AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicolas Gille (Traducteur)Jacques Baudou (Préfacier, etc.)
EAN : 9782264011633
286 pages
Éditeur : 10-18 (27/08/2005)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 258 notes)
Résumé :
Au début de l'été 1138 la guerre qui oppose le roi Étienne et de l'impératrice Mathilde qui se disputant le trône d'Angleterre est aux portes de Shrewsbury. La mort plane sur le château et sur la ville. Le Roi Étienne décide l'assaut final, et la ville tombe rapidement.

En exemple, il ordonne la pendaison de quatre-vingt quatorze prisonniers de la garnison. Leurs corps sont ensuite jetés par dessus le rempart. Lorsque frère Cadfael arrive sur place po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Tinaju
  08 mai 2020
Et hop, une petite relecture vite fait.
Avant d'être fan de Fidelma, j'étais fan de Cadfael bien-sur. L'époque, le personnage, les intrigues, tout m'avait charmée. Et j'ai eu envie d'en relire un.
J'ai choisi celui ci car c'est la 1ere fois que l'on trouve des personnages qui vont devenir habituels. On comprend aussi la grande intelligence et la finesse de l'esprit de notre moine préféré.
Bref, une belle relecture qui a confirmé mes souvenirs.
Commenter  J’apprécie          304
purplevelvet
  25 novembre 2015
Un cadavre de trop est le 2 tome tome de la série Cadfael d'Ellis Peters, mais le premier paru dans l'ordre de numérotation de 10/18, allez savoir pourquoi.
C'est celui aussi qui nous raconte la rencontre entre frère Cadfael et son futur meilleur ami, Hugh.
Le premier tome était un peu à part, pensé omme un roman isolé par l'auteur, c'est à partir de maintenant qu'il va y avoir des personnages récurrents. Donc on plante le décor: 1138. c'est le début de la guerre civile (l'anarchie anglaise, qui va durer jusqu'en 1154). le roi Henri I° est mort 3 ans plus tôt, c'est officiellement sa fille , L'impératrice Mathilde, qui est désignée comme successeur, son frère aîné étant mort des années plus tôt, elle est donc la légitime héritière, la moitié à peu près des vassaux l'ont reconnue comme reine. Mais l'autre moitié n'est pas franchement d'accord avec le fait qu'une femme dirige le pays, et profitant du fait que Mathilde est en France, profite pour désigner roi Etienne, son cousin, entraînant à leur suite un certain nombre de girouettes qui oublient leurs promesse: Etienne est en Angleterre, à la tête d'une armée, l'impératrice est loin, autant retouner sa veste.
Or justement, la petite ville de Shrewsbury, à la frontière du pays de Galles, est tenue par un seigneur partisan de Mathilde: la ville est assiégée par l'armée du roi, le seigneur local en fuite vers la Normandie, c'est une pagaille sans nom. La fille d'un noble local partisan également de Mathilde est portée disparue, probablement en partance elle aussi pour la Normandie, mais d'après la rumeur, elle n'aurait pas encore quitté la contrée. Il faut donc la retrouver et la faire prisonnière pour que son père vienne la chercher et tomber directement dans les filets du roi. C'est Hugh Beringar, son fiancé depuis l'enfance et partisan d'Etienne qui va être chargé de la retrouver. Retrouver une femme en fuite, qui se cache, qu'il n'a pas vue depuis 6 ans, et qui avait 12 ans à l'époque. Pas si facile.
Une fois le château pris, le roi, poussé par ses conseillers car il est plutôt d'une nature calme et passive, fait pendre en mesure de représailles les 94 hommes d'armes qui défendaient le château. Les moines de l'abbaye locale vont s'occuper de rendre les victimes à leur famille ou d'enterrer dignement ceux qui n'avaient pas d'autre tort que de faire partie de la faction opposée. seulement, c'est sans compter avec frère Cadfael, toujours attentif, qui après avoir compté , et recompté, trouve 95 morts. Un de trop, qui n'a pas été pendu, mais étranglé, et déposé nuitamment parmi les victimes politiques pour faire passer un crime civil inaperçu. le roi n'est pas franchement d'accord avec le fait d'être accusé ou tout au moins complice involontaire d'un meurtre et autorise donc l'enquête pour découvrr qui est le cadavre en trop.
Un bon tome, où apparaissent des personnages qui vont être récurrents. le roi joue vraiment un rôle cette fois, en tant que personnage, ce n'est pas juste un nom pour situer l'action et l'époque. le seul problème est qu'une fois découverte l'identité de la victime, et qu'il ne reste plus que quelques suspects possibles, le lecteur qui a déjà lus d'autres tomes découvre rapidement qui est le coupable. Ca ne peut pas être un des personnages qui va revenir par la suite libre, dans les tomes suivants. C'est donc forcément un peu frustrant, et ça me convainc une fois de plus que si j'avais eu la possibilité, j'aurais du lire les tomes dans l'ordre ( bon, encore que, ayant vu l'adaptation en série TV, j'aurais aussi vite deviné)
L'autre petit souci récurrent chez l'auteur, c'est que si elle excelle dans le côté historique, policier, la recherche d'indice.. elle se sent obligée de coller une voire deux histoires d'amour par tome, pas toujours convaincantes. Si ça n'est pas trop abusé pour Hugh et Aline, sa future femme, dans ce tome, l'autre duo est cousu de fil blanc, et se voit venir à des kilomètres. Disons que c'est un paramètre dans lequel elle n'excelle pas, qu'on voit venir avec ses gros sabots et est réglé en 2 phrases et trois coups de cuillère. Donc un léger manque de crédibilité à ce niveau là: oui, des choses du style " holala, mon coeur bat si fort quand je le vois mais qu'est-ce qu'il m'arrive? Franchement je n'en ai aucune idée!" Si le reste était mal ficelé, ça ne ressortirait pas autant, mais comme l'ensemble est bien, ça dénote. J'ai vraiment l'impression que l'auteur a voulu remplir un cahier des charges. Obligatoire: mettre une histoire d'amour parce que sinon les intrigues politiques vont lasser le public. Mais qu'elle s'en fiche un peu alors fait vraiment le minimum syndical de ce côté là. D'ailleurs, c'est surtout au niveau des derniers tomes que ça va se faire le plus sentir, la baisse de forme atteint aussi l'intrigue policière.
C'est un peu dommage parce que le cadre, l'ambiance, l'histoire, les personnages sont biens. D'autant dans ce tome où les factions qui s'opposent jouent vraiment un rôle.
Lien : http://chezpurple.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lapetitefadette
  21 septembre 2014
Au XIIème siècle, c'est la guerre pour accéder au trône entre Mathilde, épouse de l'empereur du Saint-Empire Germanique et fille du défunt roi d'Angleterre et Etienne de Blois son neveu, tous les deux petits enfants de Guillaume le conquérant. Après le siège de Shrewsbury les chefs de la ville qui a résisté une semaine ont été pendus. Les moines sont chargés de s'occuper des morts. C'est alors qu'on se rend compte qu'il y a un cadavre de trop. Cadfaël, ancien soldat, retiré du monde dans l'abbaye de Shrewsbury, est amené à aider le sheriff.
Plongée dans l'histoire médiévale de l'Angleterre avec frère Cadfaël, le moine enquêteur, créé par celle qui sera considérée comme la papesse du polar historique. Je n'ai plus quitté frère Cadfaël !!! Chacune de ses enquêtes est une découverte et de l'histoire de ce pays et de la société de l'époque.
Commenter  J’apprécie          110
lyoko
  30 juillet 2014
J'ai rencontré frère Cadfael a la télé lors d'insomnie... j'ai donc sauté le pas en lisant ses aventures.
L'intrigue est là et menée à son terme (ou quasi à son terme). Un bon livre de détente..un livre pour les vacances ou se changer les idées.
Je lirais sans doute d'autres aventures de frère Cadfael..l'avantage est un dépaysement historique et temporel... le moyen âge en Angleterre
Commenter  J’apprécie          130
argali
  02 juillet 2016
Nous sommes en pleine querelle pour la succession du trône d'Angleterre (ceux qui ont lu les Piliers de la Terre reconnaitront l'époque et les protagonistes). Etienne, roi d'Angleterre, a assiégé Shrewsbury qui a tenu une semaine. En représailles, il fait pendre les vaincus : plus de quatre-vingt combattants. Mais un corps étranger a été dissimulé parmi les autres. Souhaitant éclaircir ce mystère et rendre justice à ce jeune homme, Cadfael mène l'enquête. Une bonne occasion de quitter son potager et de mettre ses talents de détective en action. Mais en ces temps troublés, il sera aussi sollicité pour veiller sur un jeune garçon venu se cacher au coeur de l'abbaye. Les dangers guettent, il faudra être sur tous les fronts.
Ce policier historique nous plonge au coeur de l'Angleterre du Moyen Age, une époque noire et violente particulièrement bien rendue par l'auteure. Les petits arrangements entre ennemis, les trahisons, les manipulations sont légions et ceux qui souffrent le plus sont les gens du peuple. En filigranes, on comprend aussi que les femmes ne sont guère plus que des enjeux ou des monnaies d'échange. Quelle douce époque !
Quant à l'intrigue, elle nous offre son lot de rebondissements et nous montre à plusieurs reprises que les apparences sont parfois trompeuses. Cadfael va d'ailleurs devoir rivaliser d'ingéniosité pour déjouer les plans de son adversaire. Mais le jeu en vaut la chandelle et son charisme fera une fois de plus des merveilles.
Si vous ne connaissez pas encore le Frère Cadfael, ce bénédictin gallois, ancien croisé, je ne peux que vous encourager à le découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
CrazynathCrazynath   22 septembre 2014
Osbern le bancal, qui était né avec les jambes atrophiées, et qui se déplaçait à une vitesse incroyable sur ses mains armées de patins de bois, trainant derrière lui ses genoux sans force sur une petite charrette de bois, était le plus humble parmi ceux qui suivaient le roi.
Commenter  J’apprécie          180
milamiragemilamirage   04 mai 2013
Votre Grâce, avoua-t-il tout net, nous avons échoué, il n’y a rien d’autre à dire. On a fouillé chaque rue, on a interrogé tous les notables et les marchands, on a tout passé au crible. La ville n’est pas si grande, et à moins d’un miracle, je ne vois pas comment ils ont pu la quitter sans se faire voir. Mais on ne les a pas trouvés, rien, aucune trace. Au cas où ils auraient traversé la rivière à la nage, pour franchir la Première Enceinte de l’abbaye, j’ai envoyé là-bas une patrouille, mais je doute maintenant du résultat. Hesdin s’entête toujours.
[challenge des livres sans citation]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
GrouchoGroucho   12 novembre 2014
- Me voici, mon Seigneur, dit Hugh Beringar, en s'inclinant. Hugh Beringar de Maesbury, au service de votre Grâce avec tous mes biens. Ce n'est pas grand chose, six chevaliers et quelques cinquante hommes d'armes, mais la moitié sont de bons archers. Ils sont tous à vous.

- Votre nom nous est connu, Messire Beringar, répliqua sèchement le roi. Vos possessions aussi. Mais votre fidélité nous l'était moins. A ce qu'on m'a dit, vous étiez proche des traîtres FitzAlan et Adeney il y a encore peu de temps. Et même ce changement survient tardivement. Voici environ deux mois, que je suis ici sans avoir eu de vos nouvelles.

- Votre Grâce, dit Beringar, depuis mon enfance, je regarde ces hommes, que vous considérez comme des traîtres - et je le comprends, - comme mes pairs et amis. En tant que tel, ils ne m'ont jamais déçu. Votre Grâce est trop impartiale pour ne pas admettre que pour quelqu'un comme moi - qui n'ai jusqu'alors juré fidélité à personne, - choisir par les temps qui courent demande sérieusement réflexion, s'il faut se décider une fois pour toutes.
.../...
Ceux qui sont venus à vous sans réfléchir peuvent vous lâcher de la même façon.

- Et pas vous ?

- Et moi, non, fit-il fermement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mduquetmduquet   05 avril 2015
- Quatre-vingt-quatorze ? Quatre-vingt-quinze ? lança Prescote, exaspéré, un de plus ou de moins, quelle importance ? Ce sont tous des traîtres, ils ont tous été condamnés, je ne vais pas m'arracher les cheveux parce que le nombre ne correspond pas tout à fait.

- Vous, non, peut-être, reconnut simplement Cadfael, mais Dieu demandera des comptes.
Commenter  J’apprécie          40
CrazynathCrazynath   22 septembre 2014
Il vit sortir du jardin deux silhouettes étrangement disparates, le moine d'âge mur, solide, trapu, halé, avec sa démarche chaloupée de marin, qui posait une main protectrice sur l'épaule du jeune garçon mince aux jambes nues, vêtu d'une tunique qu'il avait du hérité de son grand frère.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Ellis Peters (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ellis Peters
Philip Kerr wins The CWA Ellis Peters Historical Crime Award 2009.
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
747 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre
.. ..