AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2373050153
Éditeur : Aux forges de Vulcain (18/05/2017)
Résumé :
Paris, de nos jours, la canicule. Le taux de mortalité grimpe, à mesure que monte l'angoisse : les plus âgés ne sont pas seuls à mourir. Une drogue étrange et hors de prix, l'Orphée, fait croire à ceux qui la consomment qu'ils peuvent revoir leurs morts. L'ensemble de la société s'effondre. Mais un dernier rempart improbable se dresse : Caroline, capitaine de police, elle-même consommatrice de la drogue miracle. Qu'est-ce qu'Orphée ? Qui la fabrique ? Pourquoi ? Dea... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ramettes
  25 novembre 2017
C'est un roman bien mené qui nous faire nous balader à Paris. Nous allons suivre des personnages confrontés aux ravages d'une nouvelle drogue. Une drogue qui permet d'entrer en communication avec les morts qui nous sont proches.
Adrien Pauchet ne fait pas dans le manichéisme avec d'un côté les bons et de l'autre les truands. Ce serait plus « nul n'est innocent » et nous sommes tous tributaires de secrets et d'un lourd passé. Il y a quelques personnages déjà bien « allumés » sans prendre de drogue !
L'intrigue se complique quand on comprend que même les policiers ne sont pas clean. Il y a différents types de zones de non droit. Des morts suspectes, des policiers au comportement douteux, d'autres aveuglés par leur loyauté vont se retrouver dans des situations compromettantes. Des compromis, des arrangements, des associations de malfaiteurs vont se créer. le souci avec ce genre de problématique c'est qu'on fini par se demander jusqu'à quel niveau les instances sont impliquées. Ajoutez à cela des gens de l'est, des serbes et des immigrés africains et on a le côté cerveau brûlé.
Le clan, la famille, les amis et les concurrents tous entrent en rivalité et d'entretuent dès qu'il y a de l'argent et du pouvoir à la clé.
Chaque personnage à ses forces et ses faiblesses… on ne peut pas dire que j'ai été touchée par l'un ou l'autre sur tout le roman, mais sur certaines situations on cherche à les comprendre.
On a donc une capitale, de l'alcool et de la drogue, des morts violentes, des morts suspectes, la pression de la presse… de l'action et des rebondissements tiennent en haleine le lecteur, car chaque clan croit détenir des atouts, d'autres savent bluffer… Qui craquera le premier ?
Si ce roman avait été publié chez n'importe qu'elle maison d'édition, je me serai arrêté au côté récréatif de ce genre de lecture. Se faire peur en restant à l'abri. Se laisser prendre au jeu de l'auteur avec les dialogues et les interactions entre les personnages. Se laisser prendre par les rebondissements et le suspens.
Mais un roman publié Aux Forges de Vulcain cela allume quelques capteurs de signaux d'alarme. C'est leur premier roman dans la catégorie polar/policier/thriller (j'ai du mal avec les étiquettes et les frontières)
Je me suis donc interrogée sur les motivations plus profondes qui entrent dans la ligne éditoriale de cette maison d'édition indépendante. Cette histoire est un reflet de la société avec le pas de côté de la fiction.
Ceci n'est que mon interprétation, mes déductions n'engagent que moi !
Ce roman montre une société qui a un souci avec la mort. La canicule de 2003 a mis en évidence un dysfonctionnement dans les relations humaines, la société française qui a cultivé l'individualisme à outrance a découvert qu'on pouvait mourir seul dans son appartement sans que personne ne s'en rende compte. Ce qui rendait cela encore plus ironique c'est que c'était pendant les grandes vacances estivales. L'éclatement de la famille et la distance entre les différentes générations on été accusées.
La acceptation de la mort dans nos sociétés industrielles/technologiques est in-envisageable. A force de nous parler des avancées médicales et la mise à l'écart (dans des structures) des gens en fin de vie, on a du mal à faire son deuil et à laisser partir nos morts en paix.
Il y a aussi la vieille idée catholique qui dit qu'on retrouvera nos êtres chers dans l'au-delà. On a beau ne plus être dans une France bigote, les gens on gardé les idées qui les arrangeaient. Alors si dans votre chagrin des premiers temps on vous donnait une gélule qui vous permettrait d'entrer en communication avec les défunts beaucoup feraient l'expérience et plongeraient tête la première dans cette solution chimique. Et le « je voudrais partir avec lui/elle » a de grande chances de se réaliser !
L'aspect eugénisme et manipulation génétique viennent s'imbriquer dans le côté futuriste des publications Aux Forges de Vulcain. Que fait-on de la planète et de l'humain ? La couverture de ce roman represente pour moi l'humain a qui ont fait avaler quelques pilules qui sont sensées arranger les choses ou les masquer et pas qu'au niveau médical. Ici l'auteur n'implique pas les laboratoires pharmaceutiques il nous montre un côté marginal, ce qui n'empêche pas le lecteur de l'imaginer.
Ce qui m'a beaucoup intéressé, c'est le thème de la famille (que l'on retrouve dans cette maison d'édition). On y retrouve des variantes sur la trahison et l'éclatement. Toute cette déliquescence ne peut conduire qu'à la violence et la chute. L'amitié à la vie à la mort une nouvelle fois se conclue assez dramatiquement.
Abus de pouvoir au sein de la famille, des clans ou des institutions judiciaires rien de nouveau sous le soleil. L'argent n'est pas très loin…
Aux Forges de Vulcain ont aussi des sujets qu'ils aiment traiter comme la mixité, les classes sociales et l'intégration du handicap. Les souffrances physiques et morales sont capables de vous faire faire bien des choses.
Ce roman ne nous aide pas à nous améliorer mais il pointe le doigt sur des dysfonctionnements. de la société à l'humain il y a du chemin à faire !
Lien : http://ramettes.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Garoupe
  07 novembre 2017
Une pilule bien facile à avaler
Le pitch de base est assez simple : une nouvelle drogue, l'Orphée, fait son apparition sur le marché. Elle permet de rentrer en contact avec les morts. Pas n'importe lesquels. Forcément une personne décédée récemment dans l'entourage de celui qui a pris la pilule.
Là où tout se complique c'est que le marché se divise en deux catégories : un volet plus ou moins officiel, comprenez une offre de service encadrée mais pas du tout légale, à « Hôtel du Jardin », sorte de service funéraire autant que funèbre, et un volet encore moins officiel qui consiste en un trafic de gélules organisé par deux frères du côté de l'avenue de Flandres à Paris.
Là où tout part à vau-l'eau c'est que la pénurie de produit miracle pointe le bout de son nez et que tout le monde est accro.
Pour bien comprendre tout ce qui gravite autour de l'Orphée, il faut suivre le fil des relations entre les différents protagonistes et ce n'est pas une mince affaire que de le résumer ici. Sylvain et Sophie sont en couple, se chamaillent sur un désir d'enfant mais Sophie, journaliste, se fait tuer dans un square sous le regard de Sylvain qui l'a suivie la soupçonnant d'avoir un amant. Jean-Pierre est l'âme damnée de Bolivar, le patron de l'Hôtel du Jardin. Caroline, qui a perdu l'une de ses filles dans un accident de voiture et qui prend de l'Orphée, enquête sur des morts suspectes de personnes décédées récemment et qui présentent les signes d'une mort datant de plusieurs semaines, morts provoquées par déshydratation suite à la prise d'Orphée. Yacouba et Malik, les deux frères qui ont la mainmise sur le trafic d'Orphée, régentent la cité des Flandres et embauchent Assane, un de leur cousin aux motivations torves. Voilà pour le principal. Ils sont bien entendu tous reliés entre eux par l'Orphée. Qui la deale, qui la consomme, qui le vend, qui la fabrique, qui couvre les trafics, qui enquête.
L'idée de départ est tout sauf bête, loin de là, et Adrien Pauchet, secondé par deux complices, exploite parfaitement son filon pour livrer un récit taillé pour l'écran, sans ménagement, sans temps morts, mais hautement intelligent et addictif.
Ils rajoutent à leur baseline une histoire de vengeance entre Yacouba, Malik et Assane, mêlent Coline, la file de Caroline, à cette histoire, en rajoutent sur Sylvain pour jeter le trouble sur l'histoire qui petit à petit court vers son dénouement.
Tout au long du livre, Adrien Pauchet n'offre aucune sorte d'espoir à ses personnages et à son récit. Tout s'emboîte comme si la fatalité avait décidé de se liguer au destin et redoublait d'efforts pour que chaque personnage prenne les mauvaises décisions aux mauvais moments pour entraîner les autres dans une spirale négative. Adrien Pauchet instaure par ce biais une tension qu'il ne lâche pas tout au long du livre.
Pour étayer son histoire, Adrien Pauchet saupoudre tout de même son récit de considérations sur la mort et sur le rapport à la mort et au deuil, à la fraternité, la famille et la trahison, même si ce roman reste avant tout un excellent polar qui s'acoquine avec le fantastique qui (d)étonne un peu dans le catalogue des Forges mais qui y a somme toute toute sa place et mérite votre attention.
Lien : http://wp.me/p2X8E2-U0
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Brooklynbythesea
  22 octobre 2017
Avant toute chose, je remercie vivement BABELIO et les Editions les Forges de Vulcain pour l'envoi de ce livre.
C'est donc un premier roman, et j'ai adoré l'idée de cette drogue qui permet de retrouver les morts, et de discuter avec eux, de les serrer contre soi. Mais qui dit drogue, dit dealers et flics, et il s'agit bien d'un polar, mais d'un polar tordu, avec de multiples conflits d'intérêts. C'est parfois un peu confus, mais cette impression est due au rythme haletant de l'histoire et aux nombreux personnages qui s'y croisent, et qui ont chacun leurs traits de caractère et leur passif. Toutefois, j'ai moins apprécié le langage parlé que l'auteur utilise pour leurs dialogues, alors que le récit est écrit dans un style fluide et "correct". Mais au final, ça reste un polar honnête qui flirte avec le fantastique, et j'espère bien qu'Adrien Pauchet continuera dans cette voie.
Commenter  J’apprécie          60
Moglug
  01 novembre 2017
Tout d'abord, je remercie Babelio et les éditions Aux forges de Vulcain pour ce livre.
Pills nation est le premier roman publié d'Adrien Pauchet. Annoncé comme un polar aux relents de fantastiques sur la dernière édition de Masse Critique, la perspective d'en apprendre d'avantage sur l'orphée, cette drogue qui permet de communiquer avec les morts, m'a tout de suite interpellée.
L'intrigue du roman – parfois un peu convenue – est globalement bien menée et rythmée, les portraits de jeune flic, de ripou et de dealers des cités parisiennes sont bien développés et forment une base intéressante. Les scènes sont très visuelles et il n'est pas difficile d'imaginer le feuilleton policier qui pourrait en découler. Toutefois, j'avoue ne pas être tout à fait convaincue. Les personnages les plus intéressants du roman sont tous confrontés à la question du deuil et cette thématique au coeur du récit aurait mérité, à mon sens, une approche plus fine et plus sensible. le déroulé rationnel de l'enquête aurait pu laisser la place à une belle réflexion de fond sur cette question. Tous les éléments sont réunis pour que ce soit possible, mais il m'a manqué une dose d'émotionnel pour me sentir vraiment impliquée dans le récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LettresItBe
  29 novembre 2017
C'est une bien belle découverte qui semble pointer le bout de son nez du côté de la maison Aux forges de Vulcain. Une découverte qui prend l'apparence d'Adrien Pauchet, jeune auteur encore méconnu qui déboule avec Pills nation, un thriller médicamenteux bien senti qui met aux prises toute une microsociété parisienne dans une affaire d'étranges gélules qui permettent de parler aux morts. Rien que ça. Lettres it be a avalé la pilule et vous en dit plus.
# La bande-annonce
Paris, de nos jours, la canicule. le taux de mortalité grimpe, à mesure que monte l'angoisse : les plus âgés ne sont pas seuls à mourir. Une drogue étrange et hors de prix, l'Orphée, fait croire à ceux qui la consomment qu'ils peuvent revoir leurs morts. L'ensemble de la société s'effondre. Mais un dernier rempart improbable se dresse : Caroline, capitaine de police, elle-même consommatrice de la drogue miracle. Qu'est-ce qu'Orphée ? Qui la fabrique ? Pourquoi ? Dealers et flics, jeunes et vieux, riches et paumés vont tous être embarqués dans une enquête en forme de descente aux enfers dont le rythme effréné est rendu délicieusement douloureux par la moiteur étouffante de la capitale au soleil de plomb.
Portrait d'une société à la dérive, grand tableau d'un Paris vénéneux, ce premier roman policier nourri de séries télévisées, lorgne à la fois vers la violence incandescente de The Shield et la justesse descriptive de The Wire.
# L'avis de Lettres it be
Paris. Il y fait chaud, très chaud. La canicule frappe fort. Des corps desséchés, momifiés vont être retrouvés un peu partout dans la capitale. La faute à la température élevée, forcément. Sauf que ces cadavres qui présentent des symptômes propres à un décès datant de plusieurs semaines ne sont en vérité cadavres que depuis quelques jours … C'est à partir de ces événements peu ragoûtants, c'est rien de le dire, que démarre en trombe le roman d'Adrien Pauchet. Une enquête vraiment originale va naître de cela, autour d'une pilule rouge et blanche au coeur de toutes les attentions.
La suite de la chronique sur le blog de Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Adrien Pauchet (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adrien Pauchet
Teaser pour le roman policier PILLS NATION, d'Adrien Pauchet. Publié par les Editions Aux forges de Vulcain.
SORTIE MAI 2017
autres livres classés : dealerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1212 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre