AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Hall (Autre)
ISBN : 2714411509
Éditeur : Belfond (01/01/1996)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 663 notes)
Résumé :
Les oiseaux se cachent pour mourir retrace l'histoire inoubliable du père Ralph et de Meggie Cleary. Dans la chaleur d'un domaine australien, leur passion connaît durant des années bien des tourments. Ralph est prêtre et a voué sa vie à l'Eglise.

Mais le séduisant religieux tombe amoureux de la jeune Meggie. Dès lors, au-delà des séparations et des événements tragiques, leurs vies restent intimement liées.

Une magnifique histoire d'am... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (78) Voir plus Ajouter une critique
Ode
  01 novembre 2012
Ce titre connu de tous, immortalisé par la série télévisée avec Richard Chamberlain dans le rôle du père Ralph de Bricassart, cache un roman exceptionnel. Alors que le feuilleton met en avant l'aspect mélodramatique des amours interdites du prêtre avec la jeune Meggie Cleary, le livre offre une passionnante saga familiale sur trois générations avec, en toile de fond, une fresque historique de l'Australie allant de 1915 à la fin des années 60.
Le titre original, "The Thorn Birds", évoque la légende d'un oiseau n'ayant de cesse de trouver un certain arbre aux rameaux épineux, et qui libère son plus beau chant alors qu'il va mourir, transpercé par une épine de l'arbre tant convoité. Une image qui résume parfaitement le destin des personnages créés par Colleen McCullough : on n'obtient jamais rien sans souffrir en ce monde.
Dans ce livre, il est en effet beaucoup question d'efforts, d'ambition, d'amour et de souffrance, à commencer par celle des Irlandais, poussés par la misère à émigrer vers l'Australie et la Nouvelle-Zélande, pour y tenter une nouvelle vie. le plus bel exemple de réussite est celui de la richissime veuve Mary Carson, qui a su mener sa barque pour épouser un des hommes les plus puissants du pays et qui règne désormais seule sur l'immense domaine de Drogheda, en Nouvelle Galles du Sud. C'est elle, le personnage fort du roman. Son art faustien de la manipulation va conditionner l'avenir de son entourage : son frère Paddy Cleary, sa femme Fiona et leurs 7 enfants (dont une unique fille, Meggie), qu'elle a recueillis pour superviser le domaine et l'élevage des moutons, ainsi que l'ambitieux père Ralph de Bricassart, attaché à la paroisse de Gillanbone dont dépend Drogheda.
La religion catholique est évidemment très présente, rappelant chacun à son devoir : Ralph à l'amour de Dieu par opposition à son amour terrestre pour Meggie, ou la fière Fiona à son mariage en-dessous de sa condition avec Paddy... L'aridité de la vie en Nouvelle Galles du Sud, au milieu d'une poussière permanente, comme les épreuves subies par la famille Cleary, sont décrites avec réalisme et sensibilité. L'intrigue est pleine de finesse et les personnages extrêmement attachants, tout particulièrement Meggie, tourmentée par ses frères et ignorée par sa mère au prétexte qu'elle est une fille, donc un rappel de ses souffrances et de ses désillusions. le thème de la relation mère-fille est d'ailleurs un fil conducteur du roman, et l'auteur va montrer l'importance salvatrice de la parole pour sortir de schémas familiaux négatifs.
Un livre que j'emporterais sans hésiter sur une île déserte, surtout si elle ressemble à l'île Matlock, au large de l'Australie... Oui, je suis une incorrigible romantique, mais j'assume !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          631
Marple
  30 juillet 2016
N'est pas Margaret Mitchell qui veut... et Drogheda n'est pas Tara, pas plus que Meggie n'est Scarlett !
Pour mes vacances, j'avais envie d'une grande saga romanesque qui s'étale sur de longues années et de longues pages... Les oiseaux se cachent pour mourir répondait parfaitement à ce souhait, et pourtant je n'y ai pas trouvé beaucoup de plaisir.
Déjà parce que mes signaux d'alarme internes se sont déclenchés très vite, dès que le prêtre a eu une révélation d'amour pour Meggie... qui avait 11 ans à l'époque... Platonique, hein, la révélation, mais assez malsaine quand même... surtout qu'on comprend bien que cet amour impossible ne restera pas toujours platonique et sera le ressort principal du roman... Sauf qu'une histoire entre un prêtre et une gamine, ça ne correspond pas exactement à ma définition du romantisme.
Ensuite parce que c'est écrit (ou traduit) avec les pieds (ou les plumes des oiseaux qui se cachent pour mourir, en tout cas pas avec style, panache et orthographe) : descriptions grandiloquentes et interminables des paysages, et l'auteure avait notamment bien potassé le dictionnaire des couleurs, en citant jusqu'à 15 pour un même coucher de soleil; erreurs de syntaxe ou de grammaire pas tout à fait aussi abondantes que les couleurs mais bien présentes tout de même...
Le début m'a vraiment dérangée et ennuyée, paradoxalement bien plus que la deuxième moitié qui devient une saga, certes très classique et un peu verbeuse, mais tout à fait lisible. Pas sûr toutefois que je regarde jamais l'adaptation, malgré les commentaires émus lus ou entendus un peu partout; tant qu'à faire dans le vieux libidineux et la nymphette je choisirais plutôt Lolita !
(désolée pour ceux et celles qui ont vibré avec Ralph et Meggie, c'est peut-être moi qui suis trop coincée sur ce coup-là).
Challenge PAL et challenge Pavés 22/xx
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          445
LiliGalipette
  20 juillet 2013
Meggie Cleary est l'unique fille d'une nombreuse fratrie. Ses parents, Padraic et Fiona, mènent une vie laborieuse et économe en Nouvelle-Zélande. La famille est unie, mais les démonstrations ne sont pas fréquentes et Meggie grandit avec un besoin de tendresse inassouvi. Alors qu'elle a 10 ans, toute sa famille embarque pour l'Australie où Padraic a obtenu le poste de régisseur de l'immense domaine de Drogheda, propriété de sa soeur, Marie Carson, veuve aux desseins impénétrables. Sur ces terres inconnues, Meggie se prend immédiatement d'affection pour le père Ralph de Bricassard, jeune ecclésiastique ambitieux d'une grande beauté. « Étrange, le nombre de prêtres beaux comme des adonis, doués du magnétisme sexuel d'un Don Juan. Embrassaient-ils le célibat en tant que refuge, pour échapper aux conséquences ? » (p. 83) le lien qui se développe entre le prêtre et l'enfant est fait d'attirance et de fascination. Malgré leur différence d'âge, Meggie et Ralph sont des âmes soeurs. Mais Marie Carson voit d'un mauvais oeil ce rapprochement pour celui qu'elle considère comme son protégé et son testament met le prêtre face à un dilemme : obtenir enfin son passeport pour les hautes sphères du pouvoir catholique ou sacrifier ses ambitions au profit de Meggie. « Meggie, je t'aime. Je t'aimerai toujours. Mais je suis prêtre, je ne peux pas… je ne peux tout simplement pas ! » (p. 311)
Ralph fera son choix et Meggie, ne pouvant obtenir l'homme qu'elle aime, se résoudra à vivre la vie de femme dont elle rêve, avec un foyer et des enfants. « Pas de révolte chez Meggie, au contraire. Toute sa vie, elle obéirait, évoluerait à l'intérieur de son destin de femelle. » (p. 131) Pour assouvir son désir de maternité, Meggie épouse Luke O'Neill, un ouvrier du domaine qui ressemble beaucoup à Ralph. Hélas, le mariage est loin de combler la jeune épousée. « Elle n'avait pas d'identité propre pour lui ; elle n'était qu'un instrument. » (p. 385) Les aspirations romanesques et domestiques de Meggie volent en éclats, loin de Drogheda.
Vous aimez les amours impossibles et les histoires qui se déploient sur plusieurs décennies ? Vous êtes en vacances et vous cherchez une lecture facile et passionnante ? Vous êtes une fille au coeur de midinette et vous chouinez facilement ? Les oiseaux se cachent pour mourir est fait pour vous ! Ne vous laissez pas avoir par mon apparent sarcasme : j'ai passé un excellent moment avec ce roman que j'ai dévoré en quatre jours (même si je ne suis pas en vacances…) et qui m'a rappelé qu'il fait chaud ailleurs qu'à Paris ! Quel plaisir de suivre Ralph et Meggie des années 1920 aux années 1960, de l'Australie à l'Europe et pendant tous les évènements de ce siècle. L'auteure développe une certaine critique de la religion catholique et du célibat des prêtres, mais elle laisse libre cours à ses fantasmes amoureux. Sans être renversante, la plume est efficace et l'intrigue se déploie avec aisance. Seul bémol : le nombre ahurissant de coquilles dans mon édition. Certes, il s'agit d'une édition de poche, mais voir le nom d'un des héros écrit de trois façons différentes, c'est agaçant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Silena
  10 septembre 2013
Que dire? Sublime !
Colleen Mccullough nous livre un merveilleux roman avec les oiseaux se cachent pour mourir.
« Selon une légende, il est un oiseau qui ne chante qu'une seule fois de toute sa vie, plus suavement que n'importe quelle créature qui soit sur terre. Dès l'instant où il quitte le nid, il part à la recherche d'un arbre aux rameaux épineux et ne connaît aucun repos avant de l'avoir trouvé . Puis tout en chantant à travers les branches sauvages, il s'empale sur l'épine la plus longue , la plus acérée. Et en mourant il s'élève au dessus de son agonie dans un chant qui surpasse celui de l'alouette et du rossignol. Un chant suprême dont la vie est le prix. […] »
Ce n'est pas seulement une histoire d'amour impossible entre Meggie et le père Ralph de Bricassart comme l'adaptation télévisuelle peut nous le faire croire c'est beaucoup plus que ça.
On suit les péripéties de la famille Cleary sur plusieurs générations dans les contrées sauvages et brûlantes de l'Australie (avec des descriptions magnifiques).
Les personnages sont attachants . On apprend de nombreuses choses sur la vie des éleveurs dans ces terres arides et capricieuses.
La tristesse est un sentiment qui nous suit tout le long du roman.
Âmes sensibles, sortez vos mouchoirs !
Que d'émotions !
Un livre que je recommande aux amoureux des belles histoires d'amour et aux autres aussi bien sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
kuroineko
  07 décembre 2018
Est-il encore nécessaire de présenter Les oiseaux se cachent pour mourir, succès planétaire de l'Australienne Colleen McCullough? Que ce soit par le roman ou la saga téléfilm avec Richard Chamberlain et Rachel Ward, les amours de Meggie Cleary et du Père Ralph de Bricassart font partie désormais d'un imaginaire commun.
J'ai lu ce roman à l'adolescence, après avoir vu la série, une fois n'est pas coutume. La dimension familiale occupe une place plus importante dans le livre. Les Cleary et leur sept enfants débarquent d'Irlande pour s'installer en Australie, terre rude, sèche et sauvage en comparaison de la verte Irlande. Colleen McCullough montre l'opiniâtreté nécessaire aux nouveaux arrivants pour s'adapter à cette nouvelle contrée aux dimensions qui semblent infinies (m'ont marquée les montées et descentes de voiture pour passer chaque portail de l'immense domaine de Drogheda).
Et il y a le lien très particulier qui réunit d'emblée le père Ralph à la petite Meghan, alors une fillette à son arrivée, seule fille de la fratrie et dont Fiona, la mère, se montre sévère et comme distante. le lien évoluera avec la croissance de la jeune fille puis de la jeune femme. Relation impossible et interdite puisque Ralph est prêtre catholique. Adolescente, je me sentais naturellement plus proche de Meggie et jugeais le prêtre égoïste. C'était sans compter sur le poids moral et social de l'église à cette époque. Quel tourment ce devait être pour lui!
Les oiseaux se cachent pour mourir est un roman qui marqua mon adolescence (comme une foule de lectrices, je pense). Je ne le relirai jamais, de crainte que le charme d'alors soit rompu et ne me montre plus que des décors de carton-pâte. Autant préserver les ressentis de cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          376
Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
jenny-jinjenny-jin   12 octobre 2010
Selon une légende, il est un oiseau qui ne chante qu'une seule fois de toute sa vie, plus suavement que n'importe quelle autre créature qui soit sur terre. Dès l'instant où il quitte le nid, il part à la recherche d'un arbre aux rameaux épineux et ne connaît aucun repos avant de l'avoir trouvé. Puis, tout en chantant à travers les branches sauvages, il s'empale sur l'épine la plus longue, la plus acérée. Et, en mourant, il s'élève au-dessus de son agonie dans un chant qui surpasse celui de l'alouette et du rossignol. Un chant suprême dont la vie est le prix ! Le monde entier se fige pour l'entendre, et Dieu dans son ciel sourit. Car le meilleur n'est atteint qu'aux dépens d'une grande douleur... ou c'est du moins ce que dit la légende.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          911
frases-2-livresfrases-2-livres   30 mai 2012
Chacun de nous a quelque chose en lui qui ne peut être étouffé, même si cela nous fait hurler de douleur, au point de vouloir en mourir. Nous sommes ce que nous sommes, c’est tout. Comme la vieille légende celte de l’oiseau au poitrail transpercé d’une épine qui exhale son cœur dans son chant et meurt. Parce qu’il le faut, qu’il y est obligé. Nous pouvons savoir que nous (nous) trompons avant même d’agir, mais cette connaissance n’affecte pas le résultat, ni ne le change. Chacun chante son propre petit couplet, convaincu que c’est le chant le plus merveilleux que le monde ait jamais entendu. Ne comprends tu pas ? Nous sécrétons nos propres épines, sans jamais nous interrompre pour en évaluer le coût. Nous ne pouvons qu’endurer la souffrance en nous disant qu’elle en valait largement la peine
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          424
OdeOde   09 novembre 2012
Seigneur, si elle ne m'était pas si chère, mon fardeau serait moins pénible, mais parfois il m'arrive de penser que je lui porte infiniment plus d'amour qu'à vous, et cela fait partie de la punition que vous m'infligez. D'elle, je ne doute pas. Vous ? Un artifice, un fantôme, un symbole. Comment puis-je aimer un symbole ? Et pourtant, c'est le cas.
Commenter  J’apprécie          411
OdeOde   01 novembre 2012
Meggie était recroquevillée en un petit tas, le pouce dans la bouche, les cheveux constellés de papillotes éparses autour d'elle. La seule fille. Fee ne lui jeta qu'un coup d'œil rapide avant de sortir ; pas de mystère chez Meggie, c'était une fille. Fee savait ce que serait le lot de la petite, et elle ne l'enviait pas plus qu'elle ne la prenait en pitié. Il en allait tout autrement pour les garçons ; des miracles, des mâles transmués hors de son corps de femelle. C'était dur de ne pas avoir d'aide à la maison, mais ça valait la peine. Face à ses pairs, l'existence même de ses fils conférait à Paddy sa qualité essentielle, le seul bien qu'il possédât. Qu'un homme engendrât des fils, et il était un vrai homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
OdeOde   11 novembre 2012
Les lapins n'étaient pas originaires d'Australie et leur importation sentimentale avait totalement bouleversé l'équilibre écologique du continent, contrairement aux moutons et aux bovins, ceux-ci ayant fait l'objet d'un élevage scientifique dès leur introduction dans le pays. Il n'existait aucun prédateur naturel pour contrôler le nombre de lapins, et les renards importés ne s'acclimataient pas. L'homme devait donc s'ériger en prédateur ; mais il y avait trop peu d'hommes et beaucoup trop de lapins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Videos de Colleen McCullough (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Colleen McCullough
Colleen McCullough: Internationally acclaimed Australian author
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Péché de chair" de Colleen McCullough.

Quand a lieu la réception à Busquash Manor où est invité Delia ?

le 8 août
le 9 août
le 10 août

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Péché de chair de Colleen McCulloughCréer un quiz sur ce livre
.. ..