AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ping Yang (Traducteur)
ISBN : 2742773991
Éditeur : Actes Sud (09/04/2008)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 78 notes)
Résumé :
Fugui, enfant gâté et unique héritier de la famille Xu, est un fils prodigue qui dilapide son bien dans les jeux d'argent, au grand dam de son épouse Jiazhen.

Ruiné, il est contraint de travailler la terre. Mais ce revers de fortune se révèle une chance au moment de l'avènement de la Chine communiste : autrefois fils de propriétaire foncier, désormais simple paysan, il échappe au triste sort réservé aux nantis. Les tourmentes successives qui secouent ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  15 septembre 2016
Vivre ! est un peu la version chinoise de l'histoire de Job. Vous savez, ce personnage biblique dont la Foi est constamment mise à l'épreuve par une série de pertes, de deuils, de maladies et de souffrances pour ne finir que dans le plus grand dépouillement. Eh bien, c'est un peu ce que vit ici Fugui Xu. Né dans une famille très aisée, il perd sa fortune au jeu. C'est un mal pour un bien car, quelques années plus tard, le communisme s'implante partout en Chine et le nouveau propriétaire terrien se fait pendre à sa place pour crime capitaliste. Fugui finit par se complaire dans sa petite vie rangée de paysan, travaillant à la sueur de son front. Mais une série de malheurs s'abat sur lui. Et les rares moments lumineux, où la fortune semble enfin tourner à nouveau en sa faveur, ils sont rapidement transformés en drames encore plus terribles. Mais toujours, Fugui retrousse ses manches. Était-il insouciant, inconscient, dépassé par les événements ?
Ce roman de Hua Yu fut primé, et son adaptation cinématographique connut un succès encore plus retentissant. On sait qu'on a affaire à une grande oeuvre. C'est que, à travers les péripéties de Fugui, c'est un peu l'histoire de la Chine moderne qui est racontée. La vie dans la campagne chinoise au début du siècle, la lutte entre les nationalistes de Tchang-Kaï-Chek, la victoire des communistes et tous les bouleversement que cela a apportés. L'implantation du système maoïste, la collectivisation, la réforme agraire, la famine qui s'ensuivit, les dérives et les exactions des autorités locales, la révolution culturelle, etc. Tout y passe. Ce fut très instructif.
J'ai été un peu étonné par le style de l'auteur, très dépouillé – quoique c'est plutôt approprié pour cette oeuvre ! En effet, si Hua Yu a réussi à dépeindre avec justesse et avec réalisme tous les enjeux mentionnés plus haut, son écriture plutôt simple, ordinaire, loin de la poésie qu'on associe généralement à la littérature d'Extrême-Orient. Exit les jolies tournures, l'attention portée aux petits détails, aux rafinements. Quoique, il est difficile de jouer dans la poésie quand il est question de misère et de cruauté. Certains événments étaient racontés parfois de manière très crue. Et, au final, je me demande bien quelle en est la morale ? On retrouve Fugui, un homme seul, âgé prématurément, plié par le travail, encore souriant et satisfait de son moins que rien. Il a fait la paix avec le destin ? Cette humilité et cet optimiste sont tout bonnement révoltant ! Ou c'est du courage ? N'empêche, cela ne rend l'oeuvre que plus profonde et riche en enseignement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
Osmanthe
  19 août 2018
Vivre ! Comme un cri d'espoir, et de désespoir, lancé à travers la campagne chinoise des années Mao. C'est le récit d'une histoire familiale marquée par le dur labeur aux champs, l'amour et la solidarité intra-familiale, des épreuves et des deuils terribles, et quelques joies, magnifiées par la simplicité et les capacités de résilience de ce peuple attachant. C'est le roman de la famille Xu s'inscrivant sur près de quatre décennies dans le grand roman de la Chine maoïste. Un chef d'oeuvre !
Le premier narrateur est un voyageur parti recueillir des chansons populaires dans la campagne chinoise. Il va y rencontrer Fugui, un vieux paysan qui l'intrigue, parlant à son buffle en lui donnant plusieurs noms (Fugui, Jiazhen, Fengxia...). Fugui va lui raconter l'histoire de sa vie, depuis le jour où elle a basculé une première fois. Au départ fils unique d'une famille aisée, marié à une femme également de bonne famille, Jiazhen, il se rend régulièrement en ville où il profite d'abord des plaisirs des bordels, puis plus dangereusement des jeux d'argent, dont il devient accroc...jusqu'à être ruiné.
Sa femme savait ces travers, a subi, mais fait preuve de dignité et d'une formidable compréhension en lui pardonnant. Malgré la perte de leur maison et l'obligation de se mettre à travailler une terre qui ne leur appartient pas, le couple devenu pauvre restera uni, aura deux enfants, Fengxia puis son petit frère Youqin. Pour manger, et pas toujours à sa faim, la famille doit trimer sans cesse dans les champs, travail de la terre souvent épuisant et terriblement frustrant quant aux résultats des récoltes, trop tributaires de facteurs extérieurs, aléas climatiques et orientations politiques sous les expérimentations successives de l'ère Mao. Les parents se saignent aux quatre veines dans l'espoir que leurs enfants connaissent un meilleur sort dans la société...Mais lorsque la chance semble enfin sourire, de dramatiques coups du sort vont anéantir ces joies trop brèves et disloquer bien malgré elle cette famille unie.
Ce roman est voué à rester très longtemps dans ma mémoire, tant il m'a marqué. Tout y est admirable. Le rythme, les surprises, le sens du réalisme et du tragique, et même si les personnages versent beaucoup de larmes, je n'ai pas eu la sensation d'excès, tellement le destin s'acharne sur la famille, m'amenant moi-même au bord du craquage. L'émotion est omniprésente, tellement on vit avec cette famille, partageant ces joies dans le regard d'un enfant, mais aussi et surtout leurs peines immenses dans des deuils répétés comme une malédiction. Car l'auteur sait aussi nous rendre ses personnages formidablement attachants. Sans pour autant les décrire véritablement, nous apprenons à les connaître au travers de leur comportement, de leurs réactions dans l'enchaînement des scènes familiales. Ce parti pris allège le récit de descriptions superflues, et renforce la tension dramatique autour de la destinée de ces personnages.
L'auteur nous montre des êtres extraordinairement courageux, et des portraits de femmes admirables, en particulier Jiazhen, mère de famille exemplaire se sacrifiant jusqu'au bout pour les siens, véritable pilier de sérénité dans la famille. Car son homme Fugui, qui en tant que narrateur dresse finalement lui-même son portrait, apparaît bien imparfait. Souvent dur avec ses enfants et pas toujours bien inspiré dans ses choix pour sa famille, cet homme humble devant l'adversité et sans doute pudique a au moins le mérite d'avoir vraiment aimé les siens et fait de son mieux pour atténuer la difficulté de leurs conditions de vie. Il souffrira toute sa vie d'en avoir été responsable par son comportement initial irréfléchi, et ce sentiment de n'avoir pas vraiment été à la hauteur. Mais il se sera battu et comme par miracle, seul, il est toujours en vie...
Ce roman est aussi un témoignage très instructif sur les phases successives de l'ère Mao, à travers le vécu de cette famille, et le sort réservé à des personnages plus périphériques qu'elle va côtoyer. L'enrôlement forcé de dizaines de milliers d'hommes dans le Guomindang de Chiang Kaï-shek, qui connaîtra la déroute face aux forces communistes de Mao au sortir du second conflit mondial, le Grand Bond en avant lancé en 1957 (tout le monde doit donner son acier ménager pour fabriquer des petits hauts-fourneaux qui produiront de l'acier), politique de développement qui conduira finalement à la Grande famine en 1961, et enfin la terrible répression engagée en 1966 avec la Révolution culturelle et ses intraitables gardes rouges.
Sans projeter cette impression sur la version originale chinoise, la traduction française nous livre un style d'écriture à la fois fluide et simple, sans pour autant concéder en qualité littéraire.
Au total, si j'avais déjà fait de belles découvertes de littérature chinoise, ce roman de Yu Hua, leçon d'humilité devant la vie et le destin, mais aussi de ténacité, emporte tout sur son passage...A tel point que j'ai finalement décidé de le ranger dans cette mini-sélection contrainte des six livres pour une île déserte. Et une forte envie de découvrir l'adaptation cinématographique du même titre signée du grand Zhang Yimou ! Ainsi bien sûr que d'autres oeuvres de Yu Hua.

PS : pour la petite histoire, avec ma très modeste expérience pratique du chinois, prononcer Fugui "Fougoueille", et Jiazhen "Tiadjeune"...enfin, jusqu'à contradiction qui sera volontiers au minimum débattue !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
dourvach
  20 décembre 2014
Publié en Chine en 1993, ce deuxième roman d'un ex-dentiste né en 1960, YU Hua (余華), fut immédiatement porté à l'écran par ZHANG Yimou en 1994 (l'acteur principal en est You Ge -- qui sera primé à Cannes -- et sa partenaire est la délicieuse et grave Gong Li), film qui connut un succès international amplement mérité...
Du mandarin, le roman a été traduit en français dès 1994 (Librairie Générale Française : "Le Livre de Poche" pour sa première édition) puis en une vingtaine d'autres langues...
C'est peu dire d'affirmer que cette oeuvre (se présentant sous la forme d'un court roman) mérite d'être mieux connue : la déchéance de Fugui, fils de famille "privilégiée" tombant avec son épouse Jiazhen dans la ruine complète (Ah, la passion du jeu...), ne devant sa survie qu'au théâtre d'ombres où il excelle, soldat déserteur de l'armée nationaliste de Tchang-Kaï-chek (蔣介石), puis -- avec tous ses proches -- livré au chaos des décennies maoistes, incluant la sinistre "révo-cul"...
Oeuvre marquante, riche d'un humour solaire bienvenu dans ses moments les plus sombres, l'auteur gardant imperturbablement -- tout comme son personnage principal "spectateur du déroulement de sa propre vie" -- un regard bienveillant et détaché ; presque "philosophe" quant aux destinées de ces pauvres insectes humains (que nous demeurons collectivement)...
La traduction française de Yang Ping en est magnifique : à la fois lyrique et au plus près des "mots-matière" -- particulièrement inspirée...
Une oeuvre profondément émouvante -- à l'instar du film.
Alors ? Vive "Vivre !" de YU Hua !!! :-)
[Extraits des fiches de présentation de l'éditeur "Actes Sud" (réédition, 2013, pour sa collection de poche "Babel") et de l'éditeur "Librairie Générale Française"(Le Livre de Poche, 1994) :]
Né en 1960 à Hangzhou (Zhejiang), Yu Hua a commencé à écrire en 1983. Outre "Vivre !" ont été traduits en français : "Un monde évanoui" (Philippe Picquier, 1994), "Le Vendeur de sang" (Actes Sud, 1997 ; Babel n° 748), "Un amour classique" (Actes Sud, 2000), "Cris dans la bruine" (Actes Sud, 2003), 1986 (Actes Sud, 2006) et "Brothers" (Actes Sud, mars 2008).
“ Celui que les lecteurs américains comparent à Hemingway privilégie en effet la simplicité du style : phrases courtes et nombreuses onomatopées. Un texte qui colle à ses personnages populaires, tel Xu Sanguan, le petit vendeur de sang, ou encore l'héroïne de "Vivre !" ” (La Tribune de Genève)
" J'ai eu le coup de foudre en lisant le roman de YU Hua. ce livre retrace la vie de millions de familles chinoises. Il montre la société chinoise, son histoire et sa culture de façon simple et authentique, la Chine profonde au quotidien à travers une famille ordinaire. [...] Garder l'espoir face aux problèmes et aux temps difficiles. Voilà de quoi il s'agit quand il s'agit de vivre... " (ZHANG Yimou)
Lien : http://www.regardsfeeriques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
gonewiththegreen
  23 avril 2019
C'est l'histoire de Fugui et de sa famille. C'est l'histoire de la campagne chinoise de 1940 à la chute de Mao en 76.
Fugui est l'héritier d'un vaste domaine mais passe son temps à courir les filles et à jouer. S'il garde sa femme , il ne va pas tarder à perdre sa fortune et ses terres.
Yu Hua est un auteur chinois qui compte et si certains de ses livres sont assez difficiles d'accès, ce n'est pas du tout le cas ici.
Écriture fluide, histoire sans fioriture, l'auteur va à l'essentiel pour raconter à travers Fugui les malheurs des campagnes chinoises : Conditions de vie très dures, enrôlement de force dans l'armée, collectivisation, grand bond en avant (l'idée était entre autre de produire le plus d'acier possible et donc de réquisitionner tout ce qui pouvait se fondre..), famine, violence, révolution culturelle et arrestation arbitraire...Tout y passe.
De plus, l'auteur s'évertue à montrer comment l'on pouvait avoir droit de vie ou de mort sur le "péquin " moyen.
Il y a beaucoup d'humanité, comme souvent dans la littérature chinoise, beaucoup de fatalité et cette volonté de vivre malgré tout, d'avancer vers un avenir qui s'il n'est pas sur d'être meilleur , ne peut être pire.
La fin est juste magnifique, un hymne à la vie , une preuve que l'être humain, quand il est bon , le restera au fond de lui quelque soit les coups qu'il aura reçus.
Une façon simple et très agréable de faire un tour rapide de la vie en Chine de 40 à 76.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
myriampele
  28 septembre 2014
Ce récit est simple, mais baigne dans un contexte historique bien décrit, à savoir l'arrivée du communisme en Chine , la révolution culturelle...et dans tout cela, la vie banale et terrible d'un homme qui va connaître la ruine ( ce qui va le sauver d'ailleurs), puis la dure réalité de la survie à tout prix: amour, désespoir, maladie, faim, les morts proches . Il survivra puisque c'est lui qui raconte! le style est modeste, parfois cru.
Commenter  J’apprécie          242
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
OsmantheOsmanthe   17 août 2018
Lorsque Youqin eut six mois, Jiazhen rentra à la maison. Elle n'avait pas pris le palanquin. Elle avait marché une dizaine de lis, son fils ficelé comme un paquet sur son dos. Youqin, les yeux fermés, balançait sa petite tête sur l'épaule de sa mère.
Jiazhen était très belle ce jour-là avec sa robe chinoise couleur cerise et son balluchon, à fleurs blanches sur fond bleu, au bras. Dans les champs, le long de la route, le colza doré était en fleur et les abeilles bourdonnaient dans un va-et-vient incessant. En arrivant devant la maison, Jiazhen resta un instant à la porte et sourit à ma mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
OsmantheOsmanthe   19 août 2018
La Révolution culturelle faisait rage en ville. Les murs étaient couverts de dazibaos. Ceux qui les placardaient étaient des paresseux. Ils ne se donnaient même pas la peine d'arracher les vieux pour coller les nouveaux. Ainsi superposés, les dazibaos finissaient par ressembler à des poches, tellement ils étaient gonflés. Erxi et Fengxia avaient leur porte entièrement couverte de slogans. Et on imprimait des citations du président Mao sur les objets d'usage courant. C'est ainsi que l'on pouvait lire sur un oreiller qu'"Il ne faut jamais oublier la lutte des classes", et sur un drap de lit qu'il faut "Naviguer dans les grandes tempêtes révolutionnaires". Erxi et Fengxia couchaient donc sur les citations du président Mao.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
OsmantheOsmanthe   20 août 2018
- Je vais bientôt mourir, me dit-elle. Je suis satisfaite de ma vie, car tu m'as beaucoup aimée. D'ailleurs, je t'en ai rendu grâce en te donnant deux enfants. J'espère que nous nous retrouverons dans notre vie future.
Sa dernière phrase me tira des larmes, qui tombèrent de mes yeux sur son visage. Elle sourit.
- Puisque mes enfants sont morts avant moi, je pars en paix, poursuivit-elle. Je n'ai plus à me soucier d'eux. Quoi qu'il en soit, ils m'ont respectée de leur vivant. Qu'est-ce qu'une mère peut souhaiter de plus ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
patrick75patrick75   07 janvier 2014
Plus tard, nous nous retrouvâmes de nouveau assis à l'ombre des arbres. Je lui demandai de continuer son récit. Emu, il me regarda comme si je lui faisait le plus beau des cadeaux. Que sa vie soit prise en considération par quelqu'un d'autre lui remplissait le coeur de joie.
Commenter  J’apprécie          190
SachenkaSachenka   18 août 2016
- Il y a quatre principes dans la vie qu'un homme ne doit jamais oublier : ne pas dire de bêtises, ne pas se tromper de lit, ne pas se tromper de porte et ne pas mettre la main dans la poche d'autrui.
Commenter  J’apprécie          250
Videos de Yu Hua (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yu Hua

Yu Hua | Le Septième Jour
Yu Hua présente "Le Septième Jour" -- parution octobre 2014 -- pour en savoir plus :http://bit.ly/1HRzcb1.
Dans la catégorie : Littérature chinoiseVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature chinoise (201)
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
65 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre
.. ..