AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Camille Fort (Traducteur)
ISBN : 2351780043
Éditeur : Gallmeister (11/05/2006)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Parcourant l'Ouest américain, des côtes sauvages de l'Oregon aux rivages de l'Alaska, les textes de ce recueil s'appuient sur l'observation de phénomènes naturels pour interroger les notions de distance et de séparation, la capacité de chacun à trouver sa place au sein de la nature et parmi ses proches. Chacun de ces brefs et percutants récits est l'occasion d'aborder avec simplicité des sujets graves. Pourquoi et comment accepter la mort ou la souffrance, l'éloigne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
keisha
  18 septembre 2011
Titre original : Holdfast (sorte de racine, située à l'extrémité de certaines algues et plantes simples, qui leur permet de s'ancrer au sol)


Pas de panique! Ce petit traité est un fait un recueil de courts textes écrits par Kathleen D. Moore, philosophe et naturaliste, dans la lignée de Sue Hubbell et Annie Dillard. Observation précise et amour de la nature, réflexions, à l'occasion d'événements de la vie professionnelle et familiale, d'évocation de souvenirs.

Un marais au crépuscule lui donne une leçon de vie; quelle décision prendre face à son père mourant et souffrant? ; sa fille atteinte de fibromyalgie; un Halloween adulte; découvrir que les rôles se renversent et que sa fille peut la protéger.

Des coupes de bois au bulldozer évoquant la forêt des Ardennes à la fin d'une guerre, un "lieu unique au monde" risquant d'être envahi. "La domestication des animaux, la domestication de la terre. Comment pourrons nous résister à la domestication des esprits?"

"Le monde est-il conforme aux capacités de notre esprit, ou notre esprit limité borne-t-il notre connaissance du monde? Peut-être l'intelligence fait-elle de son mieux en captant ce qui est lent, aisé, ordinaire, tout en laissant échapper le meilleur. A l'idée qu'il y a un au-delà de la perception humaine, j'enrage de frustration, comme un chien qui fait les cent pas devant une porte close, gratte et renifle l'air qui filtre."

"Je réveille Franck d'un coup de coude.
-Si un ours arrive, on le chasse ou on le laisse roder autour du camp?
-On en profite juste pour l'observer, dit-il, et il se rendort."

Je suis frustrée de ne pouvoir citer tous les passages qui m'ont plu, je vous renvoie aux blogs en lien qui proposent plus de beaux extraits et vous invite à déguster ces textes, tranquillement, en prenant le temps de réfléchir.
Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Floccus
  04 janvier 2017

Ça aurait pu le faire. Et pourtant ça ne l'a pas fait. Les mésanges au cerveau qui grossit à l'automne et l'ivresse des tempêtes n'ont pas suffit à nous relier, le livre et moi. La construction appliquée des chapitres (un thème – description naturaliste – extension philosophique ou personnelle – chute) typique de ce courant littéraire, la platitude des descriptions, la grande austérité de l'écriture, le manque d'ouverture, ont maintenu mon attention en survol. Les paysages sont, malgré mes efforts et ceux de l'auteur, restés sans vie. C'est un texte qui reste replié sur lui-même, qui ne s'offre pas au lecteur. Et pourtant, quelques blocs de phrases lucides, lumineuses, sortent du lot. Un chapitre amusant autour des chiens. Mais il faut les chercher comme une puce dans les poils du chat. Concepts et symboles étouffent les brins d'herbes au lieu de se laisser porter par le flot de perceptions.
"Je ne doute pas que ma vie soit limitée, même si j'ignore aujourd'hui quelle en sera la durée. Mais je ne vois pas de limite à la profondeur de chaque instant, et je veux tenter de tous les vivre jusqu'au bout, "en épaisseur". Je veux aller le plus loin possible dans l'instant, le plonger dans une somme confuse de détails, le brandir dans l'air humide parcouru de cris." (68)

Lien : http://versautrechose.fr/blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ivredelivresivredelivres   19 septembre 2010
Il neige, ce matin. Une mésange surgit devant la mangeoire, attrape une graine de tournesol et repart à tire-d’aile. Un écureuil roux, tapi sur une branche, jacasse à tue-tête, tout son corps vibre de détresse. L’écureuil cachera des poignées de pommes de pin et de graines de tournesol pour avoir de quoi se nourrir tout l’hiver. La mésange, elle, dissimulera ses graines une à une - derrière une parcelle d’écorce sur un pin blanc, au creux d’une branche, ou dans une brèche laissée par un rameau après sa chute. Un millier de graines, cachées à un millier d’endroits sur son territoire hivernal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
raynald66raynald66   17 avril 2017
Il nous faut aimer la vie par dessus tout,
et de cet amour naîtra peut-être un sens.
Mais si cet amour de la vie disparaît, rien ne peut nous consoler
Commenter  J’apprécie          10
>Sciences de la nature et mathématiques>Sciences : généralités>Voyages et relevés scientifiques (39)
autres livres classés : Anthropologie philosophiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
292 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre