AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Gaudry (Traducteur)
ISBN : 286424523X
Éditeur : Métailié (30/11/-1)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 17 notes)
Résumé :

" C'est un carnet à couverture noire que j'ai toujours sur moi et dans lequel j'écris chaque jour mes doutes, mes étonnements et mes colères. J'y ébauche aussi. des articles, des chapitres de roman, des contes, des recettes de cuisine, des déclarations d'intention. Lorsque j'arrive à la fin des pages que j'ai noircies et, que je les relis, telle une brève cérémonie des adieux avant d'étrenner un nouve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
JeanPierreV
  23 juillet 2016
Coups de gueule, coups de coeurs, « Une sale histoire » – qui reprend le titre d'une chronique du livre – aurait pu s'appeler Journal d'un Indigné…Luis Sepúlveda auteur chilien écrit chaque jour sur un carnet à couverture noire qu'il a toujours sur lui ses doutes, ses peines, ses indignations du moment, et les publie dans ce livre…
Un blog avant l'heure.
Des textes faisant référence à l'actualité de la période janvier 2002-mars 2004, préparatifs de la guerre en Irak, prêtres pédophiles, politique américaine, politique de Sharon en Israël, conséquence du naufrage du Prestige…. Des textes toujours empreints d'une grande humanité, écrits souvent avec humour et dérision, et qui se lisent comme un roman.
L'émotion à toutes les pages.
Sepúlveda a ses « têtes de Turc », qu'il brocarde régulièrement, Georges Bush, Aznar, Berlusconi, Tatcher, les ministres de Georges Bush, Sharon et la droite israélienne…mais aussi tous ceux qui détruisent la nature au nom du fric, les pétroliers texans….tiens ! ça ressemble à Georges Bush…, le profit, la guerre en Irak… sur laquelle il écrit avec une grande lucidité :« Aujourd'hui, le destin du monde – car de cette guerre nous pâtirons tous – est entre les mains d'un homme gris, médiocre et fanatique… » (P. 97).
Et des textes graves pour nous parler de ses ami(e)s écrivains disparus, du terrorisme, des salauds qui abandonnent leurs chiens, des deux 11 septembre tragiques…
Luis Sepúlveda, très jeune s'opposa à Pinochet, fut condamné par ses juges à 28 ans de prison et ne dut sa libération qu'à Amnesty International.
Cet engagement pour la liberté, l'honneur, la paix, la défense de la nature est présent dans chacune ses chroniques…C'est l'engagement d'un homme mais aussi ce devrait l'engagement de tous les écrivains « nous, les écrivains, ne pouvons être que d'un côté de la barricade , [] nous sommes d'abord des hommes, des citoyens, des défenseurs des droits de l'homme et, s'il nous reste du temps, des écrivains », phrase de Francisco Coloane.
Souvenirs, souvenirs…
Quand on voit ce qui se passe aujourd'hui, notre actualité sinistre, on ne peut que constater la clairvoyance de cet engagé pour la paix, pour les droits de l'homme, pour la liberté, pour l'écologie.
Une voix qu'on devrait entendre plus souvent.
On sourit – jaune – des textes qu'il écrivait, les dirigeants brocardés se moquaient complètement de l'avis de ce bouffon -à leurs yeux – qu'ils ignoraient, beaucoup pleurent aujourd'hui les conséquences de leurs décisions et de leurs actes.
J'avais été séduit par l'auteur du « Vieux qui lisait des romans d'amour », j'ai été séduit par l'homme Luis Sepúlveda, par ses indignations, par ses coups de gueule, même si je ne suis pas totalement en accord avec toutes ses chroniques
Comme j'aimerais qu'il tienne un blog afin que périodiquement ses réflexions sur l'actualité puissent être connues, sa voix puisse être écoutée à défaut d'être entendue!
Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
cathe
  19 septembre 2015
Sepulveda est l'auteur du merveilleux " le vieux qui lisait des romans d'amour" et d'autres romans qui se passent en Amérique du Sud. On sait moins que c'est un auteur très engagé politiquement qui s'est toujours battu contre toutes les oppressions, l'injustice et l'intolérance.
Ce livre rassemble une soixantaine de petites chroniques qu'il a écrites ces dernières années. Elles retracent à la fois des jugements sur la vie politique internationale (l'ONU, l'Uruguay, l'Irak, Bush, encore Bush…), des évocations d'écrivains amis morts récemment (Coloane, Montalban) et des épisodes de son enfance. Les chroniques les plus drôles sont aussi les plus touchantes : il récupère un chien abandonné par son maître, suit ce dernier sur l'autoroute jusqu'à ce qu'il s'arrête, puis lui rend le chien (toujours le souci de la justice) ; il photographie des annonces dans des vitrines, "Nous donnons des explications", "On prend les mesures"…et entre dans les boutiques en prenant ces annonces au pied de la lettre ! ; il sympathise avec un Père Noël anti-Sharon, etc.
La variété de ces chroniques est telle que l'on ne s'ennuie pas une minute en les lisant, on les dévore même comme si c'était un roman ! Quelle formidable leçon de vie, de tolérance et d'indignation face à toutes les injustices et à toutes les bassesses !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
michel.carlier15michel.carlier15   14 avril 2013
Afghanistan : amer bilan .
Ce sont uniquement les Nord-Américains qui donnent les ordres et décident des objectifs à attaquer , sans la moindre consultation des forces européennes positionnées en première ligne sur l'hypothétique front , lesquelles , par exemple , ont prévenu les bombardiers nord-américains que l'un des édifices qualifiés de caserne d'Al Quaida , était , en réalité une enclave alliée , occupée par des soldats hollandais . Les Américains ont bombardé et cinq soldats hollandais sont tombés sous le "feu ami" . Il n'y eut ni excuses ni explications , et il n'y aura aucune enquête .
Un officier allemand se demande : "Je tombe sur une humble femme âgée qui a peur pour ses deux chèvres et ses six poules , et deux jours plus tard le commandement américain informe que cette vieille femme fournit des vivres à Al Quaida . Ma formation de soldat m'incite à ouvrir une enquête , mais le commandement américain ordonne un "dog and pony show" et , d'un hélicoptère , ils mitraillent la vieille , les chèvres et les poules . Les Nord-Américains sont convaincus de mener une guerre sainte . A leurs côtés , nous pouvons oublier toute notre formation sérieuse " .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JeanPierreVJeanPierreV   23 juillet 2016
Il n'est pas de plus grande satisfaction que de recommander un livre que l‘on aime, que l'on relit souvent en accomplissant le rituel du choc de deux états d'esprit -ainsi que Papa Ernest définissait l'acte de lire - et en quittant ses pages avec l'agréable sensation d'avoir rendu visite à un ami chez qui les portes sont toujours ouvertes et où se trouve une gourde débordante de vin, d'amitié et d'histoires. (P. 56)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
zorazurzorazur   25 novembre 2011
Nous avons été capables d'incarner de belles idées sur lesquelles nous avons essayé d'établir une vie paisible : à chacun selon ses besoins et son travail, personne ne doit avoir plus de pain que ce qu'il peut manger, aucun homme ne peut posséder trois manteaux si son frère tremble de froid, ni se reposer dans son palais si ceux qui l'ont construit dorment à la belle étoile. Ni maîtres ni serviteurs : humanité. Et plus nous nous sommes rapprochés de la concrétisation de telles idées, plus la punition a été grande, la punition implacable réservée à l'ennemi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CLMOHCLMOH   26 septembre 2013
Si la honte faisait rougir le visage de ceux qui ne connaissent pas ce sentiment, l'oncle Sam, cet individu vêtu d'un frac de clown et d'un chapeau de magicien merdique, l'oncle Sam serait une espèce de tomate murcienne archimure.
Commenter  J’apprécie          20
zorazurzorazur   25 novembre 2011
Il est dit que tout homme doit découvrir quelque chose qui justifie sa vie.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Luis Sepúlveda (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luis Sepúlveda
Présentation Dernières nouvelles du Sud par Luis Sepulveda et Daniel Mordzinski .Une présentation en images du dernier livre de Luis Sepulveda et Daniel Mordzinski, Dernières nouvelles du Sud. En route pour la Patagonie...
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Mélanges littéraires (71)
autres livres classés : littérature chilienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le vieux qui lisait des romans d'amour

En quelle année est paru ce roman ?

1990
1991
1992

10 questions
274 lecteurs ont répondu
Thème : Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis SepúlvedaCréer un quiz sur ce livre