AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Anouk Neuhoff (Traducteur)
EAN : 9782264018236
347 pages
10-18 (01/05/1993)
3.68/5   64 notes
Résumé :
Dulcie, une femme de 31 ans, qui vient de rompre ses fiançailles avec un homme plus jeune qu'elle, se rend à un colloque savant pour se consoler.

Elle y rencontre une multitude de personnes plus ou moins poussiéreuses, dont deux prendront une grande importance dans sa vie : Viola, une pimbêche, et le séduisant Aylwin Forbes, directeur d'une revue. Ce roman se situe dans la pure tradition " pymesque ".

On y retrouve son art d'assaisonn... >Voir plus
Que lire après Les ingratitudes de l'amourVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 64 notes
5
7 avis
4
10 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Conseiller un livre de Barbara Pym, née en 1913, est toujours délicat, ça passe ou ça casse.
Pour l' apprécier , il faut aimer la lenteur, sa façon de raconter en ayant l'air de ne pas y toucher. Ses romans ont tous un côté un peu démodé. Celui-ci bien que se passant dans les années 60, ne laisse rien entrevoir de la jeunesse des sixties, de l'apparition de groupes tels que les Beatles ou les Stones, On est a des années lumières ce cette Angleterre, et du Swiging London, presque plus près des romans de Jane Austen ou d'une Agatha Christie sans les crimes . On y croise beaucoup de professeurs, ou professions littéraires, des vieilles filles ( de trente ans !), des pasteurs, d'innombrables tasses de thé, des chambres à louer : un autre monde...
C'est ainsi que les éditions Belfond ont sorti ce roman, paru en 1961 , sous l'appellation " vintage".

Dulcie Mainwaring habite seule dans la maison de son enfance, ses parents sont décédés. Il y a peu fiancée, "son Maurice" ayant choisi de rompre , aussi pour se distraire a t-elle décidé d'aller à un colloque. Elle y rencontrera Viola qui a travaillé pour Aylwin Forbes , un rédacteur en chef d'une revue littéraire, très séduisant dont la femme est partie. Enamourées toutes les deux, elles décident d'en savoir plus sur sa situation maritale et ce qui avait commencé comme une vague question, devient presque une enquête, une traque , Dulcie étant plus motivée que Viola.

La façon dont Barbara Pym raconte cette histoire est très douce. Aucun suspens de dingue, mais plutôt des réflexions douces amères sur le statut de femme, de célibataire. On se sépare sans faire de scènes, on se fiance parce que c'est raisonnable...Et ce qui peut apparaître comme bizarre, pitoyable, désespéré ou glauque dans cette quête, n'est, ni plus ni moins, que ce que certaines personnes effectuent comme recherches sur Facebook ou autre.. (en distanciel, elles ;-).
Ce roman ne fait pas "beaucoup de bruit", mais il est efficace si vous aimez cette petite musique propre à Barbara Pym. C'est délicieux, souvent amusant, reposant...
Une petite parenthèse désuète et surannée, entre deux lectures plus noires ou plus speed...
Commenter  J’apprécie          5612
Comment tout cela a-t-il commencé ? S'interroge Dulcie. Eh bien parce que Barbara Pym, comme à son habitude, lui a donné le rôle de la trentenaire encore désespérément, et même, disons-le franchement, honteusement célibataire. Pourtant, Dulcie était fiancée mais ce statut ne convenait pas à cette histoire alors, dès l'ouverture du livre, le fiancé a rompu, sous le prétexte flatteur pour Dulcie qu'il se jugeait indigne de son amour. le résultat n'en reste pas moins un coeur brisé et surtout, la continuité d'une vie de célibataire.
Pour en finir avec les premiers mois d'abattement, elle se rend à un colloque, le temps d'un week-end, où écrivains et membres du clergé vont débattre de quelques questions du monde intellectuel.
Dulcie y fait la connaissance de Viola, une autre célibataire, qui travaille comme elle dans ce qu'elle qualifie de tâches ingrates et monotones en périphérie des écrivains : correction d'épreuves, bibliographie et élaboration des index.
Dans les participants, elles cherchent, sait-on jamais, les hommes séduisants et Aylwin Forbes, directeur d'une revue, beau blond aux yeux foncés, peut amplement mériter ce qualificatif. Viola a déjà travaillé pour lui et, tout en essayant de fausser compagnie à Dulcie, elle compte bien attirer vers elle ce conférencier dont la femme vient de quitter le domicile conjugal.
Et Dulcie de s'exclamer « Mon Dieu, comme il est beau ! »
Alors qui, de ces deux célibataires, arrivera à charmer Aylwin Forbes afin d'y gagner un mariage qui représente une fin en soi dans ces années soixante, l'accomplissement indispensable pour être une « vraie femme » ?

Barbara Pym, avec cette saveur quelque peu désuète qui s'attache à ses romans, observe la vie de ces deux Londoniennes. Une vie plutôt terne qu'il faut donc pimenter un peu avec la recherche d'un mari. Pourtant, dans ces pages, les hommes présents ne brillent pas par leur clairvoyance, ni leur force de caractère !
De retour à Londres, où Dulcie vit dans une maison trop grande pour elle seule, elle va héberger une nièce venue prendre des cours de secrétariat sur la capitale. Puis ce sera au tour de Viola de lui demander l'hospitalité pour un temps. le caractère de cette dernière reste assez insaisissable, plutôt morne et peu sympathique.
Dans ce trio de femmes bien peu assorties, on assiste à des conversations pleines d'embarras, au mépris de la jeune nièce Laurel pour les deux trentenaires trop ringardes, à la honte d'habiter en banlieue de Londres, si loin des quartiers plus branchés, plus animés et plus riches.
Mais surtout, on va suivre Dulcie qui a enfin trouvé un dérivatif passionnant à sa solitude en farfouillant dans la vie du beau quadragénaire. «J'adore faire des découvertes sur les gens, reprit Dulcie. Je suppose que c'est une espèce de compensation pour pallier la monotonie de la vie quotidienne ».Après quelques infos glanées dans le Who's Who, elle se lance avidement dans ses recherches, multipliant les approches auprès de la femme, du frère pasteur ou de la mère du bel Aylwin. Elle est elle-même surprise et confuse, avec quelques scrupules faisant surface, de sa détermination et de son indiscrétion.

Encore une fois, rien de trépidant dans ce roman de Barbara Pym mais une moquerie douce amère autour du mariage coûte que coûte alors que des mésalliances existent bel et bien. Dulcie s'acharne à trouver un mari mais n'en demeure pas moins consciente que les mariages raisonnables sont peu nombreux, ceux mal assortis par faute de goût des hommes sont beaucoup plus fréquents.
Tout en prenant des tasses de thé et d'Ovaltine, ou occasionnellement quelque chose de plus corsé comme du sherry ou même du gin, Dulcie dérive sur la vie et ses déconvenues « Peut-être la vie répondait-elle à quelque dessein en fin de compte. C'était peut-être comme un roman bien élaboré, où chaque incident contenait sa propre signification particulière et s'avérait indispensable à l'intrigue. »
Ces ingratitudes de l'amour m'ont moins passionnée que mes deux précédentes lectures de l'auteure, peut-être parce que ces deux célibataires-là sont plus lisses, plus ternes que celles qui évoluaient dans les autres titres. L'écriture, elle, reste toujours aussi délicieuse et ce petit échantillon romanesque de la vie londonienne se savoure tout de même, coloré par son irrésistible mordant so british.
Commenter  J’apprécie          360
C'est drôle comme l'héroïne de ce roman peut soudainement se passionner pour la vie de parfaits inconnus juste parce que la sienne est d'un vide sidéral !
C'est encore une fois une jeune femme non mariée d'une trentaine d'année que Barbara Pym a choisi comme héroïne de ce roman.
Dulcie travaille, elle rédige des index et des bibliographies, mais ce travail plutôt obscur semble assez ennuyeux et lors d'un colloque, elle rencontre deux personnes qui vont prendre une importance capitale dans sa vie.
Elle va alors se mêler de leurs vies allant jusqu'à enquêter sur eux et leur entourage.
J'ai trouvé cette jeune femme bien pathétique, elle est persuadée que la vie des autres est passionnante et pleine de mystères, alors elle se permet de les espionner et d'interférer dans leur quotidien avec beaucoup de sans-gêne.
Les femmes semblent souvent un peu stupides dans les romans de cet auteur, elles s'amourachent du premier venu juste parce qu'il mesure plus d'un mètre 80 ou qu'il est capable de parler devant un auditoire.
Elles ont toutes une vision romantique et complètement mièvre de l'amour et de la vie conjugale et elles se trouvent toujours très intéressantes alors qu'elles sont souvent banales.
J'ai beaucoup aimé cette histoire au charme suranné qui montre une fois encore qu'on recherche toujours ce qu'on a pas juste parce qu'on est persuadé que la vie des autres est plus palpitante que la nôtre.
Commenter  J’apprécie          390
« Dulcie habitait dans un quartier agréable qui, tout en étant assurément un faubourg de Londres, était « très recherché » et, pour ne pas quitter le jargon de l'immobilier, « récupérait le trop-plein de Kensington ». En outre, comme se plaisait à le répéter Mrs Beltane, sa voisine : « de toute façon, Harrods livre à domicile… »
C'est chez elle que Dulcie faisait la plus grande partie de son travail – arrangement qui datait de l'époque où sa mère vivait encore et réclamait des soins permanents. Maintenant Dulcie était libre, mais elle continuait à préférer ne pas être attachée à la routine d'un bureau ; elle s'était construit une réputation fort précieuse d'« indexeuse » et de correctrice d'épreuves compétente, elle était de ces personnes tout à fait capables d'effectuer quelques petites « recherches » aussi bien au British Museum que dans les bibliothèques de sociétés savantes. »

Mais comme beaucoup d'héroïnes de Barbara Pym, Dulcie va être tentée de remettre en question cette indépendance. Elle est encore jeune. Une déception sentimentale l'a conduite à cesser tout commerce avec les hommes. Son fiancé d'alors a brutalement rompu au motif « qu'il ne la méritait pas » ! Et la douleur de cette séparation a mis longtemps à s'estomper.

Pourtant elle ne renonce pas à rencontrer des gens nouveaux. Elle se fera notamment une amie de Viola, qui deviendra sa locataire. Les deux femmes ont apparemment peu en commun, hormis qu'elles gravitent autour des milieux universitaires lettrés. Et qu'elles s'intéressent beaucoup à un directeur de revue littéraire, Aylwin Forbes, et à son entourage. C'est pourtant un homme fat, convaincu de son importance.
Elle va également héberger une jeune nièce, qui prendra bien vite son envol vers une toute petite chambre mais située à Londres même.

Je suis transporté une fois de plus par le style inimitable de Barbara Pym, capable de passionner ses lecteurs avec les toutes petites aventures de ses personnages bien comme il faut. Et celui de Dulcie (quel prénom !) est inoubliable. Un séjour de quelques jours au bord de la mer prend des allures d'enquête policière. Il faut dire qu'une de ses qualités est la ténacité : elle reste d'une grande curiosité à l'égard des personnes qu'elle a dans son collimateur. Et nous en apprendrons beaucoup sur la famille d'Aylwin !

Un roman léger, teinté d'humour et moins sombre que ceux de la dernière période, tel « Quatuor d'automne ».
Commenter  J’apprécie          352
Faire de la recherche auprès d'un homme séduisant, même si le sujet est un obscur poète du XVIIIème siècle, voilà l'un des souhaits les plus chers de nombreuses demoiselles qui vieillissent doucement entre le monde universitaire et la paroisse du quartier. Mais le mariage est-il réellement une solution ? Si beaucoup vous diront que non, elles y aspirent malgré tout secrètement…

C'est le cas de Dulcie, qui a dépassé la trentaine et vient de rompre ses fiançailles. Pour se distraire elle se rend à un colloque et y rencontre Viola, amoureuse du séduisant professeur Aylwin Forbes, mal marié, pour lequel elle rédige des index. Viola vient s'installer chez Dulcie qui lui loue une chambre dans sa trop vaste maison de banlieue. L'intérêt de Dulcie va s'éveiller pour la famille Forbes dont elle suit la trace, mère, belle-mère, femme, frère mais verra d'un oeil plus sévère s'installer un flirt entre le quadragénaire et sa jeune nièce Laurel qu'elle héberge également.

Viola va vite renoncer à Alwin et se tourner vers Bill Sedge, le frère de la gouvernante de la tante de Dulcie, Hermione. Cette dernière s'apprête d'ailleurs à épouser, malgré un âge vénérable, un révérend dont la soeur vient de mourir ; le frère d'Hermione, avec lequel elle partageait sa vie, ayant décidé de se retirer dans les ordres. Viola va se marier, Laurel habite à Londres, la maison de Dulcie est désormais bien vide à son tour. Et puisqu'Alwin décide de divorcer et que Laurel n'est pas une épouse qui puisse lui convenir…

Barabara Pym s'amuse une fois encore dans ce chassé-croisé de couples mal assortis, de vieilles filles, d'hommes d'église et de professeurs plus ou moins libertins…Si l‘amour n'est pas toujours au rendez-vous, la solitude semble difficilement supportable…
Et entre un colloque à périr d'ennui, une vente de charité poussiéreuse, deux ou trois tasses de thé et un petit verre de brandy, on se régale de cet humour anglais sans égal !
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Vous, les jeunes femmes d'aujourd'hui, vous êtes tellement plus intelligentes que nous ne l'étions.
- Et pourtant, soupira Dulcie, qui croyait voir venir la suite, vous étiez probablement plus heureuses que nous ne le sommes.
- Oh ! Je ne dirais pas cela ! Mais la vie était plus simple alors. On se créait nos propres plaisirs. Peut-être que, sous certains angles, nous étions plus sérieuses - nous étions plus conscientes de nos responsabilités.
Commenter  J’apprécie          110
Vous ne m'en voulez pas de vous avoir parlé comme ça, n'est-ce pas ? Mais oh, Miss Mainwaring, j'aimerais tant vous voir vous marier ! (...)
- Oui, mais il faut bien qu'un homme vous remarque, non ? C'est la première étape.
- Oui, je sais. (...)
- Vous lisez trop, c'est ce qui vous perd, insista Miss lord, voyant Dulcie s'installer à table avec un livre. Ils n'aiment pas ça.
Commenter  J’apprécie          130
- Je n'arrive pas à comprendre pourquoi vous êtes si curieuse. Si encore vous connaissiez Neville Forbes...
- Mais c'est comme une sorte de jeu, protesta Dulcie.
Cela paraissait - elle se garda de l'avouer à Viola - tellement moins risqué et tellement plus confortable de vivre à travers la vie des autres - d'observer leurs joies et leurs peines avec détachement comme si l'on regardait un film ou une pièce de théâtre.
Commenter  J’apprécie          80
J'ai l'impression d'avoir été précipitée de toute urgence à la fin du livre sans qu'on m'ait laissé lire le milieu comme il faut.
Commenter  J’apprécie          240
A quoi, comme l'aurait demandé Miss lord, cela menait-il ? Et quelle réponse aujourd'hui devait donner une fille quand on lui demandait les matières qu'elle préférait à l'école ? Le russe et la physique nucléaire étaient peut-être encore trop d'avant-garde, mais l'anglais et l'histoire ne convenaient sans doute plus.
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : littérature anglaiseVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (157) Voir plus



Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
1047 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

{* *}