AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234086140
Éditeur : Stock (10/04/2019)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Ils sont trois. Trois enfants des rues de Buenos Aires. Trois petits voleurs, les meilleurs du quartier du Once. Pour eux, rien n’est impossible. Ils ont accepté une mission périlleuse en Uruguay. Arrivés sur place, ils déchantent : enfermés dans une propriété de 60 hectares, ils doivent cambrioler neuf villas protégées par des gardiens armés et des chiens. Pour sortir vivants de cette prison dorée, ils n’ont qu’une option : réussir.
Dans ce roman aux allures... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  10 mai 2019
La Enana, Ismael et Ajo, enfants des rues, un trio d'enfer au solde des agents de sécurité pourris de la Zona Norte de Buenos Aires. Ils sont capable d'entrer partout sans laisser de traces et sans piper mot de ce qu'ils font, « de l'or en barre ». Des enfants qui n'en sont plus uns, des gosses professionnels qui donnent froid au dos, du moins au mien.
Leur commanditaire décide de les « vendre » à des bandits, autres agents de sécurité en Uruguay......pour travailler dans un lotissement de villas de luxe où vit une drôle de faune internationale, bourrée de fric, et dont une majorité semble aussi pourrie que les dits bandits. Pour le trio initie le début de la fin....
Lucía Puenzo démarre avec une description de l'enfer de ces mineurs dormant dans un wagon abandonné, se nourrissant des restes de pop-corn et pizza laissés dans les salles de cinéma, et abusés par des adultes sans scrupules, sans états d'âmes, corrompus jusqu'à la moelle. Bien que cette violence sévit tout au long du livre, de beaux moments de répits jalonnent l'histoire, où se manifestent des apparitions et inventions étranges, des personnages ayant encore un brin d'humanité, et où le trio malgré tout rattrapé par l'enfance, s'émerveille face à la vue de la mer, des baleines (“Le petit courait vers la mer hurlant comme un fou......Les baleines représentaient pour lui un univers aussi lointain que la lune”) ou improvise une baignade......
C'est mon premier livre de l'écrivaine et cinéaste argentine dont le film XXY avait reçu le Grand Prix de la semaine internationale de la critique au festival de Cannes en 2007, où il était aussi question d'un enfant, un hermaphrodite de 15 ans.
Lu d'une traite, un livre violent, émouvant, captivant, qui ne peux laisser indifférent.
Un grand merci aux Éditions Stock et NetGalleyFrance pour l'envoie de ce beau livre !
#Invisibles#NetGalleyFrance

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
viou1108
  08 mai 2019
Noms, prénoms ou surnoms : Ismaël, La Enana (la Naine), Ajo (aïl).
Lien de parenté : Ismaël et La Enana sont amants. Ajo est le frère cadet de la Enana.
Profession : cambrioleurs. Les meilleurs de leur quartier du Once à Buenos Aires.
Domicile : un vieux wagon désaffecté.
Âge : respectivement (et approximativement) : 16, 13 et 6 ans.
Oui vous avez bien lu, ces trois voleurs professionnels, capables de dévaliser n'importe quelle villa bien gardée sans se faire prendre, sont des gamins. Des enfants des rues de Buenos Aires. Pas de parents pour s'en préoccuper, pas d'autre adulte ni de toit pour les protéger, donc pas de morale à respecter quand il s'agit de ne pas crever de faim. Nos trois compères, comme d'autres aux mêmes âges, tombent sous la coupe de types comme Guida, ex-flic corrompu devenu agent de sécurité, qui leur attribue leurs missions et leur laisse ensuite une petite part du butin. Entraînés comme des soldats, les enfants sont drillés à ne rien dire au cas où ils tomberaient dans les griffes de la police. Mais ça, c'est vraiment rare, parce qu'ils sont vraiment bons. Tellement, que leur patron les met sur un coup ambitieux en Uruguay, de l'autre côté du Rio de la Plata. Une affaire aussi lucrative que dangereuse. Les enfants l'ont bien compris, mais ils acceptent. Ils se laissent enfermer pour six jours dans un domaine de 60 hectares, fait de forêt, de rivières, de bêtes sauvages et/ou venimeuses, mais qui, surtout, abrite neuf villas luxueuses ultra-protégées par des alarmes, des gardes armés et des chiens hargneux. Il ne faudra pas longtemps pour que les choses dérapent, et le défi n'est pas tant de réussir un seul cambriolage que de sortir vivants de ce cauchemar.
Invisibles sont ces trois enfants, et comme eux des dizaines d'autres, parce que leurs rapines ne laissent aucune trace.
Invisibles aux yeux de la bonne société, qui les laisse croupir dans leurs taudis infects sans lever le petit doigt.
Invisibles aux yeux des riches cambriolés, qui tombent des nues quand par erreur ils se trouvent nez-à-nez avec ces graines de délinquants, médusés par leur jeune âge et leur aplomb.
Invisibles quand ils disparaissent de la circulation une fois devenus inutiles.
Les conditions de vie et le sort de ces gamins sont épouvantables et vous fendent le coeur. Les deux aînés (pourtant pas si vieux) semblent irrécupérables, pourris par la violence, la drogue, l'alcool, l'instinct de survie qui mène à tout. En dépit de leurs actes, ils sont attachants, se témoignant entre eux une loyauté sans faille. Mais des trois, c'est le plus petit, Ajo, qui est le plus touchant. Incroyable comment, à six ans, il obéit à ses aînés au doigt et à l'oeil, sans broncher. Un vrai pro, mais qui, quand la tension se relâche ou au contraire devient trop forte, n'arrive pas toujours à brider ce qu'il est toujours au fond de lui, un petit garçon débordant de vie ou terrorisé par l'obscurité. Dans ce roman noir à suspense, Lucía Puenzo donne une voix à ces gamins perdus privés d'enfance. Je me suis un peu égarée dans les descriptions du domaine en Uruguay, mais ce roman est saisissant. Si on était au cinéma, on dirait de ces enfants qu'ils crèvent l'écran.
En partenariat avec les Editions Stock via Netgalley.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          604
coquinnette1974
  17 mai 2019
Je remercie chaleureusement les éditions Stock pour l'envoi, via net galley, du roman Invisibles de Lucía Puenzo.
Ils sont trois. Trois enfants des rues de Buenos Aires. Trois petits voleurs, les meilleurs du quartier du Once. Pour eux, rien n'est impossible.
Ils ont accepté une mission périlleuse en Uruguay.
Arrivés sur place, ils déchantent : enfermés dans une propriété de 60 hectares, ils doivent cambrioler neuf villas protégées par des gardiens armés et des chiens. Pour sortir vivants de cette prison dorée, ils n'ont qu'une option : réussir.
Invisibles nous emmène à Buenos Aires (Argentine) à la découverte de trois enfants, voleurs professionnels qui cambriolent des villas. Leur manège est bien rodé, ils ont un taux de réussite de 100 %. Leur patron les envoi en Uruguay, où leur mission est de cambrioler des villas. Rien de bien compliqué pour eux, à priori... Car dans la pratique, ils vont se retrouver dans un quartier sécurisé de neuf villas, inviolables ou presque. Ils ignorent quasiment tout de leur mission mais ils ont bien compris que cette fois ci les choses allaient être plus compliquées ! S'ils n'y arrivent pas, sortiront t'ils vivants de cet enfer ?
Invisibles est un roman poignant, dont le titre est bien trouvé. Invisibles, ces enfants le sont aux yeux de la société. Personne ne les voit, personne n'imagine que des enfants (dont le plus jeune commence à.. l'age de six ans !) peuvent cambrioler des villas. Et pourtant ils sont doués, très doués. Ils risquent leur vie tous les jours, et encore plus quand ils vont se retrouver en Uruguay.
Certains passages m'ont beaucoup touché. J'ai trouvé ce roman poignant. Dérangeant aussi car malheureusement dans les pays pauvres des enfants peuvent tout à fait se retrouver dans une telle situation.
J'ai apprécié l'histoire, les personnages, et je l'ai trouvé très bien ficelé.
Invisibles est un court roman que je recommande et à qui je mets cinq étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
nathiec44
  14 juin 2019
L'exploitation des enfants sous toutes ses formes est toujours un sujet qui serre le coeur, poignant, révoltant, dérangeant.
Nous sommes dans un quartier pauvre de Buenos Aires où trois enfants survivent au jour le jour, unis et solidaires. Leur spécialité : cambrioler ; ils sont devenus experts grâce à leur détermination et leur habileté, se faufilant et déjouant les caméras de surveillance. Ils travaillent régulièrement pour un commanditaire, un ancien policier reconverti dans la sécurité qui « coache » des bandes de gamins des rues.
Le lecteur ne connaîtra pas grand-chose de leur passé, sinon que la jeune fille et le plus jeune garçon de 6 ans sont frère et soeur, qu'ils ont fui la violence et les coups, la soeur protégeant tendrement le petit qui n'a que six ans.
Un jour, une étrange et périlleuse mission leur est confiée : pénétrer dans une immense propriété, quartier sécurisé de villas de luxe en Uruguay ; une mission pas aussi claire qu'il n'y parait aux objectifs flous.
Là le piège se referme inexorablement et la tension monte.
Comment vont-ils déjouer les pièges, les chiens, les gardiens ? Rapidement, leur sort devient incertain.
Incontestablement, j'ai aimé le suspense distillé et les très beaux moments de tendresse, la poésie qui filtre malgré la violence.
Pourtant, même si j'ai été sous tension une partie du récit, craignant pour ces enfants cambrioleurs, il m'a manqué un petit déclic pour être totalement emportée. J'avoue que la fin m'a déçue car elle est brutale et inattendue.
Lu grâce à #NetGalleyFrance# et les #EditionsStock#
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
traversay
  23 mai 2019
Pour qui est familier de l'univers de Lucia Puenzo, la cinéaste de XXY et la romancière de Wakolda, la découverte de Invisibles, son dernier livre, a de quoi surprendre. Plutôt adepte des drames psychologiques, elle a cette fois opté pour un tempo de thriller qui s'adapte parfaitement à son sujet et à ses personnages, deux adolescents et un enfant de 6 ans, des petits voleurs de rue amenés à agir sur ordre de leur commanditaire dans une zone sécurisée de la côte uruguayenne, habitée par de riches privilégiés. Ce genre d'endroit a d'ailleurs été souvent décrit par la littérature (Bétibou) et le cinéma (la Zona) latino-américains, mais plutôt dans leur version urbaine. Si Invisibles est doté d'un rythme rapide, ce qui frappe davantage est le portrait de ses trois "héros" privés d'enfance et d'innocence, habitués à évoluer en mode survie et conscients de leur statut de marginaux, manipulables à merci et jetables à plus ou moins long terme. Et l'on retrouve dans ces profils une Lucia Puenzo familière, autant intéressée par l'enfance, la puberté et l'adolescence que sensible à des préoccupations sociales dans un pays, l'Argentine, où les inégalités atteignent des sommets. Souvent très dur, le livre se caractérise aussi par des instants de tendresse volés et quelques passages empruntés au réalisme magique, voire au fantastique. Au début de sa carrière, Lucia Puenzo a tourné un court-métrage intitulé Los invisibles. Etait-ce la préfiguration de son roman ? Aucune biographie ne le précise.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (2)
LeMonde   29 avril 2019
Dans son nouveau roman, la romancière et cinéaste argentine pose son regard bienveillant sur une bande d’enfants des rues de Buenos Aires.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaLibreBelgique   18 avril 2019
Invisibles, de Lucía Puenzo, plonge au cœur des enfants de la rue de Buenos Aires. Un récit poignant soutenu par une écriture percutante, un sens de la narration enlevé et un suspense intense.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Videos de Lucía Puenzo (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucía Puenzo
Bande annonce du fil Le médecin de famille, adaptation du roman Wakolda de Lucía Puenzo
autres livres classés : enfants des ruesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1649 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre