AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253191523
Éditeur : Le Livre de Poche (07/01/2015)

Note moyenne : 2.88/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Alex et Leslie Twisden mènent une vie radieuse : jobs en or, luxueux hôtel particulier en plein Manhattan, et mariage passionnel. Ce qui leur manque en revanche, c'est un enfant, et, après l'échec d'innombrables traitements, leur désir de progéniture vire à l'obsession. Dans une dernière tentative désespérée, Alex et Leslie se rendent en Slovénie afin d'essayer une procédure médicale très particulière. Et là, c'est le miracle? Dix ans plus tard, couvés et dorlotés m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
DoVerdorie
  25 février 2015
Ce livre avait, en principe, tout pour me plaire...sur le thème d'un Frankenstein des temps modernes au nom de docteur Kis, qui mélangeant des ADN d'animaux connus pour leur vigueur (dont le loup, l'ours, le gobi...) inocule, par grosses seringues interposées, cette admixtion biologique aux couples en mal d'enfant.
Alex et Leslie, couple rupin new-yorkais, qui a déjà tout essayé et expérimenté (l'auteur nous épargne heureusement une fastidieuse énumération), se déplace donc en désespoir de cause jusqu'en Slovénie pour se faire piquer par l'obscur et arrogant Kis. Aussitôt rentrés à l'hôtel, ils font la bête à deux dos et... bingo ! Leslie est enceinte.
La grossesse se passe plutôt bien, si on excepte une pilosité excessive et l'extrême irascibilité de Leslie...
Fin de la première partie du bouquin, qui jusqu'à là (p. 102) se lit avidement et aisément, grâce aussi à une juste dose d'humour pince-sans-rire.
Les jumeaux (Adam et Alice) ont déjà dix ans quand débute l'excessivement longue deuxième section (sans humour désormais) de ce livre qui veut se placer dans le genre "fantastique".
Les enfants qui sentent que quelque chose ne tourne pas rond chez leurs parents toujours affamés...fuguent.
Sur le chemin de leur cavale, Adam et Alice rencontreront d'autres jeunes (bizarres) et des adultes, dont le seul (!) pour lequel j'avais ressenti une réelle sympathie, va être "abandonné" en cours de parcours et pendant une poursuite parents-petits qui s'éternise, s'éternise et...
Au final, cette histoire de bestialité et sauvagerie ne m'a procuré aucune émotion, aucune électrisation de l'échine, ni même le moindre frissonnement. La conception de l'idée de ce récit était bonne et aurait pu être une histoire palpitante avec 240 pages en moins (sur les 480) et une fin moins abrupte qui, au bout du compte, m'a laissé sur ma faim...

La lecture est une route inconnue sur laquelle on s'engage sans connaître son terme... Je remercie la Librairie Générale Française et leur département Préludes, ainsi que Babelio pour ce partenariat dans le cadre de Masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Kittiwake
  30 mars 2015
Deux déclencheurs pour ce choix de lecture : la confiance accordée aux chroniqueurs de Cercle Polar et une grosse envie de me faire peur!
Et un résultat en demi-teinte : le sujet fait froid dans le dos, certes. le désir de transmettre ses gènes peut conduire à des options hautement risquées, comme celle de suivre un traitement de choc dans une contrée lointaine (pas sûr que les lecteurs américains situent d'emblée la Slovénie, s'ils en connaissent le nom). A ce stade, on est ferré, prêts à découvrir avec des frissons de délice les effets secondaires des injections sauvages reçues ! Même si la vraisemblance scientifique a été laissée pour compte,lLe résultat est à la hauteur des attentes, la vie de ce couple en mal d'enfant est rapidement bouleversée, mais miracle : leur voeu est exaucé, ils vont être parents de jumeaux…
Jusque là le lecteur est comblé, lui aussi. Et puis, comme si l'auteur n'avait pas prévu de plan pour la suite, on se noie dans les conséquences bien entendu catastrophiques de l'exercice de la fonction parentale de notre couple maudit. Beaucoup de poursuites, de fuites, de drames, sans fil conducteur, ce qui fait que l'on finit pas se lasser et attendre une fin, là aussi un peu décevante, a moins qu'une suite soit dans les tiroirs (car, tout de même il reste plein de gens en vie dont on se demande ce qu'ils vont devenir)
Très bon début, puis baisse de forme au cours du récit, qui pourrait être rachetée par un deuxième tome….
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Ambages
  06 mars 2017
« Elle pose sa valise, se racle la gorge, appelle à nouveau, mais la peur est toujours là, ne veut pas partir. Elle se répand comme des spores, comme un cancer, l'étouffe. »
Un roman qui me tentait parce les critiques en quatrième de couverture parlaient de « thriller pétrifiant. » Un couple, qui ne peut avoir d'enfant et après de nombreuses tentatives, décide de se rendre en Slovénie pour expérimenter la nouvelle méthode mise au point par le docteur Kis. le résultat ira au-delà de leurs souhaits et de leurs envies, au-delà de ce qu'ils pouvaient imaginer.
Cela se lit très rapidement, l'écriture est fluide, les personnages sont décrits chacun avec précision ainsi que l'environnement, les décors sont soignés, mais je n'ai pas été terrifiée. Dommage pour un thriller ! Malgré tout, l'auteur aborde au fil de l'histoire certains thèmes comme le besoin d'enfant à tout prix, la vision des homosexuels, les liens familiaux, mais ce mélange me laisse perplexe car, à mon sens, il ne va pas assez loin, y compris dans le déroulé des évènements. Peut-être est ce du au fait que l'histoire concerne des enfants de dix ans et que le lecteur est souvent placé de leur point de vue, donc édulcoré. A l'exception de quelques scènes, ce livre est trop léger. Une série B.
« C'est peut-être cela, l'instinct de mort... non une attirance vers la mort elle-même mais la conscience de la réalité brute, inexorable de la mort rongeant la vie jusqu'à ce qu'elle cède. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Aelynah
  17 février 2015
Alex et Leslie s'aiment et ce depuis des années. Leur couple s'est rencontré, aimé, marié en l'espace de quelques mois et des années plus tard rien n'a changé.
Rien sauf un vide dans leur vie. Cela fait trois ans que celle-ci est bercée d'analyses, de professeurs, de médecines douces ou de pointe. Tout cela dans le but d'avoir un enfant, un bébé, un héritier, un petit être fait d'une partie de chacun d'entre eux.
Trois ans. Trois ans c'est long, cela minerait plus d'un couple mais le leur tient bon mais pourtant le désespoir commence à poindre en eux. Jusqu'à ce soir particulier où ils croisent dans Hyde Park un couple qui, il y a peu était dans la même galère, le même cercle vicieux de recherche, test, espoir, échec.
Ce soir-là quand ils les croisent Alex ne peut retenir un peu de hargne devant le ventre déformé par la grossesse de cette femme.
Est-ce un hasard? Une préméditation? Toujours est-il qu'en échange d'un poste dans son cabinet d'avocat Jim Johnson l'heureux futur père est prêt à partager sa recette miracle.
Et alors que Leslie était prête à tout laisser tomber et à envisager l'adoption, Alex réussit à la convaincre de se rendre en Slovénie pour rencontrer, pour une ultime tentative ce médecin.
L'auteur rien que dans ce premier chapitre a su mettre énormément de sentiments pour prendre le lecteur dans ses filets. On partage, on ressent la détresse de ce couple en mal d'enfants. Pour certains leurs réactions pourraient paraître poussées mais pour d'autres c'est la compréhension qui s'immisce dans les coeurs. Comment ne pas nous sentir imprégnés de leur histoire d'amour, de ce besoin de procréer, mais aussi de cet abattement qui semble les toucher de plus en plus à chaque échec.
Alors tout comme eux, ce remède miracle, même s'il semble arriver un peu trop comme un miracle justement, nous attire. Nous voulons y croire alors nous partons avec eux, nous prenons cet avion vers la Slovénie avec l'espoir cheville au corps mais aussi un sombre pressentiment.
Au vu du titre du livre nous nous doutons que le miracle va avoir lieu mais à quel prix? Pour quelles conséquences immédiates ou futures??
Et c'est ce que l'auteur va nous mener à découvrir en nous tenant dans ses griffes dés le début par l'empathie que nous ressentons pour ce couple.
Oui, ils sont riches, il a cinquante ans ou presque et elle dix-huit de moins, mais ils s'aiment. Ils peuvent, c'est vrai, se permettre d'espérer plus souvent ou plus longtemps parce qu'ils en ont les moyens financiers. Pourtant comme n'importe quel couple qui essaie d'enfanter ils nous émeuvent par leur besoin de réussite, leur douleur de l'échec mais aussi et surtout par cet amour qui les lie encore et toujours dans l'épreuve de l'infertilité.
Alors quand la grossesse est avérée nous sommes heureux pour eux, avec eux. Et puis tout comme eux nous allons commencer à avoir de nouveaux sentiments face à cette grossesse mais surtout à ces désagréments, ces transformations ou ces désordres hormonaux qui semblent vouloir nous mener vers autre chose qu'un moment de béatitude.
Car vous le verrez, je n'en dirai pas plus il faut le découvrir au fil de la lecture pour en appréhender au mieux toute la montée en puissance du stress, de cette sensation de malaise qui semble vous emplir à la lecture des chapitres les uns après les autres.
L'imagination de l'auteur est absolument maléfique et ce qui arrive à ses personnages parait à la fois complètement aberrant et cependant totalement réaliste avec la médecine actuelle et les savants fous qui peuvent peupler notre planète.
10 ans plus tard. Adam et Alice vont nous émouvoir par leur courage et la vie qu'ils mènent ainsi enfermés chaque soir dans leur chambre mais aussi par cette complicité de jumeaux et cette absence d'amis. Leurs découvertes sur les raisons de cet enfermement vont les pousser à prendre des décisions téméraires et probablement dangereuse pour eux mais aussi pour ceux qui vont peut être les aider.
Autant la première partie nous émeut par la détresse de ce couple sans enfant, autant la seconde nous plonge dans l'incompréhension et petit à petit l'horreur des découvertes.
Comment lutter contre ça? Contre les expériences complètement folles de certains médecins pour seuls objectifs l'amélioration, la richesse et la célébrité. Mais voient-ils plus loin que le succès immédiat? Nous en avons un triste exemple parmi d'autres avec les hormones de croissance.
Ce livre nous déroule une situation similaire avec l'utilisation du désespoir des uns pour se servir d'eux comme cobayes sans tenir compte des conséquences futures. Et ce, sur un sujet qui va en toucher plus d'uns, la fécondité ou plutôt l'infertilité puis l'amour parental et ses débordements.
Jusqu'où irions-nous pour avoir des enfants ? Jusqu'à quels débordements serions-nous capable de les aimer, de les chérir ou de les protéger ?
L'auteur a su nous distiller une tension au compte goutte par de nombreux non dits. Car pas ou peu de descriptions horrifiques ou de crimes dans ce thriller juste des murmures dans la nuit, des frissons d'appréhension qui vous prennent à la lecture de certains passages.
Des sensations, des soupçons et une imagination fertile qui même ainsi ne suffit pas à donner une idée de tout ce que ce voeu pieu d'enfants a pu entraîner comme horreur et comme transformation chez les heureux parents et leur progéniture.
Un seul bémol dans ce roman ce sera cette fin qui me laisse sur ma faim (une fois lu vous verrez que le jeu de mots est plutôt juteux) et que laisser le lecteur dans cette expectative est inhumain.
La suite en anglais s'appelle Brood et je n'ai qu'une hâte la voir traduite pour continuer à frémir et à frissonner d'horreur et d'appréhension pour ces deux jumeaux qui me sont devenus proches.
C'est, en bref, un roman surprenant par ce sujet sensible, d'une tension extrême et tendue tant par l'empathie que l'on ressent au début que par le choc et l'horreur qui vont finalement faire place dans nos coeurs ensuite. Heureusement il nous reste un minuscule espoir mais justement est-il viable et cela seul la suite nous le dira.
J'ai donc adoré la plume de Chase Novak de bout en bout, elle m'a donné des noeuds à l'estomac et une imagination pire que ses descriptions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipette
  07 février 2015
Leslie et Alex Twisden ont tout pour être heureux, sauf un enfant. Épuisés et déçus par des traitements et des interventions sans succès, ils jouent le tout pour le tout auprès d'un docteur slovène aux méthodes peu conventionnelles. Leslie tombe finalement enceinte, mais au prix de quels sacrifices ? Dix ans plus tard, les jumeaux Adam et Alice ne comprennent pas pourquoi leurs parents les enferment à clé dans leurs chambres tous les soirs. « C'est pour qu'on ne vous mange pas, dit Leslie en ébouriffant les cheveux d'Adam. Elle le dit en plaisantant, mais cela résonne comme la chose la plus vraie qu'elle leur ait jamais dite. » (p. 129) Adam épie ses parents et il n'aime pas les bruits et les propos qu'il entend. Une nuit plus effrayante que les autres, Adam et Alice fuguent de leur lugubre maison, prêts à tout pour survivre et échapper à la menace qui pèse sur leurs petits corps, même s'il ne leur est pas facile de quitter leurs parents. « Mais c'est… c'est maman ! Qui sera là pour nous aimer, après ? » (p. 432)
Un peu du professeur Frankenstein, un peu du docteur Moreau, une ambiance à la Stephen King : ce roman avait beaucoup d'atouts, mais le postulat de départ est insuffisamment approfondi et l'intrigue finit rapidement par tourner en rond. S'enchaînent alors sans grande surprise fuite des enfants, traque des parents, remords, peur, mort d'un personnage secondaire auquel il avait été donné trop d'importance, ou pas assez selon les chapitres. Bref, Conception est un roman qui fait frémir, mais dont le potentiel horrifique aurait pu être largement plus développé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (1)
Liberation   12 janvier 2015
Chase Novak, alias Scott Spencer, s’empare d’un sujet hautement sensible avec une redoutable finesse. Résultat : impossible de ne pas compatir au désarroi des Twisden, difficile de ne pas comprendre qu’ils aillent jusqu’à tenter le diable, cet obscur toubib Kis, très Dr Jekyll, sis à Ljubljana.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
DoVerdorieDoVerdorie   18 février 2015
Le père saisit la main du bébé qui ressemble à une petite étoile, la porte à sa bouche et émet des miam miam miam sonores, comme s'il dévorait un mets des plus délicat. «Oooh, je pourrais te manger», dit le père, comme si c'était la chose la plus normale du monde, et que pratiquer le cannibalisme sur ses propres enfants était le signe ultime de l'affection.
Commenter  J’apprécie          160
CaprideghCapridegh   24 octobre 2017
"On est franchement horribles, dis Leslie, mais elle se sent si amoureuse d'Alex à cet instant qu'elle ne peut s'empêcher de sourire.
- C'est plus fort que nous, ma chère.
- C'est quoi, tous ces "ma chère" ? C'est prétentieux...
- J'essaie seulement de repousser les ténèbres."
Leslie secoue la tête, Alex sort une vieille clé de geôlier, grosse, rouillée, et l'insère dans la serrure.
"On devrait avoir honte, dit Leslie.
- On a honte - un peu.
- Nous devrions nous suicider.
- Tu ne penses pas ce que tu dis.
- Si.
- Eh bien, c'est impossible. Ce n'est tout bonnement pas dans notre nature - ça ne l'est plus. Aucun animal ne se suicide, à part l'être humain."
Le visage de Leslie s'éclaire : "Et les lémurs ?
- Les lemmings, ma chère. Et il ne se suicident pas. Ils n'ont aucune idée de ce qui va arriver quand ils sautent de la falaise.
- Quelle bande de crétins, hein ?
- Tout à fait. De parfaits idiots."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AmbagesAmbages   04 mars 2017
Aucun animal ne se suicide, à part l'être humain.
Commenter  J’apprécie          180
KvetaKveta   06 avril 2017
La grossesse est une des choses les plus naturelles du monde, mais elle possède aussi un aspect de science-fiction: on place une graine dans un œuf presque invisible et une quasi-réplique de l'homme ou de la femme commence à se développer dans le corps de la femme. Ses seins gonflent, ses hanches s'élargissent, ses joues rosissent, elle a des sautes d'humeur. Âmes sensibles s'abstenir.
Commenter  J’apprécie          10
CaprideghCapridegh   24 octobre 2017
La soirée est douce et les derniers lambeaux du jour, gris pâle et bleu foncé, s'accrochent à la cime des arbres de Central Park. Laissant derrière eux le sous-sol de l'église de la 90e Rue Ouest, Leslie et Alex rentrent chez eux, dans leur maison de la 69e Est. Pour la centième fois, Leslie lui a demandé s'il l'aurait épousée s'il avait su qu'ils se seraient jetés dans cet enfer médical de l'infertilité, où les démons portent des blouses blanches, sentent le désinfectant, ne pensent qu'à vous facturer des milliers et des milliers de dollars pour leurs échecs, et de plus vous font sentir que ces échecs sont les vôtres, et non les leurs. Et comme toujours, Alex a répondu : "Je crois que le jour où tu as accepté de m'épouser a été le plus heureux de ma vie."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Scott Spencer (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Scott Spencer
Scott Spencer: 2010 National Book Festival (en anglais)
autres livres classés : transformationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Conception" de Chase Novak.

Quel est le nom du docteur en Ljubljana ?

Kas
Kes
Kis
Kos
Kus
Kys

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Conception de Scott SpencerCréer un quiz sur ce livre
.. ..