AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9780441654307
Le Livre de Poche (14/03/2008)
3.57/5   92 notes
Résumé :
Si la reine Elisabeth Ière avait péri en 1588 sous le couteau d'un assassin, si l'Invincible Armada avait triomphé de la tempête et vaincu, l'histoire aurait suivi un autre cours où la Papauté l'aurait emporté et où le progrès technique aurait été condamné comme démoniaque.

Au XXe siècle, des locomotives à vapeur tirant jusqu'à cinq wagons disputent les routes aux cavaliers ; les nouvelles sont transmises par des réseaux de sémaphores ; on chasse les ... >Voir plus
Que lire après PavaneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Ce chef-d'oeuvre de l'uchronie est édité dans une collection SF. Pourtant, nul vaisseau spatial, nul robot, nul extraterrestre ici. le seul référent SF, c'est le mot "SI". En effet, une uchronie tente de décrire une Histoire différente. SI, par exemple, il n'y avait pas eu les attentats du 11 septembre 2001 ... Que faisiez-vous ce jour-là ? Cet évènement a-t-il changé ou perturbé vos activités, votre futur, qui est maintenant votre passé ? ... Je vous laisse imaginer la suite. Il s'agit donc ici de l'Histoire d'un monde parallèlle. Qui dit "monde parallèlle" dit SF. C.Q.F.D.
Une uchronie peut raconter son Histoire différente d'une façon linéaire, à partir d'un moment ponctuel, comme dans "Le Maître du Haut-Château", de P.K. Dick, dont le récit se déroule dans un monde où les nazis et les japonais ont gagnés la 2ème Guerre Mondiale.
Dans "Pavane", les points de départ sont l'assassinat d'Elizabeth 1ère d'Angleterre, la Reine Vierge, ce qui a failli arriver dans notre Histoire et la victoire de l'Invincible Armada de Philippe II d'Espagne, au lieu que celle-ci sombre dans la tempête.
Le récit lui-même se déroule au 20ème siècle, de 1968 au milieu des années 1980, soit environ 400 ans après la divergence historique d'avec notre monde.
Les 6 nouvelles peuvent se lire indépendamment, après avoir lu le prologue, qui est un résumé des 4 siècles écoulés avant les temps où se déroulent les récits. Celles-ci décrivent la vie dans un environnement totalement différent du nôtre. En filigrane apparaissent des personnages récurrents : la famille Strange et les Anciens.
Enfin, le coda nous donne l'explication du maintien de cette Société dans la féodalité.
Longtemps plus tard, un descendant des Anciens retourne sur les lieux où se sont déroulés ces faits. Lui, il vit dans un monde presque semblable au nôtre où il y a des centrales nucléaires, des hovercrafts, des monorails ... mais sans guerres mondiales.
Ces nouvelles sont écrites dans un style littéraire de haute-volée, qui soutient largement la comparaison avec des oeuvres classiques, notamment sur les plans poétiques, dramatiques et de description des sentiments humains. Ecriture lente, ciselée et qui nous fait vite oublier que nous sommes dans un monde parallèlle.
Alors, bien sûr, il est dommage que cette oeuvre soit dans une collection clairement estampillée SF, de laquelle se détourne la plupart des lecteurs lambdas.
Mais c'est là le sort commun aux auteurs de SF, les bons comme les mauvais.
Commenter  J’apprécie          80
Ce livre se compose en fait de différents chapitres qui peuvent être lus indépendamment les uns des autres. Ce n'est qu'au cours de la lecture (et pour moi au 4e ou 5e chapitre....) qu'on aperçoit des liens entre les histoires, et que finalement tout se retrouve lié.
Ce n'est en aucun cas le récit épique d'un hypothétique "et si...". Il s'agit plutôt de décrire par petites touches une ambiance, un monde, dominé par le catholicisme. L'inquisition existe toujours, et l'Angle-Terre est soumise à ses règles impitoyables.
Mais on perçoit aussi, à la limite de la conscience de certains personnages, la possibilité d'un autre monde, l'Ancien Monde..
Ce roman a été une surprise, et je ne sais pas encore qu'en penser. cependant, je l'ai lu d'une traite, et pendant ma lecture je pensais à Lovecraft: même façon de faire se chevaucher les mondes et de suggérer qu'il y a quelque chose d'autre, derrière la porte ou plus loin.
Bref, je suis restée sur ma faim, mais l'écriture m'a accrochée.

Commenter  J’apprécie          90
Voici une histoire déroutante et différente de celle qui figure dans les manuels, pourtant ailleurs quelque part outre-temps au creux d'un monde parallèle qu'il nous reste à trouver, des gens peut-être la vivent.
En 1588 la reine Elizabeth I d'Angleterre a été assassinée, l'invincible armada espagnole n'a pas été vaincue et le pape siège à Londres qui est devenue Londinium. Sur les routes circulent des locomotives et les messages sont transmis par des sémaphores...Mais dans les châteaux se prépare la revanche de la science soutenue par l'électricité et la chimie.
Ce livre est un excellent roman d'Uchronie écrit par un des pères de la SF américaine. A lire absolument.
Commenter  J’apprécie          101
Et si, et si, la marine espagnole aurait gagné sur celle des Anglais à Trafalgar, la face du monde aurait changé.

Une des meilleurs uchronies que j'ai jamais lue. Point du changement : c'est la marine espagnole qui a gagné contre la marine anglaise, conduite par l'amiral Nelson. Et, à partir de ce moment, l'auteur élabore une histoire très différente de celle que l'on connaît. Et comme l'Espagne appuyait la papauté, on s'est retrouvé avec une mise au ban du progrès technique. Et le xxième siècle est loin de ressembler au notre.

J'ai beaucoup apprécié pour ma part.
Commenter  J’apprécie          60
En 1588, la reine Élisabeth a été assassinée et, dans le même temps, l'Invincible Armada a triomphé de la flotte anglaise. de nos jours, en 1988, l'autorité de l'église catholique s'étend sur la presque totalité du monde, y compris l'Angleterre et sa colonie l'Amérique, freinant assidument tout progrès industriel qui est définitivement stoppé au niveau de la machine à vapeur.

Dès que j'ai lu cette quatrième de couverture, j'ai été alléchée par cette uchronie / dystopie qui analyse l'influence de la religion sur la société : toute notion de progrès est proscrite, les gens vivent comme au Moyen-âge avec des dîmes à verser à l'Église, les châteaux tiennent encore debout. Bref le postulat de l'auteur est clair : religion = féodalité.
Pourtant, petit à petit, des poches de rébellion se forment et la modernité entre malgré tout en Angleterre, remettant irrésistiblement en cause les fondements de l'État catholique, rétrograde et technophobe.

J'ai d'abord été déstabilisée par la forme de ce que je croyais être un roman : 6 récits qui n'ont pas de rapport les uns avec les autres – mais qui prennent malgré tout sens à la fin -, aucun personnage en commun. Je m'attendais donc chapitre après chapitre à comprendre où l'auteur voulait en venir, mais sans y parvenir … Honte à moi (mais cela aurait pu être précisé dans une préface ou dans la quatrième de couverture), c'est en cherchant des informations pour cet article que j'ai appris qu'en réalité Keith Roberts – reconnu comme un grand écrivain de science-fiction – avait publié son oeuvre sous forme de 6 nouvelles dans une revue américaine.

Ce qui change – à mon sens – toute la lecture de ce texte, et m'a gâché cette expérience puisque j'attendais à tout moment que les récits se rejoignent et que j'ai fini par rester sur ma faim …
Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Par une chaude soirée de juillet en l'an 1588, dans le palais royal de Greenwich, aux portes de Londres, une femme se mourait ; dans sa poitrine, dans son abdomen, les balles d'un assassin. Son visage était ridé, ses dents noircies, et la mort ne lui prêtait nulle dignité. Mais l'écho de son dernier soupir fit trembler tout un hémisphère.
Élisabeth Première, la grande Élisabeth, reine d'Angleterre n'était plus.
La rage des anglais ne connut pas de bornes. Un seul mot, un murmure, suffisait ; un jeune benêt, mis en pièces par la foule, appelait sur lui la bénédiction du Pape...Les catholiques anglais, saignés à blanc par les amendes, portant toujours le deuil de la reine d’Écosse, n'ayant pas oublié le sanglant soulèvement du nord, durent faire face à de nouveaux pogroms.
A contrecœur, pour assurer leur survie, ils prirent les armes contre leurs compatriotes, tandis que l'incendie allumé par les massacres de Walsingham s'étendait à tout le pays, mêlant à la lumière des feux d'alarme les sombres flammes des autodafés.
La nouvelle parvint à Paris, à Rome, jusqu'à l'étrange forteresse de l'Escurial, où Philippe II songeait toujours à sa campagne d'Angleterre...
(extrait du prologue)
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (240) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4850 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}