AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782368630099
Éditeur : Mots Ouverts éditions numériques (03/03/2013)
5/5   3 notes
Résumé :
"Nous en étions au troisième mois de grève. Les magasins de pompes funèbres et leurs innombrables artisans sous-traitants commençaient à faire grise mine devant cette chute soudaine de chiffre d?affaires. Les fleuristes des entrées de cimetières bradaient leurs couronnes. Les conciles religieux se mirent à égrener nerveusement leur chapelet en murmurant que les voix du Seigneur étaient certes impénétrables, mais que le Très-Haut poussait le bouchon un peu loin La v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
nathavh
  13 mai 2014
La mort nous fait peur en général. Hé bien je peux vous dire que je ne la vois plus du tout comme je l'imaginais après la lecture de ce livre. Sujet bien déroutant et original que celui-ci.
La mort est incarnée par Catule, un quadra sportif et chic, 1 m85, fan des Beatles.
Catule la mort en a marre de ne pas être aimé. Il déprime un peu suite aux avancées de la médecine. Il rencontre Asclepios (Dieu de la médecine) et aimerait partager avec lui un moment de gloire et de reconnaissance. Un rêve impossible.
Impossible pas tant que cela. Il veut montrer qu'il est utile et décide de faire grève. Dorénavant aucun octogénaire ne trépassera. La situation devient de plus en plus préoccupante engendrant désordres économiques, religieux et surchargeant les hôpitaux...
Ce n'est pas tout. Catule rencontre Jacques Verges qui devient son défenseur et imagine un plan diabolique pour lui donner son heure de gloire.
Je ne peux vous en dire plus si ce n'est que je me suis régalée. J'ai littéralement avalé ce livre à la plume bien trempée. Un ton acerbe, cynique et en même temps plein d'humour...noir, vous l'aurez bien compris.
Cela m'a fait rire vraiment mais aussi fait réfléchir malgré la situation surréaliste mise en avant ici avec les "Immourables".
Imaginez les conséquences qui pourraient être générées: les dérégulations économiques, les pensions à payer de façon permanente et par qui ? La pagaille dans les hôpitaux, la raison ou non raison d'être des religions, des métiers en disparition : fleuristes devant les cimetières, fossoyeurs, pompes funèbres... bref un CATACLYSME culturel, financier, idéologique.
Un livre d'un genre très particulier qui fait réfléchir, rire en chantant aussi, les Beatles nous accompagnant en permanence.
Une très belle découverte, merci les éditions Rouge Sang. A lire sans modération au plus vite, un vrai coup de coeur. Un livre à plusieurs niveaux de lecture.
Et si vous aussi vous rencontriez Catule la mort ?
Ma note : le maxi car c'est un vrai coup de coeur

Lien : http://nathavh49.blogspot.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
Bookinnee
  23 septembre 2013
In Fine. Lapidaire. Tranchant. Encore une fois un titre et une couverture qui m'intrigue.
Darc m'avait marquée. J'ai téléchargé ce livre les yeux fermés !
Quand je craque sur un auteur, je dévore toutes ses oeuvres. Stéphane Nolhart en fait parti. On ne peut pas dire qu'il soit un auteur, comment dit-on déjà, vous savez ce mot… dont la production est abondante ? Ha oui ! Prolifique ! Voilà ! Stéphane Nolhart n'est pas un auteur prolifique (hélas !).
Alors, quand il offre un livre à ses lecteurs, on ne réfléchit pas. On se rue dessus…affamé !
Comment vous parler de ce livre sans trop en dévoiler ? Je vous livre, à demi mots, le "héros".
Vous allez rencontrer un personnage que l'on évite toute sa vie. Une personne que l'on craint bien souvent de son vivant, que l'on déteste quand elle passe, qui ne nous laisse pas indemne quand on la croise… Un personnage qui nous a toujours fait peur, que l'on imagine… morbide.
Sauf que… pas du tout ! En fait, ce "héros", contrairement à nos idées reçues, est haut en couleur. Il possède un humour foudroyant. Il décide donc, contre toute attente, de changer l'image que le monde à de lui… Et cela, par tous les moyens à sa disposition. In Fine, la fin justifie les moyens…
Le voyage de ce livre ? Entre deux mondes, dans une sorte de purgatoire où tous les codes seraient altérés, où les réseaux sociaux vous font Dieu en un jour… et Lucifer le lendemain !
On se questionne, on avance, on suit, on rit… parfois jaune.
Un périple à mourir de rire !
J'ai adoré ce livre ! L'auteur nous transporte dans son univers, du moins le pense-t-on. Une satire de notre monde, virtuel et visuel, juste et efficace. Encore une fois, Stéphane Nolhart évoque d'une plume magistrale des sujets délicats, avec art et noblesse. Une pépite de lecture.
À lire, relire… et offrir !

Lien : http://bookinnee.com/2013/09..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tribulationsdunevie
  01 mai 2014
Grande cape noire, longue faux à la main: voici l'image que nous avons de la Mort depuis des siècles. Et si nous nous étions fourvoyés depuis des siècles ? Car, dans son roman, Stéphane Nolhart, nous présente une Mort sous des traits humains, masculins. Et elle n'a pas la forme notre Mort, Catule de son prénom. Elle déprime parce nous, humains, nous ne reconnaissons pas son travail et privilégions la médecine, que nous couvrons de louanges. Pour qu'enfin nous réalisions l'importance de son labeur, Catule décide, tout comme nous en temps de revendications, de faire grève. La grève de la mort avec toutes les conséquences que cela peut entraîner.

En apportant une version humaine et non dénuée de sentiments de la Mort, Stéphane Nolhart en fait un personnage attachant et touchant. Incroyable à dire mais au fil des pages et des chapitres, oui on aime la Mort. Plein d'humour et de sarcasme, Catule devient un peu le pote avec qui passer des soirées sympas.

L'humour règne en maître dans se court roman (après la Mort bien sûr), ainsi la lecture des quelques 168 pages offre un moment de détente agréable sous fond d'une critique de la société aiguisée et subtile comme on les aime.

Pour conclure, j'ai passé un bon petit moment avec ce roman/témoignage. Il m'a fait esquisser quelques sourires. L'idée originale est bien travaillée, tout particulièrement au niveau des différents personnages. Sans un être un coup de coeur, je conseille ce livre à qui veut un moment de détente sans tomber dans un humour facile et et populaire.
Lien : http://tribulationsdunevie.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pascal2222
  27 juin 2014
Une livre que j'ai découvert par hasard. L'auteur nous livre une vision de la mort extrêmement d^role sans jamais être dans l'humour noir, une critique hilarante de notre société. Perso. J'ai adoré. A lire d'urgence.
Commenter  J’apprécie          00
Nnyl
  23 juin 2014
Le maitre mot de ce livre est vraiment, originalité car l'auteur tout en en choisissant un sujet assez "commun" ne tombe pas dans la facilité et propose un univers riche avec des dialogues percutants.
Alors abandonnez toute idée sur ce que va vous proposer (car vous tomberiez forcément à côté) et laissez vous entraîner par cette petite pétite trop peu connue
Lien : http://maboiteauxlivres.skyr..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
BookinneeBookinnee   23 septembre 2013
Quand un médecin dit "aïe, aïe, aïe", sur le ton de l'agneau apercevant le quatrième cavalier de l'apocalypse, on peut craindre le pire. Toutefois, c'était certainement moins pire que "aïe, aïe, aïe, aïe", et moins grave que "aïe, aïe, aïe, aïe, aïe".
Commenter  J’apprécie          20
BookinneeBookinnee   23 septembre 2013
je n'avais jamais apprécié l'idée de me faire piquer mon job par des amateurs sabotant le travail. Le dernier cas sérieux avait été ce petit Autrichien fasciste sans le moindre talent qui avait tenté de faire le malin en massacrant à tout va.
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh   13 mai 2014
Sans la mort, nous serions 110 milliards sur terre, autant le dire, la vie serait impossible ! La mort se bat pour la survie de la vie !
Commenter  J’apprécie          20
BookinneeBookinnee   23 septembre 2013
La dernière fois qu'un type de notre catégorie à jouer avec des clous sur ses recommandations, ça a changé la face du monde.
Commenter  J’apprécie          20
nathavhnathavh   13 mai 2014
Les premières fissures dans les fondations des religions dont les bienfaits les plus flagrants reposaient sur l'obligation de mourir apparurent dans l'esprit des ouialles.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : rireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Stéphane Nolhart (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
211 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre