AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266160261
576 pages
Pocket (20/02/2006)
4.05/5   20 notes
Résumé :
Né dans une période sombre de l'histoire des sourds, Armand, menuisier bressan, aujourd'hui père de quatre enfants et grand-père de sept petits-enfants sourds, construit une vie d'homme libre. Ce récit l'autobiographie d'Armand Pelletier suivie d'une étude historique, par l'ethnologue Yves Delaporte, de la politique adoptée contre les sourds-muets s'inscrit dans un tragique destin : en 1880, charité chrétienne et science se sont liguées pour interdire leur langue au... >Voir plus
Que lire après Moi, Armand, né sourd et muet... : Au nom de la science, la langue des signes sacrifiéeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
J'ai trouvé ce bouquin lors d'une exposition sur l'histoire des sourds, sujet qui m'intéresse car j'ai moi-même un problème d'audition comme on dit...
C'est passionnant! La première partie est une autobiographie, celle d'Armand Pelletier sourd-muet et son combat pour mener sa vie dans le monde des entendants, et franchement, je ne me doutais pas que c'était si compliqué encore à notre époque...Quel homme ! Menuisier, champion de ski, enseignant, qui a tant fait pour les autres sourds comme lui. Cette autobiographie a été traduite/mise en mots par Yves Delaporte.
Le seconde partie est l'étude historique de l'enseignement de la langue des signes.
J'ai été bouleversée par ce livre, je pensais bêtement, en voyant les traducteurs en langue des signes sur ma télévision, que ce combat était gagné. Il a eu tant de souffrance, infligée par le monde des entendants.
En refermant ce bouquin, je me dis que la langue des signes devrait être enseignée à tous, par des sourds, comme une autre langue vivante, y a encore du chemin à parcourir.
Commenter  J’apprécie          102
Il s'appelle Armand. Il est sourd et muet. Et c'est l'histoire de sa vie qu'il a entrepris de nous raconter avec l'aide et le soutien d'Yves Delaporte, ethnologue et ethnolinguiste, directeur de recherche au CNRS.

Armand Pelletier est né dans une famille de 12 enfants du coeur de la Bresse, au nord de Lyon, dans l'entre-deux guerres. Deux de ses frères étaient comme lui sourds et muets. Ses quatre enfants et sept de ses petits-enfants le sont également. Dans une famille où la transmission peut ainsi se faire entre parents et enfants mais également entre personnes de la même génération, la langue des signes a la chance de prospérer, de même que la culture qui lui est liée, et c'est là une chance rare car bien souvent les sourds sont isolés au milieu de familles entendantes qui n'ont pas les outils pour communiquer avec eux et leur permettre de s'intégrer réellement à la société. Conscient de ce privilège, il a à coeur de faire connaître au plus grand nombre ce monde de silence et de communication.

Il nous narre sa vie avec une simplicité et une sincérité qui touchent le lecteur, et accentuent son horreur et son indignation face à ce qu'il découvre : comment tout au long du XXème siècle en France, les sourds ont été rabaissés, n'ayant accès en tout et pour tout qu'à trois métiers (menuisier, cordonnier ou tailleur pour les hommes), leur langue stigmatisée, interdite d'enseignement, notamment dans les écoles spécialisées pour sourds et aveugles, leur culture ignorée et réduite à une quasi-clandestinité.

Faisant suite à ce témoignage bouleversant, le lecteur peut approfondir la « question sourde » à travers l'essai historique d'Yves Delaporte, qui met en lumière ce terrible constat qui sert de sous-titre au livre : « Au nom de la science, la langue des signes sacrifiée ».
Commenter  J’apprécie          40
Cet ouvrage est indispensable à la compréhension de la culture sourde. Il comporte deux parties. D'abord l'histoire sensible et passionnante de la vie d'Armand Pelletier, qui raconte son émancipation grâce à la langue des signes et au sport et ses luttes pour la reconnaissance de l'autonomie des sourds grâce à leur langue. Ensuite l'ethnologue Yves Delaporte raconte la difficile émergence de la langue des signes contre l'idéologie de l'oralisme imposé au XIXÈME sciècle.
Deux récits passionnant, émouvant et tragiques car ils révèlent l'injustice faite aux sourds assimilés à des idiots par la répression de leur langue.
Livre indispensable à lire et à faire lire.
Commenter  J’apprécie          10
L'un des très rares livres sur la vie (la biographie) d'une personne sourde! On comprend véritablement l'histoire de la communauté sourde, de l'intérieur, grâce entre autre au travail ethnologique d'yves delaporte. Je le conseille à tous ceux qui connaissent que trop peu la culture sourde.
Commenter  J’apprécie          30
C'est un bouquin très instructif sur le sort des sourds-muets au siècle dernier.La question que l'on se pose après avoir lu ce bouquin c'est comment a-t-on pu en arriver là ? On ne peut s'empêcher de tirer un coup de chapeau à l'auteur qui a su prendre « le taureau par les cornes » et mener la vie qu'il voulait et non celle que la société lui imposait.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Bundi m'avait beaucoup appris. Nous échangions nos idées, nous reconstruisions le monde, nous imaginions un avenir où les sourds seraient les égaux des entendants... Il avait une langue admirable, qui lui permettait de s'exprimer dans tous les registres, passant de l'humour à la poésie. Ses mains se mouvaient dans une vaste bulle qu'il transformait en scène de théâtre, plaçant tel personnage ici, et tel autre là, virevoltant de l'un à l'autre, avec des mouvements plein de grâce. J'étais fasciné par la manière dont ses mains sculptaient l'espace autour de lui. Lorsqu'il donnait un tour poétique à son discours, j'étais loin de tout comprendre. Cela m'importait peu : la beauté de sa langue suffisait à me remplir d'un joie profonde.
Commenter  J’apprécie          20
Autrefois, nous faisions des efforts inimaginables pour parler lorsque nous ne voyions pas comment procéder autrement, par exemple dans les magasins. Beaucoup d'entendants étaient très gênés par notre voix rauque, qu'ils trouvent effrayante. Or, depuis un tout petit nombre d'années, j'ai abandonné toute tentative d'émettre des sons. A la place, je fais des signes simples. Et j'ai alors découvert cette chose stupéfiante, que les entendants acceptent beaucoup mieux les signes des sourds que leur voix!
Commenter  J’apprécie          30

>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : surditéVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Autres livres de Armand Pelletier (1) Voir plus

Lecteurs (70) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1729 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}