AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782709636940
550 pages
J.-C. Lattès (11/01/2012)
  Existe en édition audio
3.76/5   200 notes
Résumé :
1782. La France et les Insurgents américains sont en passe de l’emporter sur l’Angleterre.
Le tsarévitch Paul, sous le nom de comte du Nord, séjourne incognito à Paris, étape de son tour d’Europe.
Versailles entend se concilier les faveurs de l’héritier de l’empire russe. Nicolas Le Floch reçoit mission de Sartine et de Vergennes de monter un subterfuge lui permettant de gagner la confiance du fils de Catherine II.
Qui assassine au même moment ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 200 notes
5
10 avis
4
20 avis
3
8 avis
2
4 avis
1
0 avis

Ptitgateau
  23 juin 2019
J'ai bien des difficultés à me faire une opinion sur ce roman, je ne peux pas affirmer que je n'ai pas aimé, il s'agit là d'un roman historique, ce que j'aime particulièrement, il s'agit également d'une enquête policière, ce que j'apprécie également … alors … ??? Pourquoi suis-je mitigée ?
peut-être parce que c'est mon premier Nicolas le Floc'h, que je ne cernais pas encore les personnages et qu'il m'a fallu un certain temps pour situer le fils et les collaborateurs du marquis de Ranreuil, peut-être n'aurais-je pas dû commencer par ce tome. Une chose est certaine : je n'aime pas les romans policiers à enquête aussi complexe tentent de résoudre des énigmes qui concernent le milieu politique et diplomatique, l'espionnage et la corruption.
Ceci étant dit, j'ai tout de même beaucoup apprécié la prose de Jean-François Parot, les tournures et le lexique empruntés au XVIIIème siècle, la documentation sérieuse, et la façon dont sont décrits les arts culinaires de l'époque, ce qui revient souvent au cours du récit pour mon plus grand plaisir.

Je ne sais pas si je lirai une autre enquête de suite, la lecture de celle-ci en fut longue et laborieuse. Question suspense, on ne peut pas qualifier cet ouvrage de page-turner, mais je n'exclus pas d'essayer avec un autre roman de la série car d'un point de vue historique il y a beaucoup à apprendre dans ces romans.

Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          504
Crazynath
  10 octobre 2019
Voyage en 1782 avec comme compagnon de route le commissaire au Chatelet Nicolas le Floch, marquis de Ranreuil.
J'éprouve toujours autant de plaisir à retrouver ce personnage fort sympathique (et fort perspicace) ainsi que le petit monde qui l'environne. Que ce soit la chatte Mouchette, Catherine Gauss, le chirurgien Secmagus ou même la Paulet, je les retrouve toujours comme de vieux amis.
Les hautes sphères sont en émoi. En effet, le tsarévitch Paul, appelé quelquefois le comte du Nord, fils de la redoutable tsarine Catherine II, va bientôt honorer la France de sa visite.
En prévision de cette visite, Nicolas le Floch va être mandaté par ses supérieurs (Le Noir et Sartine est aussi de la partie même s'il n'est officiellement plus le supérieur de Nicolas) d'une mission particulière afin de prendre contact et devenir un familier du tsarévitch.
Cependant, il va devoir aussi enquêter sur plusieurs meurtres dont la première victime est un officier russe. Il faut reconnaitre que Jean-François Parot a l'art de faire des intrigues on ne peut plus tortueuses et il faut quelquefois s'accrocher pour suivre, mais ceci ne me fait pas bouder mon plaisir de plonger dans cette période de l'histoire. L'auteur excelle à nous restituer les moeurs et usages de cette époque et ses descriptions sont tellement imagées.
Un bon cru que cette enquête russe il faut le dire.

Challenge Séries 2019
Challenge A travers l'Histoire
Challenge ABC 2019/2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Phoenicia
  25 mai 2021
Une nouvelle fois, j'ai apprécié ce voyage au XVIIIe s en compagnie de Nicolas le Floch. On peut grosso modo lui trouver les mêmes qualités et les mêmes bémols que dans les autres tomes.
L'immersion est complète, assurée tant par la richesse historique de la trame que par ses menus détails ( la cuisine, ah la cuisine... avec un petit tour ici dans le monde de la mode...) mais aussi et surtout par cette plume si singulière, si riche, si anachronique : Parot nous emmène à son vocable du XVIII e, eh bien, au XVIII e s. Un exercice que je pense pas facile et toujours réussi avec brio. D'autant qu'on finit par apprécier cette joyeuse compagnie. Ici, la focal sur la Russie, l'ambassade et la visite du tsarévitch Paul nous offre une perspective historique riche en informations. Impossible de ne pas sortir plus cultivé d'une telle lecture!
Les bémols maintenant. L'intrigue est entraînante avec de l'espionnage russe et français. On est dedans. Sauf, qu'à partir d'un certain moment on s'embrouille. Cela vient du fait qu'on ne comprend pas toujours comment ils en sont arrivés à ses déductions. Aussi, il y a toujours des longueurs suscitées par la complexité de l'enquête. C'est un sentiment que je retrouve tome après tome. Ca et le fait que les sentiments du personnage sont souvent les mêmes, on piétine : son amour pour Aimée mais l'impossibilité pour leur relation d'évoluer, sa nostalgie amoureuse pour Antoinette, le temps qui passe...
En définitive, un tome qui n'est pas parfait mais qui apporte tellement que je ne peux me permettre pour autant de ne pas aborder la suite !
Challenge Pavés 2021
Challenge Mauvais Genres 2021
Challenge A travers l'histoire 2021
Challenge Séries 2021
Challenge Trivial Reading XI
Challenge Multi-défis 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Cath36
  10 février 2012
Bon chien chasse de race, disait Louis XV. Revoilà notre Nicolas le Floch au flair aiguisé dans une intrigue où la politique russe se mêle à la diplomatie française, et de laquelle la grande Catherine ne ressort pas si grande que ça. Parot mêle avec brio -voire virtuosité- histoire policière, évènements historiques, psychologie des grands personnages, descriptions minutieuses du Paris de l'époque ainsi que des us et coutumes d'avant la Révolution. Pédagogue, il fait de brefs résumés des avancées de l'enquête, qui remettent le lecteur sur pied entre diverses recettes de cuisine, crises de nerfs du très peu agréable Sartine, et rebondissements de l'histoire. On retrouve les milieux habituels du jeu et de la prostitution, vivier dans lequel Nicolas puise ses "mouches", la loyauté et la fidélité de son collègue Bourdeau, et bien sûr l'intelligence et la sagacité de ce bon monsieur de Noblecourt. Toutefois dans ce volume, notre héros vieillissant comme tout un chacun et quelque peu nostalgique (pour ne pas dire découragé), semble plus porté sur la méditation que précédemment, ce qui ajoute une dimension supplémentaire à ce volume : on le voit faire le bilan de ses expériences et essayer d'y voir clair. Est-ce dû à ses responsabilités paternelles ? En tous cas,sa fidélité inconditionnelle au roi emportera le morceau. Admiratrice inconditionnelle de l'écriture de Jean-François Parot (quel délice !), qui nous propose sans en avoir l'air toutes sortes de pistes de réflexion sur le XVIII tout en le confrontant à notre regard moderne, j'ai apprécié dans toute sa complexité ce nouvel opus, qui marque une parenthèse dans les mécanismes qui préparent la Révolution mais porte notre regard sur les affaires étrangères de l'époque, en particulier sur les relations de la France avec la Russie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
bibiouest
  10 août 2017
J'avoue avoir eu du mal (un peu) à terminer ce livre. Cela fait longtemps que je l'ai commencé … Je ne sais pas ce qui s'est passé ou plutôt si : j'aime Jean François Parot, l'humour, la langue du XVIIIe siècle et les descriptifs des agapes tout y est... Alors ?
Et bien c'est l'histoire (qui parfois m'a paru confuse) qui est une parenthèse dans la progression de l'histoire et de son personnage principal à travers ce siècle jusqu'à la révolution...
En fait dans ce roman, « l'enquête » n'est qu'un prétexte, certes j'adore le style (langues du XVIIIe, Paris, nourriture etc...) de Mr Parot mais j'ai envie d'une bonne enquête policière comme ce fut le cas auparavant.
Si l'on a lu (dans l'ordre ) les aventures de Nicolas le Floch depuis le début, il faut prendre cette « enquête Russe » comme un (bon) intermède.
Ce n'est qu'un très humble avis d'un petit lecteur (un peu) déçu par ce roman mais qui va adorer (oh oui...) les suivants.
Commenter  J’apprécie          201


critiques presse (6)
Lexpress   14 mars 2012
[Un] roman de Jean-Philippe Parot qui trousse un récit divertissant en restituant sa connaissance du XVIIIe siècle qu'il honore d'une écriture d'inspiration classique.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   14 mars 2012
Tous les ingrédients du genre sont présents : une intrigue bien ficelée, un soupçon de double-jeu […] et puis, et surtout, l'indispensable dose d'intuition sans laquelle aucun détective n'est digne de ce nom.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   12 mars 2012
Une langue riche d'expressions imagées, un vocabulaire recherché, une politesse oubliée du vieux français […].
Lire la critique sur le site : Lexpress
LesEchos   07 février 2012
Sensible au charme surrané de l'ensemble, on n'en reste pas moins sur sa faim.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Lexpress   25 janvier 2012
Toujours aussi précis et rigoureux dans ses évocations historiques, le romancier n'oublie pas de divertir son lecteur. Un régal.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro   13 janvier 2012
Le romancier, ambassadeur retraité depuis un peu plus d'un an, envoûte également ses fans en les plongeant avec minutie dans l'atmosphère du XVIIIe siècle. Les descriptions du Paris de l'époque et de ses habitants, des quartiers populaires aux palais, sont saisissantes. C'est également grâce à une langue inspirée d'une lecture assidue de Saint-Simon que l'auteur invite le lecteur à un voyage dans le temps.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Lorraine47Lorraine47   03 mai 2014
J'aurais dû suivre le conseil d'un mien parent qui soutenait qu'à l'instar du perroquet il convenait de ne lâcher un barreau que lorsqu'on avait la certitude d'en tenir un autre.
Commenter  J’apprécie          330
NetherfieldNetherfield   22 janvier 2012
On avait mis les gens au guet,
Qui, voyant sur les eaux de loin certain objet,
Ne purent s'empêcher de dire
Que c'était un puissant navire.
Quelques moments après, l'objet devint brûlot,
Et puis nacelle, et puis ballot,
Enfin bâtons flottants sur l'onde.
J'en sais beaucoup, de par le monde,
A qui ceci conviendrait bien.
De loin, c'est quelque chose, et de près, ce n'est rien.

Commenter  J’apprécie          100
Lorraine47Lorraine47   10 mai 2014
Il est plus aisé de dire des choses nouvelles que de concilier parfaitement et de réunir sous un seul point de vue toutes celles qui ont été dites.
Commenter  J’apprécie          240
Lorraine47Lorraine47   11 mai 2014
Peut-être tenait-on debout appuyé sur deux béquilles, l'inquiétude du jour et l'espoir du lendemain?
Commenter  J’apprécie          340
Lorraine47Lorraine47   11 mai 2014
J'ai toujours pensé qu'il y avait dans le phénomène des pressentiments quelque chose de surnaturel qui, même, mieux observé, fournirait la preuve de l'immatérialité de l'âme.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Jean-François Parot (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Parot
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/laurent-joffrin-le-cadavre-du-palais-royal-53076.html Attention, grande nouvelle pour les amateurs de polars historiques, Nicolas le Floch est de retour. Imaginé dès 2000 par le romancier Jean-François Parot, décédé en 2018, Nicolas le Floch fit aussi les beaux soirs de France Télévision avec la série éponyme.
Jean-François Parot avait fait vivre quatorze aventures à son héros, commissaire au Châtelet. de 1761 à 1787, le fringant policier breton, sous les ordres du ministre Sartine, allait vite devenir indispensable à Louis XV puis Louis XVI pour faire respecter la justice royale. La force de cette saga historico policière était de proposer des intrigues bien ficelées avec un héros récurrent attachant malgré ses paradoxes, le tout dans un décor historique parfaitement reconstitué avec une écriture plaisante, élégante, très littéraire.
La disparition prématurée de Jean-François Parot laissait Nicolas le Floch orphelin et les lecteurs inconsolables.
Mais les ayants droits du romancier ont donné leur accord et l'intrépide le Floch revient sur le devant de la scène. C'est à Laurent Joffrin que revient le privilège de prendre le flambeau et le pari réussi !
Laurent Joffrin, on le connait bien sûr en tant que journaliste, polémiste, chroniqueur. Directeur de rédaction à Libération puis au Nouvel Observateur, il intervient régulièrement sur des sujets politiques et sociétaux. Engagé politiquement, il a créé son propre mouvement social-démocrate en 2020.
Mais Laurent Joffrin est aussi écrivain. On lui doit bien sûr de nombreux essais sur la vie politique française mais aussi une belle biographie de Noor Inayat Khan dans « La princesse oubliée » en 2002. Il est aussi romancier, racontant la jeunesse de 1968 dans « C'était nous », paru en 2004. Laurent Joffrin ne cache pas son goût pour l'Histoire. Il le prouve en publiant « le roman de l'Histoire de France, de Vercingétorix à Mirabeau » ou encore « Les batailles de Napoléon ». Cet intérêt se manifeste aussi dans sa série romanesque « Donatien Lachance, espion de Napoléon » que Laurent Joffrin inaugure en 2010 avec « L'énigme de la rue St Nicaise ». Entre le Consulat et les premières années de l'Empire, déjouant intrigues et complots mettant en scène les plus hauts personnages de l'Etat, Donatien Lachance est depuis revenu régulièrement en librairie et a encore sans doute d'autres aventures à partager.
Ainsi donc, c'est tout naturellement, et presque comme une évidence que Laurent Joffrin a repris le personnage de Nicolas le Floch, s'inspirant du style Parot tout en apportant sa touche personnelle. Avec cette nouvelle aventure, nous sommes à l'automne 1789, dans les premiers mois de la Révolution. le peuple de Paris a pris la Bastille et le commissaire du Châtelet doit enquêter sur un cadavre dont il ne sait rien si ce n'est qu'il fait suite à l'enlèvement d'un couple au Palais-Royal. Bien vite, ce qui aurait pu n'être qu'un crime crapuleux se révèle être une affaire d'état. Mais qui est derrière. le duc d'Orléans, qui manigance depuis des années contre son cousin le roi ou bien Monsieur, le propre frère de Louis XVI ? Nicolas le Floch a du pain sur la planche d'autant que la menace gronde, que le monde change et que les propres certitudes de le Floch, jusque là fidèle à la Couronne, commencent à vaciller.
Régalez vous avec ce nouvel opus des aventures de Nicolas le Floch. Les amateurs des aventures de Nicolas le Floch apprécieront et ceux qui ne le connaissent pas encore seront séduits.
« le cadavre du Palais-Royal » de Laurent Joffrin est publié chez Buchet-Chastel.
+ Lire la suite
autres livres classés : policier historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

PARLEZ-VOUS LE XVIIIe ? (siècle, pas arrondissement !)

Alacrité :

Bonne humeur
Humeur changeante
Mauvaise humeur

15 questions
246 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-François ParotCréer un quiz sur ce livre

.. ..