AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782361835798
Éditeur : Les Moutons Electriques (11/10/2019)

Note moyenne : 3.1/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Londres ! Plus grande cité d’Europe, ancienne capitale de l’Empire britannique, Londres immense et vivace, théâtre urbain de Sherlock Holmes, de Jack l’Éventreur, d’Hercule Poirot ou de James Bond.

Londres, la ville polar par excellence : depuis Holmes jusqu’à Bond, en passant par Fu Manchu, Jeeves, Lord Peter ou Miss Marple, de l’ère victorienne aux swinging sixties, une histoire de Londres sur un siècle, tout le roman noir d’une métropole.
<... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
belette2911
  20 juin 2020
Londres, esquissée au travers de son Histoire et de sa littérature policière, tout un programme.
Programme ambitieux que de réunir l'Histoire d'une ville, son urbanisme, ses squares, ses quartiers, ses frontières entre le West et l'East End et de les mélanger avec les grandes figures de la littérature policière.
Et ça marche plutôt bien (pour ne pas dire que ça marche super bien) car en ouvrant ce livre, non seulement on découvre Londres d'une autre manière, mais en plus, on s'instruit (ok, faudra retenir tout ça ensuite).
Vous l'aurez deviné, ma partie préférée fut celle consacrée à la Londres victorienne où en plus d'avoir enrichi mon savoir, j'ai exploré le tout en compagnie de Holmes.
Petit carton rouge à l'auteur qui aurait dû, à mon sens, se contenter des références canoniques pour Sherlock Holmes et ne pas introduire, sans le préciser, des théories holmésiennes que l'on retrouve dans son autre recueil, "Sherlock Holmes, une vie".
C'est une supputation d'holmésiens que la mère de Sherlock se nomme Violet ! Les études qu'il a faites sont aussi l'objet de théories mais personne ne peut dire s'il a fait Oxford ou Cambridge (ou aucune des deux) et encore moins que c'est sa maman qui lui a payé son premier logement à Montague Street.
L'auteur aborde autant les beaux quartiers du West End que les taudis de l'East End, parlant de la frontière entre les deux, de cette société rigide qui pensait que la pauvreté était une mauvaise chose et qu'elle était surtout de la faute des gens qui la subissaient.
On est allé sur les docks où des pauvres hères embauchaient à la journée, se ruant l'un sur l'autre pour obtenir un boulot mal payé, éreintant et qui ne leur remplirait pas le ventre.
Quand je vous disais que c'était un véritable roman noir qui explore toutes les facettes de la ville de Londres.
Anybref, ce livre est instructif, un mélange habile des grandes figures du roman policier et de cette ville de Londres qu'ils ont tous et toutes arpentées, en long et en large, de l'époque victorienne, édouardienne, sous le blitz de 1914, sous celui de 1940 et qui ont vu Londres s'agrandir, certains quartiers devenir encore plus pauvre ou qui ont vécu dans le Londres des guerres mondiales.
À déguster avec ou sans modération mais je conseillerais une lecture étalée sur le temps, grignoter ce recueil au soir, avec une bonne tasse de thé.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Caro17
  03 juin 2020
J'ai découvert ce livre-guide dans le cadre d'une offre gratuite d'ebooks lors du confinement (opération #ConfinementLecture).
Ce livre se présente comme « un guide de Londres et de son histoire à travers les grandes figures de la littérature policière » mais également à travers les artistes (peintres et poètes).
Il est découpé en 9 parties qui couvrent de l'ère victorienne jusqu'aux années 60, suivi de trois promenades guidées, de Rimbaud à Lénine, dans les pas de Sherlock Holmes et le long de la Tamise de Richmond à Chiswick.
C'est un guide très complet qui aborde de nombreux sujets : architecture, société ,habitudes vestimentaires, … et qui est agréable à lire (je craignais un amas d'informations mais ce n'a pas été le cas).
Cela m'a permis de découvrir le peintre japonais Yoshio Markino qui a passé de nombreuses années à Londres dont je ne connaissais pas le travail et donné des idées de lectures (notamment les aventures de Jeeves par PG Wodehouse) et envie de (re)lire les enquêtes de Sherlock Holmes ! Et je garde en tête les trois promenades proposées à la fin pour un futur séjour à Londres :-)
Je regrette cependant l'absence d'illustrations ou de plans des différents quartiers de Londres, cela aurait été vraiment un plus.
Ce livre-guide plaira aux amoureux de la ville de Londres et amateurs de littérature policière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
LesLivresDeCedrick
  16 mai 2020
Aimez-vous la littérature policière ? Appréciez-vous l'histoire ? Connaissez-vous bien Londres ? Avez-vous un esprit curieux ?
Je vais vous présenter ici le livre-guide "London noir, de Sherlock Holmes à James Bond" d'André-François Ruaud, offert par les éditions bordelaises Les Moutons Electriques dans le cadre de l'opération #confinementlecture. J'en profite pour les remercier pour cette magnifique initiative portée par le comptoir de Dantes.
Ce livre va vous faire découvrir Londres comme vous ne l'avez jamais vue. Vous y serez guidé.e.s, au sens figuré, de la fin de l'ère victorienne à nos jours, avant de le faire au sens propre, de places en ruelles tel un guide touristique conférencier.
C'est donc une évasion qui nous est proposée, à travers le temps et l'espace. Nous y découvrons cette ville so british en suivant ses plus grands personnages de littérature policière. On y croise alors avec délectation Sherlock Holmes, Miss Marple, Hercule Poirot ou encore Emma Peel pour ne citer qu'eux.
Même si je ne raffole pas d'histoire, j'ai trouvé ces présentations intéressantes et toujours pertinentes. Mon attirance pour Londres et mes souvenirs de romans avec ces personnages mythiques m'ont fait lire ce livre avec plaisir.
L'avez-vous lu ? Sinon, allez-vous vous laisser tenter ? Parlons-en !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Caro17Caro17   30 mai 2020
Epicurien, le nouveau souverain est élégant : on lui doit un assouplissement de la mode masculine, la raideur victorienne ne convenant plus à une époque où l'on s'active. On n'attache plus le dernier bouton de son veston ; on retourne le bas de son pantalon en cas de sports à la campagne (c'est le "revers prince de Galles") ; on se permet de porter en soirée une dinner jacket , un smoking créé par Henry Poole, de Savile Row - tout d'abord bleu, il est devenu noir lors du deuil pour le prince Albert ; enfin, le nœud papillon se porte blanc - le noir étant réservé aux serveurs, comme pourrait vous le dire la comtesse douairière de Downton Abbey.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ArnoTArnoT   22 mars 2020
Londres se couvre de brique apparente : c’est là le trait principal de la London holmésienne. Les portiques à la grecque, les maçonneries pseudo-médiévales et les stucs clairs des périodes précédentes ne sont plus à la mode. La brique rouge, rose ou jaune et la terre cuite d’un rouge sombre, parfois presque violacée, parfois vernissée, voici ce qui plaît désormais. Tout cela avec pour décor une architecture bien spécifique : le néo-gothique, véritable incarnation dans la pierre de l’idéologie victorienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
belette2911belette2911   14 juin 2020
Afin de comprendre Holmes et Watson, il faut bien saisir quel est le poids des catégories sociales dans le Londres victorien. Pour être très peu fortunés, ces deux jeunes hommes (en 1881, Watson a 29 ans et Holmes en a 27) sont issus de familles de la bonne bourgeoisie, c’est-à-dire de la middle ou upper middle-class. Il ne leur viendrait donc pas à l’esprit de déchoir, en ne respectant pas les us et coutumes de leur classe.

C’est pourquoi le docteur Watson, pourtant sans le sou, fréquente le Criterion et le Holborn ; c’est pourquoi aussi les deux hommes décident de prendre un appartement dans le quartier de Marylebone, alors qu’ils auraient pu trouver beaucoup moins cher dans Bloomsbury, où Holmes logeait déjà, ou juste en dessous, du côté d’Holborn, par exemple.

Mais c’est hors de question : jeunes gens bien élevés, ils doivent tenir leur rang. Et à chaque quartier correspondent des catégories sociales bien précises. Vivre à Bloomsbury désignait Holmes comme "déclassé", ce qui allait encore tant qu’il avait le statut d’étudiant, mais pour entrer dans la vie active et installer son activité de façon digne, il lui fallait migrer vers un quartier plus convenable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
belette2911belette2911   14 juin 2020
Quoique son frère Mycroft, de sept ans son aîné, soit d’ores et déjà une figure connue en ville, il n’héberge pas Sherlock qui préfère tout d’abord louer une petite chambre, avant que leur mère ne lui trouve un logement.

Nous sommes en 1875 et Mrs Holmes loue un appartement au 24, Montague Street.

C’est dans ce deux-pièces, dans une haute bâtisse de brique à la façade austère, comme il se doit avec les demeures de style georgien, que notre futur détective va faire ses premières armes londoniennes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de André-François Ruaud (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André-François Ruaud
Payot - Marque Page - André-François Ruaud - Panorama illustré de la fantasy & du merveilleux
autres livres classés : james bondVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1973 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre