AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Jack Lennon tome 1 sur 6

Fabienne Duvigneau (Traducteur)
EAN : 9782743622510
416 pages
Payot et Rivages (24/08/2011)
3.94/5   168 notes
Résumé :
Signé le 10 avril 1998, l’Accord de Paix pour l’Irlande du Nord a mis un terme à des années de guerre sanglante. En 2007, Belfast est une ville où se presse une foule d’étudiants et de jeunes cadres, et où ont fleuri bars branchés et boutiques de luxe. Pourtant, les anciennes haines n’ont pas disparu. Entre les anciens militants toujours attachés à leur cause, les activistes reconvertis en politiciens présentables et les gangsters qui prospèrent, le pays cherche son... >Voir plus
Que lire après Les Fantômes de BelfastVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 168 notes
Je découvre Stuart Neville et je ne suis absolument pas déçue. le titre, Les fantômes de Belfast, est très révélateur. Un ancien homme de main de l'IRA qui sort de prison, vit avec les fantômes des gens qu'il a éliminés lors de sa vie active au sein de l'IRA, lors des Troubles.
En 1998, il n'y a plus ou moins de ces guerres fratricides, sanglantes, imprévues comme dans les années précédentes. Plusieurs gros bonnets de l'IRA se sont convertis en politiciens respectables (Vraiment?) ou en éminences grises de l'ombre. Il est aussi compliqué de s'y retrouver entre RUC, PSNI, et autre forces de police ou milices en Irlande à cette époque. Sans parler des espions britanniques, des irlandais en Écosse, des orangistes, des loyalistes, des républicains...ouf ! Réalisons qu'au delà de ces guerres, il y a des humains qui regrettent; d'autres qui conservent leur côté fanatique. Il y a aussi ceux qui se servent de la cause pour continuer à asseoir leur pouvoir, leur emprise sur les petits soldats civils ou sur ceux qui doivent les représenter au parlement. Parlons aussi de ceux qui utilisent leur notoriété pour s'enrichir sur le dos des autres, dans des affaires malpropres sinon mafieuses. La cupidité faite homme. Et malheureusement, les actes de chacun ont des répercussions sur toutes les familles, les clans, la vie de ceux qui les entourent. Les fantômes de Belfast pour certains sont bien réels mais pour d'autres, ce ne sont que des dommages collatéraux.
Mais ici, notre homme, Gerry Fegan, dépressif, alcoolique, hanté, mènera une intense et difficile rédemption vengeresse tout en vivant une espèce d'histoire d'amour impossible.
C'est bien écrit, rien d'inutile mais tout est là pour ne pas perdre le lecteur dans les méandres de ces époques troubles de l'Irlande. C'est sombre, très sombre et on se demande s'il peut exister la lumière.
Commenter  J’apprécie          474
Nouvelle incursion dans une partie de l'oeuvre de Stuart Neville, auteur irlandais que j'ai découvert il y a quelques mois à peine…
Cette fois-ci, il s'agit du premier tome de ce que certains appellent « la trilogie de Belfast » et qui compte quatre tomes à ce jour….
Le moins que l'on puisse dire c'est que cette lecture ne peut pas laisser indifférent(e)
Nous allons suivre de très près Gerry Fegan… Alcoolique, ancien repris de justice, il est en réalité un ancien tueur de l'IRA…Depuis les accords signés qui ont permis à la paix de s'installer en Irlande du Nord, il traîne son désoeuvrement à Belfast…
Hanté par les fantômes de ses anciennes victimes, Gerry Fegan ferait n'importe quoi pour que ses visions cessent… Et ses fantômes lui intiment d'accomplir d'autres meurtres de manière de plus en plus pressante… les victimes désignées par ses fantômes ne sont pas des inconnues pour Gerry et elles ont toujours évolués dans les mêmes cercles troubles … va-t-il céder aux injonctions de ses fantômes pour trouver la paix ?
C'est cet homme hanté, habité par les remords et vraiment dangereux qui est donc au centre de cette histoire noire, très noire… Car même si on ne peut s'empêcher de le trouver attachant, il ne faut pas oublier que Gerry est un redoutable tueur….un peu schizophrène d'ailleurs ce tueur…
L'ambiance sombre, est fort bien restituée par l'auteur, Stuart Neville, et j'avoue que je suis assez pressée de découvrir la suite de cette histoire avec « Collusion »qui se trouve, quelle chance, déjà dans ma Pal…



Challenge Multi Défis 2021
Challenge Mauvais Genres 2021
Challenge Séries 2021
Commenter  J’apprécie          390
J'ai beaucoup apprécié ce polar. Je n'ai même pas eu le temps de me demander de quel côté mon coeur balançait -catholique-protestant, Unioniste-Républicains… c'étaient tous des voyous. Cette guerre civile a occasionné tant de souffrances dans des attentats sanglants, que rien ne peut justifier. L'auteur montre notamment comment les foules étaient manipulées pendant les émeutes par les gangsters qui profitaient de la misère sociale pour se faire de l'argent et une réputation. Entre contrebande, délinquance et vues politiques, Stuart Nevillle montre la noirceur des deux camps. Face à une si grande pauvreté, mon coeur pleurait les morts. Seuls restaient les fantômes pour ne pas oublier la nuit éternelle, l'anéantissement de vies par un terrorisme développé des deux côtés. Dès lors, je n'ai pas été surprise que Gerry Fegan, lui l'ancien tueur de l'IRA, soit poursuivi non seulement par ses démons mais également par ceux des autres, car lui seul les voyait (et peut-être une petite fille -si j'ai bien suivi). Les revenants allaient lui permettre de comprendre le dessous des cartes. Et c'est ce que Gerry allait devoir accepter, entre deux gorgées de bière.
Il va donc s'employer à remettre les choses ‘en silence' dans sa tête et de la seule manière qu'il connaisse, malheureusement. Les ombres le laisseront peut-être ainsi dormir en silence. Mais voilà, en modifiant une donne à un instant précis, il crée un enchaînement qui le dépasse et menace le semblant de paix qui voyait le jour sur les décombres et la désolation, en faisant resurgir les ombres du passé, plus de douze au final.
Commenter  J’apprécie          330
Gerry Fegan est un ancien exécuteur des basses oeuvres de l'IRA, et il a sur les mains le sang de douze victimes. Sorti de prison, ayant désormais purgé sa peine, il est devenu une sorte de héros républicain intouchable aux yeux des siens car il a « payé pour la cause », sans avoir balancé ses commanditaires. Mais l'époque a changé. Après l'accord de paix signé en avril 1998, l'IRA a déposé les armes et se drape dans sa respectabilité toute neuve, la politique a désormais pris le dessus sur le conflit armé aveugle.

Fegan aimerait donc se faire oublier et n'aspire d'ailleurs qu'à une petite vie bien tranquille, mais il a un problème. Rongé de culpabilité, il est littéralement hanté par les fantômes de ses douze victimes, les « suiveurs », qui jour et nuit ne cessent de le harceler, tant que chacun d'entre eux n'aura obtenu vengeance et réparation. Comprenant qu'il n'existe qu'un seul moyen d'échapper aux suiveurs, Fegan se range du côté de ses anciennes victimes et décide de reprendre du service. le compte à rebours macabre peut commencer.

Stuart Neville signe un magnifique et étonnant premier roman, mélange de polar désenchanté et de thriller politique débridé, rehaussé d'une petite pointe de fantastique. Attention, en aucun cas Neville ne verse dans la facilité du surnaturel : seul Fegan perçoit ses suiveurs, qui sont le fruit de son imagination et de sa culpabilité. Les amis de Fegan l'entendent parfois évoquer ses fantômes, mais ils n'y verront tout au plus que le résultat d'un esprit dérangé et embrouillé par l'alcool.

Dans la narration très visuelle de Neville, les fantômes, même s'ils restent silencieux, sont pourtant bien présents et presque palpables. Si un film devait être réalisé à partir du roman, nul doute que les douze suiveurs seraient interprétés par des acteurs, communiquant par gestes avec Fegan pour lui donner la marche à suivre et lui révéler ses prochaines cibles. Les douze fantômes de Belfast utilisent Fegan pour se venger et interagir avec le monde des vivants, à la manière des morts de « Sixième sens » qui apparaissent au jeune Cole dans le film de Shyamalan. le fantastique s'arrête là, les deux interprétations restent possibles, et le résultat est assez terrifiant.

Les ingrédients du polar sont parmi les plus efficaces qui soient : un tueur repenti dont on épouse sans y prendre garde la cause (même s'il reste toujours un tueur !), un agent anglais infiltré, un flic ripoux, des politiciens véreux de la pire espèce, un chef clandestin de la lutte armée irlandaise qui sème la terreur sur ses troupes tel le parrain de la mafia, sans oublier la jolie fille de service, laissée pour compte et rejetée de sa famille pour avoir trahi en épousant un flic anglais. Marie fera assez vite cause commune avec Gerry, qui fait de même en lui proposant sa protection (et on le comprend !).

Impossible ensuite de lâcher ce roman, le scénario implacable nous mène à vive allure vers le règlement de compte final, au cours duquel il restera malgré tout assez de survivants pour nous faire espérer une suite à ce thriller haletant, décidément pas comme les autres !
Commenter  J’apprécie          200
Cela commence au comptoir d'un pub de Belfast, Gerry Fegan enchaîne les verres, whisky et Guinness. C'est une gueule-cassée. Ex-tueur de l'IRA, douze années passées en prison, dépressif, alcoolique...un homme brisé. Un homme hanté.
Car depuis sa libération Gerry est prisonnier, il survit accompagné par les ombres de ses victimes, douze fantômes, autant d'apôtres. Imagination, culpabilité... Fegan décide de s'en libérer en exécutant un à un les commanditaires de ces assassinats. Mais dans l'Irlande contemporaine, les anciens activistes sont des hommes politiques en vue. le tueur devient un chien enragé qu'il faut faire disparaître...la chasse est ouverte.

L'Irlande abrite depuis quelques années de nombreux très bons auteurs de romans noirs dont la liste ne cesse de croître. Nouvel arrivant dans le monde de la littérature, Stuart Neville a-t-il tout pour ajouter son nom à la liste ? La réponse est assurément oui. Si son premier roman, Les Fantômes de Belfast, n'est pas parfait, il n'en demeure pas moins admirable par son décryptage fin de la société irlandaise et par son intrigue très maîtrisée. le suspense va crescendo jusqu'à un final grandiose. Neville est donc un auteur à suivre !
Commenter  J’apprécie          220


critiques presse (2)
LaPresse
07 novembre 2011
Roman d'action au suspense soutenu, thriller politique qui dépeint avec réalisme les horreurs de la guerre civile, Les fantômes de Belfast est aussi une surprenante histoire d'amour. Stuart Neville est une révélation du roman noir irlandais et ce premier récit est un coup de maître.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Telerama
15 septembre 2011
Le romancier Stuart Neville s'attache à cet homme rongé par la culpabilité et nous entraîne dans cette poursuite impitoyable, où les vengeances ne laissent place à aucune pitié.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Un silence éloquent s'installa à l'autre bout du fil. Le chef de la police poussa ensuite un long soupir qui résumait toute sa pensée.
"Monsieur le ministre... Certains d'entre nous, confrontés à de lourdes tâches, savent faire face à leurs responsabilités. D'autres en sont incapables."
Hargreaves redressa la tête sur le coussin en cuir.
"Pilkington ?
- Oui, Monsieur le ministre.
- Je ne vous aime pas.
- C'est réciproque, Monsieur le ministre. A présent, je vous laisse tranquille. Vous avez une longue nuit qui vous attend.
- Allez au diable."
La communication fut coupée. Quelle heure était-il ? se demanda Hargreaves. Et où avait-il posé sa montre ? Ah oui, sur la cheminée. Il se leva et s'approcha du manteau en marbre surmonté d'un miroir. Rien.
"Salope", dit-il.
Commenter  J’apprécie          140
Hargreaves ne cesserait jamais de s'en étonner: les gens votaient pour des criminels en pleine connaissance de cause. L'électorat d'Irlande du Nord était sûrement l'un des plus cyniques au monde. L'homme du peuple savait lire entre les lignes d'un discours mieux que n'importe quel analyste politique, sans en croire un traître mot. Et pourtant, les suffrages s'exprimaient à l'Identique, élection après élection. Finalement, songeait Hargreaves, on ferait aussi bien de compter les voix par appartenance religieuse , ce serait plus simple.
Commenter  J’apprécie          140
Au sud de la frontière, dans la République d’Irlande, les modes de vie évoluaient à mesure que l’accès à la prospérité devenait possible et que le pays se forgeait une nouvelle identité. La lutte pour la réunification avait perdu son sens, le Nord incarnant maintenant le parent pauvre, les enfants bâtards qu’on n’avait pas le cœur de renvoyer. Mais l’autre Irlande ne voulait plus d’eux.
C’est pourquoi le désir de liberté, si l’on pouvait appeler ça ainsi, avait fait place à la cupidité et à la recherche du pouvoir. Formations paramilitaires, républicains et loyalistes maintenaient en façade leurs idéaux politiques, mais Fegan n’était pas dupe. Peut-être même avait-il toujours soupçonné dans le secret de sa conscience les véritables motifs qui animaient des hommes comme Michael McKenna et Paul McGinty.
Commenter  J’apprécie          80
La mort colle aux hommes qui l'ont donnée, comme la puanteur d'un abattoir. Fegan se figura que tous deux devaient la sentir chez l'autre, de même qu'un chien reconnaît à l'odeur un ami ou un ennemi. Il sortit de la maison, conscient du regard de Campbell dans son dos.
Commenter  J’apprécie          190
" Pourquoi acceptez-vous de vous promener avec quelqu'un comme moi ? Pourquoi m'avez-vous ramené en voiture hier ?
- Je ne sais pas exactement ", répondit-elle. Puis, après quelques secondes de réflexion : " Vous avez entendu ce que j'ai dit devant le cercueil d'oncle Michael, mais vous ne m'avez pas jugée. Je suis toujours exposée au jugement des autres. Dans mon travail, on sait de quel milieu je viens, de quelle famille, et on me juge. Mon milieu et ma famille ne me pardonnent pas ce que j'ai fait, comme si tomber amoureuse d'un flic était un acte de trahison, et vous avez vu comment tout le monde me regardait, hier et aujourd'hui. Où que j'aille, on sait qui je suis, d'où je viens, ce que j'ai fait, et on me juge à cause de ça. Alors, voilà pourquoi. Parce que vous ne m'avez pas jugée. (..) "
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Stuart Neville (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stuart Neville
Voici trois romans très différents, mais portés par un souffle singulier. Chasse à l'homme à travers la toile des réseaux djihadistes dans le second volet du triptyque de Frédéric Paulin consacré à la genèse du terrorisme. Chasse à l'ours dans les forêts du Kamtchatka où Sandrine Collette confronte une jeune femme à sa vérité. Chasse tragique au plus intime de l'identité d'un jeune criminel, homme-enfant déchirant, dans le nouveau roman de l'Irlandais Stuart Neville. Trois textes subtils et oppressants.
"Prémices de la chute" de Frédéric Paulin (Agullo) "Animal" de Sandrine Collette (Denoël) "Ceux que nous avons abandonnés" de Stuart Neville (Rivages/Noir)
+ Lire la suite
autres livres classés : iraVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (365) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
220 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre

{* *}