AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2080810561
Éditeur : Flammarion (01/01/1968)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Le dessein général de l'oeuvre est clairement marqué. Au conventionalisme systématique et généralisé de savants et de philosophes tels que Le Roy, Poincaré répond par une étude critique.
S'interrogeant donc sur le rôle et les limites des conventions dans la science, il montre que, fondamentales dans le domaine moyen de la Géométrie et de la Mécanique rationnelle, celles-ci voient leur importance diminuer tant dans le domaine pur de l'Arithmétique et de l'Anal... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Enroute
  02 juin 2019
Publié en 1902, "La science et l'hypothèse" regroupe différents des articles de Poincaré sur le fondement de la science, sa portée et ses mode de développement.
Tout vient de la succession de nos sensations que nous tentons d'organiser. La première intuition est celle d'un continu physique et elle nous vient de la sensation d'un continu physiologique. Dès lors, les mouvements sont compris comme continus, les lignes et les solides aussi.
La géométrie n'a rien de mystérieux, elle vient de l'étude du déplacement des corps qui s'accommodent le mieux à notre expérience et dont nous idéalisons les formes. La géométrie est l'étude du mouvement des figures supposées se déplacer comme des solides invariants et c'est faute de ne pas expliciter cette prémisse que l'on a cru, comme Kant, qu'elle s'imposait à l'esprit. Une fois qu'on en a conscience, on peut tout à fait envisager d'autres types de géométries, non euclidiennes, et Riemann et Lobatchevsky ne se sont pas privés. La géométrie euclidienne correspond le plus simplement à notre manière d'être au monde et le corps s'est habitué à certains types de déplacement des objets autour de nous, raison pour laquelle nous la préférons. Mais tous les phénomènes se décrivent aussi bien dans n'importe quelle géométrie, euclidienne ou non. La géométrie n'est ni expérimentale (on se rendrait compte que les formes ne sont pas idéales), ni purement intellectuelle (elle repose sur les prémisses de l'expérience que les corps se déplacent sans, en gros, changer de forme).
Ensuite, il faut avoir à l'esprit que les concepts de la physique restent fondamentalement incompréhensibles : ni la masse, ni la force, ni l'inertie, ni l'énergie, par exemple, ne s'expliquent de manière absolue. Ce ne sont que des valeurs qu'il est commode d'introduire pour décrire les mouvements de la matière, laquelle reste inconnaissable. La science n'est pas pour autant arbitraire : ces conventions doivent être vérifiées par l'expérience, dont la mise au point requiert l''énonciation de toutes les hypothèses nécessaires à sa mise au point. Sans cela, une expérience n'est rien qu'un fait ponctuel, on ne pourra rien en généraliser. Or la science a la généralisation pour moteur, qui doit permettre de prévoir et donc, de connaître.
Pour aller encore plus loin, la physique et les mathématiques se fichent de savoir si les images qu'elle emploie (le "courant" électrique, l'éther, les "petits tourbillons" électromagnétiques, etc.) sont justes ou non ou, et si demain, on ne va pas les remplacer par autre chose : les équations, elles, resteront valables. Encore une fois, les images n'abordent la matière que sous forme de métaphore, qui, elle, reste inatteignable fondamentalement.
Les probabilités elles aussi s'établissent seulement si l'on établit l'ensemble des conditions de leur estimation, et le principe de raison suffisante est bien conventionnellement appliqué, du moins, sans principe absolu. Quant à faire dépendre l'ensemble de la science d'une probabilité (puisque la science a pour tâche de prévoir et que n'importe quoi d'imprévu peut surgir qui démente les calculs...), c'est encore un principe à rejeter : les résultats de la science restent valides "toute chose égale par ailleurs". Il n'y aurait plus de science s'il fallait supposer constamment qu'une catastrophe pourrait arriver. A moins que l'on estime que cette probabilité n'est pas négligeable. Et on revient dans la science qui a pour finalité l'unité et la simplicité. Unité car elle tend à tout expliquer en une gigantesque synthèse et simplicité car c'est un principe de base que si rien n'impose à compliquer, on fait au plus simple. Les expériences seront bien capables de nous obliger à tout compliquer de toute façon.
Et, en conclusion, demandons-nous, comme le suggèrent les expériences menées alors (en 1902), s'il l'on doit prendre pour convention que la matière n'existe pas...
Les textes sont très clairs et très abordables, construits avec un peu de suspens par-ci et d'humour par-là. Les contradictions de Russell résumées en fin d'ouvrages ne convainquent pas du tout, mais on aspire à en savoir plus sur les ouvrages théoriques postérieurs de Poincaré.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
BrunoLL
  24 février 2018
Un grand livre de sciences par un Immense scientifique.
Henri Poincaré est un mathématicien, dont les travaux de Physique ont servi à Einstein pour élaborer la théorie de la relativité.
Ce livre est d'une grande clarté et d'une grande rigueur. il pose des définitions, distingue les concepts, entre démonstration, vérification, propriétés. Explicite ce qu'est le raisonnement en mathématiques.
Poincaré traite du nombres et des grandeurs, puis de l'espace, des forces et de la nature. Il décrit les mathématiques et leurs mode de raisonnement, les géométries géométries non euclidiennes, celles qui peuvent servir à la description de l'espace physique et de la nature, pour finir par l'hypothèse de la fin de la matière.
Il décrit l'état de la science de son temps, mais plus que cela il laisse à voir ce qu'est la pensée scientifique, le raisonnement mathématiques. C'est en cela que ce livre est d'actualité.
Commenter  J’apprécie          50
Anis0206
  22 avril 2018
Un livre écrit par l'un des plus grands mathématiciens français de tous les temps, dans lequel, on apprend un peu sur la nature du raisonnement mathématique et le rôle de l'expérience en physique.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
WolonsiWolonsi   12 août 2017
...les traités de mécanique ne distinguent pas bien nettement ce qui est expérience, ce qui est raisonnement mathématique, ce qui est convention, ce qui est hypothèse.

Ce n'est pas tout:

1°) Il n'y a pas d'espace absolu et nous ne concevons que des mouvements relatifs;cependant on énonce le plus souvent les faits mécaniques comme s'il y avait un espace absolu auquel on pourrait les rapporter;

2°) Il n'y a pas de temps absolu; dire que deux durées sont égales, c'est une assertion qui n'a par elle-même aucun sens et qui n'en peut acquérir un que par convention;

3°) Non seulement nous n'avons pas l'intuition directe de l'égalité de deux durées, mais nous n'avons même pas celle de la simultanéité des deux événements qui se produisent sur des théâtres différents ;

4°) Enfin notre géométrie euclidienne n'est elle-même qu'une sorte de convention de langage; nous pouvons énoncé des faits mécaniques en les rapportant à un espace non euclidien qui serait un repère moins commode, mais tout aussi légitime que notre espace ordinaire; l'énoncé deviendrait ainsi beaucoup plus compliqué; mais il serait possible.

Ainsi l'espace absolu, le temps absolu, la géométrie même ne sont pas des conditions qui s'imposent à la mécanique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_enkidu_   31 décembre 2017
L’une des découvertes les plus étonnantes que les physiciens aient annoncées dans ces dernières années, c’est que la matière n’existe pas. Hâtons-nous de dire que cette découverte n’est pas encore définitive. L’attribut essentiel de la matière, c’est sa masse, son inertie. La masse est ce qui partout et toujours demeure constant, ce qui subsiste quand une transformation chimique a altéré toutes les qualités sensibles de la matière et semble en avoir fait un autre corps. Si donc on venait à démontrer que la masse, l’inertie de la matière ne lui appartiennent pas en réalité, que c’est un luxe d’emprunt dont elle se pare, que cette masse, la constante par excellence, est elle-même susceptible d’altération, on pourrait bien dire que la matière n’existe pas. Or, c’est là précisément ce qu’on annonce. (p. 283)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   02 juin 2019
D'où viennent les premiers principes de la géométrie ? Nous sont-ils imposés par la logique ? Lobatchevsky a montré que non en créant les géométries non euclidiennes. L'espace nous est-il révélé par nos sens ? Non encore, car celui que nos sens pourraient nous montrer diffère absolument de celui du géomètre. La géométrie dérive-t-elle de l'expérience ? Une discussion approfondie nous montrera que non. Nous conclurons donc que ses principes ne sont que des conventions ; mais ces conventions ne sont pas arbitraires, et, transportés dans un autre monde (que j'appelle le monde non euclidien et que je chercher à imaginer), nous aurions été amenés à en adopter d'autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WolonsiWolonsi   12 août 2017
Qu'est-ce donc que,une bonne expérience? C'est celle qui nous fait connaître autre chose qu'un fait isolé; c'est celle qui nous permet de prévoir, c'est-à-dire celle qui nous permet de généraliser.
Car sans généralisation, la prévision est impossible.
....
Pour prévoir il faut donc au moins invoquer l'analogie, c'est-à-dire, déjà généraliser...l'expérience ne nous donne qu'un certain nombre de points isolés il faut les réunir par un trait continu; c'est là une véritable généralisation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   02 juin 2019
Peu nous importe que l'éther existe réellement, c'est l'affaire des métaphysiciens ; l'essentiel pour nous c'est que tout se passe comme s'il existait et que cette hypothèse est commode pour l'explication es phénomènes. Après tout, avons-nous d'autre raison de croire à l'existence des objets matériels ? Ce n'est là aussi qu'une hypothèse commode ; seulement elle ne cessera jamais de l'être, tandis qu'un jour viendra sans doute où l'éther sera rejeté comme inutile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Henri Poincaré (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Poincaré
Sur la conjecture de Poincaré
Dans la catégorie : Philosophie et théorieVoir plus
>Sciences de la nature et mathématiques>Sciences : généralités>Philosophie et théorie (61)
autres livres classés : mathématiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
298 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre