AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782742768431
468 pages
Éditeur : Actes Sud (19/06/2007)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Soleils barbares introduit le lecteur au cœur du Ve siècle de notre ère, période charnière où les derniers vestiges de l'Empire romain disparaissent ou basculent dans le Moyen Age. A Carthage, Fusca l'Ethiopienne, la belle païenne qui croit aux horoscopes, se convertit au christianisme pour épouser celui qui l'aime. Mais à peine le baptême est-il célébré qu'elle est, avec d'autres catholiques, arrêtée et bientôt vendue comme esclave à une tribu nomade. Ce n'est que ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  28 janvier 2018
D'accord, là ça cause, là on n'est pas dans du peplum "by Kate Quinn" où vous trouvez une note de bas de page pour vous expliquer ce qu'est une toge. Là, on a du niveau, du vrai, avec une documentation étayée par une vraie érudition et un travail d'historien, et non par deux clics sur Wikipédia. Et là, on a aussi du niveau côté romancier, avec un vrai style, un vrai vocabulaire et des évocations précises des civilisations (gallo-)romaines. Avec "Soleils barbares" de Norbert Rouland, on chemine dans les sphères d'Henryk Sienkiewicz et de Lewis Wallace, là, on y est pour de bon dans l'Empire Romain déclinant ; et lorsque l'auteur renvoie son lecteur à des notes (enrichissantes et documentées), elles sont en fin de volume, réunies dans un cahier de trente pages où sont cités Aristote, Juvénal, Ovide, Pétrone et leurs petits copains. Bref, là, on est dans du vrai roman historique et ça fait du bien !
Fin du Vème siècle, alors que les peuples barbares ont fait vaciller Rome sur ses bases de plus en plus affaiblies, nous suivons les destinées, au Nord, en Aquitaine, à Tolosa (actuelle Toulouse), de Marcus, propriétaire gallo-romain qui s'accommode tant bien que mal de l'occupation wisigothique, et reste méfiant vis-à-vis des Chrétiens, ariens ou catholiques ; et au Sud, à Carthage, dans l'actuelle Libye envahie et occupée par les Vandales, celle de Fusca, la jeune et belle Éthiopienne à la peau d'ébène, amatrice d'horoscopes et de courses de chevaux.
Avec une verve savoureuse aux descriptions précises et dépaysantes, l'auteur nous entraîne dans une formidable épopée aventureuse à l'époque charnière de la chute de l'Empire Romain d'Occident qui ouvre la voie au Haut Moyen-Age mérovingien. Une époque obscure et violente peu traitée en littérature et qu'il parvient pourtant à rendre aussi vivante que palpitante. Luttes politiques, conciles et persécutions religieuses, traversée du Sahara, épidémies et superstitions, et j'en passe, la narration est dense. Je ressors de cette lecture avec de nouvelles connaissances aussi fiables que passionnantes. Moi qui désespérais de retrouver un romancier capable de m'intéresser à nouveau à l'Antiquité, je suis pleinement récompensée de ma persévérance.
Un roman somptueux et violent.

Challenge MULTI-DÉFIS 2018
Challenge 1914 / 1989 - Edition 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          496
ChaK_
  22 octobre 2018
Acheté complètement au pif après un commentaire amazon, j'ai attaqué ce livre de manière totalement neutre, je savais à peine de quoi il parlait et... bonne claque, du très haut niveau en terme de roman historique.
L'histoire, qui mérite tout juste la peine d'être conté, est celle d'une jeune noire d'Afrique, résidant à Carthage vers ~460, qui se voit par la force des chose ballotée un peu partout dans le monde occidental. L'histoire n'est la que pour placer dans le texte les immenses connaissances de l'auteur et chaque nouvelle scène nous permet d'en apprendre plus sur ce monde terrible de l'Antiquité tardive.
Le monde dans lequel nous plonge M. Rouland est celui d'une violence terrible, de guerre de la chrétienté féroce et de misère sociale énorme. le voyage de la jeune "éthiopienne" (nom générique pour les noirs) nous promène dans cet univers exceptionnellement décris, des jeux du cirques de Carthage, au trafic d'esclave au Maghreb. de l'Aquitaine Goth à la Belgique des Francs. de nombreuses scène de la vie courantes sont représentées. Dépaysement assuré.
En toile de fond les guerres de clans et de religions. les Wisigoths ariens d'aquitaine, qui tentent de s'integrer dans le moule Romains, les terribles vandales, impitoyage, arien également qui font une chasse horrible aux Homoousiens (catho en gros) en Afrique du nord, les Francs qui débarquent et tentent de se faire une place au soleil tout en cherchant à affirmer leur loyauté à l'Empire. Et bien sûr les romains, qui tentent de garder la tête hors de l'eau. C'est ADMIRABLEMENT écrit, d'une justesse et d'une qualité rare. A lire ça respire la saleté, la boue, la misère. Mais aussi les tentatives de faste de ces rois "barbares", le sable ou que sais-je encore. Bref le travail de fond est gigantesque.
Ce qui l'est encore plus c'est la dose d'annotation en fin du bouquin. Environ 40 pages d'informations en barre qui justifient TOUT. Les scènes, le cadre géopolitique, les pratiques... tout ce qui pourrait paraitre fantasque est analysé. le peu de fois ou l'auteur prend une liberté vis à vis d'une chose Historique pour les besoins scénaristiques il le dit, et explique la vérité quand à la chose. C'est une véritable petite encyclopédie, et moi qui déteste les annotations en général j'ai trouvé celles ci absolument passionnantes (bien que parfois un chouilla longues, et surtout écrite en taille 2), et qui renforcent le livre dans sa crédibilité.
Le style d'écriture est un peu plus savant que la moyenne, c'est un chouilla moins fluide qu'une roman lambda à cause du vocabulaire et parfois de l'écriture légèrement poétique, mais ça se lit avec grand plaisir, et même si parfois il faut relire un passage pour mieux comprendre le travail d'écriture c'est agréable.
Si je devais donner un défaut je dirais un démarrage un peu lent, les 120 premières pages mettent en place le contexte et divers protagoniste, sans qu'on puisse faire de lien direct, et c'est assez destabilisant ne sachant pas ou veux en venir la trame.... et UN petit hic scénaristique qui m'a déplu, mais rien de rédhibitoire.
Bref, un excellent roman, extrêmement bien documenté, avec une force d'immersion indéniable. A lire si les barbares vous intéressent, même si les goths sont plus ou moins fixé dans l'empire à l'aube du moyen age.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Malachite
  03 juin 2019
Une pépite dans le genre historique !
Les décennies qui précèdent la chute de l'Empire romain d'Occident sont peu connues du grand public, et de la littérature plus encore.
Soleils barbares est une fiction historique qui retrace les aventures (ou plutôt mésaventures) de plusieurs personnages d'origines et de classes sociales différentes. Dans un contexte politique tendu sur le territoire de l'Empire romain (qui s'étend de la Grande-Bretagne au bassin Levantin en passant par le Sahara, avec la division entre l'Empire d'Occident et l'Empire d'Orient), auquel s'ajoute des querelles religieuses autour de la personne du Christ (conflit entre arianisme et catholicisme), c'est un véritable capharnaüm de peuples qui cherchent tous à s'établir durablement sur un même territoire. Les Romains, les Maures, les Wisigoths, les Vandales... Et cela rime avec esclavagisme, famines et crises politico-religieuses. Dur Ve siècle…
Ce n'est pas dans les passages d'action ou les dialogues que j'ai le plus apprécié le style de l'auteur, mais dans ses descriptions, qui sont loin d'être ennuyantes ! Qu'il décrive un personnage, un paysage ou l'ambiance d'un lieu, on est totalement embarqué dans sa narration, qui immerge vraiment le lecteur dans son monde.
Certains apprécieront les chapitres mettant en scène le contexte, nécessaires pour comprendre l'intrigue (par exemple les passages traitant de l'antagonisme entre les chrétiens ariens et les chrétiens catholiques ou encore des enjeux politiques entre les Romains et les différents peuples « barbares »), d'autres moins. Personnellement, le style de narration étant fluide, cela ne m'a aucunement dérangé, bien au contraire j'ai enrichi avec plaisir ma culture générale, car pour être honnête, j'ai plus appris sur cette période historique avec ce livre que durant mes deux années d'histoire à l'université !
Soleils barbares fut pour moi une belle découverte, que je conseille à tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de l'Occident et du Nord de l'Afrique, ou qui veulent se laisser tenter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
octaveD
  31 janvier 2019
Sans aucun doute Norbert Rouland est un érudit de cette période. Il nous fait découvrir les Vandales de Carthage, les Wisigoths de Toulouse, les Gallo-Romains de Narbonne, les nomades du désert des Sahraouis, les Francs de Tournai, les Romains de la fin de l'empire au 5e siècle, les religions et les croyances de l'époque etc etc... Tout cela est extrêmement passionnant.
Mais, perso, dans un roman c'est l'intrigue que j'aime le plus. Ici le scénario est vraiment trés léger. Fusca la belle éthiopienne, ou Marcus le notable gallo-romain, font tout ce qu'ils peuvent pour nous intéresser à leurs aventures du Maroc à la Belgique en passant par l'Aquitaine. Mais hélas, ils ne sont guère soutenus par l'auteur qui préfère les descriptions socio-historiques aux regards envoutants de son héroïne. Fusca ne le sait que trop bien...
Je reste sur ma faim, mais j'ai bien aimé quand même: 3,5.
Commenter  J’apprécie          30
mimi09
  18 avril 2019
Roman "coup de coeur " de ma bibliothécaire que je ne regrette pas d'avoir emprunté...
L'écrivain nous emmène au Vème siècle à la rencontre des populations vivants à cette période, mélange de culture suite aux invasions barbares et mélange de croyance. L'histoire romanesque n'est pas assez détaillée à mon avis, les personnages sont survolés mais c'est prenant avec tous les détails historiques.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MalachiteMalachite   01 juin 2019
Les soldats continuaient à pourchasser quelques prêtres, lorsque Geiseric leur ordonna enfin de reformer leurs rangs. Sans attendre que les évêques aient repris leurs forces, il leur enjoignit de se remettre debout : Relevez-vous, hérétiques et persécuteurs de la vraie foi ! Vous êtes l'incarnation du Mal, l'Antéchrist annoncé par les Écritures. Nous sommes venus à vous animés du désir sincère de vous convaincre par la douceur et par la parole de renoncer à vos erreurs, mais vous nous avez agressés et insultés, vous avez blasphémé dans notre église. Vous êtes des arbres stériles, et je vous maudit comme le Christ a maudit le figuier sans fruits. Nous sommes l'Eglise des Parfaits et des Saints, et nous ne la laisserons pas souiller par les puissances démoniaques qui vous habitent ! Je fermerai vos églises et vous disperserai, vous qui égarez le peuple des chrétiens. Les soleils barbares se sont levés sur l'Empire et illuminent de la lumière de la vraie foi. Puisque vous êtes à Satan, je vous ferai conduire où il se plaît. Il est le Seigneur des lieux arides et pierreux, des montages desséchées et brûlantes. Je vous livre au désert, où le démon forge ses armes contre les hommes en recueillant dans ses mains la lumière brûlante du soleil. Vous entendrez sonner le marteau de Satan, et votre tête éclatera !

Sentence de Geiseric, roi arien des Vandales aux catholiques de Carthage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
Gwen21Gwen21   29 janvier 2018
Flavinius retint un soupir, posa sa main sur le bras de son ami. Chacun de nous a un destin qui lui est tracé, dit-il, un destin qu'il ne peut guère modifier. La sagesse consiste à remercier les dieux de la part de bonheur que cela comporte toujours, et à donner un sens à celle du malheur. Nous ne devons pas nous rebeller contre ce qui échappe à nos volontés.
Commenter  J’apprécie          120
Gwen21Gwen21   28 janvier 2018
Caïus faisait partie des hommes à pied. Il ne recevrait sa monture que lorsqu'Arnolf l'en jugerait digne. Car le cheval était pour les Francs un animal sacré. Non seulement il conduisait le guerrier à la victoire, mais le martèlement de ses sabots sur le sol passait pour féconder la terre. Au soir d'une vie de combat, il suivait son maître dans la tombe.
Commenter  J’apprécie          120
Gwen21Gwen21   19 janvier 2018
Azhren descend de son grand chameau blanc, et se couche sur sa natte. Il sent les dernières exhalaisons de chaleur, celles que rend la terre avant d'entrer dans son sommeil. La lune allume le firmament, le coeur des étoiles se met à battre, faisant palpiter leur lumière.
Commenter  J’apprécie          150
Gwen21Gwen21   03 février 2018
- L'Empire romain a toujours accueilli avec bienveillance toutes les religions, dit Flavinius, et c'est une des raisons de sa longévité. Nous nous étonnons de sa ruine, alors que nous devrions nous émerveiller de sa durée.
Commenter  J’apprécie          110

Video de Norbert Rouland (1) Voir plusAjouter une vidéo

Hommes de caractères
Bernard PIVOT reçoit des auteurs de romans ou de récitshistoriques consacrés à des "hommes de caractère". L'émission fait pendant à celle qu'il a consacrée à des "femmes de caractère". Banc titre du générique : Photographies en couleurs et noir et blanc de François MAURIAC extraites de l'ouvrage de Michel SUFFRAN : "L'Aquitaine de MAURIAC" - Norbert ROULAND présente "Les lauriers...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1379 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre