AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330059965
Éditeur : Actes Sud (25/05/2016)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Ca ira (1) Fin de Louis est une fiction politique contemporaine inspirée de la Révolution française. Saisissant cette histoire fondatrice de notre société, Joël Pommerat décrit presque au jour le jour l'avènement et l'événement de la démocratie.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
michfred
  16 octobre 2016
Qui pourrait, quatre heures durant, non seulement assister aux débats d'une assemblée constituante sans décrocher, mais surtout y assister avec passion, avec les joues roses d'excitation et le coeur qui bat, et y assister avec raison, avec le sentiment de devenir plus clairvoyant et plus vif, à chaque minute ?
C'est exactement ce que j'ai éprouvé à la représentation de Ça ira (1) fin de Louis, ce que j'ai ressenti devant cette leçon d'histoire en actes et en paroles , cette vaste fresque mythique de notre révolution française, inspirée par les comptes- rendus des réunions de l'hôtel de ville, des assemblées de quartier et bien sûr de l'Assemblée du Tiers Etat à Versailles -mais réactualisée par des costumes contemporains, la présence de femmes députées et une absence volontaire de marqueurs historiques – à part Louis, aucun personnage ne porte son nom historique.
J'ai vu l'Histoire en marche, mais je n'ai pas vu une énième pièce historique sur la Révolution. J'ai assisté, sur mon petit fauteuil rouge, aux Amandiers de Nanterre, à l'éclosion délicate et difficile, souvent tumultueuse, de la démocratie.
Pas une reconstitution historique, mais la reconstruction d'un processus, d'une dynamique.
Privé de ses repères de cours d'histoire –ah, tiens, ça c'est Danton, celui-là, c'est Robespierre, l'Incorruptible- le spectateur est « placé dans un état de découverte des événements », dit Pommerat, « comme s'il était lui-même contemporain de ce qui se déroule sous ses yeux. »
Un passé réactualisé, un « passé-présent » parce que, dit toujours Pommerat, « on ne peut pas reconstituer le passé. le passé n'existe plus, il s'agit toujours d'une fiction pour l'historien comme pour l'écrivain ou le metteur en scène. Ça ira est une fiction vraie, c'est-à-dire une fiction que j'ai voulue la plus vraie possible. »
Le spectateur n'est pas pris à parti comme dans un spectacle d'Ariane Mnouchkine: tandis que les acteurs arpentent la salle -devenue assemblée de citoyens, de députés, ou font irruption sur la scène, lieu des débats officiels, lui reste spectateur, libre, comme un citoyen de l'époque, de choisir son camp, d'hésiter, d'en changer. de se faire une opinion.
Une vraie leçon de civisme et de citoyenneté, bien utile par les temps qui courent où l'on ne vote plus, ou mal, ou contre et rarement pour, où le vote est une sorte de billard à deux bandes, une stratégie d'évitement plus qu'une façon d'assumer son choix et sa détermination, ou pire un vote recyclable et jetable comme les sacs du même nom, - il faut dire que l'offre politique n'a rien pour nous… emballer !
Autant le spectacle Au monde m'avait laissée froide, et m'avait même ennuyée profondément, autant Ça ira, rejoué cet automne aux Amandiers, m'a enthousiasmée : je n'étais pas seule, la salle tout entière a salué debout, comme aux temps de fièvre citoyenne et révolutionnaire.
Nous avons senti, le temps d'une représentation, le grand vent revigorant de la démocratie souffler sur nous et rafraîchir l'air vicié et pesant du temps présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Laureneb
  11 octobre 2018
Ceci est une critique sur le texte de la pièce que j'ai lue, sans la voir sur scène.
"Le monde entier est un théâtre" disait Shakespeare, et particulièrement le petit théâtre de la politique. Après tout, chaque orateur - et chaque homme détenant le pouvoir - est en représentation pour séduire et convaincre ses électeurs. Ce n'est pas une pièce historique sur la révolution française - pour ça, mieux vaut relire la Mort de Danton de Büchner. Certes, le roi s'appelle Louis et la Révolution est la source d'inspiration, mais sans indication de date, sans les noms des véritables députés... C'est donc une fable sur le pouvoir, la façon de le conquérir, de le conserver, et de s'en servir. Et puis des députés qui cherchent à faire des économies, à réformer le système fiscal dans un Etat en crise, cela résonne forcément avec la situation contemporaine...
Commenter  J’apprécie          20
valetsept
  07 avril 2019
La pièce est tout simplement fabuleuse à voir. La lire, sans l'avoir vu c'est une perte du jeu scénique qui participe autant que le texte à la compréhension de l'oeuvre. Il en va de même pour nombre de pièces du théâtre moderne (Douze hommes en colère, Tous des oiseaux, Qui a peur de Virginia Woolf ? etc.)
L'intérêt de sa lecture est de comprendre et de décortiquer le mouvement de ce grand bain qu'est la pièce et permet d'analyser les nuances, les fragilité, les césures dans la décision des personnages qui vont peu à peu les faire basculer, etc. Surtout le texte révèle comment un simple mouvement, une simple indécision peut être révélatrice et entraîner des répercussion tout au bout de l'intrigue et comment la politique finit par être une histoire d'hommes avec leur fragilité et leurs erreurs.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
michfredmichfred   16 octobre 2016
Député Possion Laville:
(...) Avant de se pencher sur les lois fondamentales de la France que notre Constitution va devoir établir, je propose que nous fassions un inventaire de tous les droits que possèdent tous les hommes à leur naissance. Cet inventaire pourrait être comme un préambule à notre Constitution. Ce préambule dira les bases de notre projet qui est de fonder une société dont le but est le bonheur général. (Réactions de protestation et de soutien, chahut). Je vais donner quelques exemples de formulation des droits des hommes tels que je les conçois: premièrement, la nature a conçu au départ les hommes libres et égaux; deuxièmement, tous les hommes naissent avec des droits perpétuels, telles la liberté d'opinion, la liberté d'action, la recherche du bien-être et la résistance à l'oppression.(Applaudissements). Troisièmement, aucun homme ne peut être contraint à subir des lois qu'il n'a pas consenties.

Députée Camus (depuis la salle): Vous comptez aller jusqu'où comme ça monsieur?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
michfredmichfred   16 octobre 2016
ROI: Oui...Je sais que personne autour de moi ne comprend mon attitude, mais tout est absolument réfléchi de ma part...Mon soutien aux réformes les plus délirantes qui me sont présentées ne signifie pas une perte de ma lucidité. Chacune d'elles nous rapproche un peu plus du but que je cherche à atteindre, car plus on bousculera la France et les Français dans leurs habitudes et leurs repères, plus on favorisera le besoin d'un retour à une autorité paisible et à une stabilité rassurante. Cet épisode tragique que nous vivons actuellement peut durer encore quelques semaines, quelques mois, mais vous verrez il prendra bientôt fin. Et ça ira, vous verrez ça ira. Bientôt les gens en général qui aiment le changement mais jusqu'à un certain point reviendront dans ma direction... C'est assez simple, les gens dans la vie , en très grande majorité, veulent être rassurés, réconfortés, apaisés, et non bouleversés jusqu'à ne plus savoir qui ils sont et ce qu'ils vont devenir...
CHEF DU PROTOCOLE: Absolument.
ROI: Vous verrez ça ira. Juste un peu de patience et de sang-froid, et ça ira...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
chartelchartel   23 juin 2016
FEMME 6. [...]Est-ce que je serai prête à tuer d'autres êtres humains comme moi, comme lui que je vais trouver sur mon parcours, et dont je vais croiser le regard. Ça aussi c'est une bonne question, que je me pose, et à cette question je crois que je réponds oui également. Oui je suis prête à tuer d'autres êtres humains comme moi, pour préserver l'espoir qui est apparu en moi, l'espoir, pour des millions de personnes, pour aujourd'hui et dans l'avenir, pour mes enfants si j'en ai un jour [...].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chartelchartel   23 juin 2016
DÉPUTÉ CARRAY. [...] Vous mettez le peuple sur un autel, comme l'a été il est vrai la monarchie, mais vous voulez passer, on dirait, d'une dictature monarchique à une dictature du peuple. [...] Certes, la population nous a soutenus, nous a permis de maintenir cette assemblée debout, mais est-ce que ça justifie tout, justifie la sauvagerie? Justifie les massacres et cette boucherie? Et tous ces hommes et ces femmes qui se font exécuter, assassiner actuellement d'une manière aussi atroce?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LaurenebLaureneb   09 octobre 2018
DEPUTE MENONVILLE.
Pourtant, depuis deux mois mois, j'ai vécu ici les moments les plus intenses de ma vie. Jamais je n'aurais imaginé rencontrer des personnes aussi intéressantes, il y a parmi ces gens qui ont été élus ici comme moi des gens d'une intelligence et d'une culture inimaginables. Certains jours, je vous jure, d'être assis là parmi mes collègues et entendre ces gens parler, j'ai l'impression d'être au théâtre, franchement, c'est merveilleux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Joël Pommerat (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joël Pommerat
Date de parution : mars 2019 ------------- En abordant la Révolution française, Joël Pommerat s?est demandé « comment écrire une histoire dont on connaît déjà la fin ? ». Cette question est aussi la gageure de tout article génétique : comment éviter que la description et l?analyse a posteriori ne se muent en justifications ex-post ? Quelle est la bonne distance au passé, historique ou créatif ? Pour éviter l?écueil téléologique, Joël Pommerat a choisi de redécouvrir au jour le jour cette période historique en commençant avant l?événement 1789.
autres livres classés : CivismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1651 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre