AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 281121402X
Éditeur : Milady (29/05/2015)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 211 notes)
Résumé :
Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d'Akielos. Mais lorsque son demi-frère s empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d'un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (133) Voir plus Ajouter une critique
Parthenia
05 mai 2015
En lisant la 4ème de couverture, c'est avec un plaisir anticipé que j'ai accepté la masse critique privée de Babelio. Aussi, quelle ne fut pas ma surprise en recevant le roman de constater qu'il s'agissait d'un livre édité par Milady... Non pas que la maison d'édition me dérange, hein, mais j'avais oublié qu'elle était également spécialisée dans les livres de fantasy (comme quoi, j'ai une mémoire de poisson rouge, car j'ai dans ma bibliothèque les deux tomes de la Légende de Drizzt * tousse tousse*), pour ne retenir que sa collection "Romance", et vu mes déboires avec la romance en général, j'avais peur de ne pas aimer du tout...
Eh bien, j'ai eu tort car une fois plongée dans le roman, je ne l'ai plus lâché avant la fin, et l'ai dévoré durant mon dimanche après-midi, regrettant que le livre ne compte pas plus de pages... L'histoire réunissait vraiment tous les ingrédients pour me plaire : un barbare courageux et intègre (Damen, rhâââ lovely...oops), une inspiration puisée chez les Grecs et les Romains de l'Antiquité pour décrire les pratiques sexuelles et sociologiques des deux civilisations en présence, les machinations de palais, des personnages étonnants dont le caractère fouillé leur permet d'échapper à tout manichéisme...
Nous voyons l'histoire à travers les yeux du prince Damianos, rebaptisé Damen suite à la trahison de son demi-frère Kastor qui l'a offert comme esclave sexuel à Laurent, l'héritier cruel et manipulateur du royaume ennemi, qui voue une haine profonde à tout ce qui vient d'Akielos... Par conséquent, nous ressentons intimement les émotions du prince déchu, nous tremblons avec lui de le voir démasqué, ce qui le conduirait à une mort certaine, car il a tué il y a quelques années le frère aîné de Laurent à la bataille de Marlas ! Malgré les mises en garde de son oncle, le régent, qui veut éviter une guerre avec leur nouvel allié, le prince de Vère ne cesse de rechercher l'occasion d'humilier et de maltraiter son nouvel esclave, dont il ignore l'identité réelle.
Les rapports qui s'instaurent entre Laurent et Damen sont captivants et évoluent de manière intéressante : Damen, qui est un guerrier respecté de son peuple, a du mal à se soumettre à sa nouvelle condition, et ne peut empêcher sa fierté naturelle de regimber face à l'autorité cruelle de son maître, le mettant souvent dans une situation des plus précaires. C'est un homme honorable, qui continue à obéir à son code d'honneur, sincèrement préoccupé par l'intérêt de ses sujets et l'avenir de son royaume et mu par de nobles intentions, ce qui provoque parfois la surprise de Laurent qui ne le considère que comme une brute sans cervelle.
De son côté, Laurent apparaît comme un être manipulateur et insensible, vouant une haine inextinguible aux Akieloniens, et prêt à tout pour satisfaire ses désirs de vengeance... Bien que ses réparties soient parfois spirituelles et drôles, il se montre odieux et détestable au possible. Son caractère capricieux le pousse à esquiver ses responsabilités princières au grand dam de son oncle. Au début, nous adhérons à la vision peu flatteuse qu'a Damen de lui, mais au fur et à mesure de notre lecture, nous nous rendons compte qu'il vaut peut-être mieux que sa réputation ; nous en arrivons à nous interroger sur certains de ses comportements et leur origine. En tout cas, il ne laisse personne indifférent même si sa personnalité est pour l'instant insondable, mais ce mystère ajoute à son charisme tout en attisant la curiosité du lecteur. Il est d'ailleurs décrit de telle manière que chacun de ses regards, chacune de ses attitudes parlent d'eux mêmes et marquent le lecteur !
D'autant que la destinée des deux princes est inextricablement liée, et comble de l'ironie, chacun doit protéger l'autre pour sa propre survie alors qu'ils ne rêvent que de s'entretuer !
Les autres personnages sont également travaillés, et tout aussi intrigants : le régent qui semble étonnamment pondéré dans ce royaume aux moeurs corrompues, Nicaise le mignon dont le comportement impitoyable s'accorde si peu à un physique angélique, Erasmus, l'esclave doux et dévoué...
Nous découvrons également les pratiques sexuelles de Vère en même temps que Damen, des pratiques aussi dépravées que perverses : des combats dans l'arène sont organisés, mais dans cette civilisation réputée raffinée, les esclaves ne s'affrontent pas avec une épée de fer, non, mais avec leur épée de chair... si vous voyez ce que je veux dire !!! Certaines autres scènes peuvent s'avérer très dérangeantes, vu qu'elles suggèrent des relations entre des hommes et des mignons prépubères, mais elles ne sont jamais traitées de manière racoleuse et s'intègrent finalement logiquement à cet univers vérétien où le vice est maître !
La plume et les descriptions de l'auteure nous immergent complètement dans cet univers travaillé, où rien n'est laissé au hasard, où les protagonistes évoluent tout le temps sur le fil du rasoir, se débattant dans les intrigues de cour. Complots, trahisons, faux-semblants s'entrecroisent, suggérant que les apparences peuvent se révéler mortellement trompeuses et que les enjeux ne se situent pas forcément là où on les attendait...
Bref une plongée haletante dans cet univers décadent qui nous donne furieusement envie de connaître la suite. C'est bien simple, j'ai déjà précommandé le tome 2 et me demande comment je vais bien pouvoir tenir jusqu'au 29 mai... Pour l'instant, l'identité de Damen n'a pas été percée à jour et l'on se demande comment Laurent réagira quand il apprendra la vérité !
Par contre, vu la nature de certaines relations, ce roman est à réserver à un public averti.
Je tiens à remercier Babelio et les éditions Milady pour cette très belle découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
Arakasi
28 avril 2016
A la première vue, le scénario du premier tome de « Prince captif » (tout un programme, ce titre…) prête à sourire tant il fleure bon la nanardise et, sans les conseils d'une bonne ami lectrice, je ne l'aurais probablement jamais ouvert. Jugez plutôt : le prince héritier d'Akielos, Damen grosse brute virile avec un faible pour les jolies esclaves blondes, est capturé à la suite d'une trahison par son demi-frère. Celui-ci, au lieu de le zigouiller proprement, a l'idée géniale de le charger de chaines et d'en faire cadeau au prince du royaume voisin de Vére, Laurent, afin de lui servir… Tada ! D'esclave sexuel ! Laurent est joli, Laurent est blond comme un ange, Laurent a même les yeux bleus. le problème, c'est que Laurent est également un sadique à sang froid, arrogant et manipulateur, ou plutôt, comme le disent ses gardes, « une belle petite salope ». Pour survivre à la Cour de Vére et surtout conserver sa vertu intacte, vu que la Cour en question s'apparente à un grand et sophistiqué baisodrome, Damen devra pourtant composer avec l'inconstant et cruel Laurent, en attendant l'occasion de s'échapper pour revenir parmi les siens.
Ca fait peur, hein ? Moi, rien qu'à lire le résumé, j'en frissonne d'appréhension. Et pourtant, et pourtant… le résultat n'est pas aussi catastrophique que l'on pouvait le penser, il est même plutôt divertissant. Malgré une première partie assez moyenne et riche en scènes de sexe plus ou moins utiles, seins et pénis joyeusement exhibés, l'histoire gagne en intérêt au fur et à mesure de la lecture. On découvre finalement que, à la Cour de Vère, on ne fait pas que s'envoyer en l'air : on complote, on ment, on empoisonne et on assassine même ! La psychologie des personnages est bien écrite – enfin, celles des deux personnages principaux, les secondaires étant esquissés un peu superficiellement – et la relation qui se tisse entre Damen et Laurent assez intrigante et bien fichue pour dépasser les aprioris négatifs. La fin est accrocheuse et laisse à espérer un deuxième tome plus actif et plus riche en intrigues politiques.
Quant au point de vue sur l'esclavage, je ne parviens pas à décider si il est très intelligent ou franchement malsain. Je m'explique. Les deux royaumes de Vére et d'Akielos sont esclavagistes mais pratiquent un esclavage différent : à Vére les esclaves sont livrés au bon plaisir de maîtres parfois cruels qui les traitent comme des petits chiens capricieux et choyés, à Akielos les esclaves sont traités avec douceur à condition de dévouer leur vie à leurs propriétaires. Naturellement, Damen considère la première option comme franchement répugnante en opposition à la seconde qui lui semble toute naturelle. Il veut donc « sauver » ses camarades esclaves en les ramenant avec lui à Akielos où ils pourront continuer leurs jolies petites vies de serviteurs soumis et contents de l'être. Malsain, je vous dis. Après avoir fini ce premier tome, je ne parviens pas déterminer si l'auteur embrasse cette opinion ridicule ou s'il s'agit seulement de celle du personnage principal, le récit étant conté exclusivement de son point de vue. Avec optimisme, je penche pour la seconde solution mais le deuxième tome me permettra probablement de trancher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Zaureole
02 mai 2015
Avant de dire ce que j'ai pensé du livre, je remercie Babelio et les édition Milady pour avoir lu ce livre avant sa sortie!!!
Ce livre est un petit bijoux. Que dis-je? C'est un tuerie, un trésor et encore plus! Ça fait un petit moment qu'un livre ne m'a pas autant retrounée et émerveillée!
Dès les premières lignes, on sait si l'historie va nous prendre ou non. Ça a été min cas. dès le début, j'ai su que je ne pourrai pas lâcher ce livre! Et bien, j'ai eu raison :)

Damon est comme dire, carrément bandant.. Oups... disons sexy, à tomber par terre, beaucoup de charme, très viril quoi ! Son personnage est très bien travaillé. Damianos est le prince hérité d'Akielos. Toutefois, il va se retrouver à devenir un esclave suite à un coup d'état de son bâtard de frère. Il a un fort caractère et n'a rien d'une personne soumise. Il va jouer avec le feu et les nerfs des autres. j'ai aimé ce personnage fort attachants.
Laurent. Lui comme dire, hihihi (rire de sadique). J'ai eu envie de l'étrangler, de l'étriper, de le démanteler, de l'écarteler, de le fouetter... Bref, de lui faire mal quoi ! Toute sorte de différentes morts lentes et douloureuses m'ont traversé l'esprit. A juste titre! Il est très antipathique et fort désagréable. Il est aussi bornée, froid, glacial, calculateur, sans pitié, horripilant et j'en passe... Il n'y a pas assez de mots pour le qualifier! Il a du charme sous, blond au yeux bleu avec un corps qui reste très correct. Toutefois, vers la fin, j'ai eu envie de lui mettre des coups de pied au cul et de le secouer. J'ai eu envie de le tuer durant tout le livre mais je suis revenue sur cette décision à la fin! Pourquoi? Je ne le vous dirait pas!!
Il y a pleins de personnages secondaires mais chacun ont un rôle important à jouer dans l'histoire. Il y en a que l'on apprécie (comme Erasmus) et d'autres moins (oula, il y en a pas mal là! ^^).
Ce qui est horrible, c'est l'espoir que nous donne l'auteur pour aussitôt nous l'ôter.
Il y a un suspens qui monte crescendo sans s'arrêter et un fils conducteur qui prend le lecteur à la gorge et aux tripes. Je suis épatée par la qualité du récit et cette histoire fascinante.
L'auteur arrive à faire un exploit. Tout au long de la lecture, il s'efforce, sans trop de mal, à nous faire détester et aimer des personnages, tant par leurs physiques ou leurs caractères. Vers la fin, l'auteur arrive ne cesserai-ce qu'un peu à faire pencher la balance et à chambouler cet équilibre. On se retrouver à «apprécier» ou peu être a voir un peu de compassion pour un personnage qu'on ne souhaite que détester.
Tout est bien pensé dans l'histoire, du décor aux personnages. Il n'y a pas un seul faux pas. L'histoire est bien rôdé et ficelé. Il y a tellement à faire qu'il est dur de tout démêler et de trouver ce qui se cache derrière le récit et à lire ce qu'il y a entre les lignes. On navigue dans un univers de faux semblant, de stratèges, de dépravation et j'en passe. Il y a des complots partout dans le récit et le lecteur devient complice de ceux ci et des découverte qu'il fait.
Il y a des événements qui me paraissaient insignifiants mais qui prennent tout leur sens bien plus tard dans le récit. Depuis le début, le lecteur est mené en bateau. C'est un véritable coup de maître que réalise l'auteur. Il nous berne depuis le début,nous lance sur de fausses pistes et nous avançons tête baissé et aveuglé par les découvertes que nous allons faire. Je suis bluffé, c'est un coup de poker que l'auteur réalise.
Les dés sont joués, les éléments se mettent en place ‘un après l'autre tel un engrenage. Je suis sur le cul, je ne m'attendais pas à ça! C'est énormissime! ^^

La lecture est très rapide, je l'ai quasiment lu d'une traite! bah oui, il a fallu que je dorme! Mon corps m'a trahie à ne pas vouloir resté éveillé! La lecture est fluide et l'auteur à une plume magnifique. je ne me suis pas lassé. Il y a un bon rythme, celui ci ne s'essouffle jamais. Il y a une bonne dose d'actions, de narration et d'intrigues. C'est un beau mélange et le lecteur se laisse envahir et fasciné par le récit. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde!
La fin est.... Non mais elle est... haaaaaa! J'ai pas de mot pour le dire! Il est où l'auteur que je le kidnappe et le séquestre jusqu'à ce qu'il me donne la suite???? J'ai HÂTE DE LIRE LA SUITE!!!!!!!!! :D
Le prince captif est un titre très bien trouvé, que ce soit pour le personnage ou son humble lecteur. le prince est prisonnier de son pire ennemi mais le lecteur se retrouve lui aussi captif et prisonnier du récit dès les premières pages. On se retrouver nous aussi enchainer au personnage mais aussi au livre à tel point que l'on a pas envie de défaire nos liens pour pouvoir être lié au tome suivant!
C.S. Pacat nos offre dans ce premier volet une histoire époustouflante et captivante dont on ne veut pas se séparer de suite.

Je pense que vous l'aurez compris, ce livre est carrément un coup de coeur!!!!!!! Si je peux vous donner un conseil, ne passer pas à côté lors de sa sortie! ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Natacha851
28 septembre 2015
Était-il vraiment nécessaire de mettre autant de sexe dans ce livre et de cette manière ?
Et oui, je mets directement les pieds dans le plat car c'est bien la question qui m'a taraudée lors de ma lecture des 100 premières pages.
Au point que je pensais même l'arrêter, me disant que j'avais peut être raté les petits caractères en bas de page de la quatrième de couverture, prévenant du véritable contenu de ce livre.
Oh, je ne veux pas faire mon effarouchée.
Du sexe, il y en a partout et ce n'est pas déplaisant quand ce dernier a une justification dans l'histoire ou qu'il soit décrit avec une certaine beauté.
Kushiel de Jacqueline Carey me semble être un bon exemple.
Ici, j'ai plutôt trouvé que c'était du "cul en boîte" : sans saveur ni finesse et donc pas forcément agréable à lire.
Et pour couronner le tout, l'auteure en fait une surconsommation.
Même si cela sert en partie l'intrigue, cela ne me semble pas nécessaire à ce point.
Oui, nous avons compris que notre héros s'est retrouvé malgré lui dans un pays lubrique et pervers, on peut passer à autre chose ? Un peu plus de profondeur par exemple ? Euh non non, c'est pas de ça dont je parle, pas d'esprit mal tourné !
Bon maintenant que c'est dit, passons à ce qui m'a fait acheté ce livre : l'histoire.
Damen est le prince héritier d'Alielos. Mais à la mort de son père, au lieu de monter sur le trône, il monte dans un bateau direction Vére, l'ancien pays ennemi comme cadeau pour le prince Laurent. Il est devenu un esclave.
Heureusement pour notre héros, Laurent n'a jamais vu Damen car s'il découvrait son identité, il serait très enclin à le tuer pour venger la mort de son frère que Damen a tué lors d'un combat.

J'ai trouvé l'histoire vraiment accrocheuse en lisant la quatrième de couverture.
Dommage, comme je le disais plus haut que l'intrigue prenne vraiment forme que tard dans la lecture.
Je n'ai donc pas accroché au début mais j'ai été captivée par la fin au point que je suis même restée sur ma...faim.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Allison
08 mai 2015
Clairement, je ne m'attendais pas du tout à ce que j'ai trouvé dans ce roman. le résumé ne laisse pas sous-entendre quoi que ce soit du genre, je m'attendais à une quête de vengeance et à une alliance entre deux hommes que tout oppose et oui, peut-être à un rapprochement plus qu'amical entre les deux, certes. J'ai donc été assez surprise de voir que dans ce roman, le terme d'esclave signifie en fait esclave sexuel. Ça rend le frère de Damen encore moins sympathique que s'il avait simplement offert son frère à l'ennemi comme serviteur, là, il l'offre comme objet de plaisir.

Je suis donc un peu gênée par la quatrième de couverture qui, pour une fois, n'en dit pas assez. Je n'ai pas eu l'impression de lire de la fantasy, et n'étant pas très friande de ce mélange des genres (j'ai abandonné Kushiel, par exemple) j'avais peur de ne pas être conquise du tout. le roman a cependant le mérite d'être court et de se lire vite. J'ai lu Prince Captif d'une traite, en quelques heures. Il se lit très facilement et, sans être passionnant, il intrigue suffisamment pour donner envie de voir où l'auteur essaye de nous emmener. J'ai beaucoup plus apprécié le côté politique qu'érotique, lequel m'a dérangée. Non pas par son côté cru ou parce qu'il impliquait des relations homosexuelles, ne vous affolez pas. Mais parlons d'abord de l'histoire.

Kastor donc, le demi-frère de Damen, est un beau salaud qui vole le trône de son frère mais qui ne se contente pas de le tuer, comme tout bon voleur de trône qui se respecte. Il offre Damen comme présent au prince héritier d'un royaume anciennement ennemi mais avec lequel un traité de paix vient d'être signé. Laurent, prince de Vère, est un homme froid, calculateur et cruel, mais aussi le frère d'un homme que Damen a tué au combat. Ce dernier doit donc renoncer à son identité en même temps qu'à sa liberté pour espérer survivre en territoire ennemi plus qu'hostile et, peut-être, rentrer chez lui en Akielos. Et pour cet homme fougueux, il est presque impossible de devenir aussi soumis qu'il devrait l'être.

La romance est peu présente dans ce roman. On ne peut clairement pas parler d'affection, mais la relation entre les deux personnages principaux évolue assez pour donner naissance à des échanges sympathiques et au début d'une alliance plus ou moins forcée... Parce que si Damen a été trahi par son frère, il n'est pas le seul à devoir se méfier de tout le monde : Laurent aussi semble menacé. C'est d'ailleurs ce qui a rendu le livre acceptable. Au niveau des intrigues, des trahisons et des plans fourbes de tout le beau monde de Vère, j'étais dans mon élément.

J'ai cependant été assez déroutée par le côté érotique du roman. Chaque personnage de la haute société possède un esclave sexuel, du même sexe que lui, donc. Si, de là où Damen est originaire, les esclaves sont tout de même respectés et bien traités (point qui m'a fait doucement rire, vous verrez à quel point le cerveau des esclaves d'Akielos a été lavé), à la cour de Laurent, ils ne sont à l'abri de rien. le sexe est presque toujours associé au viol ou à la domination malsaine, et la pédophilie ne choque pas non plus. C'est normal, admis, naturel. Les esclaves eux-mêmes en jouent pour espérer être repérés et achetés par des personnes de rang supérieur, certains participent aux intrigues de la cour... Bref, c'était un peu malsain et un peu trop explicite à mon goût. Oui, on comprend l'influence de la société romaine antique, où les grosses orgies étaient monnaie courante, mais personnellement je n'y vois rien d'excitant et le viol ne me fait pas fantasmer non plus. En fait, ce qui me dérange, c'est que l'auteur a l'air de trouver que ça peut donner matière à un fantasme et que le lectorat semble convaincu.

Mais je pense que ce qui a surtout conquis le public est le fait que la quasi totalité des relations sexuelles du livre est de nature homosexuelle, les relations entre hommes étant mises en avant à cause des personnages principaux. Les relations hétérosexuelles ne sont pas courantes et mal vues dans la société où vont évoluer nos personnages, chacun craignant de donner naissance à des bâtards. Toujours très Rome antique, comme principe. Alors pourquoi pas, même si l'érotique quel qu'il soit ne m'intéresse pas, surtout quand les personnages n'ont pas gagné mon affection...

Il y a aussi des faiblesses au niveau du background. On ne sait rien sur la vie de Damen, de son pays, de ses moeurs autres que sexuelles. Et malheureusement, nous n'en apprenons pas plus sur Vère, alors que l'histoire s'y déroule presque exclusivement. L'auteur a choisi de se focaliser sur les relations entre les personnages, presque en huit-clos. En gros, on ne sait rien de la population de Vère, on en apprend très peu sur les causes de leur conflit avec Akielos, et ça rend le tout un peu léger. En ce qui concerne les intrigues de la cour, j'aurais aussi aimé un peu plus de profondeur. Dans ce premier tome, on reste en surface de tout et c'est assez dommage.

J'avais hâte de lire ce roman, le résumé m'avait beaucoup intriguée et je m'attendais à passer un super moment. J'ai finalement passé un moment... moyennement agréable. Je n'ai pas détesté, mais trop de points rébarbatifs font que je n'ai pas pu aimer non plus. Et il faut dire que je ne suis clairement pas la cible. Je pense aussi que le résumé devrait être plus explicite ou qu'une pastille devrait être apposée sur le dos du livre. Pour public averti, et pas forcément pour les lecteurs de fantasy. Je remercie tout de même Babelio et Milady !
Lien : http://allison-line.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          63
Citations & extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
OdlagOdlag29 avril 2015
- Je veux voir mon frère, dit-il.
- Tu n'as pas de frère, répondit Jokaste. Tu n'as pas de famille. Tu n'as ni nom, ni position. Tu devrais l'avoir compris, à présent.
- T'attends-tu à ce que je me soumette ? A ce que j'obéisse à... qui ? Adrastus ? Je vais lui arracher les yeux.
- Je te crois sans peine. Mais tu ne serviras pas ici, au palais.
- Où ? interrogea-t-il, menaçant.
Elle se contenta de le dévisager.
- Qu'as-tu fait ? siffla Damen.
- Rien, répondit-elle. Je n'ai fait que choisir entre deux frères.
[...]
-Pourquoi m'avoir gardé en vie ? Quel besoin cela satisfaisait-il ? Tout concorde, hormis cela. Est-ce que c'est...
Il se mordit les lèvres. Jokaste fit exprès de ne pas comprendre ce qu'il allait dire.
- L'amour d'un frère ? dit-elle. Tu ne le connais vraiment pas, on dirait. La mort, n'est-ce pas l'issue la plus facile, la plus rapide ? Non, tu dois demeurer hanté par l'idée qu'il ne t'a battu qu'une fois, mais que cette fois-là était la seule qui comptait.
Damen sentit son visage se décomposer.
-... Quoi ?
Elle lui effleura hardiment la joue. Ses doigts étaient fuselés, blancs, d'une élégance incomparable.
- Je comprends pourquoi tu préfères les teints pâles, dit-elle. Le tien ne laisse pas voir les marques de blessure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
gabrielleviszsgabrielleviszs03 juin 2015
Il ne connaissait qu'une seule issue valable : la cour adjacente au champ d'entrainement, au premier étage.
Il s'obligea à marcher calmement, d'un air décidé, comme un serviteur que son maître aurait envoyé s'acquitter d'une commission. Son esprit était rempli de gorges tranchées, de combat rapproché et de poignards. Il repoussa ces pensées et réfléchit plutôt à l'itinéraire qu'il emprunterait pour traverser le palais. La voie était libre, pour l'instant.
Passer devant sa propre chambre lui fit une impression étrange. Il avait été surpris, depuis le moment où il avait été installé là, à quel point ses quartiers étaient proches de ceux de Laurent, adossés aux appartements princiers. La porte était entrouverte, comme les trois hommes à présent morts l'avaient laissée. La pièce paraissait... vide, et donnait la sensation que quelque chose clochait. Poussé par un instinct inextricable, peut-être le désir de masquer tout signe de son évasion, Damen s'arrêta pour fermer la porte. Lorsqu'il se retourna, quelqu'un l'observait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
IlfioredelmaleIlfioredelmale30 avril 2017
— Vous ne seriez pas le premier jeune homme à qui une tendre inclination, grisante de nouveauté, ferait tourner la tête. L’inexpérience pousse parfois à confondre les plaisirs de la chair avec l’amour véritable. L’esclave a pu vous convaincre de nous mentir, après avoir abusé de votre innocence.
— Abusé de mon innocence, répéta Laurent.
— Nous vous avons tous vu lui témoigner de la faveur. L’asseoir près de vous à table, le nourrir de votre main. À la vérité, on vous a à peine aperçu sans lui, ces derniers jours.
— Hier, je le brutalisais. Aujourd’hui, je me pâme entre ses bras. Je préférerais que les accusations formulées à mon encontre conservent une certaine cohérence. Choisissez l’une ou l’autre.
— Je n’en ai pas besoin, neveu ; vous faites montre d’un grand nombre de vices, et l’inconstance les surpasse tous.
— Oui, j’ai apparemment couché avec mon ennemi, intrigué contre mes intérêts, et fomenté mon propre assassinat. J’ai hâte de découvrir quelles autres prouesses je m’apprête à accomplir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LesLecturesdOrianeLesLecturesdOriane07 décembre 2016
« Damen n’avait jamais effectué une tâche servile de toute sa vie, mais il supposa que son orgueil comme son intelligence s’accommoderaient de celle-ci. À présent, il connaissait bien le rituel des bains. Cependant, il décela une sorte de satisfaction subtile émanant de Laurent, et une résistance instinctive au fond de lui-même. Il s’agissait d’une forme de service particulièrement intime ; il n’était pas entravé, et ils étaient seuls, un homme à la solde d’un autre.
Tous les accessoires avaient été soigneusement disposés : un broc d’argent rebondi, des linges moelleux, et des flacons d’huiles et de savon moussant en verre soufflé, coiffés de bouchons argentés. Celui que choisit Damen représentait une vigne chargée de raisin. Il sentit ses contours sous ses doigts tandis qu’il débouchait la petite bouteille, avec n bruit de succion. Il remplit le broc d’argent. Laurent lui présenta son dos.
La peau délicate de Laurent, lorsque Damen y versa de l’eau, prit l’éclat de la nacre. Son corps, sous la nappe glissante du savon, ne se révéla ni tendre ni souple, mais ferme et tendu comme un arc aux lignes élégantes. Damen supposa que Laurent s’adonnait à ces sports raffinés dont les courtisans étaient friands, et auxquels les autres participants lui permettaient toujours — puisqu’il était leur prince — de gagner.
Il progressa des épaules jusqu’au bas du dos. L’eau éclaboussa son propre torse et ses cuisses, où elle courut en petits ruisseau, laissant derrière elle des gouttelettes suspendues, étincelantes, menaçant de couler à tout moment. L’eau était chaude lorsqu’elle était extraite du sol, et chaude lorsqu’il la versait du broc d’argent. L’air lui-même était torride. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
paraty62paraty6202 mai 2015
Il était vêtu succinctement à la manière des esclaves akieloniens, et propre des pieds à la tête. Il supposa que cela signifiait qu'on avait pris soin de lui, bien qu'il ne puisse en convoquer le moindre souvenir. Il portait toujours le collier et les menottes dorées. Son collier était relié par une chaîne et un verrou à un anneau de fer au sol.
Il faillit éclater d'un rire hystérique : un léger parfum de rose émanait de son corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Video de C. S. Pacat (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de C. S. Pacat
Captive Prince, an audio commentary for Chapter 19 of Book 2 by author C.S. Pacat
autres livres classés : esclavesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
940 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre