AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782868695239
Actes Sud (04/06/1999)
4.35/5   10 notes
Résumé :
Ces pages, je les ai choisies dans mes carnets pour donner une suite au premier volume où je tentais, par l'anecdote saisie au vol, par la réflexion notée dans l'instant, par le croquis sur le vif, d'apporter réponse aux questions que souvent l'on se pose sur les coulisses de l'édition, et d'illustrer le cours qu'à l'université je consacre au Paratexte (ce qui d'un texte fait un livre). Mais la nécessité de ce nouveau volume ne me serait sans doute pas apparue si la... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique

Lu peu après sa parution, en 1989----Relecture avril avril 2019

Cela faisait déjà quelques années que j'avais débuté mon métier de libraire... j'ai suivi la naissance de cette maison d'édition avec un bonheur sans égal: tant par l'originalité du format et des couvertures que par les traductions de pays, peu représentés dans le paysage éditorial français....à l'époque !!

"Après tout, se fût-elle faite, cette Europe, les miens seraient peut-être morts un peu plus vieux, un peu moins tristes.

Alors j'ai décidé, un beau matin, de me la faire, cette Europe qu'on ne me faisait pas. Et, dans cette maison décentralisée (comme on dit avec si peu d'élégance), je me suis mis à accueillir des textes allemands, scandinaves, italiens, espagnols, russes, grecs, autrichiens, belges, d'autres encore. Et aujourd'hui elle est là, sensible, vivante et vraie, mon Europe communautaire : dans ces livres publiés, dans ces textes, dans ces pages qui m'emmènent aux quatre vents, dans cette ineffable communion du regard et de la mémoire." (p. 18)

Ces carnets nous offrent des instantanés du métier d'éditeur, de

multiples anecdotes, les rencontres d'Hubert Nyssen avec d'autres

écrivains, ses choix éditoriaux, ses différentes facettes d'éditeur, d'écrivain, de traducteur, ses voyages dont celui très mouvementé à la Havane autour d'un colloque littéraire, sous haute surveillance des "bons révolutionnaires, communistes"... jusqu'à l'extrême difficulté de l'éditeur pour aller se recueillir sur la sépulture d'Alejo Carpentier !

"[Arles, 19 octobre 1983 ]

En Afrique du Sud, ils ont pendu le poète Benjamin Moloise. A Paris, le Pen, à la télévision, lave plus blanc que blanc et poursuit sa mussolinienne offensive en faveur de l'ordre moral. Au Nicaragua ils ont supprimé les libertés individuelles au nom de la sécurité démocratique...Et dire qu'on trouve encore des gens pour demander quelle nécessité il y a d'éditer des livres ! "(p. 137)

Tour à tour amusant, cocasse, grave et bouleversant de revisiter cette extraordinaire aventure éditoriale...l'histoire des écrivains qu'Hubert Nyssen a fait découvrir aux lecteurs français... dont Paul Auster, Jean Hugo, Nina Berberova, et tant d'autres , son indépendance qu'il a toujours vaillamment préservée...!

Hubert Nyssen aborde tous les aspects, toutes les contraintes auxquelles un éditeur est confronté, dont l'argent, qui reste le "nerf de la guerre" !!

"Nombre de nouveaux éditeurs, comme on les appelle, se sont cassé la figure pour avoir méprisé l'argent. D'autres ont disparu pour n'avoir pensé qu'à ça. Et de vénérables maisons ont terni leur image en montrant que du côté de l'argent elles plaçaient désormais leur absolu. (...)

On sait cela : il faut de l'argent pour acquérir des oeuvres, de l'argent pour

fabriquer des livres, de l'argent pour les diffuser, de l'argent pour convaincre, et de l'argent pour obtenir de l'argent." (p. 82)

Je redis mon admiration pour le catalogue exceptionnel des éditions Actes Sud, et pour la continuité réussie et assumée par Françoise Nyssen, la fille de son fondateur !...

Commenter  J’apprécie          474

Livre de confidence du fondateur des éditions Actes sud (maison de grande qualité pour son travail éditorial ).

Il faut aimer l'histoire de la littérature (les éditeurs en font naturellement partie) pour en apprécier la lecture.

Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation

Comment à ce propos oublier l'aventure advenue en 1980, quand vint par la poste, un beau matin, une liasse de feuillets sans titre, sans nom d'auteur, sans adresse, avec pour seul indice d'origine un timbre grec et un tampon du Pirée ! Fasciné par les premières phrases, je lus ce texte dans l'heure qui suivit son arrivée. C'était l'histoire d'un homme qui, pendant quarante ans, s'était enfermé dans une sorte d'autisme, puis un jour, ayant retrouvé sa soeur, s'était mis à lui parler. (...)

Ce texte incandescent, d'où venait-il ? Qui l'avait écrit ? Qui l'avait envoyé ? (...)

elle, c'était Anne-Marie Roy. Le livre s'appelait -Pierre, pour mémoire- Nous l'éditâmes sans délai et Denis roche en salua la parution pour une page étourdissante dans-Le Nouvel Observateur-. C'est avec ce livre que la véritable histoire d'Actes Sud a commencé. (p. 27)

Commenter  J’apprécie          60

Nombre de nouveaux éditeurs, comme on les appelle, se sont cassé la figure pour avoir méprisé l'argent. D'autres ont disparu pour n'avoir pensé qu'à ça. Et de vénérables maisons ont terni leur image en montrant que du côté de l'argent elles plaçaient désormais leur absolu. (...)

On sait cela : il faut de l'argent pour acquérir des oeuvres, de l'argent pour fabriquer des livres, de l'argent pour les diffuser, de l'argent pour convaincre, et de l'argent pour obtenir de l'argent. (p. 82)

Commenter  J’apprécie          90

[Arles, 19 octobre 1983 ]

En Afrique du Sud, ils ont pendu le poète Benjamin Moloise. A Paris, Le Pen, à la télévision, lave plus blanc que blanc et poursuit sa mussolinienne offensive en faveur de l'ordre moral. Au Nicaragua ils ont supprimé les libertés individuelles au nom de la sécurité démocratique...Et dire qu'on trouve encore des gens pour demander quelle nécessité il y a d'éditer des livres ! (p. 137)

Commenter  J’apprécie          80

Un ami m'avait envoyé, avec sa recommandation, le premier livre d'un écrivain new-yorkais, The invention of solitude de Paul Auster. Ce n'est pas seulement un écrivain...c'est un grand ! La narration, impitoyable de simplicité, marque, j'en jurerais, le commencement d'une oeuvre qui comptera. (p. 78)

Commenter  J’apprécie          110

Après tout, se fût-elle faite, cette Europe, les miens seraient peut-être morts un peu plus vieux, un peu moins tristes.

Alors j'ai décidé, un beau matin, de me la faire, cette Europe qu'on ne me faisait pas. Et, dans cette maison décentralisée (comme on dit avec si peu d'élégance), je me suis mis à accueillir des textes allemands, scandinaves, italiens, espagnols, russes, grecs, autrichiens, belges, d'autres encore. Et aujourd'hui elle est là, sensible, vivante et vraie, mon Europe communautaire : dans ces livres publiés, dans ces textes, dans ces pages qui m'emmènent aux quatre vents, dans cette ineffable communion du regard et de la mémoire. (p. 18)

Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Hubert Nyssen (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hubert Nyssen
Créé par Hubert Nyssen (fondateur des éditions Actes Sud) et Madeleine Thoby, le département jeunesse d'Actes Sud publie depuis 1995 des ouvrages (albums, romans, documentaires, bd...) qui portent un regard particulier sur le monde et ses évolutions, empreint d'émotions, d'humour, de curiosité, d'exigence et d'ouverture. En février 2023, ce département est rebaptisé Actes Sud jeunesse, afin d'être en meilleure adéquation avec une ligne éditoriale proche du catalogue général des éditions Actes Sud mais qui s'adresse à un lectorat plus ample, allant de la petite enfance aux jeunes adultes. Les ouvrage paraissant à partir de cette date porteront cette nouvelle signature.
+ Lire la suite
autres livres classés : éditionVoir plus




Quiz Voir plus

BOULE DE SUIF et l'hypocrisie des autres

Qui est l'auteur de cette nouvelle?

Honoré de Balzac
Victor Hugo
Guy de Maupassant
Gustave Flaubert

26 questions
1045 lecteurs ont répondu
Thème : Boule de suif de Guy de MaupassantCréer un quiz sur ce livre