AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Eric Auphan (Autre)
EAN : 9782266318044
416 pages
Pocket (08/07/2021)
4.19/5   13 notes
Résumé :
Ce livre est le roman de deux grandes, de deux dramatiques persévérances : celle d'un groupe d'hommes — une équipe d'ingénieurs, de maçons et de marins — qui, sur un rocher inaccessible, réussit à construire un phare exceptionnel, et celle d'un couple entraîné à la dérive et qui cherche pour-tant, lui aussi, en dépit de tous les obstacles, à construire son amour.

Vécues par des âmes fortes dans un fabuleux décor de tempêtes, les deux histoires interfè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Gwelan
  19 novembre 2012
Une histoire d'hommes rudes aussi bien physiquement que moralement.
Ils sont à l'image du lieu qu'ils habitent. L'ile de Sein un bout de terre balayé par la mer et le vents. En ce milieu du 19ème siècle la liaison avec la terre n'est pas toujours commode, l'isolement est total quand la mer se déchaine et que le raz devient impraticable.
Une histoire d'un homme trop fier qui perd celle qu'il voudrait épouser, on ne s'épanche pas tous les sentiments restent bien enfermés à l'intérieur de soi.
Et en parallèle la construction de ce phare mythique AR MEN. Bâtir un phare sur une roche qui ne découvre que quelques jours par ans et que l'on ne peut aborder que lorsque les éléments le veulent bien. C'est la ténacité de ces ingénieurs des Ponts et Chaussées, celle de ces conducteurs de travaux qui pendant 12 ans vont se succéder, celle des Sénans qui bien qu'hostiles au début vont s'accrocher de toutes leurs forces à la pierre, qui fit que le lumière puisse enfin briller.
Une superbe histoire un style d"écriture qui surprend au début mais qui "colle" bien à l'époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nath74gri
  20 décembre 2021
Un feu s'allume sur la mer de Henri Queffélec commence en 1867 en Bretagne.
C'est un récit sur le travail des hommes pour bâtir le phare d'Ar Men avec les moyens de l'époque mais surtout les conditions difficiles car pour faire les
fondations du phare il n'y a que quelques jours à marée basse pour que ce soit accessible.
Le début du roman est quand même assez technique et j'ai trouvé ça un peu long !
Commenter  J’apprécie          20
mireine
  17 août 2021
J'ai lu ce livre en 1989 prêté par des amis et je m'en souviens encore.
Magnifique récit sur l'océan et le travail des hommes pour bâtir le phare d'Ar Men avec les moyens de l'époque des années 1860.
Un rocher de la Chaussée de Sein pour les fondations du phare n'est accessible qu'en été quelques jours à marée basse.
En lisant ce roman vous allez lutter contre l'océan avec ces hommes courageux.
Commenter  J’apprécie          20
filsdejoie
  01 février 2018
Écrit comme on le faisait chez les naturalistes avec quelques échappées à la Faulkner..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ElidoreElidore   21 janvier 2022
Les chiffres officiels disaient brutalement :
Roche accostée : 9 fois
Temps passé sur la roche : 8 heures
Tentatives infructueuses : 13
Temps passé en mer et sur la roche : 100 heures
Travail effectué. Percement de : 15 trous
Dépenses totales de la campagne : 8.000 francs...

Ce qui ne révélait ni le nombre des heures d'attente et d'impatience, ni la violence des lames et des averses, ni la gravité des conflits entre les hommes.
Ni le bruit des massettes, ni le glauque sournois des rouleaux, ni la blancheur extraordinaire des grandes griffes d'écume et des gerbes furieuses.
Ni la solidité de l'Armorique.
Ni le courage et l'habileté des pilotes et des pêcheurs.
Ni la persévérance d'un petit groupe.
Ni le cheminement d'une idée dans les esprits et dans les rocs...
La fameuse éloquence des chiffres n'était pas bavarde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ElidoreElidore   21 janvier 2022
Les huit jeunes corps, bien arqués sur leur tâche, avaient déjà trouvé contre Ar-men leur position la plus sûre. Selon toute une série de rythmes syncopés, les massettes frappaient les fleurets et les fleurets frappaient la roche, et cette chanson de l'outil sur la pierre, qui déjà ravissait le cœur dans un chantier de terre ferme, prenait, dans la sauvagerie et les périls du paysage, une poignante, une douloureuse grandeur. Les larmes vinrent aux yeux du très correct M. Lacroix. Une senteur de poudre se mêlait à l'odeur énorme de la mer. On eût dit le bruit d'une équipe d'hommes emprisonnés dans une mine et qui se fraient leur chemin. Et en vérité, un phare se trouvait emprisonné dans cet écueil, il fallait le retirer des affres de sa nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nodib29Nodib29   07 septembre 2019
Le phare, c'était toujours l'affaire de l'île. Aucun événement n'éclatait sur l'écueil ni sur la Basse-Froide sans que des poumons sénans, des poignes sénanes, des regards sénans, des obstinations sénanes y fusses mêlés. Le Cap Sizun, patrie du blond Guivarch, avait beau fournir les dix maçons qui posaient en titre le massif de base et les dix manœuvres, leurs aides officiels, il n'était pas question, pour Sein l'indispensable, de devenir simple hôtellerie pour les Messieurs du Phare ! Deux de ses bateaux et dix de ses hommes (six marins, deux mousses, deux pilotes) participaient à toutes les sorties. Debout sur la cime d'un des pitons orientaux comme le veilleur d'une troupe de cormorans, un pilote prenait et tenait dans ses yeux l'extrémité de la Basse-Froide où commençaient les insurrections de la mer, cependant que son camarade, les marins et les mousses débarquaient les matériaux, gâchaient le mortier. Il ne fallait pas songer au moindre engin de levage. Les bras, toujours les bras, et aussi la poitrine, les genoux, les épaules.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nodib29Nodib29   07 septembre 2019
Le jeudi 6 avril 1868, sur une Armorique aux lettres redorées, arrivèrent du continent bleuâtre M. Joly, casquetté de neuf, et M. Lacroix, et les fiers maçons du Cap débarquaient avec eux.
La légende des belles activités humaines reprenait, au point où le conteur, avant le sommeil de l'île, l'avait interrompue : « Il était une fois, non loin de l'extrémité d'un terrible banc d'écueils, une roche à trois têtes, solide et sauvage, et qu'on appelait Ar-men, c'est à dire la pierre...Il était une fois, non loin de l'extrémité du monde, une île minuscule plate comme une planche d'épave et que les tempêtes marines rêvaient de détruire. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Henri Queffélec (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Queffélec
Émission complète : http://www.web-tv-culture.com/naissance-d-un-goncourt-de-yann-queffelec-1317.html
Il est né à Paris mais ses racines sont belles et bien bretonnes. Yann Queffelec a toujours revendiqué cet attachement, il l?a prouvé dans plusieurs de ses ouvrages comme son « Dictionnaire amoureux de la Bretagne ». Plus jeune, il se rêvait aventurier sur les mers, prenant la plume au gré de ses escales. Car si la voile était sa passion, l?envie d?écriture était déjà présente, encouragée par une mère aimante et affectueuse. En revanche, côté paternel, ces velléités n?étaient pas bien vues. Pas facile pour le grand romancier de la mer que fut Henri Queffelec, grand prix de l?académie française en 1958 avec son « Royaume sous la mer » d?imaginer son fils marcher dans son sillon. Ce conflit père-fils qui perdura jusqu?à la mort d?Henri Queffelec a profondément marqué son fils Yann qui en a fait un livre « L?homme de ma vie ». Au-delà de ces souvenirs personnels, Yann Queffelec a aussi bien sûr écrit de nombreuses fictions mais toujours les relations familiales et le mal-amour se répondent en écho. Avec près d?une quarantaine d?ouvrages alternant romans, récits, essais ou poésie, le parcours d?auteur de Yann Queffelec est bien sûr marqué par le prix Goncourt, en 1985, avec « Les noces barbares ». Ce titre reste associé à la rencontre entre Yann Queffelec et l?éditrice parisienne Françoise Verny, une rencontre improbable, un soir d?hiver sur le quai d?un port de Bretagne, quand Françoise Verny eut cette phrase à destination du futur romancier « Toi, chéri, t?as une gueule d?écrivain ». On imagine la scène? Avec humour, tendresse et émotion, Yann Queffelec nous raconte les mois qui vont de cette rencontre portuaire inattendue à l?obtention du Goncourt, cette relation quasi filiale entre ce jeune auteur en devenir et cette éditrice, faiseuse de talents, à la personnalité bien trempée. Dans ce livre où le lecteur est pris à témoin par l?auteur, Yann Queffelec se dévoile, avec ses bons et ses mauvais côtés, il nous parle d?une époque peut-être révolue ou auteur et éditeur ne faisaient qu?un et il lève le voile sur le monde secret de l?édition parisienne. Tout cela avec une écriture pleine d?originalité, de sonorité et de poésie. « Naissance d?un Goncourt » de Yann Queffelec est publié chez Calmann-Lévy.
+ Lire la suite
autres livres classés : pharesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
342 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre