AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Antoine Emaz (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070308309
256 pages
Éditeur : Gallimard (09/11/2005)
4.38/5   43 notes
Résumé :
À 54 ans, Jean-Michel Maulpoix s’affirme comme l’un des principaux théoriciens de la poésie contemporaine et des promoteurs du « lyrisme critique », grâce à toute une série d’essais publiés chez José Corti et à la revue qu’il dirige chez Champ Vallon, Le Nouveau Recueil. Cette édition de poche reprend sous une même couverture deux de ses principaux livres, qui lui ont valu, lors de leur première parution, en 1992 et en 2000, un écho qui dépasse le cercle restreint d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Pasoa
  16 juin 2021
Il y a dans l'écriture de Jean-Michel Maulpoix, dans ce recueil réunissant entre autres textes Une histoire de bleu et L'instinct du Ciel, une poésie qui dès les premières pages séduit. Par un lyrisme subtil, un rythme tout en retenue, les textes agissent comme une révélation, une recherche d'intimité et d'unité avec soi-même mais aussi avec les autres. Loin de se refermer sur soi, l'intimité est, dans l'écriture de Jean-Michel Maulpoix, un principe d'ouverture à autrui et au monde, l'intuition d'une possible rencontre, d'un moment où se noue la fidélité.
Fidélité à ce que nous sommes chacun mais aussi à ce que nous sommes au regard des autres et du monde. La prose du poète touche par son climat, par la simplicité de ses mots, de ses images ralliant à lui le commun et l'étrange, le présent et l'ailleurs, la douceur et l'âpreté de la vie. Pas de surcroît de sens, pas de style opaque chez Jean-Michel Maulpoix mais un langage essentiel, une intention dévoilée qui affleure la conscience et la sensibilité du lecteur. Une très belle lecture.

"Compose avec ce bleu
Cette histoire t'appartient. Tu ne pourras jamais te défaire de tout le vague qui s'accumule en toi : tu t'y emploieras, c'est assez. Dresse-toi sur tes faiblesses autant que sur tes forces : ne résiste pas à celui que tu es. Sache reconnaître combien le ciel est pauvre tandis que la terre mélange la misère à la beauté. Dans les yeux de tes semblables, l'infini n'est jamais monotone. Tes limites sont certaines : fais en sorte qu'elles soient vraiment tiennes. Ne fais pas de l'oubli un mauvais usage. Garde en réserve de l'espérance pour les heures de disette : il te faudra quelque jour rendre des comptes."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
ATOS
  26 mai 2012
Le bleu de l'encre de Jean Michel Maulpoix se déverse, plonge dans nos espaces. Dans le ciel, dans les mers, dans les larmes de nos fenêtres, le long des vitres des taxis.
Il est le mouvement d'une robe, il est la note du saxophone. Il est dans le froissement des songes. Il y prend forme.
Maulpoix ne rêve pas en bleu, il le perçoit si fort qu'il n'en reviendra pas. C'est la couleur de l'exode, des retours, du premier jour.
La poésie de Maulpoix : Tant bleu dans nos âmes méritait bien cette histoire.
A lire, relire, prendre et reprendre.
Astrid SHRIQUI GARAIN
Commenter  J’apprécie          140
Co
  02 décembre 2008
Comme tous les poètes, Jean-Michel Maulpoix est un être tourmenté, hanté par un questionnement sur sa propre vie. Amoureux du bleu, de la mer, des grands espaces et de "l'instinct de ciel", il aspire à autre chose. Sa poésie est simple, belle, limpide. On y découvre sa vie en filigrane et on l'imagine. J'ai découvert Maulpoix à la fac, où il était mon prof de poésie en prose et je dois dire que j'ai été surprise de la qualité de ses oeuvres. Une poésie moderne, qui n'a rien d'obscur.
Commenter  J’apprécie          50
liberlibri
  01 décembre 2008
Jean-Michel Maulpoix aime le bleu, le lyrisme et la poésie. Il en résulte un joli recueil en poésie/Gallimard. Voulant respecter cette harmonie, j'ai passé un certain temps à choisir un marque-page dans les tons bleus car l'art du marque-page est corrélé à celui du bien lire. La poésie en prose de Maulpoix est limpide comme un ruisseau d'été, puissante comme un océan. le bleu, cette couleur de l'entre-deux, permet de relier l'intime à l'universel, donne « au langage le soin de courtiser l'impossible ». Car telle est peut-être la maladie lyrique de Jean-Michel Maulpoix, celle d'un être qui ne se résigne pas, qui se refuse à n'être qu' « une créature d'aéroport », « un homme hérissé d'antennes [qui] essaie de capter son amour sur les ondes ».
Ce filigrane bleu, en somme, on peut le lire comme une note d'espoir, comme un fil précieux qui met du baume au coeur : « Tu vas dans la mer, rincé de ta mélancolie ».
Du même auteur, Pas sur la neige, tout en blancheur et un très beau site dédié à la poésie (la sienne et celle des autres) : http://www.maulpoix.net/
Lien : http://liber-libri.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MIOP
  09 février 2012
Dialogue entre l'homme, son regard et le bleu de la mer.Une histoire de bleu en fait voir de toutes les couleurs à la conscience du lecteur happée par ces poèmes en prose où il est dit que «le bleu ne fait pas de bruit», parce qu'il est «timide» et volontiers enclin «à la disparition», à l'évasion. Jean-Michel Maulpoix nous fait voyager entre le réel et le voyage de l'âme.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
PasoaPasoa   12 juin 2021
Convalescence du bleu après l'averse...

Le ciel se recolore. Les arbres s'égouttent et le pavé boit. La ville aussi essaie des phrases. Rires mouillés et pluie de pieds nus. On dirait que le paysage est tout éclaboussé de croyance.

On voudrait jardiner ce bleu, puis le recueillir avec des gestes lents dans un tablier de toile ou une corbeille d'osier. Disposer le ciel en bouquets, égrener ses parfums, tenir quelques heures la beauté contre soi et se réconcilier.

On voudrait, on regarde, on sait qu'on ne peut en faire plus et qu'il suffit de rester là, debout dans la lumière, dépourvu de gestes et de mots, avec ce désir d'amour un peu bête dont le paysage n'a que faire, mais dont on croit savoir qu'il ne s'enfièvre pas pour rien, puisque l'amour précisément est notre tâche, notre devoir, quand bien même serait-il aussi frêle que ces gouttes d'eau d'après l'averse tombant dans l'herbe du jardin.

(extrait de "Le regard bleu") - p. 35
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
MoovanseMoovanse   25 août 2015
Les femmes aux yeux noirs ont le regard bleu.
Bleue est la couleur du regard,
du dedans de l’âme et de la pensée,
de l’attente, de la rêverie et du sommeil.

Il nous plait de confondre toutes les couleurs en une.
Avec le vent, la mer, la neige, le rose très doux des peaux, le rouge à lèvres des rires, les cernes blancs de l’insomnie autour du vert des yeux, et les dorures fanées des feuilles qui s’écaillent, nous fabriquons du bleu.

Nous rêvons d’une terre bleue, d’une terre de couleur ronde,
neuve comme au premier jour,

et courbe ainsi qu’un corps de femme.


(p38)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          514
MoovanseMoovanse   17 septembre 2015
Neuf jours sur la mer comme dans une église.

Seul avec les dieux, avec leur absence.
La pression de leurs mains invisibles sur mes épaules.
Seul à comparaître devant le bleu.
Dans le grand dimanche de la mer.
Buvant l'espace comme un ivrogne.
Des goulées d'angoisses et de croyance.
Désireux d'ajouter encore du ciel au ciel et de l'eau salée à la mer …

J'aime allumer une cigarette au milieu de la mer.
C'est un minuscule point rouge sur le bleu.
Un point d'incandescence, de grésillement et de chaleur.
Il signifie que j'existe :
je suis une graine, une pépite d'homme, une parcelle d'âme en larmes,

prête à s'agenouiller comme à disparaître.


(p103)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
PartempsPartemps   24 septembre 2020
Le goût du jour

Le premier janvier à treize heures, un pigeon s'est posé sur la tête chauve de
Paul
Verlaine.

Cette année encore, il ne neigera pas.
Arthur continue de raser les murs.
II porte un sac à dos de cuir.

Le ministre du calcul mental a soufflé sous les lambris les trente-sept bougies de son centième anniversaire.

Marie a deux trous rouges au côté droit.
Elle dort.
Le menton contre la poitrine.
D'un si beau sommeil d'image peinte.

Chaque fois, je me répète la même chose : je n'écrirai plus de poèmes.
C'est déjà de l'histoire ancienne.

Pourtant, ça me reprend, cette envie bizarre, ce curieux besoin de paroles hâtives, de discorde et de bruit.

Je n'ai rien à dire, mais j'espère.
Comme si quelque chose allait se passer.
Comme si quelqu'un allait venir.

L'amour est un cargo chinois qui rouille.
Les seins des femmes portent le deuil.
Mais le noir leur va bien.

Beau temps pour se perdre en cette fin de siècle.
Nous n'irons plus au bois.
Les lauriers sont coupés.

Je ne prête cette fois aucune attention aux paroles que vous attendez de moi.
Je ne suis qu'un hoquet d'ivrogne.

La poésie est une vieille chienne qui sait prendre seule son plaisir en arrosant les réverbères.

Je compte les heures qui me séparent de ma mort. Ça me fait rire aux larmes.
Pardonnez-moi, je grince.

Je suis une porte qui bat.
Tout ce qu'il reste des maisons que j'ai pu rêver de construire.

Avec vue sur la mer et balcons de bois peint.
Le dimanche, tous ensemble, on trempait dans le thé de petits gâteaux secs.

Près de la plage, au bord du bleu...
C'est rire pour ne pas en pleurer, bien sûr, vous m'avez compris.

Le poème ?
Une vaisselle brisée.
L'héritage de grand-mère qui m'apprit à écrire, naguère, dans la cuisine.

Je suis si seul depuis sa mort : il m'a fallu noircir quantité de papiers.
Personne n'a noté cette absence.

J'écris pour oublier quelqu'un.
Comme d'autres boivent ou font la fête.
J'écris pour lui être fidèle.
C'est pareil.

La poésie, disais-je, est une vieille chienne qui aboie contre les enfants des autres.
Elle ne mord plus.

Tout cet amour qu'on n'aura pas.
Cet amour qu'on ne fera plus.
L'espérance n'est plus à la mode.

Trop de gens cherchent du travail.
Moi, je cherche mes mots.
Je collectionne les dictionnaires et les anthologies.

La fabrique de silence embauche.
Elle lait un excellent chiffre d'affaires.
On chuchote que le temps s'enfuit.

On n'entend pas crier les morts.
Ni le bruit des obus en fleurs.
La télévision marche toute seule.

Les citernes d'Afrique sont vides.
Nos pleurs de crocodiles ne les ont pas remplies.
La charité a du chagrin.

Le
Dieu s'occupe de ses affaires.
Sa soutane est d'un blanc parfait.
Il porte des chaussures de toile.

L'herbe même se demande à quoi bon reverdir.
Le paysage a pris de l'âge.
C'est curieux, autant de fatigue.

Sale temps pour l'amour en cette fin de siècle.
Nous n'irons plus à la piscine : les bassins sont vidés.

La poésie est une vieille chienne. Ça la fait rire, ces os de lapin dans les poubelles et ces puces qui la grattent.

Ça l'amuse un peu de n'être plus rien, et de jouer à faire rimer ensemble la tristesse d'autrui et la sienne.

Fumeur, ou non fumeur ?
Avec sel ou sans sel ?
Je les préfère d'un blond très doux, ou très brunes aux yeux bleus.

C'est faux, ce que j'affirmais tout à l'heure : pour une fois, je fais attention à ne dire que la vérité.

Les photographies de femmes nues sont des avions de chasse.
En piqué, droit sur le boulevard.
Arrêtées aux feux rouges.

Moi, je traverse dans les clous.
Quand trouverez-vous la cisaille qui nous délivrera de ces barbelés ?

Nous reprendrons goût au lyrisme, je vous le certifie.
L'enthousiasme nous reviendra.
Avec des cris intempestifs.

Pas celui des ânes qui vont brouter derrière l'église et qui écoutent dévotement sonner les cloches.

Celui plutôt de la mitraille et de l'explosif.
Celui qui accompagne au loin de longs convois d'enfants blessés.

Je sais de quoi je parle : je suis né un jour d'armistice.
A portée de fusil des morts.
J'ai le cœur plutôt pacifiste.

Je n'ai pas déposé les armes.
Vous voyez, je cherche mes phrases.
C'est dire que je crois encore à des choses.

Chaque fois que la nuit tombe, j'ai le mal de la lumière.
La nuit, je ne prends plus la mer.
Mon sommeil reste au port

La poésie, je le répète, est une vieille femme qui soulève le rideau et qui observe les passants par la fenêtre.

Clouée dans son fauteuil par son arthrose et ses varices, elle regarde les jolies filles qui défilent à la télévision.

Depuis longtemps, elle ne jouit plus, et fait collection de timbres, de porte-clefs, de pin's et de cartes postales.

Des quatre coins du monde, depuis que le monde est carré, brillant et coloré comme un verre de
Venise.

Il y a toujours de vieux fous pour lui expédier des nouvelles et l'assurer qu'ils pensent à elle de tout leur cœur.

Bons baisers de partout !
D'aucuns parlent de la clairière, de la margelle du puits, et de la clameur des grands vents.

Ils affirment qu'un dieu furtif vient parfois loger son immense amour dans une embellie de paroles bien accordées.

Ils abusent cette infirme, rivée à sa chaise de misère, qui a appris à lire dans les livres des autres.

Elle aime croire à ces choses.
Ces mots lui font du bien.
Ils rendent un joli son.
Sa vie n'est plus si grise.

D'aucuns prétendent que le poème fait se lever le jour, ou que la poésie vient à bout de l'obscurité.

C'est redire deux fois la même chose.
Qu'ils aillent donc se faire foutre !
Je n'aime pas la croyance.

Je la veux sans espoir, nue sur une chaise de paille, comme une femme qui se donne pour rien au premier venu.

Je n'ai guère de goût pour les prouesses de cirque et les cartes truquées.
Je ne fais pas commerce.

Je me contente pour mon salut de la dose d'espoir minimum qui permet à un homme de se relever le matin.

Si par surcroît les mots offrent un peu d'amour, je ne le refuserai pas : c'est une denrée rare, il me semble.

Le vrai, celui des autres qui s'en vont deux par deux dans la tiédeur d'un soir, avec des regards et des rires.

Celui-là ne se discute pas.
On voudrait plutôt l'apprendre par cœur, et le réciter à voix haute.

Comme un poème du père
Hugo ou de
Ronsard cueillant des roses dans son jardin à l'heure où la campagne blanchit.

Après tout, c'était pas si mal, ce bruit d'horloge ou de violoncelle du cœur bien accordé.

Dans une poitrine heureuse, la parole naguère rendait de beaux sons.
Parfois, on se prenait à croire.

La poésie me dit : «
Ne touche pas à mes seins. »
Je lui réponds : «
Evitez, je vous prie, de me téléphoner le soir.

Surtout après huit heures.
Je reprise mes chaussettes et repasse mes leçons.
Je voudrais y voir clair.

Je réapprends, seul, à parler.
Je n'aime pas que l'on me dérange.
Ma tristesse est la seule chose qui m'appartienne. »

Inutile de mentir : la poésie, en vérité, ne me demande rien.
C'est moi qui voudrais lui causer.
Elle fait la sourde oreille.

Et ma mémoire est si mauvaise que c'est à peine si je me souviens d'avoir vécu.
Je ne reconnais plus mon ombre.

J'ai dû manquer quelqu'un, ou quelqu'un a dû me manquer, sans même que je m'en aperçoive, à l'arrêt de l'autobus

Pour trouver si peu de goût aujourd'hui, à ce qui m'entoure, si peu de choses qui vaillent la peine.

A moins que ce ne soit le monde qui ne ressemble pas aux idées que l'enfant que je fus s'en était faites.

J'ai renoncé et j'ai vieilli, ne voyant plus passer les heures, mangeant vite et dormant profond.

Ma vie même ne m'appartient plus.
J'ai oublié d'être quelqu'un.
J'attends celle qui me prouvera le contraire.

Le cœur nu comme un ongle.
Du sparadrap collé aux lèvres, mon amour essaie de chanter.
Sa grimace ne rend aucun son.

Adieu marines et beaux dimanches, le souvenir des cahiers neufs.
Manteau rouge de la petite fille.

Seule à la sortie de l'usine : un oiseau de faïence sur la cheminée, mais pas de quoi en faire un plat !

C'est curieux, ce besoin d'en repasser périodiquement par une sorte de galimatias pour se baigner dans la musique !

De la prose, encore de la prose : la poésie viendra plus tard, avec le petit camion noir, les chrysanthèmes et les couronnes.

Les mots se chargent de la mort, pour la vie on se débrouille seul.
Les oreilles d'autrui sont distraites.

J'ai l'âme un peu humide et le cœur plutôt sec.
Je ne porte pas encore de lunettes.
Mes deux tempes ont blanchi.

Je nage comme un poisson perdu au fond d'un bois, un morceau de pain dans la soupe, un caillot de sang dans un cœur.

Je touche la nuit avec les doigts.
Chaque matin je caresse le ciel quand ses paupières sont encore chaudes.

J'aime les buvards, les bouteilles d'encre, la mémoire qui fait mal et les étoiles filantes.

J'aime l'amour de
Marie : notre vie somme toute n'est pas si monotone.
Nous nous aimons souvent dans des pièces vides.

D'un jour à l'autre, on se répète : «
Je voudrais être une phrase nouvelle, avec des mots pas encore dits ».

Je rouille comme un cargo chinois transportant de la trinitrine sur les eaux vertes du
Pacifique.

Et cent vingt mille tonnes d'apparences paisibles à échanger contre l'uranium enrichi d'un simple cri de joie.

Avec un accent circonflexe, juste au-dessus du
A majuscule du mot amour.
Je suis sûr que mon âme, alors, se sentirait mieux.

Tirer, tirer sur l'élastique de la mélancolie : qu'il claque entre mes doigts.
Que le ciel pousse un cri !

Les oiseaux, pour leurs chants, ne touchent qu'un bien maigre salaire.
Pas de quoi nourrir la nichée.

Avec tous ces impôts en plus, payés cash sur le bleu, pour venir en aide à la solitude nocturne des étoiles.

Les bas noirs ont filé.
La robe de bal se mite.
L'or des vieux bijoux se ternit.
La poésie, pourtant, a de beaux restes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LismondeLismonde   19 février 2014
Le bleu ne fait pas de bruit.

C'est une couleur timide, sans arrière pensée, présage, ni projet, qui ne se jette pas brusquement sur le regard comme le jaune ou le rouge, mais qui l'attire à soi, l'apprivoise peu à peu, le laisse venir sans le presser, de sorte qu'en elle, il s'enfonce et se noie dans se rendre compte de rien.
.
Le bleu est une couleur propice à la disparition.
Une couleur où mourir, une couleur qui délivre, la couleur même de l'âme après qu'elle s'est déshabillée du corps, après qu''a giclé tout le sang et que se sont vidés les viscères, les poches de tourtes sortes, déménageant une fois pour toutes le mobilier de ses pensées.

Indéfiniment, le bleu s'évade..
Ce n'est pas, à vrai dire, une couleur. Plutôt une tonalité, un climat, une résonance spéciale de l'air. Un empilement de clarté, une teinte qui naît du vide ajouté au vide, aussi changeante et transparente dans la tête de l'homme que dans les cieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Jean-Michel Maulpoix (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Michel Maulpoix
Jean-Michel MAULPOIX – En son for intérieur (France Culture, 1996) L’émission « Poètes en pied », série d’été de « For intérieur », par Olivier Germain-Thomas, diffusée le 3 août 1996. Invité : le poète en personne. Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l'unique objet de perpétuer la Poésie française.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
936 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre