AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hélène Morita (Traducteur)
EAN : 9782253933724
253 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (26/02/2003)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 14 notes)
Résumé :

C'est au tout début de notre siècle, dans son pays de neige et de vent, Iwaté, parfois appelé « le Tibet du Japon », province septentrionale de l’archipel japonais, pauvre et déshéritée, que Kenji Miyazawa a vécu sa vie en marge, courte, ardente, dédiée. Très tôt il vit, travaille, agit en poète, en bouddhiste - la lecture du Sûtra du Lotus est pour lui une véritable... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
candlemas
  03 août 2019
Kenji Miyazawa, né sous l'ère Meiji au nord du Japon, et mort à l'âge de 37 ans, a été reconnu après sa mort à partir des années 30. Mêlant au monde des hommes celui des esprits et des animaux, sa prose emprunte à la fois à la philosophie bouddhiste -celle du lotus de la bonne loi-, et aux contes de fées traditionnels ancrés dans les traditions de sa région natale.
Sage en action, durant sa courte vie, Kenji Miyazawa, ingénieur agronome, était aussi impliqué dans le développement de sa région que militant social, poète autant que musicien.
Cet "honnête homme" à la mode orientale force le respect mais, dans Les Pieds Nus de Lumière, il nous touche avant tout par la fraîcheur de ses récits. On a écrit qu'il avait révolutionné l'art du conte japonais... à le lire, on se rend compte qu'il le fait par un retour aux sources. Point de raffinement et d'apprêts. Les histoires courtes de Miyazawa sont de diamant pur comme l'enfance ou la nature sauvage. Sa poésie et libre et généreuse, spontanée.
J'ai dégusté ces quelques pages comme un bon pain frais, garni d'un fromage de chèvre, ou comme une variation Goldberg, et je le recommande comme tel : nourriture idéale d'équilibre pour l'esprit, le corps et l'esprit.
On en resterait pourtant un peu sur sa faim... car le chemin est à peine esquissé, et c'est au lecteur de poursuivre par ses propres voies. En fait, derrière des contes décalés, étranges et plein de surprises se révèle par petites touches le mystique qu'était Kenji Miyazawa, et la beauté de sa poésie n'en est pas moins hermétique. Il ne livre pas les clés, et le lecteur repart avec un sentiment étrange, à la fois admiratif et troublé.
Comme le disait lui-même Miya­zawa, « ce que je raconte, je l’ai reçu des fo­rêts, des champs et des lignes de che­min de fer, ou bien en­core de l’arc-en-ciel et de la lu­mière de la lune. Vrai­ment, quand, seul, on tra­verse le cré­pus­cule bleuté des fo­rêts de hêtres et qu’en oc­tobre, on se tient, trem­blant, dans le vent de mon­tagne, quoi qu’on fasse, on ne peut qu’avoir ces sen­sa­tions. Vrai­ment, quoi qu’on fasse, il semble bien qu’on ne puisse que res­sen­tir ces choses… Il y a cer­tai­ne­ment des pas­sages qui vous sem­ble­ront in­com­pré­hen­sibles, mais ces pas­sages, moi non plus, je ne les com­prends pas. Ce que je sou­haite pro­fon­dé­ment, c’est que ces courts ré­cits, en fin de compte, soient pour vous une nour­ri­ture pure et vé­ri­table. »
(citation de Yoto Yotov -2010- Notes du Mont Royal)
Ainsi, il faut se résigner à vivre l'expérience des Pieds Nus de Lumière sans filtre ni chausse-pied, juste se laisser pénétrer par ses évocations visionnaires, hors de la raison et avec un cœur d'enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
mh17
  02 juin 2020
Un recueil inattendu et libre
Seize contes composent le recueil de l'édition Cambourakis. Ils sont très divers et réservent bien des surprises. Si j'ai un bon conseil à vous donner : ne commencez pas par le premier ( les Nuits à la Belle étoile du savant Professeur Chêne) ! Il est très long, plein de digressions, avec des passages très marrants mais le sens global m'a laissé comment dire... perplexe .
Ne pas céder à l'ennui
Le deuxième conte ressemble à une fable métaphysique ( le dieu de la Terre et le Renard), le troisième à un conte psychédélique ( Griserie au vin de tulipe), le quatrième à une histoire comme ça à la Kipling ( le Milan Teinturier), le cinquième à un conte satirique antimilitariste ( Narao et les trois singes), le sixième à un conte anti-chasseurs snobs et viandards (Chez le lynx)...le dernier à du Andersen (Les pieds nus de lumière) ...La plupart sont faciles à comprendre ( à part deux ou trois)
J'ai vraiment adoré cet imaginaire sans contraintes, sans frontières qui mêle allègrement sacré et profane, rigolo et poétique, philosophie et émotion, réalisme et onirisme.
Et tant pis si je n'ai pas tout compris. J'y reviendrai les amis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
Beaupied
  27 novembre 2020
" ... Vois ce monde qui est le tien. Vois ce monde avec lequel tu t'accordes à la perfection. C'est là ton véritable, ton authentique paysage intérieur."
Les paysages de Kenji Miyazawa sont une des choses qui m'ont le plus impressionné dans ce recueil de contes. Des paysages évocateurs en peu de mots, colorés, où toujours joue la lumière, toujours porteurs d'émotion, et on imagine l'auteur constamment la tête en l'air, à regarder des choses essentielles comme le mouvement des nuages et les oiseaux passer dans le ciel, et soudain complètement retourné, comme le réparateur de parapluies, par la couleur intense d'une tulipe ou autre splendeur rencontrée en chemin.
Miyazawa s'intéressait à tout, et on retrouve tout ça dans ces contes, des influences scientifiques et bouddhistes, occidentales et japonaises, le folklore, des renards, un éléphant et la Malibran. Il peut être tour à tour farceur, triste, ironique, sérieux, trivial ou mystique. Ces contes se suivent et ne se ressemblent pas... tout en se ressemblant.
J'ai adoré particulièrement le professeur Boîte à Oiseaux et la Souris Fouh, drôle, déjanté et affreusement cruel ; le Vin de Tulipe ; Chez le Lynx, avec les deux chasseurs complètement démunis sans leur chien, et puis le Lynx et les Glands, où un enfant trouve le remède à nos maux actuels.
Non publié de son vivant, Miyazawa a atteint une célébrité post mortem - au Japon, où les enfants lisent ses contes, qui sont adaptés en films. Et ils peuvent généralement se comprendre à deux, voire trois niveaux, avec des personnages récurrents qu'on a rencontré dans d'autre recueils.
Miyazawa les voulait éducatifs, destinés à faire naître une humanité meilleure, mais jamais cela n'interfère avec le plaisir de lire une histoire. Je reconnais que quelquefois leur sens m'est resté complètement énigmatique (c'est quoi ces petits singes ?). Il faut lâcher prise, comme on dit, et se laisser emporter. Mon beau-frère détesterait.
Que dire pour terminer ? Ah mais voilà quelqu'un qui veut avoir le dernier mot !
"Les pies-grièches étaient sans doute trop bruyantes car une dernière alouette parut comme forcée de s'envoler et sa chanson, elle la chanta un peu faux."
triiiii triiiii
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
ASAI
  09 juin 2020
Un livre magnifique, hors des chemins, d'une poésie fabuleuse, comme des fables, avec leurs êtres gentils, protecteurs, monstrueux, et pourtant avec un esprit réaliste. Comment il fait ? Kenji Miyazama a un talent incroyable, insupportable, d'une autre dimension, il est contemporain, c'est, oui, complètement, comme si il était à côté de nous, là, maintenant.
Ce livre est d'une beauté incroyable, surmontable, toutefois.
Kenji grâce à son talent d'écrivain mais surtout grâce à son humanité, raconte des histoires poétiques, réalistes, drôles, simples.
Commenter  J’apprécie          50
lehibook
  14 septembre 2020
. 6 petits contes on ne peut plus japonais … Tout est vivant ,tout parle : les roches , les fleurs , les animaux et les enfants bien entendu. C'est parfois totalement étrange (pour nous) , loin de tout réalisme , empreint d'une empathie absolue avec la nature , sans ignorer sa dureté . J'ai aimé ce monde là avec une préférence pour la nouvelle éponyme et sa tendre cruauté.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
candlemascandlemas   06 août 2019
L'Etre s'adressa à Ichiro :
"Tu vas retourner dans le monde d'où tu viens. Tu es un enfant bon et droit. Tu n'as pas abandonné ton frère dans cette prairie épineuse. Tes pieds qui étaient alors tout déchirés sont capables à présent de traverser un bois d'épées. Surtout conserve bien ton état d'esprit de maintenant. AU pays où tu retournes beaucoup de créatures d'ici s'y rendent aussi. Cherche-les, étudie auprès d'elles, pour trouver la voie du vrai. (...)
A peine Ichiro eut-il crié "Narao !" qu'il vit une blancheur nouvelle. C'était de la neige. Puis il vit un ciel bleu éblouissant, au-dessus de sa tête.
"Il respire, ! il a ouvert les yeux !" Le voisin de chez Ichiro, un homme à la moustache rousse, était accroupi auprès de sa tête, il essayait de le relever. Ensuite Ichiro ouvrit complètement les yeux. Il était enseveli dans la neige, Narao fermement serré dans ses bras.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ZiziMuleATresseZiziMuleATresse   25 septembre 2010
Un samedi soir, un étrange carton fut déposé chez le jeune Ichirô Kanéta.

Monsieur Ichirô Kanéta 19 septembre

Vous allez bien, à ce qu’on dit, j’en suis très content.

Demain j’ai un procès qui est bien compliqué : venez !

Pas de fusil, s’il vous plait.

Le lynx, votre humble serviteur.

Telle était la missive. L’écriture en était laborieuse et l’encre poissait les doigts. Ichirô, lui, était ravi. Il enfouit le carton dans sa sacoche d’écolier et parcourut tout joyeux, enchainant cabrioles et entrechats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
BeaupiedBeaupied   07 novembre 2020
- Eh, dis voir, alouette, descends un peu ! Ha ha ha... elle a fondu ! Car dans un ciel comme celui-là, sans aucun nuage, où pourrait-elle se cacher ? Elle a fondu, voilà tout !
- Ah non, non ! Son chant, son chant si doux a peut-être fondu dans la lumière depuis tout à l'heure, mais l'alouette, elle, je ne crois pas qu'elle ait pu fondre ! Si cela s'était produit, il aurait fallu recueillir ses petits os dans un filet ou quelque-chose... Elle nous cause bien des ennuis !
- Ah oui, c'est sûr. Après tout, peu nous importent les histoires de l'alouette ou ce qui a pu lui arriver ! Parce que, au fond, ces petits choses de rien comme les alouettes, que font-elles d'autre sinon voler tout en chantant, voler tout en grisollant ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BeaupiedBeaupied   22 novembre 2020
"Silence, je vous prie. Tel est mon jugement : dans cette assemblée, le pire de tous, le dernier des crétins, le plus nul des imbéciles, le plus grand benêt, le plus tordu sera déclaré le meilleur."
Silence chez les glands. Un silence épais, absolu.
Commenter  J’apprécie          50
lehibooklehibook   14 septembre 2020
Il n'est nullement nécessaire que le malade sache le nom de sa maladie.Enfin, bon, il s'agit des premiers symptômes de la maladie de vermicilite. En somme , une des maladies de l'érosion.On dit , savez-vous que le rhume est à l'origine de toutes les maladies .Sinon, euh,euh...votre seconde question portait sur votre durée de vie...Même dans le meilleur des cas , vous ne tiendrez pas dix mille ans. j'ai le regret de vous annoncer que vous ne passerez pas dix mille ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Kenji Miyazawa (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kenji Miyazawa
Ryoko Sekiguchi Patrick Honoré le Club des gourmets et autres cuisines japonaises. Traduire. Où Ryoko Sekiguchi et Patrick Honoré tentent de dire de quoi est composé "Le Club des gourmets et autres cuisines japonaises", présenté par Ryoko Sekiguchi, et comment a été traduit du japonais ce recueil de Kôzaburô Arashiyama, Osamu Dazai, Rosanjin Kitaôji, Shiki Masaoka, Kenji Miyazawa, Kafû Nagai, Kanoko Okamoto, Jun?ichirô Tanizaki traduits par Ryoko Sekiguchi et Patrick Honoré, à l'occasion de sa parutuion en #formatpoche aux éditions P.O.L et où il est question notamment de la traduction à deux mains, de Patrick Chamoiseau et de mangas,et des mots pour dire la nourriture et la cuisine. "Si le Japon est connu comme un pays de fine gastronomie, sa littérature porte elle aussi très haut l'acte de manger et de boire. Qu'est-ce qu'on mange dans les romans japonais?! Parfois merveilleusement, parfois terriblement, et ainsi font leurs auteurs, Tanizaki, Dazai, Kafû du XIIe siècle à nos jours, dix gourmets littéraires vous racontent leur histoire de cuisine."
+ Lire la suite
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
496 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre