AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2401051759
Éditeur : Hatier (11/09/2019)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Février 1914 : un groupe de suffragettes emmené par Sylvia Pankhurst milite à Londres pour que le droit de vote soit accordé aux femmes. Parmi elles, Evelyn, May et Nell. Pour ces trois adolescentes aux trajectoires différentes, avenir rime avec espoir. Mais sur le chemin de la liberté, un obstacle de taille : la Grande Guerre éclate. Les suffragettes obtiendront-elles gain de cause ou leur combat sera-t-il reporté une fois encore ?

A travers ces tr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
thedoc
  07 septembre 2019
Les suffragettes. On a souvent entendu ce terme, on voit ce que cela recouvre mais quel a été, concrètement, le combat de ces femmes ? Sally Nicholls, dans ce roman dédié aux jeunes lecteurs, retrace à travers le destin de trois jeunes filles le combat de plusieurs générations de femmes en Grande-Bretagne.
A la veille du déclenchement du premier conflit mondial, Evelyn, 17 ans, issu d'un milieu bourgeois et conservateur, souhaite faire des études de lettres classique. Las ! Les jeunes filles de bonne famille ne font pas d'études, elles se cherchent un mari ! Mais Evelyn ne l'entend pas ainsi et le mouvement des suffragettes semble correspondre à ses idéaux : lutter pour obtenir plus de libertés et de droits pour les femmes.
May, 16 ans, vit seule avec sa mère, une quaker suffragiste, et pacifiste forcément. Depuis toute petite, May fréquente les cercles féministes, assume son homosexualité naissante et participe activement aux manifestations des suffragistes… toujours pacifiquement.
Nell, 15 ans, vit dans l'East End, l'un des quartiers les plus pauvres de Londres. La famille est nombreuse et très modeste. La jeune fille, elle aussi du mouvement des suffragettes, n'hésite pas à mouiller la chemise et à se jeter dans la mêlée quand il y a nécessité. Elle est, comme disent les hommes, une « hommasse » : masculine, habillée comme un homme, rêvant d'être un homme, elle n'a de cesse d'avoir les mêmes droits qu'eux. Et d'aimer comme eux.
Pour ces trois jeunes filles aux vies et visées totalement différentes, un seul point commun pour obtenir un monde plus juste : le droit de vote pour les femmes. Mais la Grande Guerre va bouleverser leurs idéaux et leurs principes, les plongeant dans un monde où leur combat risque encore d'être remis à plus tard.
Tracts, femmes-sandwichs, grèves de la faim, bastonnades, … des actions pacifistes à celles plus violentes, ce sont quatre de ces quinze années de lutte acharnée des suffragettes qui se déroulent sous les yeux du lecteur. Les trois personnages féminins nous permettent de voir les différentes idées qui circulaient parmi les mouvements militants, révélant souvent des discordances dans les groupes notamment au sujet du recours à l'action alors que le pacifisme était auparavant de rigueur. Mais ce roman, plus largement, met en avant la dure condition des femmes durant la Première Guerre mondiale en Grande Bretagne et les bouleversements qu'elle a entraînés. L'homosexualité, autre grand thème du roman, est également abordée à travers les émois de nos héroïnes. Si les mouvements féministes étaient évidemment un moyen de s'affirmer plus librement pour les lesbiennes, je déplore juste une certaine caricature des personnages… et du coup des féministes. le roman aurait gagné également en concision et pêche un peu par la volonté de l'auteur de nous citer tous les mouvements de suffragettes… où l'on se perd un peu en début d'ouvrage. L'éditeur nous le conseille à partir de 12 ans… pour un bon lecteur, oui ! Mais je dirais plus 13 ou 14 ans au vu de la longueur et des détails.
Il n'en reste pas moins que les personnages sont attachants dans leur combat et leurs doutes, l'ensemble très documenté avec l'évocation de personnes et faits véridiques, et que ce roman, en rendant hommage à ces femmes qui se sont battues pour l'égalité, peut être une bonne source pour débuter un débat sur l'histoire du droit de vote des femmes… finalement obtenu en 1918 pour les femmes britanniques de plus de 30 ans. Ce n'était que le début d'une longue histoire…
Merci à Babelio et aux éditions Hatier pour l'envoi de ce roman, soutenu par Amnesty International.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
mimo26
  11 septembre 2019
J'ai eu le plaisir de découvrir ce nouveau roman par le biais de ma participation à la masse critique Babélio, que je tiens à remercier d'ailleurs ainsi que la maison d'édition Hatier.
Ce roman historique destiné à la base pour les adolescents est un ouvrage sur les militantes de la Women's Social and Political Union, une organisation créée en 1903 pour revendiquer le droit de vote pour les femmes au Royaume-Uni. Leur façon d'agir est fondés sur la provocation, rompirent avec la bienséance qui dominait jusqu'alors le mouvement suffragiste britannique.
Ce roman va nous apprendre comment trois jeunes adolescentes , qui mènent des vies très différentes , vont se démener pour que les femmes soient reconnues dans cette société anglaise du début du XXe siècle alors que la guerre approche.
Il leur faudra beaucoup batailler mais aussi apprendre à se démarquer de leur famille.
Evelyn, dix-sept ans qui considère son âge plus comme un handicap que comme une chance, elle deuxième d'une fratrie de quatre enfants.
Elle a un frère de dix neuf ans qui fait ses études à oxford. Elle l'envie car il peut faire tout se dont on lui interdit à elle.
Alors qu'Elle est dans une école de Belsize Park, où l'on considère que l'étude du piano et du français constitue l'essentiel de l'éducation d'une jeune fille.
C'est Mlle Dempsey (professeure d'Evelyn) qui lui donnera l'envie de poursuivre ses études à Oxford. Mais à cette époque, les jeunes filles ne pouvaient pas obtenir de diplômes.
À Noël, elle se décida à aborder le sujet avec sa mère, mais la seule réaction de celle-ci fut de lui dire :
« Mais ma chérie pour quoi donc faire ? », « Christopher (frère d'Evelyn) va y rencontrer toutes sortes de gens qui lui seront utiles dans ses affaires. Il faut qu'il gagne sa vie, lui, ma chérie – ce que tu n'auras certainement jamais à faire. Ces femmes universitaires ont des vies très tristes… »
Pour ses parents, son avenir est tout tracé, elle épousera Teddy son ami d'enfance, elle aura des enfants et tiendra sa maison comme toute femme de cette époque.
Mais pour elle, son rêve est de pouvoir faire des études et elle finira par décider de se lancer dans le combat des suffragettes. Leur devise est : « Deeds not words. », des actes plutôt que des mots.
La deuxième jeune fille se prénomme May Thornton,
May, fille d'une mère engagée et anticonformiste qui de plus est Quaker (suffragiste) et donc pacifiste.
Ce mouvement désapprouve les méthodes violentes des suffragettes qui elles lançaient des pierres dans les fenêtres, lacéraient des tableaux et faisaient exploser des cocktails Molotov dans des maisons inoccupées.
Les suffragistes refusent de se mettre en danger tout l'opposé des suffragettes, Deux clans agissant pour la même cause (le droit de vote pour les femmes) sans pour autant agir de la même manière.
Le père de May est mort alors qu'elle n'avait qu'un an, il était le directeur d'une école libre consacrée à l'éducation des pauvres. Depuis May vit avec sa mère et Mme Barber leur gouvernante.
C'est lors d'une manifestation où la présence de Sylvia Pankhurst (qui est à la tête du mouvement des suffragettes, celle-ci fut arrêté et jeté en prison, puis ressortie) que May va faire la connaissance de Nell Swancott « jeune fille trapue, qui portait des culottes, veston et casquette comme un garçon »
Nell, vivait dans un deux pièces avec ses parents et ses frères ( dont un était atteint de la diphtérie) et soeur à l'East End de Londres qui était le quartier des docks, le plus pauvre de la capitale.
Là-bas vivaient des juifs d'Europe de l'Est, des Lascars venus d'Inde, des immigrants Irlandais et des Antillais et Africains.
Nell a toujours été un garçon manqué, elle ne voulait pas se marier ni avoir d'enfants. Elle aime jouer au cricket.
A quatorze ans, elle a quitté l'école. Elle aurait souhaité trouver un emploi de livreur, mais personne à cette époque embauchée des filles. Alors elle s'est retrouvé comme « chargée d'emballage » dans une fabrique à confitures. Ce fut pour elle une période sombre, solitaire, jusqu'au jour où elle vit une annonce dans le journal (ancien N° de la suffragette) où il était inscrit :
« VOUS ETES EXPLOITÉES ?
NOUS POUVONS VOUS AIDER !
A TOUT TRAVAIL, SALAIRE DÉCENT »

Très rapidement elle décidera de suivre ce mouvement.
À cette époque les femmes, qu'elles soient riches ou pauvres, paysannes ou bourgeoises, ouvrières ou nobles, elles n'ont pas davantage de droits qu'un criminel, qu'un enfant ou même qu'un malade mental. A métier équivalent, elles gagnent le tiers de ce que gagne un homme et n'ont pas accès à l'éducation. La femme mariée ? Elle ne s'appartient plus, « son identité est subordonnée à celle de son mari ».
Je ne vous en dirais pas plus, je vous laisse le soin de découvrir comment ses trois jeunes filles vont mener leur combat pour « le doit de vote des femmes »,l'égalité des salaires, les études supérieures qui ne sont pas pour les femmes, l'amour entre May et Nell et aussi leur vie et leur combat pendant la première guerre mondiale.
C'est un roman historique très intéressant pour lecteurs de tout âge. Il est rigoureux et riche d'informations. Il nous fait repenser à quatre femmes qui ne sont sans doute pas connu de tous :
• Millicent Garrett Fawcett commence à militer dès les années 1870. Un jour, on lui vola son sac ; lorsqu'elle voulut porter plainte, la police lui expliqua que son sac appartenait à son mari et que seul ce dernier pouvait porter plainte. en 1897 elle devient la présidente des Suffragists, la National Union of Women's Suffrage Societies (NUWSS).
• Selina Cooper est une autre suffragiste. Elle a commencé à travailler à l'âge de 12 ans. En 1901, elle devient la première femme à représenter le parti travailliste. Dans les années 30, elle lutta contre le fascisme.
Le 7 évrier 1907, fut organisé la Mud March march, leur première manifestation de grande ampleur.
• En 1903, Emmeline Pankhurst fonde l'Union sociale et politique féminine (Women's Social and Political Union, WSPU) avec ses deux filles Christabel et Sylvia et d'autres militantes qu'on appela les "Suffragettes" par opposition aux "Suffragistes". Les actions du WSPU sont spectaculaires et parfois violentes ; on s'enchaîne aux lampadaires, on détruit des vitrines, on incendie des bâtiments. Les membres du parti sont souvent arrêtés et Christabel dut même s'exiler deux ans à Paris après la promulgation du "Cat and mouse act".
• En 1913, la suffragette Emily Davison se jeta sous le cheval du roi George V qui participait à un derby en 1913 ; elle mourut quelques jours après.
• La première guerre mondiale fut importante dans la prise de conscience de l'injustice envers les femmes ; elles avaient participé à l'effort de guerre mais on leur niait toujours le droit de voter.
Le droit de vote fut accordé aux femmes de plus de 30 ans en 1918. le droit de vote pour les femmes de plus de 21 ans - comme les hommes - fut accordé en 1928 (un mois après la mort d'Emmeline Pankhurst).
Désolée pour ceux qui ont trouvé cette critique trop longue…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ChaChou14
  17 septembre 2019
J'ai eu la chance de découvrir ce roman dans le cadre d'une masse critique privilégiée par Babelio. Je remercie donc Babelio et la maison d'édition Hatier pour l'envoi de ce roman.
Les suffragettes ? Voilà la discussion essentielle de ce roman. On en a beaucoup entendu parler de ce sujet durant la première guerre mondiale, et notamment de l'acquisition des droits et des libertés des femmes. Un sujet encore tabou dans notre société contemporaine sachant que, pour de nombreuses personnes, la femme est encore vue comme un "objet de convoitise".
Dans ce roman, on suit l'évolution du combat de ces femmes pour le droit de vote à travers trois portraits de jeunes femmes : Evelyn, Nell et May à Londres. Nous suivons leur engagement dans les différents groupes des suffragettes, la vision de leur entourage sur ces suffragettes, leurs amours, l'homosexualité, etc. Bref, ce roman aborde différents thèmes et est surtout adressé à un public jeunesse.
Ce roman est très régulièrement ponctué de violences, caractéristiques de l'époque de la guerre durant laquelle les femmes doivent remplacer les hommes au travail et dans les tâches quotidiennes. Ces trois filles, avec leurs caractères bien trempés et leurs déterminations, ne se laisseront pas faire face aux violences policières.
L'écriture fluide rend la lecture de ce roman assez facile pour un adolescent. Ce roman est riche en détail sur le thème des suffragettes, de leurs revendications et de leurs combats. Mais j'ai trouvé la lecture de ce roman trop longue, au point de l'avoir abonnée au bout de quinze jours. Les faits trop détaillés et répétitifs d'un personnage à l'autre rendent la lecture de ce roman lourd, ce qui m'a en partie lassée. Je pense reprendre la lecture de ce roman plus tard pour connaître la fin de cette histoire intrigante !
Bien que la lecture de ce roman m'a lassée, je recommande de découvrir ce roman traitant le sujet des suffragettes pour un public jeunesse.
Lien : https://lecarnetdestitch.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
IreneAdler
  28 août 2019
Elles sont toutes les trois investies dans le mouvement suffragiste, avec ou sans l'accord de leur famille. Elles sont de milieux différents, elles vivent différemment leur engagement. Mais toutes ont un combat à mener. Evelyn contre sa famille pour faire des études, Nell pour sortir de l'East End et May pour essayer de vivre selon ses convictions quakers. Les 2 dernières sont également homosexuelles. Et puis la guerre éclate : qu'est-ce qui est le plus important à ce moment : le droit de vote, l'effort de guerre,le pacifisme ?
Contrairement à ce que peut laisser penser le titre, il s'agit bien d'un roman, et non pas de biographies (c'est bien ce que j'avais cru...)
Ce roman est la rencontre entre l'histoire mondiale et les cheminements personnels et intellectuels de chacune des 3 femmes du titre, de voir leurs aspirations et leurs idéaux se heurter à la réalité. Que cette réalité soit la guerre, le manque de travail ou un amour déçu ou tout ça à la fois. Sans compter la famille : on l'aime mais parfois elle ne comprend pas bien les aspirations qui animent la volonté de leur fille, surtout chez Evelyn qui la voit mariée avec des enfants et surtout pas étudiante à Oxford. Si toute les filles évoluent, je crois que c'est Evelyn qui a ma sympathie : à vouloir tout concilier (amour, mariage, famille), elle s'oublie et se complique la vie et finit par s'oublier. Et pourtant, c'était elle qui savait le mieux ce qu'elle voulait faire de sa vie ; c'est sa passion qui m'a le plus touchée. Nell et May suivent leur chemin, entre affrontements et rêves à construire, convictions religieuses et politiques. Je crois que ce sont elles qui sont le plus lucides sur l'histoire qui sera racontée pour la postérité : les hommes héroïques sur les champs de bataille tandis que les rôles des femmes seront pour la plupart laissés dans l'ombre. Bien sûr, ce sont des paroles a posteriori, puisque l'auteure est notre contemporaine ; d'ailleurs, j'ai trouvé sa fin un peu à message/leçon, mais pas trop subtil... C'est aussi le rôle qu'assume May, pacifiste et intransigeante, pas toujours capable de se mettre à la place des autres... Elle ne vit que pour son idéal et ne comprend pas que les autres soient incapables de le faire ; cela lui donne un petit côté martyr parfois un peu insupportable... Néanmoins, c'est vraiment un roman hautement recommandable.
Merci à Babelio et aux éditions Hatier pour l'envoi de cet ouvrage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
mjaubrycoin
  09 septembre 2019
Le sous-titre de ce roman destiné aux adolescentes "Pour un monde plus juste" illustre le combat que les femmes ont du mener dans les siècles passés, et ici plus spécifiquement en Grande-Bretagne au début du 20ème siècle, pour tenter d'obtenir l'égalité avec les hommes. Et cette égalité passe d'abord par l'octroi du droit de vote qui donne accès à la sphère du politique, domaine réservé à la gente masculine.
Alors que tant de jeunes filles négligent de se faire inscrire sur les listes électorales ou ne se déplacent pas pour voter lors des scrutins, il est salutaire de rappeler que par le passé, des femmes se sont battu pour acquérir ce droit, ont été molestées, emprisonnées, ont affronté le mépris de leurs contemporains sans jamais baisser la garde.
Et c'est grâce à leur détermination que l'égalité Hommes/Femmes est entrée dans la loi et permet de poursuivre le combat pour que les avancées législatives se traduisent dans le quotidien.
Sally Nicholls explore le parcours de trois jeunes filles : Evelyn la bourgeoise promise au mariage avec son ami d'enfance, mais qui ne rêve que d'intégrer la prestigieuse université d'Oxford. May la délicate quaker convaincue que la foi religieuse doit diriger les conduites, fille d'une suffragette acquise au progrès. Nell la prolétaire qui n'hésite pas à faire le coup de poing dans les manifestations féministes mais doit avant tout lutter pour survivre au sein de sa famille aussi nombreuse que désargentée.
Le parcours de ces trois jeunes filles s'entrelace avec un point commun, le soutien au vote des femmes. Une relation sentimentale authentique nait entre May et Nell.
Quand arrive la première guerre mondiale, les femmes doivent s'interroger sur leurs priorités et le pacifisme des suffragettes fait mauvais ménage avec le patriotisme et l'effort de guerre.
Sally Nicholls a utilisé toutes les ressources d'une documentation soignée pour ancrer son récit dans un contexte historique fouillé.
Il est bien utile de rappeler que l'effort de guerre n'a pas été mené uniquement par les hommes au combat mais aussi à l'arrière du front par leurs courageuses compagnes qui les ont remplacés dans les tâches les plus rudes parce qu'il fallait bien vivre et que la mobilisation privait les foyers des ressources essentielles.
Ce qui m'a interpellée dans ce roman, c'est la présentation de l'homosexualité féminine, à travers la relation de May et Nell comme une évidence, un amour admis par la secte religieuse à laquelle appartient May. Les quakers prônent l'égalité homme/femme, tous deux créatures de Dieu mais paraissent aussi singulièrement ouverts à ce que l'époque considérait non pas comme un mode d'expression normal de la sexualité mais comme une déviance pénalement réprimée (même si pour être tout à fait exacte, le jugement porté sur les femmes lesbiennes devait être moins sévère que sur les hommes homosexuels qui comme Oscar Wilde l'apprit douloureusement à ses dépens, pouvaient voir leur vie anéantie brusquement lors de leur coming out).
Sally Nicholls aurait-elle souhaité donner à son roman une touche de modernité afin de satisfaire tous les publics ? Les liens étroits qu'elle met en évidence entre les choix sexuels et le combat pour l'égalité me paraissent un peu trop appuyés pour restituer une réalité historique authentique.
La fin ouverte du livre permet toutes les interrogations. Evelyn parviendra t'elle à mener de front sa vie de famille et ses études ? Teddy survivra t'il au gazage dans les tranchées qui a détruit ses poumons ? May et Nell parviendront elles à se retrouver après leur rupture ? Ce sera aux lectrices à imaginer la suite de leurs histoires.
La lecture est agréable et les courts chapitres permettent au récit d'adopter un rythme soutenu. La mise en page est aérée et la couverture superbe.
Voici de quoi tenter les lectrices (adolescentes et jeunes adultes) de se lancer sur les traces de Sylvia Pankhurst, figure emblématique du mouvement des suffragettes britanniques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          54
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
TakalirsaTakalirsa   20 septembre 2019
- Mais ce n'est pas juste! Franchement, Maman, ce n'est pas juste! Pourquoi mon frère aurait-il tout et moi rien?
Commenter  J’apprécie          10
JangelisJangelis   12 septembre 2019
Arrêter la guerre ! Pourquoi pas ? Des femmes, dans tous les foyers du monde, parlant, négociant la paix, faisant tout ce qui, traditionnellement, était réservé aux hommes. N'était-ce pas une meilleure façon de mettre fin au conflit que d'attendre qu'on vous tire dessus ?
Commenter  J’apprécie          30
AllilyAllily   11 septembre 2019
Elle et sa mère étaient suffragistes, plutôt que suffragettes ; elles voulaient le droit de vote, mais sans utiliser la violence pour l'obtenir. Les suffragettes lançaient des pierres dans les fenêtres, lacéraient des tableaux à la National Gallery et faisaient exploser des cocktails Molotov dans des maisons inoccupées. La mère de May pensait qu'agir de la sorte desservait la cause - qui voudrait être associé à ces folles furieuses ? Elle préférait agir avec des moyens non violents, des pétitions, des marches pacifiques et des articles dans la presse. Les suffragettes avaient tendance à mépriser les femmes telles que la mère de May, faisant observer que ces méthodes avaient été utilisées pendant quarante ans sans succès, avant qu'Emmeline Pankhurst ne se lance dans la bataille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JangelisJangelis   12 septembre 2019
Voilà le type même du compagnon idéal. Un homme capable de vous dire en face ce qu'il pensait quand vous vous prépariez à agir comme une sotte et qui, ensuite, restait à vos côtés quand, malgré tout, vous vous entêtiez. Il n'y avait pas un homme sur mille qui aurait fait ça.
Commenter  J’apprécie          00
JangelisJangelis   12 septembre 2019
Les choses ne cessaient pas d'être terribles, simplement parce que les problèmes de l'autre étaient plus terribles encore.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : suffragettesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1722 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..