AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258115647
Éditeur : Les Presses De La Cite (14/04/2016)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 225 notes)
Résumé :
Comment Theo Edevane, adorable poupon de onze mois, a-t-il pu disparaître durant la nuit de la Saint- Jean 1933 ? Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l'enfant demeure introuvable. Pour les parents, comme pour les filles Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. Loeanneth, la propriété tant aimée, est fermée et laissée à l'abandon.
Soixante-dix ans plus tard, Sadie Sparrow, jeune détective londonienne en vacances dans les Cornouailles,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (87) Voir plus Ajouter une critique
latina
  15 avril 2016
Ah, la Cornouaille ! Sa mer aux vagues sonores, ses jardins aux mille recoins, ses bois mystérieux, ses maisons au sombre passé...
Tout ceci est réuni dans ce roman. On y ajoute une famille déchirée par la disparition d'un tout petit enfant, le suicide d'un vieil ami, un couple fusionnel et une jeune fille amoureuse, écrivain en devenir...Tous les ingrédients d'un bon roman à l'eau de rose n'est-ce pas ?
Eh bien...en vérité, c'est ce que je croyais, et je regrettais déjà d'avoir accepté ce cadeau de Babelio et des "presses de la cité", je m'endormais doucement...Quand, vers la 160ème page (il y en a 635), mon attention s'est réveillée, et j'ai senti le picotement de l'attention me chatouiller.
Oui, mon intérêt pour l'énigme de la disparition du petit garçon a considérablement augmenté. Sadie, une jeune policière de 2003, s'intéresse par pur hasard à ce fait-divers de 1933. Elle est en vacances chez son grand-père, et a elle-même de profonds problèmes familiaux et professionnels.

Je ne vais pas du tout vous raconter l'histoire, car cela a été un plaisir pour moi de réfléchir en même temps que la policière, de remonter le cours du temps pour me plonger dans les souvenirs des protagonistes de 1933. La découverte se fait progressivement, à coups de fausses pistes, de faux-semblants, de faux repères, de fausses interprétations. D'un chapitre à l'autre, nous passons de 1933 à 2003.
Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il y est question d'amour (c'est peut-être cela le plus sirupeux, le côté qui m'ennuie, donc), de promesses qu'il faut tenir, de secrets de famille qui hantent ses membres, de stress post-traumatique dû aux drames de la guerre 14-18, d'abandon, de douceur et de livres, aussi. le tout dans la nature, une nature telle que les Anglais peuvent nous faire aimer.
Franchement, j'ai passé un bon moment, un vrai bon moment. Et quand je me plais bien, j'oublie avec bienveillance les mauvais côtés, comme l'histoire un peu rocambolesque, la fin un peu tirée par les cheveux. le style est plaisant, avec des images agréables. L'attention, lorsqu'elle dérape pour prendre des chemins de traverse, est vite reconduite dans la bonne direction.
Et maintenant, je n'ai qu'une envie : me rendre en Cornouaille, pour vérifier si les vues sont à couper le souffle, si le vent omniprésent rafraichit toujours les jardins de rose croulant sous la chaleur, et peut-être rencontrer au détour d'un sentier une maison abandonnée recelant d'étranges secrets...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          878
Dixie39
  15 avril 2016
Il y a des livres qui vous bercent et vous font du bien. L'enfant du lac est un de ceux-là.
Et pourtant, à première vue, rien ne semble être réuni pour cela dans ces plus de six cents pages :
- un enfant qui disparaît. Enlevé ? Assassiné ? Nul ne sait encore quelques soixante dix années plus tard.
- la nostalgie de l'enfance, de son insouciance et de tous ses possibles.
- l'adulte que l'on est parfois devenue : raide, austère et enfermée dans le carcan des convenances, étrangère à nous-mêmes.
- la première guerre mondiale et le retour des soldats, abimés, cabossés, autant psychiquement que physiquement. Et tout ce refoulé qui ronge jusqu'à l'os et impose sa loi dans la vie des vivants.
- La réalité de 2003, peuplée d'abandons, de peurs et d'échecs, qui fait écho à celle de 1933, se répondant l'une l'autre, pour mieux se révéler tout aussi dévastatrices.
- Les promesses faîtes comme des scellés posés, que rien ne pourra plus jamais briser.
- la vie à poursuivre. Après.
"Y a t-il vraiment un moment où le plus obstiné des endeuillés décide qu'il en a fini avec son chagrin ? Six ans de guerre, de disette, de massacres et de destructions pouvaient-ils effacer le souvenir d'un chagrin individuel, si ténu en comparaison, même s'il avait été la plus cruelle des blessures ? Pouvait-on apprendre à vivre avec un enfant fantôme ?"
Et tant d'autres choses encore que je ne vous dévoilerai pas.
Alors, certes, il est question d'amour : en particulier celui qui unit Anthony et Eleanor. Mais cette histoire qui nous apparaît au départ comme une romance pour coeurs en peine, prend petit à petit une autre ampleur, quand l'être aimé revient de la guerre "ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre".
J'ai eu cette impression d'être en "pause", comme un peu extraite du temps et des contingences du présent, à la lecture de ce livre. le style de l'auteure est d'une telle "douceur" que je me suis laissée littéralement bercer par le rythme de ses phrases. Je ne sais si "douceur" est le mot approprié, mais c'est l'effet ressenti, comme pelotonnée dans une bulle, survolant les Cornouailles, à l'abri et au chaud, le bruit du vent, des vagues en tête... et ce jardin !!
L'intrigue se pose petit à petit et c'est au départ un peu déstabilisant, quand, comme moi, on s'attendait à un policier, avec grand renfort d'actions, de rebondissements, et de révélations menés tambour battant. Là, vous aurez tout cela, mais par touches. Ce qui ne gâche rien, tant Kate Morton sait nous embarquer avec elle et à son rythme.
J'ai aimé toutes ces réflexions sur la vie, l'enfance, ce monde merveilleux du conte et de la littérature qui nous marquent de façon indélébile pour toute la vie, dés les premières pages lues, gamine.
Alors, oui, je l'accorde : la fin est convenue, un tantinet pansement guimauve et on la voit arriver toute rafistolée de fils argent et or, comme dans les contes... Mais, je pense qu'alors, on atteint à un autre degré dans la fiction, et cela me semble tout à fait voulu et assumé par l'auteure.
Bien sûr que pour eux "la vie (...) n'était pas un conte de fées ; on ne pouvait pas avoir tout ce que l'on voulait. Pas en même temps en tout cas."
Dans la vie. Non.
Mais dans les livres, parfois...
Un grand merci à Babelio et ses masses critiques, ainsi qu'aux éditions Presses de la Cité, qui m'ont permis de découvrir Kate Morton.
Lien : http://page39.eklablog.com/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          746
KATE92
  30 août 2016
THEO…
J'ai adoré ce roman policier et pourtant ne suis pas fana de ce style de littérature.
J'avais été « emballée » par les critiques entendues ici et là et me suis donc lancée dans cette lecture qui est, il faut le préciser, assez complexe puisque plusieurs personnages et des retours en arrière très nombreux : la disparition du petit Théo datant de près de 70 ans.
Qu'importe, mon attention fut « captée » et mon envie de poursuivre toujours intacte.
A lire absolument (c'est un pavé mais quel délice !!).
Commenter  J’apprécie          540
LePamplemousse
  27 juillet 2017
Kate Morton est une véritable conteuse, elle a un sacré talent pour nous embarquer dans une histoire et ne plus nous lâcher jusqu'à la dernière page.
Deux histoires en parallèle vont nous être racontées, celle de Théo, un petit bonhomme de 11 mois mystérieusement disparu en 1933 dans la grande propriété de ses parents, et celle de Sadie, une jeune femme inspecteur de police, vivant à notre époque (en 2003) et connaissant quelques soucis tant professionnels que personnels. Sadie va un peu par hasard s'intéresser à la disparition du petit garçon et à partir de là, j'ai été totalement absorbée par le roman.
J'ai été fascinée par les Cornouailles, où se déroule l'histoire, j'ai adoré découvrir des personnages hauts en couleurs, j'ai été tenue en haleine par les nombreux indices et fausses pistes qui sont semés sur notre chemin par une Kate Morton qui adore se jouer de ses lecteurs.
Un roman qui évoque la vie dans un grand domaine, les joies de l'enfance, les premiers émois amoureux, les souvenirs qui peuvent être flous ou erronés au fil des ans, la culpabilité et l'amour qui unit les membres d'une famille malgré les drames et le temps.
Une superbe fresque familiale avec un suspense haletant et une bonne dose d'émotions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Levant
  19 avril 2016
"Il y a dans une enquête un moment fatidique où un élément soudain modifie entièrement la perspective. Tout devient plus clair, les événements changent de sens, les liens apparaissent, manifestes." (page 548 – éditions Presses de la cité).
Il y a aussi à mon sens, de lecteur friand de ce genre littéraire, deux ingrédients qui font la valeur d'un roman construit sur la base d'une enquête policière : la faculté son auteur à me tenir en haleine, à me rendre captif de son intrigue, et puis, et surtout, l'ingéniosité de son dénouement. De poids inégal en terme de chapitres dans l'ouvrage, ils marqueront toutefois autant mon esprit l'un que l'autre. Il est cependant difficile d'évoquer le dénouement d'une intrigue sans en rompre le sortilège. Aussi bien sûr n'en ferai-je rien.
Une chose est certaine à mes yeux, les coïncidences tuent l'intrigue. Aussi bien d'ailleurs que la "happy end", une figure d'optimisme imposée, une faiblesse de l'auteur en quête d'amour de la part de son lecteur. De coïncidence, il en est d'ailleurs question dans le corps de l'ouvrage de Kate Morton. A-t-elle voulu s'en absoudre par précaution ?
J'ai fait la connaissance de cette auteure avec son dernier roman, L'enfant du lac. J'ai très vite perçu chez elle une grande facilité à noircir des pages d'un digeste bien tourné. J'en veux pour preuve les nombreuses digressions qui ne servent l'intrigue que de très loin. Mais Kate Morton est pardonnée. Ses digressions ne font pas qu'épaissir le livre, elles immergent le lecteur dans un contexte toujours plus vaste, plus précis dans les origines de tel ou tel personnage, les causes de tel ou tel événement. Elle nous sert un texte aux descriptions nombreuses et évocatrices, propres à dépeindre les atmosphères, les ambiances, les décors. Couleurs, senteurs, sonorités, rien n'échappe à la sagacité de Kate Morton pour ancrer les scènes dans le vivant. Elle est à n'en pas douter une grande observatrice de ce monde et des gens qui le peuplent. Je la vois scruter, disséquer, analyser, enregistrer tout ce qui sollicite ses sens et sa sensibilité.
Le risque avec pareil souci du détail est de provoquer certaines longueurs. C'est un roman qui prend son temps pour installer son énigme. Mais ces longueurs sont recherchées. Et Kate Morton s'attache à les compenser avec profit à la fois par le confort de lecture dans lequel elle place son lecteur et par son perfectionnisme dans l'interprétation des états psychologiques des personnages. Elle a aussi une façon très particulière d'amener un événement, d'introduire un personnage. Jamais directe, toujours en situation, pris sur le vif, comme interpellés dans la vie courante, arrêté dans leur geste. C'est très habile, confère fluidité et réalisme au texte.
Sa construction du scenario est aussi très élaborée. De nombreux renvois vers des époques distantes de plusieurs décennies font osciller l'intrigue entre la survenance des faits condamnables et leur élucidation. En position de narratrice extérieure, elle affiche une certaine maîtrise de son art. Elle va jusqu'à faire oeuvre de pédagogie vis-à-vis de son lecteur, en divulguant la recette d'un bon polar : "une énigme, une intrigue complexe, subtile, destinée à égarer et déconcerter les lecteurs". (page 315) Kate Morton s'est appliquée à elle-même cette recette. Cela fonctionne plutôt bien dans ce roman. L'ouverture de nombreuses pistes et hypothèses disperse à souhait les velléités du lecteur d'échafauder sa propre conclusion. Il sera en revanche peut-être plus déconcerté par celle que lui délivrera l'auteure. C'est en tout cas ce que j'ai ressenti.
Voilà un roman écrit par une femme, dont les protagonistes principaux sont des femmes, et dans lequel les hommes sont plutôt bien traités quant à leur réputation. Goûtons notre plaisir. Kate Morton leur prête une grande noblesse de coeur. Il y a dans ces personnages une forme d'idéal masculin propre à réconcilier les tenants du féminisme avec les représentants du sexe dit fort.
Toutefois, en contre partie d'une énigme bien ficelée, certains artifices de construction pénalisent un peu la crédibilité du scenario. Je citerais le grand écart imposé par les sept décennies qui séparent la survenance de l'énigme de sa résolution. Il oblige à conférer aux personnages qui auront vu se dévoiler puis se résoudre cette intrigue une maturité précoce dans leur jeunesse et lucidité persistante le grand âge venu. Les enquêteurs de l'époque n'ont quant à eux pas eu la même perspicacité pour laisser échapper des indices retrouvés soixante-dix ans plus tard sur les lieux même du forfait. Je ne crois pas beaucoup à la résolution d'énigme avec un décalage de plusieurs décennies dans le temps, sauf à faire intervenir des techniques modernes de police scientifique inconnues de l'époque des faits, ce qui n'est pas le cas dans cet ouvrage. Mais soit, les données sociales et culturelles de l'époque ont très bien pu quelque peu faire coaguler les conclusions de l'enquête sur des contingences n'ayant plus de valeur de nos jours.
On comprend bien qu'avec cet ouvrage Kate Morton veut nous délivrer "un vrai roman policier avec une résolution ingénieuse que personne ne devinera avant la révélation finale" (page 298). Résolution ingénieuse ? Je vous laisse apprécier. Une chose est sûre, on s'accroche jusque là. C'est un roman pudique, bien écrit, qui ne verse pas dans l'extraordinaire. Tout juste fait-il appel parfois au rêve devenu cauchemar lorsqu'issu d'un traumatisme. C'est appréciable à notre époque de la surenchère dans le sensationnel. J'ai quand même été piégé dans ma curiosité jusqu'à ce fameux dénouement et passé un bon moment de lecture.
Merci à Babelio et aux Presses de la cité de m'avoir fait découvrir cette auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
Dixie39Dixie39   14 avril 2016
C'est toujours un choc que de se voir lorsqu'on n'est pas sur ses gardes. (...)
La femme de la vitre était tout ce que Eleanor avait jadis juré de ne pas devenir. Elle n'avait rien de l'adulte que promettait d'être Eleanor l'Aventurière. Eleanor y songeait, de temps en temps à son double enfantin, la fillette aux grands yeux farouches, à la chevelure indisciplinée, hantée par le désir de tout explorer. Cette enfant-là, aimait à penser Eleanor, n'avait pas entièrement disparu. Elle n'avait pas été absorbée par le monde : non, elle s'était transformée en perle, avait roulé quelque part. Là, elle attendait que les fées la trouvent et que la forêt la ramène à la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Dixie39Dixie39   10 avril 2016
Il nous l'a bien caché, Papa, disait Clemmie.
- Il ne voulait pas nous accabler.
- Mais tout de même, un tel silence ! Il n'a jamais rien raconté. Rien. Je ne comprends pas comment on peut subir tout cela et le mettre de côté aussi radicalement une fois la guerre finie. Quand je serai une très vieille dame, je raconterai mes aventures de guerre à mes petits-enfants jusqu'à ce qu'ils meurent d'ennui. Mais Papa...rien. Comme s'il n'avait jamais vécu l'enfer des tranchées. La boue, les rats, tes hommes qui meurent les uns après les autres. Il t'en a parlé ?"
Alice avait secoué la tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Dixie39Dixie39   12 avril 2016
On aurait dit un insecte gracieux et scintillant sur le point de prendre son envol. Il bondissait comme si cela ne lui demandait aucun effort, demeurant dans les airs bien plus longtemps qu'il n'était possible. Touchait-il jamais terre ? Cette nuit-là, je me suis dit que l'homme pouvait voler, que tout était possible.
Commenter  J’apprécie          220
CoventgardenCoventgarden   06 juin 2017
Et jusqu'à son dernier soupir, Alice ne put jamais dire si ce fut la cuisine qui, à ce moment précis, fut traversée par un courant d'air froid, un coup de vent venu du parc, ou si son propre thermostat interne lui fit défaut, face aux rafales de la vraie vie - le passé la heurtant de plein fouet comme une vague qui se serait retirée depuis si longtemps, et que la marée relâchait enfin.
Commenter  J’apprécie          160
Dixie39Dixie39   04 avril 2016
C'est une terrible chose que la guerre, aimait à scander la cuisinière (...)
"ça vous prend un garçon comme lui, tellement prometteur, ça vous le dévore et ça vous le recrache, et il n'est plus que l'ombre de lui-même, un misérable pantin".
Commenter  J’apprécie          230
Videos de Kate Morton (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kate Morton
2016 Confrontée à l'infidélité de son mari, Kitty Fisher quitte Londres pour se réfugier dans le chalet de son arrière-grandpère, aux États-Unis. Là, sur les rives du lac Akanabee, elle découvre un magnifique bijou qui va lui permettre de révéler un secret de famille longtemps caché...
1914 La Russie est au bord de la rébellion, et la famille impériale, les Romanov, fait face à un futur tout aussi terrifiant qu'incertain. La grande-duchesse Tatiana est tombée amoureuse d'un officier de cavalerie, Dimitri, mais les événements vont mettre à mal leur relation naissante ? ainsi que leurs vies...
Des jours et des vies est un roman qui traverse les siècles, offrant à ses lecteurs une inoubliable histoire d'amour, de perte et de résilience, dans la lignée des romans de Kate Morton et Lucinda Riley.
« CE ROMAN CAPTIVANT NOUS FAIT VOYAGER DANS LE TEMPS, MÊLANT HISTOIRE ET FICTION DANS SA REPRÉSENTATION DES ÉVÉNEMENTS TRAGIQUES DE LA RÉVOLUTION RUSSE. » Sunday Express
Plus d'infos sur le livre : http://www.editionsleduc.com/produit/1537/9782368123621/
Retrouvez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/Editions.charleston/
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature australienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1046 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..