AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782205073256
704 pages
Dargaud (23/01/2015)
3.47/5   15 notes
Résumé :
Les 4 tomes de l'Affaires des affaires réunis en intégrale : (re)découvrez le combat acharné de Denis Robert dans les bas-fonds des paradis fiscaux. Pendant 10 ans et d'innombrables procès, Denis Robert a été poursuivi par Clearstream jusqu'à ce que le 3 février 2011, la cour de cassation annule les condamnations précédentes et juge l'enquête du journaliste sérieuse et documentée. C'est ce combat, dans les bas-fonds des paradis fiscaux, qui est raconté. Formidable t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Babelcoyo
  21 décembre 2020
Passons tout de suite sur le fait que tout cela se lit très bien, comme un polar. La forme est donc d'une efficacité redoutable... à première vue. Connaissant en partie le milieu et la société dans lesquels Denis Robert a mené ses investigations, j'ai toujours eu un à priori positif sur ce journaliste et sur l'enquête en question qui ne me semblait rien moins que légitime. Car oui, les milieux financiers sont opaques et proposent, comme unique source de régulation, la "main invisible des marchés", ce dont une démocratie ne saurait se contenter. Mais en même temps, je suspectais ce côté grandiloquent et "seul-contre-tous" sans vraiment m'en émouvoir, car tel Albert Londres, le journaliste doit aussi savoir gratter, dénoncer, quitte parfois à énerver. Cependant, à la lecture de cet ouvrage, je comprends pourquoi Denis Robert s'est effectivement retrouvé en rupture de ban : la démarche est salvatrice mais les moyens sont parfois contestables (notamment ces lettres qu'il échange pour menacer indirectement ces interlocuteurs capricieux) et les intentions, qui manquent de nuance, ne semblent pas si désintéressées que cela. Cette mise en scène permanente de lui-même, ce manque de sobriété finissent par agacer en plaçant le sujet (les chambres de compensation) en second plan, sujet qui devrait en toute logique rester plus important que l'enquêteur se présentant bien trop souvent comme le seul personnage omniscient de l'affaire, celui qui aurait (presque) tout compris à ses aspects politico-mediatico-financiers (sans pourtant les formuler clairement). On est donc finalement bien loin d'une noble distanciation et d'une analyse objective (si ce mot a encore un sens) telles qu'on peut les retrouver dans les reportages de Joe Sacco, qui lui aussi se met pourtant en scène mais par petites touches, pour donner plus de légèreté au récit. de fait, Denis Robert lui, avance à pas d'éléphant et parle beaucoup mais ne dit pas toujours grand chose. Il faut donc attendre 300 pages pour commencer à entrer dans le dossier technique de l'affaire, et encore sous la forme de formules chocs à la limite du slogan publicitaire, si bien que tout cela semble survolé : ni les produits financiers, ni les acteurs, ni les procédés (pourtant pas si compliqués) de ces back-offices n'étant décrits (réglement/livraison, courtage, appels de marge, etc). La recherche de sensationnel est trop visible, notamment dans la façon dont les protagonistes politiques sont caricaturés (Sarkozy éructant éternellement, par exemple, comme une image éculée). Et alors que l'on pense enfin aborder le coeur du système financier, la "machination" débute avec l'apparition d'Imad Lahoud, et ce second volet de l'affaire n'a dès lors plus rien à voir avec les banques et leur fonctionnement, chose sur laquelle malheureusement les journalistes semblent ne pas enquêter suffisamment. Si bien que cette première affaire, qui relève pourtant du plus pur journalisme, n'est plus qu'un détail de l'histoire (une note de bas de page dirait Sacco), et si l'auteur semble s'en désoler lui-même, il devient pourtant le complice passif de cette dérive. Cette histoire se transforme alors en un vaudeville confus où les coupables de cette manipulation sont trouvés par défaut et pour des raisons qui nous échappent toujours, le mensonge de Lahoud n'étant que la conséquence inexpliquée de la volonté d'un commanditaire non identifié (la DGSE, de Villepin, un personnage n'apparaissant pas dans l'affaire, etc). La dernière page laisse finalement place à un sentiment d'incrédulité et de fascination devant ce feu de paille à l'origine de tant d'énergie dépensée, devant tant de procédures judiciaires menées sur la base de ce qui semblait être des faits mais qui ce sont révélés être des fantasmes ou des demi-vérités assénées par un individu ayant accès à suffisamment d'espace éditorial pour faire naître le doute chez ces confrères (ce qui ne surprend pas vraiment) mais aussi dans la classe politique (ce qui surprend de moins en moins dans les dossiers techniques) et dans l'institution judiciaire (ce qui inquiète davantage) et donc dans l'opinion publique. Peut-être Denis Robert a-t-il raison, mais le procédé est trop bancal pour rendre cette enquête crédible et honnête, au-dessus de tout soupçon et la forme se retourne contre l'auteur qu'on suspecte de se réjouir d'être devenu le poil à gratter éphémère de la République. Tout ceci finit par le décrédibiliser et explique que la réaction de ces confrères n'est pas exactement sans fondement. Si cet ouvrage est intéressant, c'est davantage dans le sens de ce qu'a formulé, entre autres oeuvres, le récent film de David Fincher, Gone Girl : une critique des dérives de l'emballement médiatique, de ce story-telling abusif dont les médias sont prisonniers et dont Denis Robert devient malheureusement la caricature, même (surtout ?) quand il cherche à s'en défendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Arthemyce
  18 février 2019
Bon, je ne suis pas un vétéran du Polar… Encore moins sous forme de BD… Celle-ci aura été un sacré marathon, effréné quand on considère le thème : les arcanes de la finance mondialisée. On imagine aisément plus exotique... Il est bien question de « Paradis » par moment, mais fiscaux ceux-là.
Il faut être sacrément accroché pour suivre ce pavé. Très dense, complexe ; enrichi par de multiples personnages et faits réels, enchevêtrés les uns aux autres ; agrémenté d'un jargon qui frise parfois le secret d'initié : on s'y croit – on y est : au coeur de l'Affaire des Affaires.
Pendant près de 10 ans, Denis ROBERT aura vécu au fil des convocations en justice, perquisitions et autres joyeusetés du genre en parallèle de ses diverses enquêtes ; dans un univers flou, en mouvement perpétuel, ne pouvant compter que sur lui-même, solidement harnaché à son désir impérieux : comprendre.
Comprendre comment, pour qui, pour quoi ?
Comprendre les méandres de la finance, ses zones d'ombres - voire occultes - à coup sûr occultées du plus grand nombre.
Dynamique, le récit – à l'instar de Denis ROBERT – ne manque pas de fougue, notamment dans sa structure. Les flash-backs et ellipses y sont monnaie courante et malgré les repères distillés tout au long des chapitres, un certain niveau de concentration est nécessaire pour ne pas perdre le fil – je recommande d'ailleurs à cet égard de ne pas trop espacer les phases de lecture.
Malgré le Noir & Blanc intégral, très immersif, tous les personnages sont haut en couleurs. Qu'il s'agisse de Denis ROBERT lui-même, de son entourage ou encore des politiciens et autres sbires des hautes-sphères, on ressent la personnalité de chacun vibrer, aussi bien via l'expression des traits que par les dialogues. On a envie de faire confiance à Denis à ce sujet… En tout cas, beaucoup plus qu'à ses opposants, dont la probité est sans doute inversement proportionnelle à la teneur de leurs lignes de comptes (non-publiées cela va sans dire).
Avant d'entamer ce recueil, je ne connaissais Mr. ROBERT que de nom et Clearstream n'évoquait chez moi qu'un scandale financier parmi (tant) d'autres – ce qui en soit est triste : ceux-ci devraient nous indigner et non nous résigner. C'est un des vendeurs de ma librairie préférée à BXL qui, m'ayant vu écumer les étagères Economie et Société, m'aura lancé le défi après m'avoir mis l'eau à la bouche.
Aucun regret. Merci.
Je ne saurai pas à qui conseiller cet ouvrage (35€ tout de même – pour l'équivalent de 4 Tomes totalisant environ 700 pages). Il faut à mon sens être bien determiné et disposer d'une petite culture du milieu financier pour avoir le courage de se plonger dans une telle épopée. En revanche, une fois lancé, difficile d'arrêter…
La réalité, une fois encore, enterre la fiction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (2)
Actualitte   10 mars 2015
La lecture de l'ouvrage n'est pas aisée étant donné les innombrables protagonistes, mais le jeu en vaut clairement la chandelle.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Culturebox   13 février 2015
L’enchaînement des événements. Il est vrai que porté à son paroxysme, comme ce fut le cas dans Clearstream, l’événement peut vous enchaîner. En racontant les années de son combat, avec pour finir en page 692 la publication in extenso de l’arrêt libérateur de la cour de cassation, Denis Robert expose le chemin de sa libération.
Lire la critique sur le site : Culturebox

Videos de Denis Robert (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Robert
Denis Robert présente Larry Fink et Blackrock : instructif.
autres livres classés : journalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura