AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1095360000
Éditeur : Editeur distribué par Harmonia Mundi (07/01/2016)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Véra et Tsiona aiment à se rappeler leur première rencontre, à quatre ans, dans un jardin d’enfants de Tel-Aviv. Véra a grandi entre un père artiste volage et une mère infirmière rangée. Tsiona a perdu son père quand elle était petite.
Après le lycée, Véra, la sensible, l’artiste, ne sait pas ce qu’elle veut faire ; Tsiona, l’effrontée, engagée dans un mouvement de jeunes pionniers, va participer à la fondation d’un kibboutz dans le Néguev.
Malgré leur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  14 février 2016
Très rare de pouvoir lire un roman traduit de l'hébreu, écrit en 2015. La traduction est très agréable à lire.
Vera et Tsilona sont d'abord deux fillettes qui vivent à Tel-Aviv et fréquentent la même école. Elles se lient d'une amitié tellement forte qu'elles se considèrent comme deux soeurs.
Toutes deux sont élevées par leur mère.
Le père de Tsilona est mort dans un accident de travail et le père de Véra est un peintre qui part souvent à Paris pour vendre ses toiles.
A la mort de sa mère, Véra évoluera vers des goûts artistiques et Tsilona aura des activités plus concrètes.
Celle-ci participera à la fondation d'un kibboutz, ce qui ne convient pas à Véra.
Des réfugiés juifs arrivent en Palestine dont Yossef, un poète qui va bien séparer les deux filles.
Nous nous situons alors avant la création de l'Etat d'Israël, une période dont je n'avais jamais lu aucun roman.
J'ai apprécié cette histoire mais j'ai un peu regretté la tristesse qui ressort du livre.
La couverture du roman est très belle, le format très agréable et les pages lisses au toucher invitent à la lecture.
Je remercie Babelio dans le cadre de Masse critique et les éditions de l''antilope pour m'avoir permis de faire connaissance avec Rachel Shalita et l'ancien état d'Israël, la Palestine, avant 1948.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          308
rabanne
  30 mars 2016
Encore une de ces lectures un peu décevantes, dans laquelle j'ai eu l'impression d'être spectatrice. Malgré de bons moments, une plume plutôt fluide, j'ai eu cette sensation désagréable de superficialité.
Tel-Aviv, Véra est une petite fille précoce et choyée. Son père, un artiste-peintre, s'absente régulièrement du foyer pour se rendre à Paris. Véra vit donc souvent seule avec sa mère. Elle lit d'amitié avec Tsiona, une camarade d'école du même âge. Leur relation devient tellement fusionnelle qu'elles se disent presque soeurs, des âmes soeurs...
C'est un récit sur la destinée, l'abandon, la fuite, l'idéal patriotique, le deuil, le traumatisme. En toile de fond, l'espoir d'un peuple exsangue qui retourne à ses racines, au mythe de la Terre promise, mais qui se voit confronté à la réalité territoriale. La fin brutale nous fait prendre conscience du conflit israélo-palestinien qui se dessine, à la suite de la création de l'État d'Israël. Les deux "soeurs" sont alors devenues ennemies, abandonnées chacune à leur sort, à leurs propres combats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Aela
  17 avril 2016
"Comme deux soeurs" est un roman traduit de l'hébreu ( Ahayiot ahayiot) qui nous plonge dans la Palestine des années 30 et 40, juste avant la création de l'Etat d'Israël.
Tsiona et Véra sont deux amies inséparables qui se connaissent depuis le jardin d'enfants. Tsiona a perdu son père très jeune, il était maçon et a disparu dans un accident du travail.
Véra perd jeune sa mère, son père, artiste-galeriste, passe plus de temps à Paris qu'en Israël. Elle le rejoint à Paris pour entamer des études aux Beaux-Arts mais une grande déconvenue familiale va la ramener en Israël, aux côtés de son amie Tsiona, qui vit dans un kibboutz du Neguev.
Un peu rebutée par la vie austère et rude dans le kibboutz, Véra va y développer toutefois ses talents de peintre.
Entre Véra et son amie Tsiona, un homme, Yossef, rescapé de la Shoah, noyant son désespoir dans la poésie et le rêve d'un monde nouveau...
Il veut rejoindre le kibboutz..
Un livre plein de finesse qui nous entraîne dans un tournant de l'Histoire.
Les personnages sont attachants.
Rachel Shalita, l'auteure, est née au kibboutz Tel-Yossef. Elle vit à Tel-Aviv où elle enseigne à l'école d'art Beith Berl. Elle est auteur de pièces de théâtre et de nouvelles, et coauteur de la méthode d'apprentissage L'Hébreu au présent. Comme deux soeurs est son premier roman.
Beaucoup d'éléments autobiographiques dans ce livre donc, et on se laisse porter par ce souffle de l'Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
lucia-lilas
  12 juillet 2016
Années vingt ou trente, hôpital Hadassah de Tel-Aviv, Dvorah donne naissance à Véra.
Elle aurait préféré un autre prénom : Tsipi, Ruthi, Shula ou Hermona. Mais Léon, son mari, a choisi Véra, en souvenir de Véra Weizmann. Trop « galoutique », juge Dvorah se pliant malgré tout au désir de son époux. « Galout », c'est l'exil, la diaspora.
Natif de Rostov-sur-le-Don, en Russie, où il a passé les vingt-cinq premières années de sa vie sous le nom de Leïb Rostovich, Léon vit mal avec cette femme née au kibboutz et native de la terre de Palestine.
Artiste peintre et amoureux de la France, il emmène sa fille de quatre ans dans son atelier rue du Prophète-Jonas. « L'art, lui murmure-t-il à l'oreille, c'est toute la vie, c'est quelque chose que tu fais parce que tu es incapable de ne pas le faire. ».
Il part souvent, à Paris, où il expose ses toiles et s'abandonne à quelques infidélités. Bien sûr, il envoie des cartes postales mais elles ne compensent pas son absence…
Un jour, Véra rencontre Tsiona. Où, comment ? Personne ne sait plus. Mais qu'importe…
Le père de Tsiona, bâtisseur, vient de mourir en tombant d'un troisième étage. La petite vit seule avec sa mère, un peu comme Véra.
A la récréation, les deux fillettes jouent à « Comment papa est tombé d'un échafaudage » sous l'oeil inquiet de la maîtresse.
Tsiona a plus de liberté que Véra : elle guide son amie dans la ville et lui fait découvrir de nouveaux jeux.
Un matin, les filles demandent à Dvorah comment devenir soeurs. « Seules les âmes sont soeurs » répond la mère, ce qui satisfait Véra mais Tsiona, entêtée, proteste : « Ce ne sont pas nos âmes, c'est nous, nous sommes soeurs. ». Et puis, l'idée lui vient que Véra pourrait même partager son père…
Découvrant enfin l'atelier de Léon, Tsiona demeure déçue par l'indifférence de cet homme et oublie sa contrariété en s'imprégnant de l'odeur du lieu, des planches fraîchement coupées, de la mer… Elle observe les tableaux et l'un d'entre eux retient son attention.
 « - Regarde, elle s'intéresse au tableau que tu n'aimes pas, dit Véra à son père. - Ce n'est pas que je ne l'aime pas, mais je pense que ça n'a pas de sens de peindre des Arabes comme on peindrait des héros bibliques. Ils risquent bientôt de nous causer de sacrés problèmes. - Quels problèmes ? demande Véra… - Des problèmes dont on ne sortira jamais. »
Lycéenne, Tsiona s'engage dans un mouvement de jeunes pionniers : elle souhaite rejoindre le Kibboutz du Néguev et vivre selon les règles de la collectivité. Elle parle « au pluriel : « Nous avons des terres » ou « Un village arabe jouxte notre kibboutz ». »
Elle souhaite même s'engager dans les troupes d'élites du Palmach. « Tu veux mourir jeune ? » lui demande Véra effrayée par une telle décision. « - Au Palmach, on se bat, on ne meurt pas » répond Tsiona portée par sa détermination sans limites et sa force de caractère exceptionnelle.
Après la Libération, les premiers survivants du génocide des Juifs d'Europe arrivent : Sacha est violoniste. « C'était la première fois qu'elle rencontrait quelqu'un revenu de « là-bas ». Quelqu'un qui avait traversé ces atrocités et qui avait tout perdu. »
Ces rescapés doivent tenter de s'adapter à un pays dont ils ne connaissent ni la langue ni les moeurs. Étrangers parmi les leurs…
Lorsqu'il joue, l'émotion de Véra et de son père est immense, incontrôlable. Sa musique raconte ce qu'il a vécu : « Véra sentit venir une catastrophe, un cataclysme d'une ampleur inimaginable. Elle n'en serait pas la seule victime. le monde entier en pâtirait. La planète quitterait sa trajectoire. Ce malheur aurait des conséquences incalculables pour l'humanité. Les larmes de Léon n'avaient rien à voir avec la musique de Sacha. Papa pleurait sur ce monde au bord de l'abîme et sur la vie qui ne serait plus jamais la même. »
Comme deux soeurs est l'histoire de deux jeunes filles dans cette société juive de Palestine avant la création de l'État d'Israël, deux points de vue opposés sur les voies à suivre, deux destins qui vont s'entremêler dans un monde profondément meurtri et en complète mutation où chacun va devoir trouver sa place et sa fonction, ce pour quoi il est fait, ce vers quoi il doit tendre.
Et c'est difficile car tout est à construire.
« Tu ne comprends pas que pour nous il en va autrement. On n'a pas le droit de penser individuellement à ses rêves, à ses petits voyages d'agrément, à son petit confort… » sermonnera Tsiona, l'engagée, rêvant de participer activement à la construction de son pays, tandis que Véra, sensible et fragile, souhaite partir avec son père à Paris pour faire une école d'art, dans cette capitale où « le soleil a de l'éducation ».
La Palestine « n'apportera rien d'intéressant à l'histoire de l'art, explique Léon à sa fille, pour faire un bon tableau, il faut au moins quelques journées nuageuses dans l'année. le ciel bleu, ça fait peut-être du bien aux êtres humains, mais pour l'art, c'est une catastrophe. »
Véra acceptera-t-elle de partir ? Les soeurs vont-elles pouvoir se séparer ? Comment vont-elles s'inscrire dans ce monde en mouvement, tenter de le bâtir avec ce qu'elles sont, essayer d'y vivre, d'y être heureuses, si c'est possible…
Un très beau texte écrit dans une langue sobre et poétique sur le destin de deux femmes aux aspirations contradictoires dans un monde difficile où les gens souffrent et où il faut lutter pour exister, pour donner un sens à sa vie et à celle de son peuple.
Se construire et se reconstruire, coûte que coûte sans jamais rien abandonner…
Toutes deux, elles iront, empruntant chacune leur chemin… Peu importe la voie que l'on prend finalement, pourvu que l'on avance…
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
mollymon
  05 mai 2018
Rachel Shalita raconte l'histoire de deux israéliennes, Véra et Tsiona, qui se connaissent depuis leur plus jeune âge.
De caractères totalement opposés, Véra est rêveuse alors que Tsiona est pragmatique, elles sont cependant très attachées l'une à l'autre et s'aiment comme deux soeurs. Après une enfance passée à Tel-Aviv, la vie les sépare pour finalement les réunir dans un kibboutz. Mais l'arrivée d'un jeune homme risque de mettre en péril leur belle amitié…
Cette histoire aurait pu être intéressante avec son évocation de l'implantation de la population juive en Palestine avant la création de l'état d'Israël, mais l'auteur lui donne un côté beaucoup trop sentimental et même parfois mélodramatique qui ne m'a pas convenu. Par contre, j'ai apprécié toute la partie consacrée à la vie des kibboutznikim qui illustre la confrontation entre les aspirations individuelles et idéaux collectifs.
Alors que Tsiona adhère totalement à l'idéologie socialiste et se plaît dans un mode de vie communautaire , Véra a du mal prendre part à la vie de la communauté. Elle ne s'intègre pas car elle veut garder son intimité et sa liberté. Véra et Tsiona sont si divergentes dans leurs espoirs et leurs attentes, qu'on on peut se demander si leur histoire, située avant la naissance officielle de l'état d'Israël, ne préfigure pas celle de la vie politique passionnelle qui attend ce pays en devenir. Dommage que trop d'eau de rose noie le poisson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          125

critiques presse (1)
Telerama   27 janvier 2016
Haletant et ­intimiste, le récit donne chair à un ­moment fondamental de l'histoire ­israélienne. Et ouvre le champ d'une profonde réflexion sur la genèse d'un pays.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   17 avril 2016
Sur la couverture, le titre était écrit en lettres frisottantes.
Hanefesh haksuma, L'âme enchantée.
Au-dessus, le nom de l'auteur: Romain Rolland.
Au centre, un dessin au fusain, une femme vêtue d'une robe longue, un style qu'elle connaissait, pas du Paris de l'après-guerre mais des cartes postales vendues par les bouquinistes sur les quais de la Seine.
Commenter  J’apprécie          160
jeunejanejeunejane   14 février 2016
- L'art, c'est toute la vie, c'est quelque chose que tu fais parce que tu es incapable de ne pas le faire. L'émail, c'est autre chose. On te paie pour le faire. Tu te donnes du mal pour que ce soit le plus joli possible mais ce n'est pas absolument nécessaire. Sans l'art, rien n'est possible.
Commenter  J’apprécie          190
rabannerabanne   30 mars 2016
Bandes de dingues. Qu'ai-je à faire avec ces figures qui ne pensent qu'à mettre le désert en valeur, à le changer, à l'occuper, à y construire une baraque, et encore une, à bétonner le sable et à percer des routes ?
Commenter  J’apprécie          112
AelaAela   17 avril 2016
Tsiona lut à haute voix: alef, mem, alef. Ima, maman.
Véra confirma et continua de tracer les lettres avec la pointe du couteau: tav, mem, vav, tav.
Tsiona ne saisissait pas le sens.
Véra effaça le mot à l'aide du couteau.
Elle redessina tamut, va mourir.
Tsiona comprit cette fois, mais elle se refusa à lire.
Commenter  J’apprécie          70
AelaAela   17 avril 2016
Léon osa quelques mots d'anglais. Sacha comprenait le peu d'anglais qui lui restait de son séjour à l'orchestre philharmonique de Londres, mais pas suffisamment pour tenir une conversation. Léon tenta le français.
Sacha éclata de rire et dit en hébreu lo, lo, non, non.
Et là, il surprit Léon en déclarant:
- Ikh red yiddish.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Rachel Shalita (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rachel Shalita
La romancière Rachel Shalita présente son roman "Comme deux s?urs", publié aux éditions de l'Antilope, en librairie à partir du 7 janvier 2016
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
825 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre