AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258016959
Éditeur : Les Presses De La Cite (01/01/1986)

Note moyenne : 3/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Une histoire de cannibalisme, ingénue et cruelle, qui se déroule sur une île canadienne dans la première moitié du XIXe siècle.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
sonkoy
  11 juin 2014
Ce recueil de 11 nouvelles, dont le thème principal est la mer, se dévorent comme un roman. L'auteur nous conte dans chacune les aventures d'hommes ayant bravé les tempêtes ou ayant tout simplement jouer sur quelques grèves Je recommande plus particulièrement la deuxième nouvelle haute en rebondissement, à faire froid dans le dos. Pour ceux pour qui la vie maritime n'a pas de secret seront en joie.
Commenter  J’apprécie          10
meknes56
  11 août 2019
Quelques nouvelles bien sympathiques mais qui ne resteront pas vraiment dans ma mémoire : vite lues, vite oubliées.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
meknes56meknes56   11 août 2019
Cet homme avait descendu bien des marches ; il n’avait pas roulé encore au fond de la misère. Aucune trace d’urine près de lui sur le sol. Quand le besoin avait été trop violent, il s’était écarté sur une pelouse, avait fait ça contre un arbre.

Il ne se hâtait pas de me répondre. Le nez bourgeonnait suffisamment pour signer le clochard, mais une dignité — celle qui s’exprimait par la serviette neuve — sommeillait ou veillait dans les yeux bleu clair, voilés par une brume. Il était rasé du matin. Une gouttelette de sang, qu’il n’aurait pas aperçue dans son vieux bout de miroir, avait caillé sous le menton. Cinq rides grossièrement parallèles creusaient les sables du front énergique, piqueté de petites rousseurs comme les joues. La chevelure brune était drue. Lavée à l’eau du ciel ou des ruisseaux et finalement propre. Comme les oreilles et l’entour des grosses lèvres, où ne saillait aucun poil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
meknes56meknes56   11 août 2019
La prononciation qu’il réservait au romancier américain eût décontenancé Oxford et Cambridge, enchanté Raymond Queneau. Sur un ton traînant, que je n’oublierai jamais, c’était É-MAINGUE-OUAIS. La deuxième syllabe, « maingue », se détachait, monument tranquille de l’art naïf.. Pour qui sonnait le glas de la langue américaine ? Le gosier d’un quartier-maître ignorait les frontières géographiques. Il intronisait Hemingway clochard de l’asphalte parisien. Chevalier du Taste-Misère. Pourquoi pas ? eût remarqué Jean Charcot. Un globe-trotter, Prix Nobel de littérature, qui fraternise avec les poissons sauvages et sort de la vie en se flinguant lui-même, est un frangin des enfants perdus.
É-MAINGUE-OUAIS. La cinquième fois qu’il décomposa le nom, la sûreté de la voix se fêla. Elle sonnait le glas. Comme tout homme, toute chose, la conversation que nous avions nouée mourrait... Pour damer le pion à la morosité, la voix activa son rythme. Dans tout ce qu’il lui restait à dire, elle désirait ne pas en oublier trop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Henri Queffélec (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Queffélec
Dans Je me souviens, accompagné au piano par Richard Lornac, Yann Queffélec se remémore l'ouvrage qui lui a donné envie d'écrire : "Un cirque à la mer", d'Henri Queffélec, le père de l'auteur breton, lui même écrivain.
autres livres classés : cannibalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
255 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre