AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782711801114
427 pages
Éditeur : Réunion des Musées Nationaux (01/01/1979)
4.12/5   8 notes
Résumé :
Les peintres du XVIIIe français étaient sensibles à l’amusement, le plaisir, à l’élégance et au gracieux. Ils ne se prenaient pas au sérieux. Rire et sourire étaient de règle. La gravité n’était guère de bon goût. Chardin, lui, cherchait infatigablement la perfection. Il ne savait pas peindre le mouvement et sut transformer cette faiblesse en une force.

Chardin se place parmi les peintres de génie du XVIIIe s. (comme au XVIIe siècle, Rembrandt, Carava... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
SZRAMOWO
  28 mai 2015
« Il y a au Salon plusieurs petits tableaux de Chardin ; ils représentent presque tous des fruits avec les accessoires d'un repas. C'est la nature même ; les objets sont hors de la toile et d'une vérité à tromper les yeux. Celui qu'on voit en montant l'escalier mérite surtout l'attention. L'artiste a placé sur une table un vase de vieille porcelaine de la Chine, deux biscuits, un bocal rempli d'olives, une corbeille de fruits, deux verres à moitié pleins de vin, une bigarade avec un pâté. Pour regarder les tableaux des autres, il semble que j'aie besoin de me faire des yeux ; pour voir ceux de Chardin, je n'ai qu'à garder ceux que la nature m'a donnés et m'en bien servir. C'est que ce vase de porcelaine est de la porcelaine ; c'est que ces olives sont réellement séparées de l'oeil par l'eau dans laquelle elles nagent ; c'est qu'il n'y a qu'à prendre ces biscuits et les manger, cette bigarade l'ouvrir et la presser, ce verre de vin et le boire, ces fruits et les peler, ce pâté et y mettre le couteau. C'est celui-ci qui entend l'harmonie des couleurs et des reflets. O Chardin ! Ce n'est pas du blanc, du rouge, du noir que tu broies sur ta palette : c'est la substance même des objets, c'est l'air et la lumière que tu prends à la pointe de ton pinceau et que tu attaches sur la toile. » (Denis Diderot, Salon de 1763, dans Salons).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MonCharivariLitteraire
  01 mars 2018
Excellent livre de la collection Découverte Gallimard sur Chardin. le livre est didactique, bien organisé, bien documenté et explique parfaitement l'organisation du monde de la peinture de l'époque. Il est aussi richement illustré.
Les auteurs nous présente le peintre et son oeuvre avec talent. Ils parviennent à nous communiquer la sensibilité et la beauté de ces natures mortes délicates. Ils nous donnent envie d'aller admirer ses oeuvres de Visu et de nous renseigner encore plus sur son art.
Excellent livre!
Commenter  J’apprécie          10
claudeparis
  15 mars 2014
Jean-Baptiste Chardin est admis à l'Académie royale de peinture et de sculpture en tant que peintre de natures mortes. Ses morceaux de réception ont été "le Buffet" et "la Raie", peintes peu de temps auparavant. "La Raie", suscitera beaucoup d'admiration chez des artistes tels que Cézanne ou Matisse. Chardin apporte en effet un certain renouveau dans le genre de la nature morte en confrontant l'objet sans vie à la présence animale, le tout dépeint sous un jeu de lumière valorisant.
Commenter  J’apprécie          01
Eurisko
  14 septembre 2019
Comme tous le livres de la collection Découvertes Gallimard,
cet exemplaire sur le peintre Chardin est clair, richement illustré et fort explicatif sur l'évolution du peintre et de son art.
Le livre est concis, mais on y trouve l'essentiel pour se documenter et en apprendre un maximum.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
claudeparisclaudeparis   15 mars 2014
"C'est que ce vase de porcelaine est de la porcelaine ; c'est que ces olives sont vraiment séparées de l'oeil par l'eau dans laquelle elles nagent, c'est qu'il n'y a qu'à prendre ces biscuits et les manger, cette bigarade l'ouvrir et la presser, ce verre de vin et le boire, ces fruits et les peler, ce pâté et y mettre le couteau.
C'est celui-ci qui entend l'harmonie des couleurs et des reflets. O Chardin ! Ce n'est pas du blanc, du rouge, du noir que tu broies sur ta palette : c'est la substance même des objets, c'est l'air et la lumière que tu prends à la pointe de ton pinceau et que tu attaches sur la toile.
(Diderot contemplant le "Le Bocal d'olives"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SZRAMOWOSZRAMOWO   28 mai 2015
« Chardin a peint des natures mortes qui comptent, avec celles de Cézanne, parmi les plus belles de toute l’histoire de la peinture française ; ses scènes de genre allient l’élégance et le raffinement du XVIIIe siècle à une rare profondeur de sentiment, et dans ses quelques portraits au pastel, la perfection technique est mise au service d’une acuité psychologique sans concession. Maître de la vie silencieuse, il contribua au triomphe de la nature morte qu’il affranchit de la dictature académique de la hiérarchie des genres.
Chardin fut aussi le peintre des scènes de la vie familiale. Ses tableaux à figures ont pour modèles de prédilection les femmes, les adolescents et les enfants. Il réduit à l’essentiel ce qu’il voit. Sans jamais oublier de laisser percer sa compréhension, sa compassion, sa tendresse pour ce monde de l’enfance dont il aura été un des plus grands poètes. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
claudeparisclaudeparis   15 mars 2014
Dans son essai sur la vie de M. Chardin (1780), Cochin indique que "l'artiste repeignait ses tableaux jusqu'à ce qu'il fût parvenu à cette rupture de tons que produit l'éloignement de l'objet et les renvois de tous ceux qui l'environnent et qu'enfin il eût obtenu cet accord magique qui l'a si supérieurement distingué".
Commenter  J’apprécie          60
claudeparisclaudeparis   15 mars 2014
Un contemporain de Chardin rapporte l'anecdote suivante : Chardin faisant remarquer à un de ses amis peintres, Joseph Aved (1702-1766), qu'une somme d'argent même assez faible était toujours bonne à prendre pour un portrait commandé quand l'artiste n'était pas très connu, Aved lui aurait répondu "Oui, si un portrait était aussi facile à faire qu'un cervelas".
Commenter  J’apprécie          40
claudeparisclaudeparis   15 mars 2014
"Il place ses couleurs l'une après l'autre sans presque les mêler de sorte que son ouvrage ressemble un peu à la mosaïque de pièces de rapport, comme la tapisserie faite à l'aiguille qu'on appelle point carré".
Commenter  J’apprécie          50

Video de Pierre Rosenberg (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Rosenberg
Initiée dans les années 1970 par Louis-Antoine et Véronique Prat, cette collection est devenue l'un des ensembles privés de dessins parmi les plus prestigieux au monde.
La collection Prat se concentre sur l'illustration de l'école française avant 1900, et constitue un survol particulièrement représentatif de trois siècles d'art français, de Callot à Seurat. Les deux amateurs ont toujours privilégié dans leurs choix des oeuvres très significatives du point de vue de l'histoire de l'art, et certains de leurs plus fameux dessins sont liés à la genèse d'oeuvres de la peinture française : décors de Versailles par le Brun, Coypel ou La Fosse, Douleur d'Andromaque de David, Songe d'Ossian d'Ingres ou Famille Belleli de Degas. Les dessins de Poussin, Watteau, Prud'hon, Delacroix, Gros, Millet, Redon, Cézanne ou Toulouse-Lautrec de cette collection sont certainement parmi les plus importants. La collection comprend également des chefs-d'oeuvre d'artistes encore oubliés naguère, mais à qui l'histoire de l'art restitue peu à peu leur place, tels La Hyre, Restout, Vincent, Peyron, Girodet, Doré ou Gustave Moreau.
Exposition organisée avec la Collection Prat
Commissariat :
Pierre Rosenberg, président-directeur honoraire du musée du Louvre Christophe Leribault, directeur du Petit Palais
+ Lire la suite
autres livres classés : peintureVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
828 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre