AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2867464323
Éditeur : Liana Lévi (04/01/2007)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Présentation de l'éditeur
En décembre 1918, à Annecy, l'armistice est signé mais les trains continuent de ramener du front des hommes à jamais meurtris. L'un d'eux, à l'identité inconnue, semble ne pas vouloir se réveiller. C'est à Claire, une jeune novice travaillant depuis quatre ans dans son service, que le professeur Tournier confie la tâche de ramener à la vie ce corps muet, refermé sur ses souvenirs. Par fragments l'inconnu se dévoile au lecteur et la j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  04 avril 2015
Après le cauchemar de la guerre, les blessés de 1918 continuent à souffrir en âme et en corps dans les hôpitaux de l'arrière.

Claire est novice, jeune infirmière débutante dans le service du professeur Tournier *, qui lui confie les soins d'un homme inconnu, fracassé, mutique et enfermé dans une totale incommunicabilité avec les soignants.
La jeune femme, par sa présence fidèle, une perception tactile innée des corps en souffrance, une sensibilité et une écoute exceptionnelle va peu à peu faire sortir le soldat de son silence.
Un premier roman découvert lors sa sortie littéraire, que je recroise maintenant par hasard et dont je retrouve encore très vif l'extrême plaisir de lecture. On pourrait imaginer une histoire classique et romanesque une peu datée, au parfum suranné, un témoignage de plus concernant les destins individuels de la Grande Guerre.
Mais c'est beaucoup plus que cela.
C'est une très belle histoire humaniste, mettant en toile de fond les thérapies psychanalytiques quand la science médicale réparatrice fait défaut. le contexte des horreurs de la guerre est violent, omniprésent. le contraste avec ce huit clos intime est d'autant plus touchant.

Le personnage De Claire est lumineux, instinctif et généreux naturellement. Par cette émouvante résurrection de l'âme par les bienfaits apportés au corps, la jeune femme mettra en lumière la compréhension intime de son propre chemin, entre découverte pudique du désir et spiritualité.
Quel bonheur, ce livre ! Bien heureuse de l'avoir relu, car il le mérite bien !

(*1866-1929 – un des premiers adeptes de Freud en France.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
jeunejane
  05 avril 2015
Décembre 1918 à l'hôpital d'Annecy arrivent des grand blessés de guerre traumatisés. Parmi eux, un jeune homme complètement prostré.
Claire, jeune infirmière depuis 4 ans, va entrer en contact avec le malade sous la direction du professeur Tournier.
Ils sont tous deux profondément humains, respectueux et à l'écoute du patient. Une relation très intimiste va s'installer entre Claire et l'inconnu qui va renaître petit à petit à la vie.
C'est un livre passionnant, extrêmement touchant et qui montre les progrès de la psychiatrie à partir de cette atroce période qu'a été la première guerre mondiale.
Commenter  J’apprécie          240
RChris
  20 mars 2017
Le patient français n'est ni un invalide ni une gueule cassée. Heureusement que la guerre était finie sinon il eût été considéré comme un simulateur car sa blessure n'était pas physique quand il fut accueilli en décembre 1918 à l'H.P.
Son réveil à la vie est progressif, accompagné par une infirmière-nonne éclairée. Cependant, ce retour parmi les vivants est lié à des souvenirs variés qui « cassent » quelque peu le rythme déjà lent du roman.
Construit sur une bonne idée pour faire valoir les débuts de la psychiatrie, ce roman ne réalise pas, selon moi, son ambition initiale.
Commenter  J’apprécie          220
sylvie
  31 juillet 2008
J'ai vraiment aimé ce premier roman.
Il s'articule autour de l'histoire de deux personnages très attachants qui nous sont présentés avec une grande sensibilité et une belle dextérité d'écriture.
D'abord nous faisons la connaissance De Claire, une jeune novice, infirmière pendant la première guerre mondiale. Elle est accompagnée dans son travail par un psychiatre très à l'écoute qui la couve d'une affection paternelle respectueuse. Sa vocation religieuse est suivie par une mère supérieure très exigeante mais pas moins soucieuse de laisser à la jeune fille le temps d'une mure réflexion avant qu'elle ne s'engage définitivement dans cette voix.
Avec l'arrivée d'un blessé de guerre mystérieux, soldat inconnu parmi tant d'autres, cataleptique et muet, c'est à la naissance d'une vocation que nous allons assister petit à petit.
Claire va prendre en charge ce malade avec une passion toute particulière et va tenter de le ramener doucement à la vie avec sa voix, et ses mains.
Le patient semble réagir de manière tout à fait exceptionnelle aux séances de massage de la jeune infirmière et aux paroles qu'elle ne cesse de lui prodiguer. le chef de service de l'hôpital l'encourage à continuer ses soins qu'elle invente de manière intuitive au fur et à mesure de ses ressentis, de ses réflexions et de ses rêveries. le malade prend de plus en plus de place dans sa vie, de même que la nouvelle pratique qu'elle est en train d'inventer.
Parallèlement à la vie de l'hôpital et de cette infirmière, le lecteur a accès aux réminiscences du patient pendant les séances de massage. Chaque souvenir raconté entre en correspondance avec la partie du corps sollicitée par l'infirmière. Son histoire est ainsi en partie reconstituée par bribes.
L'écriture de ce beau roman est étayée sur la lecture de la thèse de médecine d'Anne Cécile Lestrade consacrée au travail de Paul Voivenel .
La mémoire du corps, les tâtonnements de la médecine, les débuts de la psychiatrie sont au coeur de cette belle histoire.
A une époque qualifiée "d'étalon de l'horreur"par la notre, les deux personnages, touchés chacun à leur manière par cette concentration de violence et de blessures, vont faire leur chemin vers la vie, en la choisissant avec force.
des liens sur : http://sylvie-lectures.blogspot.com/2008/07/toutes-ces-vies-quon-abandonne-virginie.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
ManouB
  23 septembre 2016
A la fin de la première guerre mondiale, Claire, jeune novice vivant à Annecy, travaille depuis 4 ans comme infirmière dans le service du professeur Tournier, un éminent psychiatre qui cherche à guérir les "gueules cassées" de leurs nombreux traumatismes.
Elle se dévoue à ses patients sans se départir de la joie et de l'énergie liées à sa jeunesse.
Sa vocation religieuse est pleine de doutes mais la mère supérieure lui laisse le temps de la réflexion tout en exigeant beaucoup d'elle (la plus indisciplinée de ses novices !).
C'est alors qu'elle doute de son propre avenir, que le professeur lui confie tout particulièrement un jeune soldat inconnu, que tout le monde croit mort, mais qui est simplement muet, recroquevillé dans sa douleur et qui semble ne jamais vouloir se réveiller à la vie...
Par une méthode bien à elle qu'elle découvre elle-même, en suivant son intuition, Claire va peu à peu le ramener à la vie...

