AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Jean-Luc Piningre (Traducteur)Josette Chicheportiche (Traducteur)Françoise Arnaud-Demir (Traducteur)
EAN : 9782264028488
780 pages
10-18 (22/08/2002)
4.19/5   122 notes
Résumé :


Au chômage depuis un accident de travail, en procès avec son ex-patron, divorcé et détesté par un enfant qu’il a toujours négligé, Sully est indiscutablement l’homme le plus malchanceux de North Bath !

Mais le retour de son fils Peter va tout changer. Après une vie passée à chercher les ennuis, à fuir les responsabilités et à dissimuler sa tendresse sous des abords revêches, Sully va enfin avoir l’occasion de se racheter et, qui sait,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 122 notes
5
7 avis
4
6 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

Kio971
  23 décembre 2021
"Un homme presque parfait", de Richard Russo, est la parfaite illustration d'un titre dont la traduction n'a absolument rien avoir avec celui de la langue originale du livre - ici "Nobody's Fool" - et qui ne rend absolument pas le grain de folie que possèdent la majorité des personnages de ce livre.
C'est vraiment dommage car c'est la caractéristique principale de ce livre et ce qui en rend les personnages si attachants. Tous sont gentiment déjantés et le roman nous présente les liens qu'ils entretiennent et comment cette douce folie se place au centre de leurs relations.
Le personnage principal est Donald Sullivan dit Sully, la soixantaine, ouvrier du bâtiment vivant de petits chantiers qui se présentent à lui au gré des jours : il est tour à tour maçon, plâtrier, menuisier, ou couvreur, cette dernière activité lui ayant causé un sérieux accident du travail qui, si il ne l'a pas laissé réellement handicapé, lui a occasionné une blessure au genou dont il peine à guérir et qui lui provoque une boiterie douloureuse. Malgré tout, tout en cherchant à se faire déclarer travailleur handicapé afin de toucher une pension plus élevée, Sully continue ses chantiers, avec en remorque son éternel acolyte, Rub, dont l'odeur sui generis ferait fuir même un putois.
Autour de Sully gravitent les personnages de son petit monde : Beryl Peoples, sa logeuse (ancienne enseignante et toujours terreur de tous les élèves de quatrième qu'elle a eu en classe) qui discute régulièrement avec la photo de son mari décédé posée sur la télé et avec un masque africain ramené d'un de ses nombreux voyages.
Il y a aussi Jocko, fournisseur officiel de Sully en comprimés antidouleurs pas toujours officiels (et parfois pas même encore réellement testés); Ruth, sa maîtresse depuis vingt ans (toute la ville est au courant de leur liaison, sauf Zach, le mari de Ruth); Vera, l'ex-femme de Sully, un modèle d'auto-apitoiement pathologique, et toute une ribambelle de personnages secondaires un peu loufoques.
Tous font de leur mieux pour survivre dans cette petite ville de North Bath, au nord de New-York, le temps d'un hiver (le roman se passe entre Thanksgiving et le Nouvel An) que Sully espère neigeux afin de gagner quelques dollars à dégager les entrées des maisons des uns et des autres grâce à la déneigeuse chauffante qu'il a subtilisée à son employeur (et qui est l'enjeu d'une éternelle poursuite entre les deux hommes pour la récupérer tout à tour).
Un homme presque parfait est un livre agréable à lire, plein de moments hilarants quand on suit Sully dans ses péripéties à travers la ville, avec quelques épisodes doux-amers aussi, qui invitent à une réflexion sur le déclin d'une petite ville dont les habitants vieillissants gardent surtout le souvenir des moments heureux de leur enfance passée dans ses rues et dans ses parcs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Pat0212
  01 février 2019
J'avais fait connaissance de ces héros en septembre dernier avec A malin, malin et demi. On peut les lire indépendamment l'un de l'autre mais je n'aime pas commencer les séries par la fin, donc mieux vaut commencer par celui-ci qui se déroule en 1984 / 85, dix ou douze ans avant le deuxième. On y suit la vie de Sully durant cet hiver-là.
North Bath est une petite ville du nord de l'Etat de New York, ruinée depuis presque deux siècles que les sources thermales se sont taries, contrairement à celles de la commune voisine et rivale de Schuyler. Sully approche des soixante ans et sa vie est une suite d'échecs. Il est divorcé, son ex-femme lui voue une haine féroce, il est depuis vingt l'amant de Ruth, mais celle-ci est mariée avec Zack dans une union malheureuse, elle veut croire que sa fille Janey est l'enfant de Sully, même si elle ressemble à Zack. Sully est marqué par son père alcoolique et violent à qui il refuse de pardonner, il ne peut s'engager dans ses relations. Il ne s'est pas occupé de son fils Peter et a laissé Vera, son ex-femme et Ralph son nouveau mari s'en charger, il le connaît à peine. Un jour de novembre, Peter revient à Bath avec sa famille et invite son père à venir manger chez Vera.
L'histoire se répète, le couple de Peter part à la dérive, il a une maîtresse et ils vont se séparer. Un des fils de Peter, Rocky est très violent et terrifie Will son grand frère sans que les parents ne s'aperçoivent de rien. Peter et Will décident de rester à Bath, il a aussi échoué professionnellement, l'université lui a refusé sa titularisation. Peter décide d'aider son père dans ses travaux de construction, ce qui leur permet de commencer une nouvelle relation. Si ses rapports avec Peter sont difficiles, Sully se prend d'affection pour le petit Will en qui il voit l'image de Peter et de lui-même au même âge.
Sully est locataire de Miss Beryl, son ancienne institutrice pour laquelle il a beaucoup d'affection, même s'ils ne se voient pas beaucoup. Affection partagée par la vieille dame qui en a peu pour son fils Clive, lequel est jaloux de Sully depuis toujours. Clive est devenu banquier, il essaie de mettre sur pied un projet de parc d'attraction avec des investisseurs texans, en faisant miroiter le retour à la prospérité pour la ville. Sa mère, Sully et ses amis n'y croient guère. Sully vit de petits travaux confiés par Carl, un entrepreneur peu honnête que son employé aime et déteste à la fois, il a besoin de lui car il est toujours à court d'argent mais sait que Carl l'exploite sans vergogne. Il travaille avec Rub, un homme simple d'esprit qu'il aime taquiner et qui est son meilleur ami avec Wirf, son avocat malade et unijambiste. Les deux hommes passent leur soirée dans l'un des bars de la ville.
Ce roman décrit l'amour filial, absent, tronqué ou détourné, ainsi que l'amour et surtout l'amitié. Tel est le centre de la vie de Sully, un homme qui a multiplié les mauvais choix et continue de le faire, comme lorsqu'il frappe le policier (personnage central du deuxième volet), mais qui déborde de tendresse, même s'il la cache sous son côté bourru. Les personnages sont tous des looser, mais très attachants. Et finalement il n'y a pas de vrais méchants dans cette histoire, sauf peut-être le père de Sully dont l'ombre le poursuit à travers les années. Même Clive n'est pas aussi mauvais qu'il y paraît et il perdra la partie contre Sully qui connaîtra enfin un nouveau départ. J'ai beaucoup aimé cette tranche de vie avec ces personnages vraiment attachants et sans illusion, mais sans cynisme non plus. J'aime beaucoup l'univers de ce grand écrivain américain et je compte découvrir d'autres livres plus tard.
Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Electra
  23 décembre 2019
North Bath est une petite ville de l'état de New York, qui comme son héros, Sully, n'a pas vraiment de chance. Toutes ses tentatives pour se développer échouent les unes après les autres. Leur ville voisine a réussi là où ils ont échoué, comme leur équipe de football américain. Mais ils croient à nouveau en leur chance avec l'ouverture d'un parc d'attractions. le fils de Miss Beryl, Clive, banquier, y croit dur comme fer. Comme l'entrepreneur Carl, qui bénéficie, lui, d'une chance extraordinaire. Mais rien ne semble jamais le satisfaire….
Il emploie souvent le très malchanceux Sully. Ce dernier, a eu un accident il y a un an et a du mettre de côté son travail (sorte d'artisan, d'homme à tout faire). Il est même retourné sur les bancs de l'école, écouter un prof de philosophie lui dire que le libre arbitre c'est de la foutaise. Et Sully le croit. Divorcé, en procès avec son ex-patron (pour toucher enfin une pension d'invalidité), père indigne d'un fils professeur qu'il ne voit jamais, Sully collectionne les malheurs. Il est logé chez Miss Beryl, ancienne professeure de littérature, qui discute tous les jours avec son mari (défunt) et un masque rapporté d'Afrique. La vieille femme, excentrique, croit que sa dernière heure est venue et a décidé de passer pour la première fois les fêtes de Noël chez elle.
Le fils de Sully, Peter, réapparaît soudainement. Il n'a pas obtenu la titularisation et vient passer Thanksgiving chez sa mère, Vera, l'ex-femme de Sully et Ralph, son second mari. Sa femme et leurs trois fils les accompagnent. le hasard va réunir le père, le corps recouvert de boue, et le fils, sur le bord d'une route. Les deux hommes vont peu à peu apprendre à se connaître et toutes une série d'évènements, les uns plus loufoques que les autres vont les rapprocher…. Et Sully, qui a toujours préféré fuir les responsabilités, va peut-être voir sa malchance tourner ?
Je vais faire une connerie, pensa-t-il. Mais je ne suis pas obligé. Celle-ci fut suivie de près par une troisième pensée, la dernière d'un ensemble de pensées qui lui était familier, à savoir : mais je vais la faire quand même. Et comme toujours cette troisième pensée fut bizarrement libératrice, bien que Sully sût d'expérience que la sensation, certes plaisante, serait de courte durée.
Que dire de la palette de personnages, la plus colorée que l'on puisse imaginer ? Je défie quiconque de ne pas s'attacher à Sully, Miss Beryl, Rub Squeers, le meilleur ami de Sully et l'homme le plus idiot de la ville. On s'attache même à ces arrivistes que sont Clive et Carl.
L'auteur américain a le don de nous entrainer dans leur quotidien, dans leur quête perpétuelle du bonheur (ou du malheur si l'on pense à Vera). Il y a une dose importante d'humour et de tendresse dans ce roman, et j'ai adoré cette galerie de personnages et avoir le sentiment d'être moi aussi, une habitante de North Bath, même si c'est parfois risqué de s'aventurer dehors sous peine de se prendre une salve de chevrotines!
John Irving a dit cela de Russo, et je le rejoins à cent pour cent : « Cette grâce naturelle de conteur associée à la compassion pour ses personnages font de Richard Russo un romancier admirable. » Vous aurez bien entendu compris que je veux dorénavant lire tous ses autres romans. J'ai appris que l'auteur nous a offert une suite vingt ans plus tard avec A malin, malin et demi..
Je ne sais pas si mes comparses de lecture auront déjà envie de se jeter dessus, je sais que deux l'ont déjà lus mais moi j'ai besoin de temps pour quitter North Bath. Non, finalement je préfère me réserver ce plaisir lorsque, comme ces derniers temps, j'aurai besoin de m'évader et je sais que chez Hattie, je peux avoir un bon petit-déjeuner pour pas cher !North Bath est une petite ville de l'état de New York, qui comme son héros, Sully, n'a pas vraiment de chance. Toutes ses tentatives pour se développer échouent les unes après les autres. Leur ville voisine a réussi là où ils ont échoué, comme leur équipe de football américain. Mais ils croient à nouveau en leur chance avec l'ouverture d'un parc d'attractions. le fils de Miss Beryl, Clive, banquier, y croit dur comme fer. Comme l'entrepreneur Carl, qui bénéficie, lui, d'une chance extraordinaire. Mais rien ne semble jamais le satisfaire….
Il emploie souvent le très malchanceux Sully. Ce dernier, a eu un accident il y a un an et a du mettre de côté son travail (sorte d'artisan, d'homme à tout faire). Il est même retourné sur les bancs de l'école, écouter un prof de philosophie lui dire que le libre arbitre c'est de la foutaise. Et Sully le croit. Divorcé, en procès avec son ex-patron (pour toucher enfin une pension d'invalidité), père indigne d'un fils professeur qu'il ne voit jamais, Sully collectionne les malheurs. Il est logé chez Miss Beryl, ancienne professeure de littérature, qui discute tous les jours avec son mari (défunt) et un masque rapporté d'Afrique. La vieille femme, excentrique, croit que sa dernière heure est venue et a décidé de passer pour la première fois les fêtes de Noël chez elle.
Le fils de Sully, Peter, réapparaît soudainement. Il n'a pas obtenu la titularisation et vient passer Thanksgiving chez sa mère, Vera, l'ex-femme de Sully et Ralph, son second mari. Sa femme et leurs trois fils les accompagnent. le hasard va réunir le père, le corps recouvert de boue, et le fils, sur le bord d'une route. Les deux hommes vont peu à peu apprendre à se connaître et toutes une série d'évènements, les uns plus loufoques que les autres vont les rapprocher…. Et Sully, qui a toujours préféré fuir les responsabilités, va peut-être voir sa malchance tourner ?
Je vais faire une connerie, pensa-t-il. Mais je ne suis pas obligé. Celle-ci fut suivie de près par une troisième pensée, la dernière d'un ensemble de pensées qui lui était familier, à savoir : mais je vais la faire quand même. Et comme toujours cette troisième pensée fut bizarrement libératrice, bien que Sully sût d'expérience que la sensation, certes plaisante, serait de courte durée.
Que dire de la palette de personnages, la plus colorée que l'on puisse imaginer ? Je défie quiconque de ne pas s'attacher à Sully, Miss Beryl, Rub Squeers, le meilleur ami de Sully et l'homme le plus idiot de la ville. On s'attache même à ces arrivistes que sont Clive et Carl.
L'auteur américain a le don de nous entrainer dans leur quotidien, dans leur quête perpétuelle du bonheur (ou du malheur si l'on pense à Vera). Il y a une dose importante d'humour et de tendresse dans ce roman, et j'ai adoré cette galerie de personnages et avoir le sentiment d'être moi aussi, une habitante de North Bath, même si c'est parfois risqué de s'aventurer dehors sous peine de se prendre une salve de chevrotines!
John Irving a dit cela de Russo, et je le rejoins à cent pour cent : « Cette grâce naturelle de conteur associée à la compassion pour ses personnages font de Richard Russo un romancier admirable. » Vous aurez bien entendu compris que je veux dorénavant lire tous ses autres romans. J'ai appris que l'auteur nous a offert une suite vingt ans plus tard avec A malin, malin et demi..
Je ne sais pas si mes comparses de lecture auront déjà envie de se jeter dessus, je sais que deux l'ont déjà lus mais moi j'ai besoin de temps pour quitter North Bath. Non, finalement je préfère me réserver ce plaisir lorsque, comme ces derniers temps, j'aurai besoin de m'évader et je sais que chez Hattie, je peux avoir un bon petit-déjeuner pour pas cher !
Lien : http://www.lanuitjemens.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
myrtille81
  27 juin 2013
Naître à North Bath n'est pas la meilleure entrée possible dans ce monde.
Depuis la construction de l'interstate qui rejoint New-York à Montréal, on n'y passe plus guère. Et comme les sources qui ont jadis fait la renommée de cette petite ville sont aujourd'hui taries, les habitants mettent tous leurs espoirs dans la possible construction d' "Ultime Évasion" un parc d'attraction. Enfin, ceux qui ont encore une petite dose d'optimisme. Ou celui. A savoir le banquier.
Miss Beryl, sa mère et ancienne instructrice , a trop le sens des réalités pour se laisser aller au même enthousiasme que son fils. Elle présent plutôt une catastrophe, symbolisée par la branche qui menace de tomber sur sa maison. Sully n'ont plus n'y croit pas. Même s'il loue le premier étage chez Miss Beryl, vous avez plus de chance de le trouver dans un des trois établissement de Bath où on sert à boire et à manger.
Un homme presque parfait, est un roman sur l'amour filial. Sully, fils d'un homme violent et alcoolique, garde tellement de séquelles de son enfance qu'il est incapable de s'engager, de s'installer dans la vie. Alors qu'il n'a pas su être un père pour son fils, il va petit à petit redécouvrir celui-ci et commencer un ersatz de relation. Miss Beryl, elle, se sent incapable d'aimer ce fils dont elle ne comprends pas les choix. Ruth, croit ferment que sa fille est celle de son amant alors même qu'elle ressemble à son mari.
Mais pas seulement. Pendant près de 800 pages, Richard Russo dépeint la vie de cette communauté, de ces gens pour la plupart socialement défavorisés. Son écriture est pointilleuse et détaille tout à l'extrême. Si le ton est souvent mélancolique, l'humour est bien présent. Un humour subtil et parfois pince-sans-rire.
Et Richard Russo a une tendresse réelle pour ses personnages, qu'il arrive à nous faire aimer. Sully, figure forte de North Bath, est un homme très attachant malgré ses nombreux défauts.
La plupart des personnages se considèrent comme des ratés ou des pas-grand-choses et n'ont pas une grande ambition. A l'image de leur ville, on les ressent laissés de côté et insignifiants à leurs yeux.
J'ai donc vraiment aimé cette première incursion dans l'univers de Russo. Mais je conseille vivement de lire ses ouvrages quand on a du temps devant soi, du temps pour plonger dans son univers si subtil et détaillé.

Lien : http://mumuzbooks.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Christlbouquine
  27 juillet 2022
Donald Sullivan, dit Sully, la soixantaine, habitant de North Bath, est au chômage à la suite d'un accident du travail qui lui a laissé un genou en très mauvais état. Il n'en continue pas moins de travailler au gré des chantiers qu'on veut bien lui confier car il est aussi, chroniquement, à cours d'argent. Divorcé, père d'un fils qu'il ne voit pour ainsi dire jamais et avec lequel il entretient des relations plus que distantes, Sully semble concentrer sur lui un bon nombre de problèmes ! le retour de son fils, Peter, à North Bath est peut-être pour Sully l'occasion d'un nouveau départ.
Ce récit fait près de 800 pages et pourtant, à aucun moment on ne sent de lassitude ou l'envie de passer des pages ! Un tour de force dont Richard Russo est coutumier et qui ne nous surprend plus. Cet auteur possède une rare habileté à maintenir l'intérêt grâce à un savant mélange d'humour, de personnages attachants et de rebondissements judicieusement distillés.
Rien de trop, donc, dans ce récit qui met en scène un sexagénaire un brin blasé, pas très doué dans ses relations mais chez qui l'on sent rapidement poindre une profonde humanité et une certaine empathie qui ne demanderait pas grand-chose pour s'épanouir.
Aux côtés de Sully, Richard Russo donne vie à une galerie de personnages un poil déjantés, atypiques, surprenants mais qui forment une communauté solide. On fera ainsi la connaissance de Beryl Peoples, ancienne institutrice, chez qui loge Sully, à l'esprit caustique et qui entretient des conversations avec son défunt mari et un masque africain qui trône dans son salon. Clive, le fils de Beryl, qui fonde tous ses espoirs sur un projet de parc d'attractions qui devrait voir le jour à North Bath. Rub, acolyte inséparable et souffre-douleur de Sully. Carl Roebuck, entrepreneur moyennement honnête et époux volage avec qui Sully cultive un rapport amitié-haine ancien.
Et encore bien d'autres personnages qui constituent la population disparate de cette ville américaine perdue au fin fond du New Jersey.
C'est un récit plein d'un humour caustique, d'une véritable tendresse pour les personnages qu'il met en scène, d'une envie de les rendre meilleurs ou de leur donner une seconde chance malgré les difficultés et les désillusions. Cela parle à chacun d'entre nous dans ce que cela raconte des relations amicales, amoureuses, familiales et dans ce que cela met en exergue de l'importance des choix que l'on fait.
Si on a aimé North Bath et ses habitants, on les retrouvera avec plaisir dans cet autre titre de Richard Russo, A malin, malin et demi, qui prend place une dizaine d'années après Un homme presque parfait (mais, petite précision, on peut lire les deux ouvrages indépendamment l'un de l'autre).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AifelleAifelle   20 avril 2020
Will passa en courant devant Sully et rejoignit son père qui le regardait de l'air de celui qui sait de quoi il retourne. Le gamimn ne pleurait plus, mais Peter avait selon toutes les apparences suffisamment l'oeil d'un père pour deviner qu'il avait pleuré. Sully avait toujours été pris de court par le chagrin, même lorsqu'il s'agissait du sien, et c'était pour lui un miracle que les autres puissent voir la peine arriver de loin ou deviner si elle venait de frapper. S'il y avait une chose que lui avait reprochée toutes les femmes qu'il avait connues, c'était bien son incapacité à voir quand elles avaient du chagrin. Même son propre fils semblait posséder ce don qui lui manquait tant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
myrtille81myrtille81   26 juin 2013
Après tant d'années, elle aurait dû au moins savoir que Sully était plus doué pour améliorer un moral déjà au beau fixe qu'à vous sortir de votre cafard. C'était un homme bien trop honnête pour aider son prochain à se sentir mieux, si celui-ci n'en était pas capable lui-même.
Commenter  J’apprécie          120
myrtille81myrtille81   27 juin 2013
Quand Peter lui adressait la parole, ce qui n'arrivait pas souvent, c'était dans un Anglais différent de celui auquel il était habitué, un anglais qui lui donnait l'impression d'être bête. La vieille Miss Peoples l'avait pourtant prévenu quand il était en quatrième que le monde récompensait les gens qui parlaient suffisamment bien pour faire sentir aux autres qu'ils étaient bêtes.
Commenter  J’apprécie          70
GuillemetGuillemet   29 décembre 2017
C'était donc tout ce qu'il était advenu de son pauvre compromis, de ses efforts pour bien faire, pour séparer les voix conflictuelles du coeur et de la raison et soulager sa conscience. ...Car l'honnêteté et la loyauté, quelque importantes qu'elles fussent pour la raison, étaient des questions qui n'avaient pas grand-chose à voir avec le coeur humain, au fond duquel résidait le mystère de l'affection et de l'amour-des sentiments que l'on ressentait ou non, purs comme l'instinct, et qui vous sautaient dessus, sans prévenir, précipitant dans le ridicule des verbes comme "falloir" ou "devoir". Le coeur humain, ou l'on ne trouvait jamais, au grand jamais, l'ombre d'un compromis. Où l'on payait ses fautes au prix fort. Où les branches noires enchevêtrées se fracassaient. Où les épées tombaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gonewiththegreengonewiththegreen   29 novembre 2017
"Je n'ai jamais dit que je n'aimais pas ta femme , Zach. J'ai seulement dit que je ne me l'envoyais pas .
- Ben vous êtes au moins deux", envoya quelqu'un à l'autre bout du comptoir, et Zach sentit le bar entier tomber sur les épaules.

p158
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Richard Russo (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Russo
Vidéo de Richard Russo
autres livres classés : chômageVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1647 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre