AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757814161
672 pages
Éditeur : Points (07/04/2009)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Comment donner, dans une perspective libérale, un fondement légitime aux politiques de redistribution des richesses ? C'est ce que démontre John Rawls, professeur de philosophie à l'université d'Harvard, dans Théorie de la justice. D'après lui, le but de la justice sociale n'est pas l'égalisation des conditions, mais la promotion d'une plus grande mobilité sociale. Cet objectif exige la correction des inégalit&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Enroute
  25 mars 2020
Ce qui a été le plus marquant est la méthode que Rawls se propose d'appliquer pour mettre au point sa justice comme équité. Il s'agit de prétendre que réunir des personnes sans corps, sans peau, sans psychologie, sans âge, sans émotions ni sentiments, en un mot sans connaissance d'eux-mêmes, ni des autres, mais ayant les connaissances nécessaire en justice et économie, sachent s'accorder (car chacune aboutit au même résultat que les autres) par un raisonnement en quelque sorte "pur" (à la façon d'un ordinateur sans doute), sur la valeur première des prémisses proposées (et qui ne sont donc pas autrement justifiées). Il s'agit donc pour les lecteurs de s'accorder à penser que si un tel panel était réuni (dont il est dit qu'il est douteux que cela se puisse), celui-ci sélectionnerait les prémisses de Rawls parmi une liste proposée par lui. Cela ressemble à un choix imposé et à la méthode Coué : les lecteurs admettant la plausibilité de la fiction de Rawls justifiant la validité de ses thèses. Ce faisant, ni le lecteur ni Rawls n'ont à justifier leurs positions puisque ce sont des personnages imaginaires dont ils supposent ensemble qu'ils les justifient. Je n'ai pas saisi pourquoi Rawls ne proposait pas de faire lui-même l'expérience et pourquoi il ne revendiquait pas lui-même de la faire, sinon que cela l'exonère de justifier ses conclusions, bien arbitrairement énoncées. Dans l'ensemble, pour la première partie, il n'y a rien de bien fantastique, sinon que l'on reprend des phrases quotidiennes ou des pensées de tous les jours selon lesquels il faut que les riches et les puissants partagent et aident les pauvres et démunis (où il n'est pas indiqué ce qu'est un "don" de naissance ou en quoi les "défavorisés" se reconnaissent, ces données étant sans doute présentes dans l'imaginaire commun mais engageant une conception de la société bien tranchée - où il est également présupposé que l'on puisse mesure la quantité globale de satisfaction de la société puisqu'elle s'organise dans ce sens - sans que l'on ait de notions d'interactions avec l'extérieur ou les autres sociétés qui doivent bien en faire autant....). La "moralité" est elle aussi présupposée, sur des poncifs jamais remis en cause ni fondés mais énoncés comme des évidences indépassables - c'est pourtant là que se tient la difficulté justificatrice de principes de loi qui prétendent être justes tout en mêlant des considérations de l'ordre du "c'est bien", "c'est pas bien". Je n'ai donc pas du tout estimé le texte convaincant en quoi que ce soit qui reprend l'argumentaire de tant d'ouvrages matérialistes (il s'agit de distribuer les richesses et les biens primaires entre individus, les lignes sont bien rares sur le bien commun et ce qu'il pourrait être puisque tout ce à quoi la justice s'applique doit être par évidence partageable) qui reposent sur le "il me semble", "apparemment", "selon moi", "je ne vais pas détailler ce point", "il se pourrait que, mais je ne le prouverai pas", etc. ou encore les raisonnements par métaphores et images, les pseudo-expériences de pensée qui sont toujours des affabulations visant à rendre plausible par la création d'un scénario fictif ce que l'on ne se résout pas à démontrer. Très peu à extraire de ce texte sinon qu'il est sans doute écrit dans un contexte singulier dont il essaie de s'affranchir, puisqu'il est répété continûment qu'il faut s'opposer à l'utilitarisme. L'ouvrage en ce sens, se présente comme très progressif, ce qui laisse imaginer le type d'ouvrages auxquels il répond, mais justifie pour cela certainement, dans un contexte culturel donné, qu'on s'y intéresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
jfnoubel
  19 décembre 2013
Un livre d'une très grande rigueur et austérité qui permet de bien comprendre les fondements même de la justice, fondée sur les postulats les plus profonds qui nous habitent, et leurs conséquences sociétales.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
NonFiction   20 octobre 2011
Thierry Pech s’attache en effet à expliquer l’étendue du phénomène, à en comprendre les mécanismes et surtout à en montrer l’absurdité tant du point de vue économique que du point de vue politique puisqu’il met à mal les promesses de notre pacte républicain. Il le fait avec méthode et pédagogie en posant quelques questions-clés qui structurent son ouvrage.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (77) Voir plus Ajouter une citation
SotekSotek   03 juin 2013
[...] Dans une société juste, les libertés de base sont considérées comme irréversible et les droits garantis par la justice ne sont pas sujets à des marchandages politiques ni aux calculs d'intérêts sociaux
Commenter  J’apprécie          90
EnrouteEnroute   23 mars 2020
Une des raisons de cette procédure est que l’envie tend à détériorer la situation de chacun. En ce sens, elle est collectivement désavantageuse. Supposer son absence rient à supposer que, dans le choix des principes, les hommes pensent seulement à leur propre projet de vie qui se suffit à lui-même. Ils ont un sens solide de leur propre valeur si bien qu’ils n’ont aucun désir de renoncer à l’un de leurs objectifs dans l’espoir que les autres en aient par là même moins de possibilités pour réaliser les leurs. J’élaborerai une conception de la justice sur cette base pour en voir les conséquences. Ensuite, j’essaierai de monter que, lorsque les principes choisis sont mis en pratique, ils conduisent à de systèmes sociaux dans lesquels il est peu probable que l'envie ou d’autres sentiments destructeurs soient forts. La conception de la justice élimine les conditions qui donnent naissance à des attitudes perturbatrices. C’est pourquoi elle est stable en elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SotekSotek   03 juin 2013
[...] la justice interdit que la perte de liberté de certains puisse être justifiée par l'obtention, par d'autres, d'un plus grand bien.
Commenter  J’apprécie          120
EnrouteEnroute   23 mars 2020
Je pose ensuite que les partenaires [du voile d'ignorance] ignorent certaines types de faits particuliers. Tout d’abord, personne ne connaît sa place dans la société, sa position de classe ou son statut social ; personne ne connaît non plus ce qui lui échoit ans la répartition des atouts naturels et des capacités, c’est-à-dire son intelligence et sa force, et ainsi de suite. Chacun ignore sa propre conception du bien, les particularités de son projet rationnel de vie, ou même les traits particuliers de sa psychologie comme son aversion pour le risque ou sa propension à l’optimisme ou au pessimisme. En outre, je pose que les partenaires ne connaissent pas ce qui constitue le contexte particulier de leur propre société. C’est-à-dire qu’ils ignorent sa situation économique ou politique, ainsi que le niveau de civilisation et de culture qu’elle a pu atteindre. Les personnes dans la position originelle n’ont pas d’information qui leur permette de savoir à quelle génération elles appartiennent. Ces restrictions assez larges de l’information sont justifiées en partir par le fait que les questions de justice sociale se posent entre les générations autant que dans leur cadre, ainsi, par exemple, la question du juste taux d’épargne et celle de la préservation des ressources naturelles et de l’environnement. Il y a aussi, en théorie du moins, la question d’une politique génétique raisonnable Dans ces cas-là aussi, afin de mener à bien l’idée de la position originelle, les partenaires doivent ignorer les contingences qui les mettent en conflit. En choisissant des principes, ils doivent être prêts à vivre avec leurs conséquences, quelle que soit la génération à laquelle ils appartiennent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   23 mars 2020
… il est clair qu’une argumentation à partir de telles prémisses [de la position originelle] peut être entièrement déductive, comme dans le cas des théories politiques et économiques. Nous devrions tendre vers une sorte de géométrie morale, avec toute la rigueur connotée par cette expression. Malheureusement, le raisonnement que je présenterai restera bien en deça de cet idéal, dans la mesure où il est largement intuitif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : philosophie politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
332 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre