AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2877307115
Éditeur : Editions Philippe Picquier (26/03/2004)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Chère Mademoiselle, Si vous voulez vraiment aller en Chine, le moyen le meilleur marché est de prendre le train à la gare du Nord.
Il y a un train qui part à 16h 44 et un autre à 23h 12, quotidiennement, si mes renseignements sont justes... Intéressez-vous à la Chine, c'est pas moi qui vous dirai le contraire, mais rappelez-vous que si cette culture est fascinante, c'est pour la sagesse qu'elle a élaborée. Ses penseurs savaient qu'une anecdote est plus proban... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  19 mai 2018
C'est un petit livre plein d'humour fin et savant, dont le titre égarera le lecteur (c'est un peu voulu) puisqu'il s'agit d'une introduction ludique à la poésie chinoise classique. Comme dans l'ouvrage plus spécialisé de François Cheng, L'écriture poétique chinoise, des poèmes sont donnés en version originale, traduits littéralement puis, littérairement. Comme l'auteur propose souvent trois ou quatre traductions différentes du même poème, on se rend compte à la lecture de l'excellence de ce même François Cheng, qui sait être à la fois fidèle à l'original et élégant en français. L'auteur s'adresse à une jeune fille qui voudrait partir en Chine, en lui expliquant que le voyage physique n'est pas absolument nécessaire, même s'il reste souhaitable. Avant tout, il importe de savoir à qui on rend visite (et non, comme un affreux touriste de base, ce que l'on visite). Un voyage en Chine doit être aussi une entrée dans l'univers mental et la culture des Chinois. Cette lecture est d'un grand agrément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Karow
  08 mars 2015
En lisant le titre de ce livre, je pense qu'il est normal de s'attendre à un roman de voyage, un roman qui décrit les paysages chinois,...
C'est du moins ce à quoi je m'attendais.
Ce livre est, en fait, une initiation à l'étude du chinois classique par la poésie chinoise du VIIe au XIIIe siècle.
Tous les poèmes présentés sont connus par la grande majorité des chinois qui les apprennent dès l'enfance comme, chez nous, "Le corbeau et le Renard" de la Fontaine.
J'ai donc était un peu déçu car je me suis retrouvée à lire quelque chose auquel je ne m'attendais pas et qui me rappelait mes cours.
Le contenu du livre est pourtant très intéressant et très enrichissant si ce n'est quelque peu inégal. En effet, j'ai trouvé dommage que certains poèmes soient développés sur plusieurs pages alors que certains ne le sont que sur quelques lignes.
Ainsi, tout au long du livre nous retrouvons le même schéma. L'auteur nous propose tout d'abord le poème original en chinois en précisant en dessous de chaque caractère sa définition en français et sa transcription phonétique (pinyin). Ensuite, il nous explique l'utilisation et la fonction des caractères présents dans le poème en chinois classique. Vient alors le commentaire de l'auteur. Pour certain, une explication des circonstances dans lequel le poètes à écrit son poème ou encore un brève rappel des événements de l'époque. Enfin, l'auteur proposera différentes traductions de ce poème, françaises ou anglaises, faites par des sinologues renommés.
Si vous aimez la Chine ou bien tout simplement la poésie alors je crois que vous ne pourrais qu'aimer ce livre.

Lien : http://lesmotsdelivrent.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   19 mai 2018
Arthur Waley, le grand traducteur de littérature chinoise en anglais, n'est jamais allé en Chine. Il y fut invité, mais il prétexta son âge et sa santé alors qu'il allait faire du ski tous les hivers. Mais il savait qu'il s'était construit une image de la Chine que le contact avec la prétendue réalité détruirait et qu'ensuite il ne pourrait plus continuer à travailler. Voyagez, mais sachez voyager autour de votre chambre.

p. 12
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   19 mai 2018
Peut-être vous aurai-je assez occupé l'esprit pour qu'en travaillant ces poèmes vous n'ayez pas eu le loisir de penser à autre chose, car si la pensée ne se fixe pas sur un problème qu'elle est faite pour résoudre, elle bat la campagne et ne cause que souffrance.

(fin, p. 136)
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Video de Jacques Pimpaneau (2) Voir plusAjouter une vidéo

Jacques PIMPANEAU à propos de GAO Xingjian
Interviewé par Michel FIELD, Jacques PIMPANEAU parle de la pièce de théâtre de GAO Xingjian "Au bord de la vie"
Dans la catégorie : Littérature chinoiseVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature chinoise (201)
autres livres classés : Poésie chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
665 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre