AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782709612869
Éditeur : J.-C. Lattès (11/04/1997)
2/5   2 notes
Résumé :


Dominique Paulvé , Marie Guérin
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Woland
  25 septembre 2010
II - le troisième tableau est assuré par Berthe Bernage, un auteur que je me permettrai, en dépit de son succès, de qualifier de "gnangnan." Amateurs de mièvrerie, si vous me lisez, sachez que, avec Mme Bernage, vous serez gâtés. Univers petit-bourgeois, références permanentes à la Sainte Eglise Romaine et Apostolique et aux bienfaits de la religion, préoccupations étroites et bornées, préjugés bien-pensants et politiquement corrects, c'est ainsi qu'on peut résumer la série "Brigitte", commencée tout à fait par hasard après la Première guerre mondiale, dans les pages des "Veillées des Chaumières", avec le titre "Brigitte jeune fille." Après le décès de sa créatrice, le 14 mai 1972, la série retrouvera un nouveau souffle avec les aventures de Marie-Agnès, la benjamine de Brigitte, le tout sous la plume de Simone Roger-Vercel.
Enfin, la plus gâtée en nombre de pages avec Delly (56 pour chacune d'elles), entre en scène Jeanne Philbert, dite Magali, dite aussi "la Femme aux Cent Romans" (même si elle en écrivit bien plus), amie de Maryse Bastié et passionnée d'aviation, chroniqueuse sentimentale et romancière qui invita à la table du roman rose l'Aventure et l'Exploration. Par l'âge (elle naquit en 1910) comme par la manière de concevoir la vie, elle est sans doute la plus moderne des quatre femmes ici citées. L'imaginaire qu'elle a créé est aussi riche et aussi codifié en son genre que celui deDelly, dont elle est, curieusement, la descendante la plus directe et pourtant la plus paradoxale. Directe par la vivacité de la pensée, par l'art de remanier le conte de fées et par l'indépendance foncière d'une nature qui, venue au monde près de quarante ans après la Solitaire de Versailles, trouva mieux à s'exprimer dans un monde où le statut des femmes avait considérablement évolué. Paradoxale parce que les héroïnes de Magali travaillent, font du sport, partent à l'aventure, se veulent les égales des hommes, même quand elles sont amoureuses, et ne ressassent pas tout le temps leurs prières. Celle qui leur avait donné la vie est morte le 5 février 1986.
Cinquante-six pages donc pourDelly et Magali, une quarantaine pour Du Veuzit et trente-deux pour Bernage : les chiffres sont éloquents. On peut regretter que, surtout pour les deux dernières, Guérin et Paulvé aient surtout évoqué le contexte politique et social dans lequel elles vécurent. Mais c'est là une chose qu'on trouve - en outre de façon beaucoup plus complète - dans n'importe quel livre d'histoire et cela n'apprend rien sur la démarche créatrice de ces femmes qui, certes, ont écrit pour gagner leur vie mais aussi pour le plaisir.
Hormis quelques extraits, rien n'est dit, répétons-le, sur l'oeuvre elle-même. Et pourtant, qu'on l'aime ou pas, il a des masses à dire sur le sujet : l'érotisme chez Delly, la sexualité chez Du Veuzit, le culte du politiquement correct chez Bernage et le désir de liberté absolue chez Magali, voilà quelques uns des thèmes qu'on aurait pu traiter.
Quelques uns. Seulement.
A quand l'ouvrage qui le fera ? ... En l'attendant, prenez votre mal en patience et lisez, faute de mieux, "Le Roman du Roman rose." ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Woland
  25 septembre 2010
I - Cet ouvrage est une mine non négligeable pour toutes celles et tous ceux qui désirent en savoir un peu plus sur les quatre Incontournables du roman rose (ou roman "chaste") français, à savoir Delly, Max du Veuzit, Magali et Berthe Bernage. Mais, s'il renseigne largement sur la vie de ces dames, il ne dit malheureusement pas grand chose de leurs livres, tant sur la forme que sur le fond. A peine deux ou trois pages, à la toute fin. Ce qui laisse au lecteur une encombrante impression de frustration.
A tout seigneur tout honneur, Delly ouvre le bal avec une photo qui la montre, avec son frère et partenaire d'écriture, Frédéric Petitjean de la Rosière, debout tous deux derrière leurs parents, dans le jardin de leur petite maison versaillaise. En fixant ce regard intense et sérieux, la seule vraie beauté de cette femme, l'aficionado réalise enfin pourquoi, dans pratiquement tous ses romans, elle a mis l'accent sur les yeux de ses héros. Largement millionnaire à la fin de son existence, en dépit des deux guerres traversées, Melle Marie Petitjean de la Rosière s'éteint à Versailles, le 1er avril 1947, après une existence qu'elle avait voulu strictement anonyme et pour ainsi dire cloîtrée. Son éditeur ne la rencontra qu'une seule fois : elle vivait véritablement retirée d'un monde trop matérialiste, perdue dans un univers de fantasmes et de beauté qu'elle eut le mérite de faire partager à des millions de femmes de par le monde. Sur la tombe où elle repose aux côtés de son frère, rien ne rappelle le pseudonyme devenu référence majeure d'un genre littéraire auquel Delly donna ses lettres de noblesse.
S'avance ensuite Alphonsine Vavasseur, épouse Simonet, mieux connue sous le nom de Max du Veuzit. Avec elle, les héroïnes fragiles, si typiques de Delly, se font plus volontaires mais surtout plus modernes et la religion catholique, si elle est toujours célébrée, n'est plus mise en avant de façon aussi ostentatoire. le style également diffère : si celui de Delly possède d'indéniables qualités héritées du classicisme, celui de du Veuzit se veut plus familier, avec des mots d'argot qui, à la première publication, ancraient histoire et personnage dans la réalité contemporaine mais qui, aujourd'hui, ont beaucoup vieilli. Détail amusant - et même hilarant - qu'il faut connaître : la toute puissante "Maison de la Bonne-Presse", tenue par l'Eglise de France, fit un procès à Max du Veuzit, dont elle jugeait les romans "peu convenables", voire carrément "osés." Indignée, l'auteur répliqua et, à la fin du compte, la Maison de la Bonne-Presse dut battre en retraite. Max du Veuzit devait mourir le 15 avril 1952. (A suivre ...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   25 septembre 2010
[...] ... Peu de dictionnaires mentionnent les noms de [ces quatre femmes], ou s'ils le font, c'est avec des erreurs, la plus fréquente faisant état de Marie et Frédéric, "Monsieur et Madame Petitjean de la Rosière", en tant qu'époux, et non frère et soeur. On ne peut pas non plus acheter leurs livres dans "les bonnes librairies" : on vous répondra, avec une moue dédaigneuse, que "la littérature mineure n'est pas admise" en rayon. Bref, le discours des "intellectuels" sur le roman sentimental se limite à un haussement d'épaules : mépris et rejet, si ce n'est méconnaissance.

La riposte tranquille de ces dames est celle d'un succès foudroyant, accompagnée de rééditions multiples, de traductions massives - dans toutes les langues, même en braille ! - qui en surprirent plus d'un. Céline, au cours de ses "Entretiens avec le Professeur Y" - alias Gaston Gallimard - leur rend un hommage inattendu : "Regardez un peu les Delly ! Qui gagnent cent millions par an, sans publicité, ni critique ... Est-ce qu'ils recherchent l'émotion à travers le langage parlé ? ... Eux ? ... Balivernes ! ... Saint-Sulpice partout ! Kif-belles lettres ! Musique ! Peinture ! La morale et les bonnes manières ! Ils sont plus "chromos" que tous les autres ... bien plus traduits que les Balzac, Hugo, Maupassant, Anatole [France], Péguy, Psichari, etc, qui étaient pourtant , eux aussi, il faut l'avouer ... vachement "chromo" ! mais qu'existent pas question la fadeur, l'insipidité, la morale, à côté des Sister Brother Delly !" ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
WolandWoland   25 septembre 2010
[...] ... A cette époque de censure où le délire va jusqu'au kitch, rien d'autre n'est toléré qu'un "amour permis". L'imagination doit remplacer l'action ; on tourne autour, c'est le désir du désir, tellement plus obsédant ... Viendra alors au secours de la malheureuse héroïne tout un assortiment de sensations, frissons, pâmoisons, battements de cils, ondes bizarres et autres "pizzicati", bien à propos pour sublimer tant d'amour empêché.

L'érotisme est bien là, sournoisement masqué par un vocabulaire simplifié, abstrait ou codé, par le ressassement des lieux communs du roman sentimental, et surtout par un discours "idéologique", prônant la chasteté et la pudeur. On peut y voir également un plaisir érotique d'esthète retardant volontairement le moment de la réalisation, afin que la porte s'entrouvre sur l'ambiguïté. De l'ambiguïté à la perversité, n'y aurait-il pas qu'un entrechat ? ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lanardlanard   04 septembre 2010
Max du VEUZIT, BÉGUINS ET CONFITURES.

(Pseudonyme de Alphonsine Vavasseur 1876-1952 — Signe du Scorpion).
Alphonsine avait toujours eu le goût d’écrire~ et, dès l’âge de sept ans, invente des contes de fées à l'intention de ses poupées. Épouse accomplie et mère de trois enfants, elle attendra que ceux-ci aient l’âge de rester à l’école, pour occuper ses après-midi à écrire des romans optimistes et parfois même « audacieux» pour leur époque. Elle se souvenait très probablement d’un auteur de son adolescence: Guy Chantepleure, qui, comme son nom ne l’indique pas, avec Ma conscience en robe rose ou fiancée d’avril faisait naître chez ses lectrices des frissons... très frissons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lanardlanard   04 septembre 2010
Berthe BERNAGE: HONNEUR, FAMILLE, PATRIE.

(1886-1972, signe de la Vierge).
Fille d’une longue lignée d’universitaires, nourrie de principes et de morale chrétienne, Berthe vient à l’écri­t e te plus tardivement que ses consœurs, n’ayant pas, comme elles, d’urgences financières. Son éducation, ses lectures, sérieuses ou poétiques: Lamartine, Émile Ver­haeren, proposées par sa jolie maman, lui donnent le sens du beau langage et de l’écriture. Brigitte, le personnage central du roman, traduit en feuilletons pour Les veillées des chaumières, deviendra l’amie rassurante de la française de tout âge, face aux répétitifs problèmes de la vie quotidienne. De générations en générations, l’histoire de « Brigitte » - imaginée en 1927 comme une simple nouvelle ! – se perpétue dans les Veillées, alimentée, encore de nos jours, par le plume de Simone Roger-Vercel, à laquelle Berthe Bernage avait, de son vivant, légué sa « fille adoptive ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lanardlanard   04 septembre 2010
MAGALI : TAPIS VOLANT ET PIEDS SUR TERRE.
(Pseudonyme de Jeanne Philbert : - 1898-1986- signe des Poisson)
Magali fait découvrir son talent d’écrivain par un premier reportage – modestement anonyme – relatant l’arrivée de Lindbergh en France, le 22 mai 1927. Elle est désormais mêlée au monde fascinant de l’aviation de l’entre-deux-guerres, où tous les pilotes sont des héros. Les plus prestigieux sont d’ailleurs ses camarades : Saint-Ex, Mermoz, Maryse Bastié, Guillaumet… Ils la confortent dans le goût prononcé qu’elle a des voyages, et c’est ce parfum d’aventures que l’on retrouvera dans les ouvrages à succès de « la femme aux cent romans ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Dominique Paulvé (1) Voir plusAjouter une vidéo

Dominique Paulvé et Jean Luc Bertini : La campagne à Paris
Pendant le "Mai du livre d'art", Olivier BARROT devant un arrière plan de photos de jardins et de statues environnées de verdure, parle du livre de Dominique PAULVE et Jean Luc BERTINI, "La campagne à Paris". Nombreuses photos tirées du livre, accompagnées de musique et du chant des oiseaux.
autres livres classés : écrivainVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4187 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre