AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782378803445
L' Iconoclaste (02/03/2023)
4.02/5   29 notes
Résumé :
J'aime chez toi ce qui m'échappera toujours.
Elle l'aime. Il l'aime. Jusqu'ici, tout va bien. Mais en amour, il faut se comprendre, trouver les mots justes et accueillir ceux de l'autre.
Coline Pierré propose aux amoureux d'aujourd'hui d'imaginer une nouvelle façon de s'aimer, loin des archétypes. Une déclaration d'amour à l'amour.
Que lire après Une grammaire amoureuseVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Je ne connaissais pas Coline Pierré, qui a aussi écrit pour la jeunesse. C'est le titre qui m'a d'abord attirée. "Grammaire" évoquant des souvenirs scolaires plutôt rébarbatifs , comment peut-on l'imaginer amoureuse... Curieuse association mais après lecture, judicieusement choisie.

Car l'amour est envisagé à travers les mots, le langage. Chaque partie du recueil convoque les différentes phases du sentiment amoureux vu par ce prisme: rencontrer, tomber, briser, suspendre, partager... La langue de l'un contre, avec, sans celle de l'autre. La difficile fusion .

" est-il possible de ne pas se blesser
quand on s'accroche avec des adjectifs
quand on s'écorche avec du sens"

Les textes sont subtils, presque philosophiques, et aussi créatifs. L'auteure joue sur la présentation typographique, par exemple en décalant les syllabes du verbe " trébucher" , mimant bien cette action, joue aussi sur l'espace de la page, donnant ainsi un élan neuf aux mots.

J'ai aimé cette liberté accordée au poème, et surtout la réflexion profonde sur cette parole qui lie ou sépare ceux qui s'aiment. Qui fonde un couple mais en révèle aussi les fragilités.

Je terminerai par l'évocation de ce voyage essentiel, cette recherche d'union linguistique :

" te parler c'est voyager de mon pays vers le tien
et d'un bout à l'autre du parcours
traverser mille contrées comme mille singularités
guidée par le désir
de te déchiffrer et de te traduire
il y a ma langue
il y a la tienne
et il y a toutes les autres"

Originale et intéressante découverte!

"
Commenter  J’apprécie          382
Conjuguer le verbe, la grammaire et l'amour ? Mission difficile et pourtant Coline Pierré nous offre un recueil d'une immense beauté et d'une grande transparence. Comment transmettre à l'autre ce que l'on ressent ? Comment lui faire comprendre ce qui traverse notre coeur et notre esprit. Est-ce véritablement nécessaire de savoir ? Dédiant son recueil à Martin qui danse avec elle depuis douze ans, l'autrice explore les zones d'ombre de ce sentiment si mystérieux qui passe généralement par le langage. Élément singulier et multiple que ce dernier tant il est protéiforme. Et si nos émotions étaient trop grandes et les mots trop étroits ? En jouant sur la forme des lettres et des phrases au coeur du texte, on oscille comme des anguilles et on souligne chaque claque qui dit : poésie. Il est question d'impossibilité, d'empêchement, de retenu, de pudeur dans ce que l'on dit à l'autre. Celui ou celle qui saura déchiffrer ce que l'on dit, ce que l'on comprend et ce que l'on retient. Avec maladresse la plupart du temps, avec véhémence parfois, avec silence souvent. La voix tremble, les yeux vacillent, la bouche se décompose et on marmonne une phrase qu'on regrette bien assez tôt.

Ce recueil prône le déséquilibre, l'instabilité de ce qu'un être humain est capable de faire ou de dire. Il raconte ce que l'on croit savoir ou ce que l'on pense et met le doigt sur l'indicible. À la fois juste, imagé, métaphorique et romantique, on nage dans une succession de petits écrins. La poitrine se gonfle, les lèvres devenant prêtes à accueillir l'offrande, on s'apprivoise au détour de langues qui ne se comprennent pas toujours. le corps devient électrique, rempli de turbulences et de paradoxes, chaque page virevolte au creux de nos doigts. Coline Pierré ne dit pas seulement l'amour, elle le dessine, le comprend, le ressent et le transmet. On y voit les petits détails entre les interstices du sentiment amoureux. Ce livre « scintille comme une fête foraine » où la danse et les mots viennent se compléter pour mieux s'aimer. En criant « je » est incomplet, on prend conscience des difficultés linguistiques entre deux êtres qui s'aiment. Il y a ce qu'on entend, ce qu'on comprend ou ce qu'on croit entendre voire ce qu'on interprète. le langage comme bénédiction ou malédiction, le regard de l'autre comme reflet de ce que nous sommes, rares sont les recueils poétiques avec autant de force et de densité textuelle. Que chacun d'entre nous prenne conscience du pouvoir de nos mots et de ce qu'ils impliquent quand ils ont la chance de sortir de notre bouche.
Commenter  J’apprécie          30
Qu'est ce que j'aime la poésie, mais surtout qu'est ce que j'aime ce que la poésie fais des mots... C'est le deuxième livre de la collection Iconopop que j'achète. le premier, c'était Enracinés, des soeurs Delabroy-Allard, et c'était un livre qui m'avais pris par surprise, au détours d'une libraire dans la quelle j'ai pénétrée avec la volonté inébranlable de ne rien acheter. Enfin pas vraiment inébranlable finalement. Une grammaire amoureuse, de Coline Pierré, je l'ai pioché et je l'ai feuilleté par amour pour Enraciné. J'ai lu trois mots, et je suis resté accrochée. Je l'ai achetée. Je l'ai entièrement lu. Je n'ai pas regrettée. C'est un tranche de poésie, un danse poétique sur l'amour. L'amour de l'autre et puis l'amour des mots. le piège des mots qui nous enferment, le langage d'autrui que l'on ne sait déchiffrer, et le vocabulaire qui s'essouffle quand on essaie de raconter ce qui compte vraiment. Comme l'amour. Comme les autres. Comme les geste. C'est très beau, d'une tendresse extrême, et les phrases de Coline Pierré ont raisonné dans mon estomac comme si elle était venue en personne, les murmurer à mon oreille. Raconter l'amour, c'est difficile, ça semble toujours hors de portée. Dans une grammaire amoureuse, Coline Pierré n'a pas la prétention d'affirmer qu'elle connaît les bons mots, ceux qui disent à quoi l'amour ressemble. Elle se contente simplement de raconter que l'on ne sais pas se dire, de se balader entre les interrogations. Sur la couverture, en dessous de son nom, il y a écrit "je parle le silence et le paradoxe" et finalement, on ne pourra résumer mieux mon avis sur ce livre. Elle parle le silence et le paradoxe. Et donc, inévitablement, elle parle l'amour.
Commenter  J’apprécie          10
Une grammaire amoureuse est un recueil de poèmes charmant et léger. La poétesse y interroge la relation amoureuse et la façon dont des personnes qui s'aiment peuvent communiquer, aussi bien verbalement que dans leur gestuelle. La langue est simple, les textes plutôt courts et classés en plusieurs chapitres, ce qui rend la lecture accessible et agréable.
Ce n'est pas une lecture qui a eu beaucoup d'effet sur moi parce que j'ai plus l'habitude d'une poésie qui me bouscule. Malgré tout c'est un recueil que je conseillerais avec plaisir aux personnes qui cherchent à lire de la poésie sans se donner mal au crâne.
Commenter  J’apprécie          30
Ayant eu la chance de découvrir ce beau recueil lors d'une lecture dansée au salon de Montreuil 2023, je me suis empressée de me le procurer pour en déguster à nouveau les mots.
Et qu'est-ce que c'est beau.
Coline Pierré compare l'amour, les mouvements amoureux à la langue.
Avec toutes ses imperfections. Ses hésitations.
C'est très beau.
La construction de la relation devient une chorégraphie entre deux êtres qui essaient de se synchroniser.
Laissez vous porter par les mots ce très joli recueil, et aimez, bien sûr !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
t'écouter
c'est suivre les mouvements que tu traces
sur la peau du monde
comme une fenêtre couverte de buée
c'est regarder un dessin jusqu'à ce qu'apparaisse
dans l'entremêlement de tes traits
la silhouette que tu voudrais me faire rencontrer
t'écouter c'est croire autant à tes trajectoires
qu'à tes hésitations
autant à tes chutes qu'à tes courants d'air
Commenter  J’apprécie          220
on s'échine à vouloir se parler
on s'épuise à vouloir se comprendre
et on se berce à croire
qu'un jour on s'entendra
on se dis qu'il suffit peut être de crier plus fort
de parler avec des mots plus grands
des mots en majuscules
qu'il suffit d'articuler
de s'articuler
de fendre l'air et de bousculer
mais ce n'est pas de plus de bruit dont nous avons besoin
ce n'est pas de crier plus fort que le brouhaha
de charger l'air de notre voix et de nos mouvement électriques
pour couvrir le vacarme de notre affolement
c'est plutôt de prêter attention
à ce qui se dit en chuchotant
à ce qui se danse en frémissant
et d'ouvrir nos oreilles
aux craintes qui se taisent à l'intérieur
aux existences qui se déploient en hésitant

qu'essaie-t-on de combler
quel vide dans nos ventres
veut-on absolument remplir
en recouvrant ainsi le silence
de notre cacophonie
de gestes et de paroles
Commenter  J’apprécie          20
Voilà ce qu'il reste de moi
on se dit
voilà ce que je te laisse voir
de mes doutes
quand j'ai ôté mon maquillage
ma cravate ma culture mes talons
mon humour mon corset mon sourire
voilà ce qu'il reste de moi
d'incontrôlé
de fragile
de mal aimé et
peut-être même de honteux
voilà ce qu'il reste de moi
à apprivoiser
la voilà ma véritable nudité

veux-tu toujours bien t'enamourer
Commenter  J’apprécie          20
« Est-ce que grandir c’est cesser de vouloir donner à ses phrases
L’éclat aigu d’une lame
Accepter qu’elles soient élimées
Et empiler des mots qui tâtonnent
Pour former un oreiller »
Commenter  J’apprécie          40
on ne se dit jamais comment on se perçoit
comme si c'était tabou
on compte pourtant tellement
sur notre reflet dans les yeux de l'autre
pour s'assurer de notre existence
mais on ne veut pas savoir la forme qu'on y prend
on ne veut pas entendre notre propre voix
ni regarder notre image à l'endroit
on ne veut pas connaître cette réalité mal-éclairée
on n'aime
que les miroirs
dans lesquels on se voit
déformés
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Coline Pierré (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Coline Pierré
Kiyémis invite l'autrice jeunesse Coline Pierré. Ensemble, elles discutent de la force des joies enfantines, du plaisir des fins heureuses, et des possibilités de narrations plus positives dans la littérature jeunesse.
#Kiyémis #Joie #Mediapart
Mediapart n'a qu'une seule ressource financière: l'argent issu de ses abonnements. Pas d'actionnaire milliardaire, pas de publicités, pas de subventions de l'État, pas d'argent versé par Google, Amazon, Facebook… L'indépendance, totale, incontestable, est à ce prix. Pour nous aider à enrichir notre production vidéo, soutenez-nous en vous abonnant à partir de 1 euro (https://abo.mediapart.fr/abonnement/decouverte#at_medium=custom7&at_campaign=1050). Si vous êtes déjà abonné·e ou que vous souhaitez nous soutenir autrement, vous avez un autre moyen d'agir: le don https://donorbox.org/mediapart?default_interval=o#at_medium=custom7&at_campaign=1050
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (66) Voir plus



Quiz Voir plus

QUIZ MA FUGUE CHEZ MOI

Le personnage principale s'appelle...

Anoushka
Anouk
Amélie

9 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Ma fugue chez moi de Coline PierréCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..