Le lecteur découvre fasciné, la parole de ce jeune soldat inconnu et ses souvenirs de guerre, de vie et d'amour qui affluent au fur et à mesure que son corps en parallèle se délasse sous le massage...
En parallèle, Claire se confie dans de longs monologues qu'elle adresse au soldat de sa voix douce : le lecteur découvre son enfance solitaire, petite orpheline élevée par une tante aimante mais vouée dès le départ à un destin qui n'est pas le sien.
En le ramenant peu à peu à la vie, en lui laissant prendre de plus en plus de place dans sa vie, et parce qu'elle est envahit par le trouble, c'est son propre désir de vivre que Claire découvre ce qui l'amènera à un changement profond.

Les personnages sont très attachants : le professeur, blindé par la douleur d'avoir perdu sa fille, prend Claire en affection non dissimilée et l'amène en douceur à suivre son destin. Janet, l'éminent psychiatre venu en renfort, qui joue un rôle non négligeable dans l'évolution De Claire...
L'ambiance très particulière tient au fait que le lecteur enchaîne, les souvenirs intimistes, les rencontres entre les personnages, tous aussi uniques en leur genre, les récits et descriptions de scènes de guerre, les doutes des médecins, les débuts de l'hypnose, les tâtonnements des débuts de la psychiatrie, les prémisses de la libération des femmes et la vie quotidienne à Annecy durant le rude hiver 1918...

C'est par les hommes qu'on découvre l'histoire et c'est ce qui fait la force de ce roman qui peut être lu dès l'âge de 14 ans car cette jeune femme qui se cherche est encore à quelque part une adolescente : au milieu de l'horreur elle garde une certaine candeur, une sensibilité à fleur de peau, la faculté de se révolter, un espoir sans faille ou presque, et elle rit...

Beaucoup de critiques l'ont comparé à d'autres romans sur la même période. Qu'importe ! Chaque roman est unique !
Lien : http://www.bulledemanou.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (1)
Lecturejeune   01 juin 2007
Lecture jeune, n°122 - Annecy, 1918. La guerre est officiellement terminée, pourtant les blessés continuent d’arriver à l’hôpital Saint-Joseph dans le service du docteur Tournier. Meurtris physiquement et surtout psychologiquement, ces « gueules cassées » sont entre les mains de l’aliéniste et de Claire, novice et infirmière bénévole. Arrive alors un homme jeune sans identité, prostré, muet, qui semble entièrement absorbé par son monde intérieur. L’infirmière et le médecin vont mettre tout en oeuvre pour démêler l’inconscient du patient et ramener ce dernier à la vie. Ce premier roman de Virginie Ollagnier, saisissant, nous permet de découvrir les prémices de la psychanalyse clinique par le biais du docteur Tournier. Figure masculine et peut-être paternelle, il constitue pour Claire un modèle qu’elle respecte mais n’hésite pas à malmener ou à faire rire, pour le sortir du chagrin consécutif au suicide de sa fille. Ils forment un étrange et efficace duo : elle, toute dans l’empathie et la sensibilité, la légèreté, l’écoute (de ce qui ne se dit pas, surtout), hésite de plus en plus sur son choix de vie, réalisant qu’elle suit la voie tracée par sa mère. Et lui, bel humaniste tout en rudesse, générosité et souffrance, lutte pour faire avancer ses théories et ses expériences, à la manière de ses pairs Freud et Jung. L’opiniâtreté de Claire à sortir le malade de son mutisme et à le révéler à lui-même, son inventivité pour les soins à lui prodiguer sont extrêmement bien traitées, et servies par une belle plume. L’écriture est touchante, forte, elle va au plus près des tensions des personnages et de leur vérité profonde. L’auteur nous fait partager les hésitations et les choix d’adulte de son héroïne. Personnalité juvénile riche - parce que l’époque et le contexte ont forgé des caractères hors du commun -, Claire illumine ce récit. Son accomplissement nous ravit tout comme le retour à la vie du patient. Un magnifique texte à conseiller ! Réseau de lecture : sur le même thème on recommandera le très beau roman de Ian McEwan, Expiation (Folio, 2005) ainsi que La chambre des officiers de Marc Dugain (Pocket, 2000), adapté au cinéma par François Dupeyron. ndlr Michelle Charbonnier
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
CerisemarmotteCerisemarmotte   18 août 2015
Claire se réchauffait les mains autour du bol de soupe. Elle n'avait pas froid, mais comme par réflexe, elle les garda serrées jusqu'à sentir la brûlure de la faïence. Germaine lui avait donné un grand bol.
"Il est tout maigre, cet homme, avait-elle fait remarquer.
- Pas tant que ça", avait râlé Escudier qui passait par là, conduisant un soldat unijambiste aux douches.
La soupe était chaude et sentait bon les légumes d'hiver. Elle avait calé l'homme avec des oreillers pour qu'il ne soit pas trop couché sur le côté. Elle avait peur qu'il s'étrangle. Elle plongea la cuillère dans l'épaisseur cuivrée de la soupe. Il devait y avoir beaucoup de carottes. Elle souffla vers lui les arômes et posa le métal tiède sur ses lèvres. L'homme garda la bouche close. Claire alors abaissa le menton avec sa main gauche et vida la soupe doucement. La soupe n'était pas trop chaude et l'homme déglutit. Claire regarda monter et descendre la pomme d'Adam. On pouvait le nourrir sans trop de difficulté. C'était pour ça qu'il était toujours en vie, pensa-t-elle. Elle remercia les infirmières qui l'avaient précédée. La soupe remplissait lentement l'estomac de l'homme qui reprenait des couleurs. La chaleur du repas et les couvertures toujours amassées sur son lit le firent rosir un peu. Elle éplucha la pomme du jardin de Tournier et une fois découpée elle l'écrasa en purée au fond du bol. L'homme mastiqua légèrement la pomme parfumée. Il est comme un petit moineau, pensa-t-elle. Elle lui caressa la joue rasée par ses soins et fredonna une chanson de son enfance à propos d'un petit oiseau blessé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jeunejanejeunejane   05 avril 2015
- Des souffrances psychologiques l'enferment dans son corps, son inconscient encercle tout le conscient, y compris le corps...Il nous faudrait reprendre contact avec ce corps... Les bains, l'hydrothérapie...
Commenter  J’apprécie          90
bibliothequedebracieuxbibliothequedebracieux   15 septembre 2014
Les soldats qu’elle dépassait arrivaient des derniers hôpitaux de campagne qui les renvoyaient chez eux, maintenant que la guerre était finie. Finie était un bien grand mot quand elle les voyait dans les ambulances.
Commenter  J’apprécie          40
FransoazFransoaz   22 février 2008
elle caressait toujours le front de ses patients inconscients et leur expliquait ce qu'elle allait faire.Tournier avait respecté sa façon d'aborder les malades depuis le début, sans même le faire remarquer. C'était devenu un rituel pour Claire, une marque d'attention pour celui qui souffre peut être en dedans.
Commenter  J’apprécie          20
CsylCsyl   08 mars 2017
Il est vivant et nous le réveillons doucement...ça n'a rien d'effrayant, c'est au contraire un bel événement. Ce n'est pas un mort qui marche, juste un dormeur qui s'éveille.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Virginie Ollagnier (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginie Ollagnier

SMEP 14 Virginie Ollagnier
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1634 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..