AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070145549
Éditeur : Gallimard (05/06/2015)

Note moyenne : 2.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Le jour où Tim, un scénariste raté, hérite d'un script qui pourrait non seulement conduire à la résolution d'un meurtre célèbre, mais également expliquer le décès violent de sa sœur, il plonge dans un monde interlope, en lisière de l'industrie du film.
Aidé d'un journaliste déchu et d'une réalisatrice tête brûlée qui a juré la perte du système, il entame une quête vengeresse et salvatrice.
Une quête au terme de laquelle il sera confronté à l'une des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bazart
  28 février 2016
Viol, intimidation, mutilation, prostitution, argent facile, corruption…Sommes-nous à Medellin, Buenos-Aires, Rio de Janeiro ? Ou peut-être dans une nouvelle république d'Europe de l'Est ou dans un fief mafieux de l'ex URSS ? Vous n'y êtes pas du tout chers lecteurs. Nous sommes dans l'usine à rêves de la Cité des Anges. Drogue, torture, gang-bang, chantage à la sexe-tape, inceste dans toutes les configurations et quelques meurtres bien sanglants : bienvenue à Hollywood.
Ouf ! Matthew Stokoe n'y va pas avec le dos de la cuillère. Déjà son titre en impose : « Sauvagerie » et ,dans le cas présent c'est presque un euphémisme. Tim scénariste raté a du mal à se remettre du meurtre de sa soeur, scénariste célèbre et reconnue, survenu il y a deux ans. Tim par hasard se retrouve avec un drôle d'héritage : un scénario inachevé qui ressemble à si méprendre à un crime non résolu sur les collines d'Hollywood. Petit détail Tim aimait tellement sa soeur qu'il couchait avec elle. Il sera aidé dans son enquête par un journaliste déchu qui a eu maille à partir avec une société de production très puissante.
Ce journaliste, veuf inconsolable, supporte mal le départ de sa fille avec une ancienne gloire du porno, surtout qu'il couchait avec elle (majeure, la morale est sauve) depuis la mort de sa femme.
Et Ho ! Réveille-toi lecteur, nous sommes à Hollywood bon sang ! Ce quartier de Los Angeles que les anges, apparemment, ont désertés depuis longtemps. « Sauvagerie » le polar de Matthew Stockoe devient un espace de transgression assez stupéfiant, dans ce « Los Angeles Parano », avec ses sombres héros, nous naviguons par-delà le Bien et le Mal. Nous sommes à Hollywood que Diable. Avis aux amateurs.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Mithra35
  07 juillet 2015
La critique va être courte. J'ai en effet arrêté très vite ce roman.
Après le frère incestueux à la page 41, voici le père incestueux à la page 53 (une relation qui dure quand même 7 ans).
Là, j'ai dit stop. Ce n'est tout simplement pas crédible.
Impression d'ailleurs que l'on a dès les premières pages du roman.
On peut légitimement se poser la question du travail de l'éditeur et des raisons qui ont poussé Gallimard à traduire ce roman qui n'a pas grand intérêt.
Commenter  J’apprécie          00
BobPolar
  18 octobre 2015
Si à la lecture du titre et de la quatrième j'étais marqué par une moue figée, je tentais cependant de me remémorer les diatribes qui avaient accompagné la sortie de « Empty Mile » - que je n'ai pas lu - afin de retrouver un semblant d'appétit. Puis, comme un sprinter qui se lance trop tôt au coup de feu du starter, mon faux départ fut rédhibitoire, la sanction irrévocable, j'ai fini en mode marathonien qui a des ampoules aux panards. Et c'est ainsi que je me suis dit qu'il faudrait demander à A. Chainas, qui s'est coltiné la traduction, s'il a en bavé autant que moi pour achever cette « Sauvagerie ». Faut croire l'auteur quand il nous décrit cet Hollywood (Chewing Cum ?) qui rassemble tous les frappés des US puisque les personnages ont un paquet d'obsessions malsaines qui tournicotent dans leur ciboulot.
La suite sur : http://bobpolarexpress.over-blog.com/2015/10/les-triumph-de-la-liberte.html
Lien : http://bobpolarexpress.over-..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   27 février 2016
« Cette raclée ne ressemblait pas aux scènes de bagarre dans les films, où le gars tenait encore sur ses pieds après une centaine de coups de poing. Il savait qu’un ou deux chocs supplémentaires l’achèveraient : trauma crânien, lésions cérébrales. Et puis la peur le submergeait. Attaché à une chaise, prisonnier d’un remake de « Réservoir Dog » avec un malfrat latino et un psychopathe d’Hollywood, il ignorait par quel miracle il ne s’était pas encore pissé dessus. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
rkhettaouirkhettaoui   14 décembre 2015
Tous ces films à effets spéciaux, ces trucs d'action… Ils ne valent rien, mon pote. Ils sont vides parce qu'ils sont conçus par des gens vides. Des scénaristes qui n'ont jamais vécu, qui ne se préoccupent que de réussir leurs scènes clefs et de vendre leur camelote. Des réalisateurs tellement paumés qu'ils considèrent qu'un week-end de lancement à cinquante millions est un fiasco. L'art n'existe plus, mon pote. Ni le cinéma.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 décembre 2015
Un bon réalisateur tient son public en haleine lorsqu'il trouve le cœur émotionnel de son personnage. Une fois que les fils sont dénoués, on est au centre de ses motivations, de ses décisions, de ses actions. Le public apprécie cette authenticité. Pour peu que l'on arrive à la transmettre, même les actes banals deviennent palpitants. Et les protagonistes, passifs ou non, retiennent l'attention.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 décembre 2015
Tuer n'est pas si facile. La plupart des novices paniquent. Ils poignardent une première fois, persuadés que c'est suffisant, mais ça ne l'est pas. Alors ils s'acharnent pour abréger la souffrance. Mourir peut prendre un sacré bout de temps.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 décembre 2015
Être réalisateur présentait certains avantages. Coucher avec les vedettes, par exemple. Et quel meilleur moyen de baiser le système si ce n'était de baiser, au sens littéral, l'une de ses représentantes les plus éminentes ?
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : incesteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1045 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre