AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246812127
Éditeur : Grasset (05/03/2014)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 10 notes)
Résumé :
"Si nous vivions en 1913, nous aurions déjà enterré bien des amis. Si nous vivions en 1913, nous serions surpris de voir autant de militaires. Si nous vivions en 1913, nous serions paysans, maréchaux-ferrants, couturières ou bourgeois, peut-être même rentier. Si nous vivions en 1913, vous travaillerions beaucoup. Si nous vivions en 1913, nous serions fiers d'être en République."

A travers une série de chroniques originales et passionnantes qui réveill... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Leraut
  03 mai 2014
Antoine Prost « Si nous vivions en 1913 » Editions Grasset. France-Inter.
Ce livre de 134 pages relate la vie en France en 1913 à l'aube de la guerre mondiale.
Les chroniques claires, variées, thèmes majeurs d'une sociologie du terroir, signent une vulgarisation de l'Histoire de France.
Chacun des chapitres relate un fait précis. « de la vie à la mort », « Au poids du travail », « Ceux qui ne travaillait pas » etc… .
A la page 23 « du privilège des vacances » « Lorsque le père du jeune Léon Jouhaux futur secrétaire de la CGT et prix Nobel de la paix, était en grève, le gamin quittait l'école et allait travailler dix heures par jour pour trente sous. »
On est plongé dans ce passage entre le passé et notre présent. On analyse le meilleur côté des époques. La page 45 de ce récit de vie du chapitre « Les ouvrières » relate : « Il y a là, dans la société dravant 1914, une double circulation de pratiques, entre la ville et la campagne, entre le peuple et la bourgeoisie ». Nous sommes au coeur d'une étude sociologique humaniste lorsque à la page 89 du chapitre « Les Bourgeoises » résonne ceci :
« Cet univers supposait fortune et domesticité. Il reposait sur un ensemble de codes non écrits, inaccessibles au profane qui n'ont peut-être pas tous disparu »
A la page 92 « la République de 1913 était probablement plus égalitaire que la nôtre ».
Poincaré président de la République qui est élu en 1913 répond ceci un jour au sujet des monuments historiques : « Je vous demande pardon, mon cher ami, il y a entre nous toute l'étendue de la question religieuse ».
Le thème de la laïcité est donc abordé avec finesse. Celui de la fraternité est dilué dans les passages d'entraide et de solidarité. Celui de l'égalité entre les citoyens de 1913 est un travail puissant scellé avec droiture et réussite certaines. Reste pour le lecteur le poids de ce petit (grand) livre, qui aura mené le lecteur vers des réflexions et surtout un basculement certain vers les entrailles du passé. Ce livre peut être lu pour des enfants par une voix adulte, afin de leur expliquer les détails qui sont importants car emblématiques. Et surtout les adultes afin de s'octroyer cette page de vie patrimoine historique et sociologique. Ce livre est d'une simplicité presque démagogique, tant les chroniques semblent se faire nôtres. Mais Antoine Prost écrit comme s'il s'agissait d'une conférence. Ses chroniques, enseignent et enrichissent le lecteur. le pouvoir éducatif de ses dernières est la somme culturelle. C'est pourquoi, ce livre se doit d'être dans les écoles primaires, collèges et lycées, et universités, tant cette ancestrale éducation et leçon de vie relèveraient le niveau des élèves qui se projettent trop vers l'avenir et qui oublient les racines de leur patrimoine historique et de vie.
Evlyne Léraut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CharlesEdouard
  19 mars 2018
Beaucoup font la réflexion qu'avant, c'était mieux, mais quelle époque ? Peut-être les années 60-70 ou pour les gens de mon âge les années 90 ?
En 1913, la population est patriote, mais elle va connaître la guerre (certaine celle de 1870-71)
En 1913, c'était 60 heure de travail (et non 35h), la loi Millerand organise la journée de travail à 10h. le repos dominical obligatoire est acquis en 1906.
En 1913, le travail des enfants est encore bien présent.
1914 : le travail des enfants de moins de 14 ans est interdit - l'instruction obligatoire jusqu'à 14 ans est votée.
Il y avait moins d'hygiène, même si en notre époque, il y en a trop qui détraque notre système immunitaire (allergie pollen, acarien, etc.)
Livre à lire pour se faire une idée des changements, des progrès...
Commenter  J’apprécie          80
severine2611
  07 juillet 2014
Enfant, je n'aimais pas l'histoire. J'avais l'impression qu'on me parlait de ce qui n'avait jamais existé. On vous abreuve de religions, de colonies, d'alliances militaires, de guerres mondiales. Mais on ne vous parle pas des hommes, à tel point que je croyais que tout cela était mystique.
Ce recueil de chroniques, entendues sur France Inter l'été dernier, n'est pas un livre sur l'Histoire de France d'avant guerre, mais sur l'histoire des français à cette époque. Nul besoin d'être féru d'Histoire, c'est comme si vous écoutiez un aïeul. Vous entrez dans son quotidien.
De comment on apprenait aux mères à ne pas trop s'attacher à leurs enfants, au cas où; à la fierté des hommes pour leur République. le monde bourgeois, paysan, ouvrier. le poids de l'Église, le service militaire, l'instruction, les lieux d'échanges sociaux. Tout y passe.
A mettre entre les mains de collégiens, pour qu'ils comprennent que l'Histoire de France n'est pas qu'une suite de dates à apprendre par coeur.
C'est d'abord l'histoire de leurs ancêtres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
mpierre76
  12 octobre 2014
Ces petites chroniques bien documentées remettent un peu les pendules à l'heure pour les nostalgiques du passé. Agréables à lire surtout quant ont les a ratées à la radio.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
CharlesEdouardCharlesEdouard   24 septembre 2018
Les plus anciens trouveront de grandes ressemblances entre leur enfance et cette France d’avant 1914. Ce n’est pas étonnant : notre entrée dans la modernité date des années 1950-1960. Vers 1940, il n’y avait que 5,2 millions de postes de radio, moins d’un pour deux ménages ; le parc automobile comptait moins de 2 millions de voitures particulières et 500 000 utilitaires et l’électrification des campagnes s’achevait à peine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FecampFecamp   21 novembre 2014
En 1913, l'école est obligatoire jusqu'à 13 ans, et le travail des enfants de moins de 12 ans est en principe interdit. [...]
Quant aux étudiants, ils seront 42 000 à comparer aux 2,3 millions d'aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Antoine Prost (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Prost
Les matins - A l?occasion des cérémonies au Panthéon du 27 mai .Pascal Ory Professeur d?histoire contemporaine à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il enseigne aussi à Sciences Po Paris et à l'Ina Auteur notamment avec Antoine Prost de : Jean Zay, 1904-1944 (Taillandier) Catherine Zay Fille ainée de Jean Zay Libraire Hélène Zay Fille cadette de Jean Zay Présidente du Centre d?étude et de recherche sur les camps d?internement du Loiret (CERCIL) - Musée Mémorial des enfants du Vel d?Hiv d?Orléans Olivier Mongin Sociologue Directeur de la rédaction de la revue Esprit Revue qui consacre son numéro du moi de mai à : La République et ses héros Il signe un article sur Germaine Tillion
+ Lire la suite
autres livres classés : chroniquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
695 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre