AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782868533616
120 pages
Éditeur : Le Temps qu'il fait (07/03/2002)
4/5   23 notes
Résumé :
À tracer de quoi tenir droite je penche
C'est de coucher sur le papier drôle d'expression
Et je songe au vieux sage qui disait qu'on n'a même pas à soi un nom
Et je signe ce que j'éprouve sans trop en faire une montagne de mes ognons
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
fanfanouche24
  14 janvier 2019
Découverte de cette poétesse-traductrice , il y a quelques mois, grâce à une amie... qui à son tour m'a sollicitée pour rechercher un texte de Valérie Rouzeau... ainsi j'ai emprunté plusieurs recueils de cette artiste atypique...

Au début, poésie déroutante à souhait... des cassures constantes dans la phrase, absence totale de ponctuation...
A nous, lecteurs... de "bosser" ensuite, de lire ces poèmes à notre libre rythme... Nous retrouvons dans les différents opus plusieurs thèmes récurrents: la solitude humaine, le deuil du père, le temps qui passe, hommages constants à la poésie, à l'écriture, aux poètes admirés [Apollinaire, Robert Desnos, etc.)
"Je songe à Guillaume à Robert à leurs rimes réelles autant que d'avoir vécu d'avoir en dix-huit en quarante-cinq Leurs rimes qui consolent un peu d'amour de pas toujours
Leurs rimes leurs mots qui se croisent et s'embrassent et
se font du plat
C'est plus vrai à ma bouche que le rouge des baisers à
mes yeux que bleu ciel à mon oreille qu'une boucle
Je ne peux pas me perdre puisque graine leurs paroles
tout du long et l'air du temps les renouvelle tout le
temps et me pousse et me met au parfum
Je sens leur solitude parmi les pigeons qui ne volent plus
jamais et mes coups de pied
Je sens ma solitude jusqu'aux ailes de mon nez (p. 18)"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
Davjo
  19 août 2014
Au début, c'est déconcertant à lire et puis on y prend goût assez vite. Déconcertant parce que ce n'est pas une prose classique sujet-verbe-complément, il faut aller chercher le sens, quêter les images, s'arrêter, relire. Et le plaisir vient à s'arrêter sur ces rébus, sur ces formules à déchiffrer. On est dans l'innatendu verbal, dans la surprise sémantique permanente. C'est raffraîchissant de lire du Nouveau !
Lire une ligne, relire plus lentement, laisser s'opérer l'alchimie des mots les mots collés mariés, jamais de virgule et attendre que se fasse une légère fusion dans le cerveau; une insoupçonnable secousse électrique sur le tracé du synapse, voyez comme ça m'inspire le Rouzeau. Les mots se répondent se répandent en sonorités, se gémellisent, il faut s'attarder, bien lire le rébus les images gueule de loup dos d'âne et peau de lapin syllabes de chagrin yeux de pluie poussière orpheline.
Le corps, les parties du corps se mélangent aux objets du monde réel. Cela évoque souvent une gamine joueuse avec les mots joyeuse d'avoir des amis, une adulte au langage encore enfant qui cultive ses impressions, le temps qui passe, le temps vécu la vie passée et même l'heures de sa mort sous son tumulus...
Bref, cette poésie qui réveille le verbe réveille la vie on a vraiment une sensation de fraîcheur, de vitesse, comme le vent dans le visage à la lecture. Les réseaux de mots mariés réveillent réaniment des champs de neurones, pulsation de l'infini dans le crâne cerveau.
Publié en 2002, ce recueil a connu un succès critique et public (10 000 exemplaires vendus, énorme pour de la poésie contemporaine). Ça m'a fait du bien de lire de la poésie, j'ai redécouvert le jeu avec les mots, elle a assoupli le langage comme une gymnastique, j'ai l'impression d'être moins raide. Un plaisir littéraire et cognitif.
Lien : http://killing-ego.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
blanchenoirblanchenoir   20 août 2015
Je pense aux personnes merveilleuses de ma vie je pense à vous mes amis vous mes inconnus innombrables je pense à Robert Desnos dont les yeux étaient des perles je pense à Rimbaud le jeune homme vert qui rougissait jusqu'aux oreilles je pense à d'Aubigné couché avec ses pistolets
Je pense aux personnes à merveille dans ma vie mes frères loin mes potes en allés mes jamais rencontrés je pense au cœur de ma mère solitaire je pense sur la tête de mon père je pense à mes aïeux en rangs d'oignons dessous la terre je pense à ma grand-mère sempiternelle qui avait le blues toujours dans sa vieille blouse
Je pense aux personnes de merveilleuse à vie je pense à leurs coups de mains je pense à leurs coups de pieds au soleil cou coupé et à baise m'encore je pense à leurs coups de reins je pense à leurs coups de dés
Je pense aux personnes qui me merveillent la vie d'hier à aujourd'hui et jusqu'au lendemain la merveille de leurs voix de leurs rires et chagrins je pense à eux longtemps je pense à eux très vite je pense à elles aussi je pense partout à lui
Je pense aux personnes dans ma vie merveilleusement je pense merveilleusement aux personnes de ma vie car je n'oublie personne personne et pas même moi je pense à tout le monde et m'y trouve comprise je pense à moi qui pense à vous et à merveille
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24fanfanouche24   14 janvier 2019
Je songe à Guillaume à Robert à leurs rimes réelles
autant que d'avoir vécu d'avoir en dix-huit en
quarante-cinq
Leurs rimes qui consolent un peu d'amour de pas
toujours
Leurs rimes leurs mots qui se croisent et s'embrassent et
se font du plat
C'est plus vrai à ma bouche que le rouge des baisers à
mes yeux que bleu ciel à mon oreille qu'une boucle
Je ne peux pas me perdre puisque graine leurs paroles
tout du long et l'air du temps les renouvelle tout le
temps et me pousse et me met au parfum
Je sens leur solitude parmi les pigeons qui ne volent plus
jamais et mes coups de pied
Je sens ma solitude jusqu'aux ailes de mon nez (p. 18)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24fanfanouche24   14 janvier 2019
Des pages pour ne pas vivre idiote pour m'entraîner
au testament et en même temps purger ma peine
Pour aimer frères et soeurs humains réparer toute ma
méchanceté
Trouver si le silence est d'or avant qu'il devienne de
la boue
La mort ne fait pas mal qu'à l'âme si vous restez assis
longtemps sur le marbre d'un disparu cher
Autant de pensées de jetées dans le vague d'un rêve
éveillé
Un songe à répéter encore ni folle ni sage et ni françoise
Voilà pour m'apprendre à la fin pour m'exercer au jour
le jour au soleil et au jour sans jour
(p. 73)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24fanfanouche24   14 janvier 2019
Je vais me raccorder au tempo d'alexandre et plutôt deux
fois qu'une je vais me retaper
Journalière tous les jours je vais me rassembler ici même
en des lignes de vie d'amour de chance
Le coeur toquant réglo c'est pour tout voir en beau contre
mauvaise fortune en bodoni corps douze
Et pour les pieds dactyles et les doigts dactylos et pour
les rues courues la campagne giflée
Je vais tout ramasser comme des morceaux choisis je vais
raccommoder mes hauts avec mes bas je vais me
revenir je vais me revenir

Pour Laurence

(p. 56)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ZalvecZalvec   11 août 2015
Nous sommes sur la même longueur d'ondes
la plupart du temps tous les deux
sous le même coin de parapluie
De plume en plume je radoucis
Le ciel a parfois la couleur d'un sucre trempé dans l'eau-de-vie
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Valérie Rouzeau (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Rouzeau
Valérie ROUZEAU – Vrouz (France Culture, 2012) L’émission « Ça rime à quoi ? », par Sophie Nauleau, diffusée le 11 mars 2012.
autres livres classés : CielVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17140 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre