AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782259307208
208 pages
Plon (16/09/2021)
3.84/5   79 notes
Résumé :
On connaît les livres de guerre - le témoignage rigoureux et implacable de Ceux de 14. Le présent volume révèle l'autre versant de l'oeuvre de Maurice Genevoix, ces romans ou récits qui distillent une petite musique aussi fluide et poétique que le cours de la Loire, ses tours et ses détours, ses îles inattendues et ses promesses toujours tenues. Tous à tonalité autobiographique, ils abordent les thèmes chers à l'écrivain : la magie de l'enfance, la beauté profonde d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 79 notes
5
5 avis
4
16 avis
3
8 avis
2
0 avis
1
0 avis

Krout
  01 octobre 2018
Un jour. Un mystère. Car l'homme est mystère. Un jour, un homme se raconte. Un homme nous raconte. Comme d'Aubel, je médite avec les pieds. Alors bien entendu, cette longue promenade à travers bois, forcément j'ai aimé. De l'aube à la tombée du jour, comme une évidence, une vie se dévoile. Une vie d'homme, vécue pleinement. Un homme vrai, fait de convictions, plein de sève, enraciné dans la vie, le récit est visionnaire et touche à l'essentiel. Pas à pas le brouillard se dissipe, et c'est la vie même qui apparaît, étincelante... "Quelle merveille !"
Il y a 40 ans, ou un peu plus très vraisemblablement, "Je n'ai pas la manie des dates." p. 213, encore écolier dans ce qu'on appelait les humanités inférieures, j'avais alors l'imagination la plus vive. Apanage de la jeunesse, j'étais faon, puis daguet, ensuite trois-cors, enfin dix-cors, je lisais La dernière harde, j'étais le Rouge, roi de la forêt. Je lisais Maurice Genevoix pour la première fois ... et la seule jusqu'à ces quelques jours de vacances à Azay-le-Rideau. Je ne sais comment j'ai fait la connexion avec la Loire. Toujours est-il que cherchant un de ces petits livres faciles à emmener partout pour m'accompagner, je n'ai eu aucune hésitation après avoir déniché Un jour dans la bibliothèque de mes parents (oui, celle du haut). Petit trésor oublié tout ce temps.
Belle rencontre ! Dès les premières pages, je me retrouve dans une écriture amie de longue date, à croire qu'hier encore... Elle a la beauté de la simplicité. Point n'est besoin d'artifices. Il n'est cependant pas exclu, à condition d'être attentif à la musique du ruissellement, de découvrir au détour d'une sente une comparaison imagée à l'allure d'une rivière touchée par la grâce de quelques rayons s'infiltrant à travers les feuillages qu'elle en viendrait à miroiter. L'instant magique et éphémère n'a fait que passer, et déjà le récit suit son cours inéluctable.
A la force de l'écriture s'ajoutent l'intemporalité de la réflexion sur le sens de la vie et la modernité des mises en garde éthique et écologique. Un guide sûr pour retrouver l'harmonie. A l'heure d'une rentrée littéraire n'est-ce pas le bon moment de fouiller ses étagères, son grenier, les boîtes à livre ou les boutiquiers pour (re)découvrir ce petit bijou nous ramenant à l'essentiel ? Voilà un excellent moyen de sauver quelques arbres.^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          509
montmartin
  05 août 2021
Le narrateur, un écrivain, se perd à la nuit tombée, lors d'une promenade, il est recueilli le temps d'une soirée par Fernand d'Aubel. Un homme respectueux de la personne d'autrui. de cette rencontre le narrateur garde un souvenir fort. Dix-sept ans après les deux hommes se retrouvent, Fernand d'Aubel lui fait alors une proposition étonnante, lui consacrer un jour, une seule journée entière pour parcourir dès l'aube au hasard les chemins pour communiquer avec la nature. Ce roman est donc le récit de cette journée ordinaire où il ne se passe rien, juste le bonheur d'être vivant. Deux personnes seules, hors du temps, où le monde de leur enfance leur est rendu. Guidés simplement par une odeur ou un bruit, ils vont faire le tour d'un étang puis s'enfoncer au coeur de la forêt.
Dès les premières lignes, on est sous le charme, on a l'impression d'être au début du XXe siècle dans une salle de classe ou un maître en blouse grise épelle une dictée, tant la plume de Maurice Genevoix est belle avec des mots choisis.
Une plénitude, une contemplation des beautés simples de la nature. Un sentiment de partager des instants d'éternité, un émerveillement permanent où tous les sens sont en éveil ; les effluves aromatiques des plantes sauvages, le bruit d'un gland qui rebondit de branche en branche, l'odeur de l'herbe mouillée, le bruit des chevaux lors des premiers labours, le chant du coucou, le battement d'ailes d'une mésange charbonnière, un taon qui bourdonne, l'orage sournois qui rôde, qui mijote. Un écureuil qui vole entre deux cimes. Des ronces exubérantes. L'apparition majestueuse d'un cerf en lisière de forêt.
Un jour est un roman testamentaire publié en 1976, alors que l'auteur était âgé de 86 ans, réédité cette année, l'occasion de découvrir la beauté de l'écriture au service de la splendeur de la nature
Un grand merci aux éditions Plon pour leur confiance #Unjour #NetGalleyFrance

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          491
cecille
  20 septembre 2021
C'est une célébration ce récit, à la vie, à la nature, à la joie.
Sur un transat ou en pleine nature, sur les berges d'une rivière ou le sommet d'une montagne, se laisser porter par la langue délicate et insoupçonnée de l'auteur. Deux hommes partagent une journée exceptionnellement ordinaire et si riche ! Ce récit simple à la plume parfaite et sans faille de Maurice Genevoix offre paix et sérénité.
Une méditation.
Loin des bruits de notre monde, il est bon de savoir se poser et entrer en relation !
Ce récit nous illustre combien de grands hommes, d'une autre époque, déjà pensaient librement la vie !
Osaient alerter sur le monde en devenir ! Osaient être tout simplement en harmonie avec eux même et leur univers.
Dans des moments de doute, comme nous pouvons en vivre ces jours, il devient vitale de lire ces grands textes.
Merci aux éditions pour cette réédition incontournable !
#Unjour #NetGalleyFrance !
Commenter  J’apprécie          330
lecassin
  25 janvier 2013
Maurice Genevoix affiche quatre-vingt-six ans quand il publie « Un jour », un roman sans intrigue vraiment, où l'on voit vivre Fernand d'Aubel, « le double » de l'auteur… Mais là n'est pas le propos : il s'agit plus d'une ode à la vie, à la nature et à la simplicité d'être, à l'évidence de l'être pourrait-on dire...
Et puis Maurice Genevoix n'a pas son pareil pour décrire son Val de Loire adoré tel un envol de migrateurs au petit matin sur un plan d'eau brumeux… Cliché pourrait-on dire ? Oui, sous ma misérable prose…
Un ouvrage que d'aucuns ont qualifié de testamentaire… Sans doute vu l'âge de son auteur quand le texte est édité ; d'autant qu'on sent poindre comme une acceptation de la mort quand la vie fut aussi longue.
On est bien loin des romans sur la grande guerre ou l'auteur s'indignait de la mort, de la mort à vingt ans : « Je me rappelais les lentes larmes coulant sur le visage d'un mourant et son regard faisant passer en moi, dans tout mon être, la peine de mourir à vingt ans ».
Un ouvrage poétique et serein…à la gloire de la nature et à l'évidence de l'être. Un texte comme celui de quelqu'un qui attend serein l'inéluctable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Didjmix
  09 décembre 2021
Voilà un livre sans tous les artifices : il n'y a pas besoin d'actions pour nous faire suivre cette promenade rustique. La conversation est lente, et l'on voit vite que les mots sont pesés et les phrases d'une époque où l'on savait écrire, et pas seulement un conglomérat de mots pour faire avancer un scénario. Leur discussion est donc lente, pas à pas, comme la nature qu'il décrit : ce livre impose son rythme comme la Nature prend son temps - attendons ! il arrive toujours quelque chose à qui sait attendre et observer, et béatement s'émerveiller. L'éternité de cette Nature qu'il oppose magnifiquement à l'urgence mortifère de l'Homme à détruire de manière irréversible. J'avais peur de m'ennuyer au début de la lecture, jusqu'à ce "jour" consacré à la rencontre de ces deux personnages principaux : magistral. Ce roman fait alors son office : il amende (au sens agricole). Il vient me rappeler, autrement, cette belle habitude déjà prise : accepter d'être régulièrement surpris, enrichi, à travers une discussion, une rencontre, ou lorsqu'une graine devient fleur ou légume, ou plus longuement arbre, ou encore par la lecture d'un livre (un bon livre s'entend ! n'est-ce pas là son but) ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
lecassinlecassin   25 janvier 2013
Au lieu de suivre le bord de la Loire, j’avais marché à l’opposé du fleuve vers une pinède ou je savais trouver le silence grave, la lumière doucement amortie qui me mettrait quelque apaisement au cœur.
La mousse feutrait le sable du chemin que je suivais. De part et d’autre la foule des pins sylvestres espaçait ses hautes colonnades d’un rose ardent peu à peu mauvissant sur les profondeurs bleues du sous-bois.
Le silence même et sérénité. L’essor brusque d’un ramier dans les cimes, le déboulé d’un garenne or d’un roncier, le saut rebondissant d’un écureuil dans la perspective de l’allée s’intégrait parfaitement à se silence et à sa paix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
KroutKrout   13 octobre 2018
Ces Américains… Je citerai sans doute encore : avec Whitman, Thoreau, Emerson… Ces vieux sonneurs d'alerte, ils nous ont devancés sur les voies d'une prise de conscience, d'un retour vers une sagesse à visage d'homme. C'est que leurs concitoyens avaient attrapé la vérole avant nous. N'est ce pas Emerson qui a dit, sauf erreur : "Nous savons beaucoup plus que nous n'assimilons ?"
Commenter  J’apprécie          200
KroutKrout   16 septembre 2018
Mais, à mesure que l'âge vient, le train des jours se précipite et chacun d'eux, de leurre en leurre, nous emporte dans un songe agité d'où l'on se réveille, un matin, lucide enfin mais septuagénaire.
Commenter  J’apprécie          380
Corboland78Corboland78   27 juillet 2020
J’y ai pensé, je crois, dès le soir de septembre où vous vous êtes perdu ici. Un désir vague, une espèce d’appétit, à peine conscient d’abord, qui peu à peu… Je vous ai parlé de vos livres, il le fallait. Oui, bien sûr, je les aime ; mais j’en ai aimé d’autres, j’ai beaucoup lu, énormément, depuis que je vis aux Vieux-Gués. Avec les vôtres, il s’agit d’autre chose : une connivence, une harmonie préétablie, ne souriez pas, prédestinée, l’impression absurde et pourtant insistante, indiscutable que je les aurais… que je les avais écrits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
WyomingWyoming   29 juillet 2022
Il y a ainsi des moments qui marquent la trame de nos jours d'un signet ineffaçable, d'ailleurs inexplicablement.
Commenter  J’apprécie          270

Videos de Maurice Genevoix (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Genevoix
Alors que Joséphine Baker entrera au Panthéon le 30 novembre prochain, nous revenons sur ce que représente cette cérémonie dans l'histoire de la République française. Organisée en lieu et place d'une ancienne église catholique, et nécropole de la monarchie, la panthéonisation est aujourd'hui la célébration de la République, sacralisant à la fois les hommes et les idées des Lumières.
Victor Hugo, Marie Curie et Maurice Genevoix seront donc rejoints par Joséphine Baker. À travers toutes ses facettes - danseuse, chanteuse, résistante et militante pour les droits civiques - Joséphine Baker rassemble. Et si la personnalité a été choisie par Emmanuel Macron, elle rencontre peu d'opposition quand à son entrée dans le temple des Grands Hommes.
L'invité des Matins de France Culture. Comprendre le monde c'est déjà le transformer(07h40 - 08h00 - 26 Novembre 2021) Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : sologneVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2945 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre