passages sont difficiles à lire. Ce qu'à fait Irena et tout son réseau est vraiment extraordinaire. Elle a fait preuve d'un courage fou.
Ce livre est magnifique, bien écrit, captivant, touchant. Impossible de rester insensible face à un tel ouvrage.
Je recommande à tous la lecture Les mille vies d'Irena. C'est un très bon ouvrage qui permet de ne pas oublier les horreurs de la guerre ; et le courage de ceux qui ont tout fait pour sauver les enfants (ou leurs pairs).
Ma note : cinq étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Luxi
  16 novembre 2018
"Les héros font des choses extraordinaires, dira-t-elle. Ce que j'ai accompli n'avait rien d'extraordinaire. C'était normal."
Voilà encore une incroyable et bouleversante leçon d'humanité. le récit de Tilar J. Mazzeo débute à l'automne 43, dans une voiture allemande roulant vers la terrifiante avenue Szucha, au siège du quartier général de la Gestapo qu'on appelle aussi "l'abattoir". Irena va y être interrogée, battue, humiliée, profondément abîmée. Mais ce n'est que plusieurs centaines de pages plus loin que nous en apprendrons le dénouement.
Irena Sendler, née Irena Stanisława Krzyżanowska, ne tient pas son extraordinaire bienveillance de nulle part : son père, médecin et chercheur, se dévoue toute sa vie pour sauver qui lui demande son aide, même à l'heure où les Juifs ne trouvent plus que des portes closes. On suit la jeune fille de Varsovie à Otwock, puis à Piotrków où elle rencontrera Mieczysław Sendler, dit Mietek, qu'elle finira par épouser. Elle étudie l'action sociale à Varsovie mais son mariage bat de l'aile, abîmé par la présence d'un autre homme qui jouera un rôle immense dans sa vie: Adam Celnikier.
Lorsque les troupes d'Hitler pénètrent à Varsovie, les polonais se mettent automatiquement en mode Résistance et Irena en fait partie. Très vite, elle choisit ses premiers "compagnons de lutte" et commence à créer de faux dossiers pour permettre à de nombreux Juifs de bénéficier de l'aide sociale à laquelle ils n'ont pas droit. C'est le tout premier combat de "Jolanta". Et puis arrive LE drame : les Juifs sont regroupés dans un quartier misérable de la capitale. C'est la création du ghetto de Varsovie auquel Irena assiste, impuissante et terrassée.
Impossible de résumer en quelques phrases ce que cette femme a fait, osé, risqué pour des milliers d'autres vies que la sienne. Assistée par des dizaines d'amis que je ne peux pas citer ici, Irena va se faufiler dans le ghetto et faire sortir de nombreux enfants juifs. Elle va également se rapprocher d'autres Résistants, et plus les mois passeront, plus ses actions seront risquées. Les noms des petits sauvés seront conservés sous la forme de codes sur de petits bouts de papier cigarette, mais c'est surtout dans sa mémoire qu'Irena protègera l'identité de "ses" enfants.
Il y a des scènes d'une audace aussi folle que poignante. Il y a des scènes déchirantes qui marqueront profondément Irena, telle la célèbre procession des petits orphelins de Korczak marchant à la mort en chantant. Il y a des échecs aussi, des désenchantements, des malheurs fous et des actions frôlant la catastrophe. Mais jamais nos résistants ne déposent les armes. Il y a surtout 2500 enfants juifs dont la vie sera sauvée grâce à ce petit bout de femme débrouillard, magnifique et acharné. Irena n'acceptera jamais qu'on dise d'elle qu'elle est une héroïne.
"Le courage n'est pas l'absence de peur mais la capacité de la vaincre" disait Mandela. Et on pourra dire d'Irena qu'elle a eu peur. Elle a paniqué, elle en a fait des cauchemars des nuits entières, elle a pleuré souvent, mais elle en est toujours ressortie plus déterminée. Et c'est ce qui fait d'elle quelqu'un d'exceptionnel. "Faire sortir un enfant du ghetto de manière illicite se paie d'une balle dans la tête à un coin de rue", écrit l'auteure, mais cela ne figera pas notre Irena. Elle le fera une fois, dix fois, cent fois, puis elle recommencera. Elle n'aura que cet unique objectif en tête, durant ces interminables années de guerre : sauver les enfants. Sa force d'âme, son caractère, son engagement, sont édifiants.
"Les mille vies d'Irena" est un texte extrêmement bien écrit, passionnant à la manière d'un roman et immensément documenté, comme le confie l'auteure à la fin de son ouvrage. C'est magnifique, voilà, c'est fort, intense et admirable. Tous les noms des "compagnons" d'Irena y sont également recensés ainsi que de nombreuses photographies toutes plus saisissantes les unes que les autres. On ressort d'un tel récit ému et écrasé d'humilité devant ces belles âmes qui ont surpassé la terreur pour tendre une main et sauver leur prochain. Un grand merci aux éditions Belfond et à NetGalley pour cette lecture.
Lien : https://luxandherbooks.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Promenonsnousdansleslivres
  30 décembre 2018
Irena Sendler est une figure de la résistance Polonaise, célèbre pour sa bravoure, ses multiples actes héroïques au cours de la seconde guerre mondiale ont permis à des milliers d'enfants Juifs d'être sauvés.
Dans cette biographie l'auteur retrace les différentes étapes de la vie d'Irena, l'on apprend alors qu'elle est élevée dans une famille très impliquée dans les actions sociales, son père médecin soigne principalement les pauvres et les paysans juifs. La famille vit au sein d'une banlieue ouvrière en Pologne dans laquelle la communauté juive est très présente, Irena évolue avec ses camarades et apprend même le Yiddish, malheureusement les épidémies de cette triste période emporteront son père alors qu'elle n'a que 7 ans.
Dès les premières pages nous voyons un destin tout tracé...
La vie continue, Irena grandit, fait ses études et s'engage rapidement après ses études de droit, elle rejoint le parti socialiste et s'engage au sein de l'Union Démocratique des Jeunes Polonais, c'est une jeune femme avec un sacré tempérament qui ne supporte pas l'injustice et encore moins l'antisémitisme dont sont victimes les juifs notamment de nombreux amis et camarades, elle va d'ailleurs manifester contre la discrimination faite à l'encontre des étudiants juifs à Varsovie, son audace la pousse même à se faire passer pour juive en se mélangeant aux étudiants juifs et en partageant les bancs qui leurs sont destinés.
Lorsque l'occupation allemande s'installe, Irena se lance dans l'action sociale à la mairie de Varsovie, son travail consiste à aider les pauvres, elle va au fur et à mesure monter son propre réseau avec l'aide de nombreux résistants, amis camarades, les noms sont tellement nombreux qu'il a été fastidieux de tout suivre au cours de ma lecture mais cela met en avant le travail de fourmi que toute cette organisation représentait dans une période critique où la misère faisait rage.
Lorsque que le ghetto de Varsovie voit le jour, Irena est toujours présente et ne va pas hésiter à prendre des risques au péril de sa vie pour venir en aide à la population recluse qui manque de tout et qui vit dans des conditions sanitaires effroyables. Parce qu'apporter de la nourriture ou des produits d'hygiène ne suffit plus, Irena et son groupe - en accord avec une institution pour orphelins juifs - vont créer de faux papiers pour sortir clandestinement des enfants du ghetto afin de les placer dans des orphelinats ou des familles d'accueil, 2 500 vies seront épargnées grâces à ces actions...
C'est une biographie riche et très complète que nous propose Tilar Mazzeo, bien sûr au delà de la fierté et de la reconnaissance que l'on peut ressentir envers cette femme au cours de notre lecture, il y'a aussi le dégoût face à la barbarie et toute cette inhumanité car l'auteur nous décrit les faits pour être au plus près de la réalité, il ne nous épargne pas et c'est une bonne chose.
Découvrir la vie d'Irena Sendler a été enrichissant pour ma part, j'aime découvrir ces
portraits de personnages forts qui ont marqué L Histoire et dont on ne parle pas assez, l'histoire d'Irena n'a vraiment été connue qu'à partir de 1999 par un groupe d'étudiantes et leur professeur alors qu'elle a été honorée en tant que de Juste parmis les Nations en 1965.
Lien : https://promenonsnousdansles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
EleboraSentier
  09 avril 2021
Un témoignage qui m'a marqué : comment une jeune femme est devenue pour moi une héroïne dans l'ombre, par ses actes.
Comment dans l'obscurité, alors que tout semble plonger peu à peu dans l'horreur, certains font face avec un courage incroyable au péril de leurs propres vies.
Un style plus documenté que romancé, qui se lit très bien et qui nous donne une lumière à suivre dans l'une des pires périodes de l'Histoire.
Attention aux âmes très sensibles, même si le style est assez sobre certaines horreurs n'en sont pas moins dures à découvrir.
Pour en savoir plus => http://sentiersdelebora.fr/2020/08/18/les-mille-vies-direna/
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : ghettoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1009 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre