AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203334908
75 pages
Casterman (16/07/2001)
4.33/5   247 notes
Résumé :
1921, Venise. Corto Maltese est à la recherche d'une émeraude aux pouvoirs mystérieux. Mais il n'est pas seul dans celte quête, le bijou suscitant également la convoitise des fascistes et même de certains francs maçons...
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
4,33

sur 247 notes
5
10 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis

cascasimir
  01 mai 2021
Bellissima Venezia!
"Venise: quelle ville pour les marins. Tout flotte, rien ne roule." André Suares.

Corto Maltese est à la recherche de la "Clavicule de Salomon", entre bâtiments fascinants du 17e siècle, rues étroites et places "calle et campi" de Venise.
Entre les lions en marbre, venus de Grèce de l'Arsenal, le pont Rialto et le trône de Saint Pierre de la basilique San Pietro du Castello, le marin se perd dans "La Sérénissime".

Corto libère un génie nommé Saud Khalula, fait la connaissance de Francs-maçons... et d'une jolie femme.

Et sur "L'escalier des rencontres", Corto convoque le poète, les Frères-Maçons, Stevani, Boselli...et le Baron Corvo...
"Tu commences à jouer curieusement avec les souvenirs assoupis dans la poussière du temps passé...Tu joues un jeu dangereux."

Une fable, un rêve et de la magie... "C'est le témoignage de mon amour, pour Venise", disait Hugo Pratt, l'auteur qui y a vécu enfant.
Il y a, à Venise, trois lieux magiques et secrets. L'un dans la "Rue de l'amour des Amis", le deuxième près du "Pont des merveilles" et le troisième dans la "calle dei Marrani"...

"Que c'est triste Venise, le soir sur la lagune
Quand on recherche une main que l'on ne nous tend pas
Que c'est triste Venise, au temps des amours mortes." Charles Aznavour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          884
CorinneCo
  15 mars 2021
Au détour d'une ruelle, à peine éclairée par la lumière d'un lampadaire, dans le silence ponctué de pas s'éloignant au loin, dans la nuit, une nuit sans étoiles, sombre et douce, peut-être devinerons-nous, appuyé contre un mur, la silhouette de Corto Maltese. Silhouette furtive, immobile, sitôt vue, sitôt disparue dans les venelles de Venise. Dans cette nuit vénitienne lointaine, je trouvais idéale cette apparition du marin maltais  : les rues, ponts, ruelles, vides, la nuit noire avec un croissant de lune tellement fin dans un ciel sans étoiles et des pas qui s'éloignent.... L'attente d'un mystère, le rêve d'un mystère, un peu comme dans Fable de Venise. Corto Maltese, marin, peut-être brigand, aventurier frénétiquement libre ; Corto lancé une fois de plus dans des péripéties peuplées d'individus de tous bords, d'histoires mythiques, de réalités fantastiques. Difficile d'aborder ce récit où le rêve le dispute à l'authenticité ; Peut-être faut-il demander conseil au lion du Pirée devant la porte de l'Arsenal de Venise ? Sous les instances du Baron Corvo, Corto Maltese se lance à la recherche de la « Clavicule de Salomon « , cherche-t-il la pierre précieuse ou les grimoires magiques  ? C'est un défi que lui lance de l'au-delà le défunt Baron. A travers les arcanes de Venise, Hugo Pratt nous entraîne dans « sa Venise » ; les cours secrètes, les ponts magiques, les façades énigmatiques des palais décrépis ; les portes du Ghetto ; les statues savantes ; la brume qui s'élève des canaux. Un dessin élégant ou le noir et le blanc accentuent l'ombre et la lumière. L'Histoire mêlée à la fable, les personnages réels et fictifs, rencontres improbables pour une sarabande du secret. Des squadristes aux francs-maçons, d'une jeune fille qui se croit la réincarnation d'Hipatia au poète D Annunzio, d'une jeune femme ressemblant à Louise Brooks au savant Melchisedech spécialiste des écritures anciennes, Corto Maltese détricote la pelote du songe, de ses songes. C'est un contemplatif toujours prêt à l'action. Peu bavard, il écoute, observe, ce qui ne l'empêche pas de courir sur les toits, de se bagarrer ; Assoupi et soudain vif comme un chat. D'ailleurs Corto parle aux chats, aux puits de pierre qui ornent les campos vénitiens, quoi de plus normal…. Corto est comme Venise, sans vraie terre d'attache ; L'un est bercé par un goût vagabond de l'aventure, sans but réel, sans idéologie précise, définitivement à l'aise dans la vulnérabilité des instants, dans l'éclat d'un désordre qu'il alimente et attire ; l'autre est bercée par l'Adriatique. Chez Hugo Pratt le temps est suspendu, on regarde un nuage qui passe, une mouette, l'éclat de la lune se levant sur la lagune, la fumée de la cigarette de Corto s'enfuyant dans l'air. Hugo Pratt est adepte du gros plan, du très gros plan ; il découpe l'espace visuel, le temps. Au lieu de ralentir son récit il y apporte un tempo qui sied à son personnage principal. Il mélange les lieux, les déplace dans un puzzle idéal, les renomme  ; Mais c'est toujours la ville de son enfance, la ville de son coeur d'enfant. Venise labyrinthique, entre Orient et Occident, où les civilisations se sont rencontrées et mêlées dans un fragile équilibre. Venise souffle dans l'oreille de Corto des mystères qui se perdent dans la nuit des temps....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
michfred
  20 mars 2015
Je ne vais plus jamais à Venise sans emporter Fable de Venise dans ma valise...c'est le meilleur des guides touristiques dans cette ville de brumes et d'eau, pleine des souvenirs ésotériques des loges maçonniques, des sectes platoniciennes et des savants talmudistes du ghetto vecchio..
Tout est mensonge dans cette ville où les rues sont des canaux , où les palais s'enfoncent et se reflètent dans la lagune. Tout est poésie et rêve. donc tout est vrai, aussi.
Fable de Venise est un viatique, une drogue. c'est la chanson d'un gondolier perdu dans le brouillard, ou d'un marin à boucle d'oreille qui rêve entre ciel et eau...
Commenter  J’apprécie          230
MissG
  04 juillet 2012
Première incursion dans l'univers de Corto Maltese et découverte des plus surprenantes !
Dans "Fable de Venise", il est question d' "une émeraude très belle et très pure" qui a attisé la curiosité de Corto Maltese suite à un courrier sous forme d'énigme laissé par un de ses amis : le baron Corvo.
Corto Maltese, dandy déambulant dans les rues de Venise le dit lui-même : Moi, de toute façon, je crois aux fables.", et le tour de force de l'auteur c'est qu'il réussit à faire croire à son lecteur à cette fable.
Cette histoire est non seulement riche en rebondissements, mais elle oscille en permanence entre rêve et réalité, mensonge ou vérité pour finalement se conclure sur un joli pied de nez des plus surprenants car "Il n'y a qu'à Venise que de telles choses arrivent." et finalement il est temps pour Corto Maltese d'aller dans une autre aventure.
J'avoue avoir été déstabilisée par cette lecture car je m'attendais à beaucoup de choses sauf à cela, mais ce fut une surprise plutôt agréable.
J'ai pris beaucoup de plaisir à déambuler dans les rues de Venise avec Corto Maltese et de vivre avec lui cette aventure trépidante à la recherche d'une émeraude.
Qui plus est, le style graphique de Hugo Pratt est tout simplement magnifique et extrêmement agréable à regarder.
"Fable de Venise" est un choix d'album intéressant pour connaître le personnage de Corto Maltese et découvrir toute la malice et le talent de Hugo Pratt.
Une bien belle découverte et je lirai sans aucun doute d'autres bandes dessinées de Corto Maltese pour découvrir encore plus ce personnage et son univers.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
tchouk-tchouk-nougat
  23 juillet 2020
Suite à une lettre sous forme de chasse au trésor, Corto Maltese se rend à Venise à la recherche d'une mythique émeraude.
Une chasse au trésor donc, dans une Venise de l'entre-deux-guerres. Entre loges maçonniques et architecture, les indices se dévoilent petit à petit. Cela frôle parfois l'onirisme dans une ambiance un poil magique.
Comme toujours je trouve que le meilleur atout c'est ce dessin de contraste de blanc et de noir. Venise est vraiment belle sous le trait d'Hugo Pratt.
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (4)
BulledEncre   17 juin 2019
Une visite adroite et captivante, en compagnie du franc-marin pour découvrir, en partie, certains secrets de celle que l’on appelle aussi la « Cité des Doges », la « Sérénissime », la « Reine de l’Adriatique », la « Cité des Eaux », la « Cité des Masques », la « Cité des Ponts » ou encore la « Cité flottante ».
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BulledEncre   03 juin 2019
Hugo Pratt démontre une nouvelle fois la puissance de son talent de narrateur, nous montre son extraordinaire imagination et le brio de son dessin, surtout lorsqu’il nous entraîne dans sa ville d’origine, la mystérieuse Venise qui devient l’un des personnages principaux de cette fable.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Sceneario   13 mai 2019
Hugo Pratt montre encore une fois la force de sa narration, la puissance de son imagination et tout son talent au dessin, surtout lorsqu'il nous fait visiter cette ville mystérieuse qu'est Venise, l'un des personnages principaux de cette aventure.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BullesEtOnomatopees   27 mai 2014
Ce format, plus petit, à couverture souple s'adapte bien aux BD. Vous pourrez donc réviser des classiques comme Corto Maltese, La débauche de Tardi et Pennac ou des œuvres plus récentes comme Aya de Yopougon ou RG. Et puis sous cette forme, les BD deviennent bien plus nomade que leurs grandes sœurs, même si cela en révoltera certainement quelques-uns...
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
KanelbulleKanelbulle   22 mai 2011
Il y a à Venise trois lieux magiques et secrets : l'un dans la "rue de l'amour des amis", le deuxième près du "pont des merveilles" et le troisième dans la "calle dei marrani", près de San Geremia, dans le vieux ghetto. Quand les Vénitiens - parfois ce sont les Maltais - sont fatigués des autorités, ils vont dans ces lieux secrets et, ouvrant les portes au fond de ces cours, ils s'en vont pour toujours vers des pays merveilleux et vers d'autres histoires...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
KanelbulleKanelbulle   22 mai 2011
La guerre prit fin. Depuis je vais, je viens à travers le monde, presque sans but. Mais je finis toujours par revenir à Venise. Je me promène dans ses ruelles, je traverse les canaux, je m'arrête sur les ponts et je m'aperçois que, sur les rives, il n'y a plus ces crabes qui, l'après-midi, paressaient au soleil. Ils ont disparu depuis longtemps. Je cherche les endroits que j'ai connus enfant, mais souvent je ne les reconnais pas. "L'escalier fou" n'existe plus et Mme Bora Levi n'est plus là non plus. Les fenêtres de sa maison sont murées, les lieux ont changé. On ne sait pas quoi répondre à mes questions. Des jeunes qui ne savent pas, ou des vieux qui ne veulent pas se souvenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
py314159py314159   19 janvier 2019
Magique ? Vous croyez à la magie ? Ah Corto, la véritable magie, c'est l'amour et l'harmonie. Mais quel amour et quelle harmonie ? L'amour pour la beauté éternelle et l'harmonie qui embrase l'univers. Plus une âme est grande et profonde et plus elle nécessite de temps pour se connaître elle-même. Arriver à se connaître sans l'ombre d'un doute est plus important que toute la magie.
Commenter  J’apprécie          50
crapettecrapette   26 novembre 2018
J'avais quatre ou cinq ans, peut-être six, à l'époque où ma grand-mère me demandait de l'accompagner jusqu'au Vieux Ghetto de Venise. Nous allions rendre visite à l'une de ses amies, Mme Bora Levi, qui habitait une vieille maison. On y accèdait par un escalier extérieur en bois, appelé "l'escalier fou" "l'escalier des rats d'égouts", ou encore "l'escalier turque". In : Une grand-mère vénitienne p. 6-15
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
bdelhaussebdelhausse   08 février 2018
Vous édifiez toujours des temples à la vertu et de sombres prisons au vice? (p.9)
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Hugo Pratt (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hugo Pratt
D'une révolte naît l'utopie. D'un rêve, le cauchemar...
Le Bounty est un navire de la Royal Navy chargé de ramener de Polynésie des plants d'arbres fruitiers destinés à nourrir les esclaves des colonies antillaises. Sur le trajet du retour, après cinq mois d'escale à Tahiti, une mutinerie éclate, menée par le second Fletcher Christian. La majorité des marins fidèles au capitaine Bligh est abandonnée avec ce dernier à bord d'une chaloupe. le bateau est désormais aux mains d'une poignée de révoltés…
Comment la construction d'une société idyllique a-t-elle pu se transformer en enfer ? En retraçant l'authentique parcours des célèbres révoltés du Bounty, les auteurs confrontent mythe hollywoodien et réalité, et proposent leur vérité à travers un récit haletant, entre roman d'aventure, thriller tropical et récit des origines. Découvrez l'adaptation en bande dessinée du récit-enquête de Sébastien Laurier La Bounty à Pitcairn (prix du livre insulaire 2017), illustrée par le naturalisme expressif de Gyula Németh, qui doit autant à l'énergie lâchée de Christophe Blain qu'à l'exotisme poétique de Hugo Pratt.
https://www.glenat.com/24x32-glenat-bd/pitcairn-lile-des-revoltes-du-bounty-tome-01-9782344034255
+ Lire la suite
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Hugo Pratt, vous connaissez ?

De quel nationalité était Hugo Pratt ?

Syldave
Italien
Argentin
Belge

10 questions
58 lecteurs ont répondu
Thème : Hugo PrattCréer un quiz sur ce livre