AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782818946503
Bamboo Edition (16/05/2018)
3.86/5   11 notes
Résumé :
Vous souvenez-vous de votre jeunesse ? De votre premier amour ? Du premier appartement quand vous avez quitté vos parents ? Vous rappelez-vous ces amis que vous aviez alors, avec qui vous refaisiez le monde la nuit, que vous vous promettiez de ne jamais perdre, que vous avez fini par perdre ? Vous rappelez-vous l'excitation, la peur, la foi en l'avenir et le premier coeur brisé ? Vous souvenez-vous du joyeux bordel qui précède les vingt ans ? Ce livre, c'est moi. C'... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Elvira
  30 mai 2018
J'ai reçu ce livre dans le cadre de l'opération « Masse Critique » ; je remercie Babelio et Bamboo éditions qui m'ont permis de recevoir ce livre. J'ai tout de suite été attirée par la quatrième de couverture et j'espérais pouvoir retrouver une part de mes vingt ans et de ma jeunesse. Malheureusement, bien que ce roman ne soit pas mauvais, j'ai été globalement déçue.
Pourtant, ma lecture avait bien commencé. J'ai été séduite par l'organisation et le rythme du roman : les chapitres sont courts, rythmés et l'histoire se déroule suivant une série de petits tableaux qui suivent un fil chronologique et thématique cohérent et qui représentent parfois différentes situations que l'on connaît lorsque l'on devient adulte. Certains chapitres, écrits du point de vue du père qui parle à son fils, offrent une nouvelle dimension à l'histoire, le recul critique de l'adulte ayant déjà été confronté à ce changement majeur, ou simplement l'évocation d'anecdotes de l'enfance du narrateur.
J'ai également été entraînée, au début du roman, par la fraîcheur de la jeunesse du personnage et par la dimension autobiographique de l'histoire. J'ai eu, l'espace de quelques instants, l'impression de me revoir à 20 ans : l'auteur évoque la location de son premier appartement, l'envie de s'installer et de construire sa vie avec la personne que l'on aime, l'amour, les rêves et projets professionnels, les amis qui sont présents ou qui s'éloignent, le sentiment que l'on grandit et que l'on devient adulte…
Cependant, c'est en poursuivant la lecture que la « magie » du début s'est rompue. Dans un premier temps par le ton et le style d'écriture : bien que plein d'humour et de dérision, le langage reste un peu trop « jeune » pour moi, parfois un peu trop « cru ». Ensuite – et c'est ce qui fait ma déception – je ne suis pas parvenue à m'identifier au personnage. Entre alcool, sexe, attitude d'adolescent attardé et souvent désoeuvré, son attitude et ses préoccupations sont assez éloignées des miennes au même âge. Alors que je m'attendais à un récit universel évoquant les difficultés du passage à l'âge adulte et les bouleversements qu'il entraîne naturellement, j'ai plutôt eu l'impression de lire les difficultés toutes personnelles d'un adolescent attardé qui refuse de grandir. Même si le roman se termine par une note positive – tous les « problèmes » se « règlent », le personnage se sent changé et adulte grâce à l'écriture du roman que l'on vient de lire -, j'aurais aimé que le personnage évolue réellement, change d'attitude, ait un véritable but, une véritable prise de conscience, ce qui n'est, selon moi, pas vraiment le cas. le passage de la vingtaine ne signifie pas devenir adulte. de plus, le récit manque de profondeur : l'auteur ne profite pas pleinement de l'écriture du roman pour effectuer un retour critique et réflexif sur lui-même, expliquer en quoi ce qu'il a vécu lui a permis de grandir et d'évoluer, ce qui est vraiment dommage.
Globalement, ce roman s'inscrit dans la veine des romans de Frédéric Beigbeder – par ailleurs présent dans le récit –, auteur dont je n'apprécie malheureusement pas le style, ni la philosophie de vie, ni la construction des personnages.
Une déception personnelle donc, mais un roman qui peut tout de même plaire à ceux qui pourraient retrouver leur propre jeunesse ou à ceux qui vivent ce bouleversement du passage à l'âge adulte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MonsieurLoup
  10 juin 2018
L'avantage avec les Masses Critiques Babelio, c'est qu'on peut s'intéresser à un livre, intrigué par un résumé prometteur, sans connaître l'auteur, la toute jeune collection qui le publie, ni d'autres avis sur celui-ci, sans prendre trop de risques. On a parfois de bonnes surprises. Parfois moins.
Ici, autant la faire courte : si ce roman n'est pas foncièrement mauvais, il n'est à mes yeux pas franchement bon non plus.
Le livre se lit très rapidement : pas très épais, les chapitres sont très courts, c'est écrit gros, il y a beaucoup de blanc, de vides. le problème, c'est que j'ai l'impression que ce vide s'est également infiltré dans les mots. Aussitôt lu, aussitôt oublié. Et pour le coup, ce n'est pas qu'une façon de parler.
Pourtant, la joie d'avoir son premier appartement, la liberté, la peur de la séparation avec certain.e.s ami.es, certain.e.s amours, l'excitation d'un avenir qui se dessine et l'angoisse qu'il ne soit pas celui qu'on avait rêvé... Ce sont des sentiments et situations quasi universelles dans lesquelles on aurait pu se retrouver.
Mais l'auteur ne développe rien derrière, reste trop en surface, peut-être à la fois trop penché sur lui-même et ne creusant pourtant pas assez en profondeur pour en dégager quelque chose.
Difficile également de s'attacher au personnage, très auto-centré (mais peut-être est-ce le but de l'auto-fiction), semblant parfois tenir plus de la posture qu'autre chose, et dont quelques réflexions (surtout concernant les filles) font grincer des dents.
Aucune émotion ne se dégage, aucune nostalgie, aucune empathie, rien. Même pas de l'ennuie, qui n'a pas le temps de s'installer tant ça se lit vite. Juste un désintérêt, une indifférence quelconque.
De plus, dès que l'auteur s'emballe, les dialogues sonnent rapidement trop écrits, pas assez naturels et sortent le lecteur du récit.
La rencontre entre moi et ce livre ne s'est clairement pas faite, peut-être parce que les influences revendiquées (Nicolas Rey et Frédéric Beigbeder) ne sont pas du tout les miennes et que je n'y ai pas trouvé ce que j'aurais aimé. Peut-être que ce sera le cas pour d'autres.
En tout cas merci à Babelio et aux éditions Bamboo pour l'envoi de ce livre lors d'une opération Masse Critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlouquaLecture
  21 juin 2018
Avec Plein de promesses, nous vivons l'arrivée des 20 ans d'Ulysse, le passage à l'âge adulte, la fin de la jeunesse.
Des hauts, des bas, des pas de travers, de bons et mauvais moments, des promesses, plein de promesses. Mais si vous êtes déjà passé par-là, vous savez que franchir un cap n'est pas simple, bien que pour moi ce fut comme pour mes autres anniversaire.
Ulysse nous fait vivre les dernières journées de ses 19 ans, non pas des mois, uniquement des jours. Et franchement ce n'est pas de tout repos ! le premier appart, la copine que l'on aime, le pote toujours fidèle. Mais vous pensez bien que si tout était si simple, il n'y aurait pas d'histoire à raconter. Pour Ulysse, tout paraît pourtant facile au début, mais ce n'est qu'une apparence.
Je me suis attachée à lui au fil des pages, j'ai vécu son passage aux 20 ans de manière intensive, j'ai ressenti toutes les émotions qu'il a voulu faire passer, j'ai eu envie de l'aider à se lancer comme écrivain. Bon ok j'ai aussi eu cette envie de lui dire de balancer Ingrid et Claire bien loin, qu'elles ne faisaient pas pour l'aider à avancer, mais bon, je n'étais que lectrice et non actrice de cette histoire.
J'ai eu l'impression qu'il vivait ses derniers jours, comme si l'âge de 20 ans était la fin du voyage, la fin de tout, comme si après il n'y avait plus rien. On parle souvent de la crise de la quarantaine ou de la cinquantaine, je n'ai jamais entendu dire qu'il y avait celle de la vingtaine, mais c'est quelque chose en tout cas ! J'espère qu'il passera plus facilement celle de la quarantaine ! Plein de promesses, c'est aussi un peu comme un journal intime auquel l'auteur confierait ses craintes sur ce fameux passage fatidique. C'est avec un rythme entraînant, des chapitres très courts qu'Ulysse nous entraîne dans ce tourbillon de sensations et d'impressions.
Une chose est certaine, c'est qu'il a réussi à me faire passer un bon moment de lecture et que s'il écrit un autre livre, je n'hésiterai pas à le lire 🙂
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nunushka
  06 juin 2018
Plein de promesses, c'est un pic d'adrénaline et une touche de mélancolie en même temps. Ça donne envie de tout foutre en l'air, d'aller revivre ses jeunes années, avec les premiers coeurs brisés et les premières déceptions qui en font partie. le rock'n'roll de l'adolescence mêlé aux premières décisions d'adulte en 220 pages. Une fois ouvert en tout cas, on ne le lâche plus.
Ce premier roman composé de chapitres courts, drôle et touchant, raconte ce moment de l'entre-deux, l'intimité d'un homme pas tout à fait homme encore, et qui redoute le fameux passage à la vingtaine.
J'ai aimé le rythme du livre, poussant implicitement le lecteur à tourner encore une page, puis une dernière, jusqu'à avoir avalé le bouquin en deux jours. J'ai aimé son style, touchant, doux et cynique à la fois, plein d'autodérision pour le héros, plein de tendresse pour les autres personnages (presque toujours). J'ai surtout apprécié l'univers du romancier, un univers qu'il offre à son lecteur : le livre est ponctué de références littéraires, cinématographiques (des séries, aussi), musicales, donnant au lecteur une idée de ses influences - l'ayant sûrement conduit à écrire ce premier roman.
Beaucoup de chapitres me plaisent, mais je vous conseille avant tout : "Petit-déjeuner", "L'histoire du pingouin", "Faux inconnus", "Boulevard du Jeu-de-Paume", "Confrontation",... Pour certains titres, j'ai peur de spoiler, alors je m'arrête là, hihi.
Je m'étais promis de ne pas faire la blague, mais ce livre me semble quand même Plein de promesses pour la suite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MaminouG
  06 juin 2018
Même si je suis en ce moment en stand-by de l'association "Les 68 premières fois", il faut croire que le gène est resté dans mon ADN. Lorsque j'ai vu, parmi la liste des invités à la Comédie du livre, le nom d'Ulysse Terrasson pour son premier roman au titre séduisant "Plein de promesses", je suis tout naturellement allée à sa rencontre.
Le jeune romancier – il a 23 ans – est fort sympathique, dynamique, drôle et gentiment disert. Nous avons donc bien discuté – j'ai beaucoup parlé, mais il m'a aussi raconté de nombreuses anecdotes – et je l'ai quitté, son ouvrage dédicacé dans mon sac. le roman se lit en deux temps, trois mouvements : c'est en quelque sorte sa vie qu'il nous narre ou plus exactement ce qu'il appelle son passage à la vingtaine. Ecrit entre 19 et 21 ans, il nous relate ses coups de coeur, ses coups de mou, ses amours et sa peur de passer de l'autre côté de l'adolescence, son quotidien, quoi !
Les chapitres, tous très courts et ponctués pour certains du compte à rebours de son anniversaire, se succèdent à la vitesse grand V. Comme l'écrivain, le texte est énergique, agréable et souvent comique. le vocabulaire, pas toujours académique, a en revanche parfois choqué la vieille enseignante à la retraite que je suis. J'ai par ailleurs été agacée par la forme prise par ses dialogues, cette manière, ce parti pris, de ne pas inverser le sujet et le verbe :
- "Mais de quoi tu parles ? je fais
- de ce truc qui est sorti de toi, il dit…
J'aurais souhaité plus d'universalité dans le propos. J'aurais préféré plus de profondeur dans l'étude de cet âge qui signe la fin de l'adolescence, peut-être moins d'égocentrisme, mais après tout c'est un roman autobiographique, normal qu'il se mette en scène.
J'ai aimé, en revanche, le côté enfant, la peur de devenir adulte, les discussions avec un père trop souvent absent, l'enthousiasme lié à l'aménagement dans "son" appartement, le besoin des copains, les "on ne se quittera jamais", une nécessité d'amour, d'amitié, chevillée au corps, la tristesse camouflée à l'idée d'un avenir inconnu. J'ai aussi beaucoup apprécié les déambulations dans Montpellier, les noms de rues connues, de lieux visités, de bistrots fréquentés.
Un dernier bon point pour le chapitre ultime, décompte des soixante dernières secondes avant le vingtième anniversaire ! Une belle trouvaille.
Ce roman est, en effet, "Plein de promesses" pour la suite.

Lien : http://memo-emoi.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
marcgrimaudmarcgrimaud   10 juin 2020
Mon enfant, un jour tu connaîtras l’angoisse du hall de la maternité. Tu connaîtras l’attente. L’impatience mêlée à la peur. Tu feras tes adieux à toutes ces nuits passées les yeux ouverts, à tes doutes, à toutes les fuites envisagées. Car mon enfant, cette nuit-là, tu mettras au monde un enfant.
Ton enfant.
Au début, il sera tout petit. Il te tiendra la main quand tu l’accompagneras à l’école. Il te posera toutes les questions qui commencent par « pourquoi » et qui finissent par un point d’interrogation. Il te demandera d’installer des étoiles fluorescentes sur le plafond de sa chambre. Tu l’aimeras tellement. Il t’appellera : « Papa ». Avec lui, tu revisiteras le schéma des premières fois. Le soir, dans son lit, tu lui liras Le Petit Prince. Et il s’endormira, la tête dans les étoiles.
Comme il ne saura rien, tu seras libre de tout recycler. Tu pourras même lui raconter l’histoire du pingouin qui respire par le cul. Ce jour-là, tu l’entendras rire dans toute la maison. Et quand ça n’ira pas, tu te souviendras de ces moments-là. De ce rire. De tous les autres, aussi.
Et toi, mon enfant, tu te souviens ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
marcgrimaudmarcgrimaud   10 juin 2020
Le programme ?
Je le connais par cœur, le programme.
Primo : fuir la ville, rompre avec nos amis.
Secundo : faire un enfant. Se marier. Maintenir l’illusion que tout va bien.
Et s’emmerder.
Puis un nouvel enfant, pour de nouvelles conversations. Et une maison, la plus grande possible, pour mieux s’éviter lorsqu’on ne se supportera plus.
Commenter  J’apprécie          00
marcgrimaudmarcgrimaud   10 juin 2020
Elle pose sa tête sur mon torse. Comme si la vie pouvait être aussi simple que ça.
Et c’est vrai que, parfois, la vie peut être aussi simple que ça.
Commenter  J’apprécie          10
marcgrimaudmarcgrimaud   10 juin 2020
— Tu te souviens comment t’étais, quand t’avais vingt ans de moins ?
— Euh, un fœtus ?
— Non, Ulysse. Plein de promesses.
Commenter  J’apprécie          10
marcgrimaudmarcgrimaud   10 juin 2020
Claire tourne la tête vers moi. Elle sourit. Pas longtemps. Elle me regarde. Ses yeux brillent. Les miens aussi, je pense.
Et dans le boulevard du Jeu de Paume, un garçon et une fille échangent leur premier baiser.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Ulysse Terrasson (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ulysse Terrasson
Ulysse Terrasson se livre sur son amour pour Montpellier, dans cette mini interview autour de son premier roman "Plein de promesses" !
Plus d'informations sur le titre : bit.ly/PleinDePromesses
autres livres classés : minimalismeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus

Autres livres de Ulysse Terrasson (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Need

Dans quel lieu se passe l'histoire ?

Un collège
Un lycée
Une pharmacie
Au bowling

7 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Need de Joëlle CharbonneauCréer un quiz sur ce livre