AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253108847
Éditeur : Le Livre de Poche (05/05/2004)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 248 notes)
Résumé :
"Politiquement correct", ou "truffé de bons sentiments", tels sont les reproches que l'on assène de manière récurrente aux ouvrages de Didier van Cauwelaert sans toutefois remettre son talent d'écrivain en question. Et pourtant, prenant une sorte de revanche sur ses plus noirs détracteurs, il démontre dans Rencontre sous X qu'il est non seulement l'auteur de l'amour mais également celui du sexe ! Le registre de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
17 mai 2017
On est à des kilomètres de "Un aller simple" (beaucoup aimé), et à mille lieues de "L'apparition" (moyennement apprécié)... L'on est au coeur de la société, au plus proche de ses passions, de ses émotions, ses vibrations les plus intimes, les plus tabous, entre le foot... et le porno.
Talia et Roy, 19 ans et déjà un lourd vécu, n'ont pas vraiment choisi la France, c'est la France qui les a "castés". Or, elle n'est pas cette Terre Promise qu'ils espéraient. Chacun dans leur domaine de prédilection, ils tentent de s'en sortir le plus dignement possible, mais ne rêvent que de liberté, malgré le prix à payer...
Ce roman ne m'a pas déplu ; je l'ai bien aimé même. Pourtant, sans les occulter ni les snober, le football et la pornographie sont loin d'être des sujets qui me passionnent, c'est le moins que l'on puisse dire pour le foot...... (rires !). Mais j'ai apprécié le traitement qu'en a fait l'auteur, sans détours, sans jugement, dans un style fluide et efficace. Ok, les quelques scènes de tournage du film X sont crues, mais pas plus que la langue raffinée d'un marquis de Sade dans La philosophie dans le boudoir (!). C'est plus cash que trash, je dirais, et même parfois cocasse dans certaines situations, entre les "coupez !" ou multiples réajustements en pleine action. Talia se charge parfaitement de nous raconter le glauque et la dureté de son métier. De même pour Roy, étoile montante du football, devenu le pion des clubs internationaux...
La plume de l'auteur a su me toucher, décrivant avec plus de réalisme que de cynisme, la violence de ces deux mondes, ainsi que la solitude des personnages. J'ai aimé l'urgence et la pureté de leur amour, leur maturité et leur lucidité, bien que l'intrigue puisse paraître en soi assez banale.
Merci à Stéphanie / thegoodgirl pour l'échange de livres ! :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4415
cicou45
04 octobre 2016
A-t-on réellement le choix lorsque l'on est une people de faire autre chose que ce que le public, la production ou encore les recruteurs attendent que l'on fasse ? La vie que l'on mène nous appartient-elle ou, pour détourner la question, a-t-on encore le droit d'avoir une vie privée sans que celle-ci interfère dans notre carrière professionnelle ? Déjà que l'on l'on est Monsieur ou Madame X (petit clin d'oeil au titre de ce roman), on est sans cesse jugé pour ce que l'on fait alors je ne vous raconte pas ce que ce l'a doit être lorsque l'on est une célébrité...
Roy Dirkens est un jeune talent de 19 ans qui st né, pour ainsi dire, avec un ballon dans les pieds. Un noir de couleur blanche, arrivé en France sans papiers qui débute une carrière sous les feux de la rampe, c'est assez incroyable, d'autant plus si l'on considère qu'il n'a réellement joué qu'un seul match. Manipulé, utilisé à profité pour montrer à tord qu'un étranger ne que être que en faveur du nazisme, Roy mène une vie de rêve en étant grassement payé certes mais sans jamais mettre les pieds sur le terrain. Elle, Talia, jeune Ukrainienne, est arrivée en France dans l'espoir de voir sa vie changer et c'est en effet bel et bien le cas. Ayant un corps de rêve, elle est vite engagée...eh, non pas dans le mannequinat mais en tant que star du film X. Elle, elle excite non pas les supporters mais les mecs qui la matent devant leur écran de télévision. Rencontre entre ces deux pauvres paumés (elle qui ne rêve dorénavant que d'épouser un vieillard riche qui la laisserait rapidement veuve avec un très gros héritage et lui, qui ne demande qu'une chose : qu'on le refasse jouer de nouveau) n'avaient que très peu de chances de se rencontrer et pourtant...Roy, connaissant ses désirs, va lui mentir sur sa fortune pour ne pas se faire aimer d'elle uniquement pour son argent car il sent bien vite qu'il commence à tomber amoureux. Amour réciproque mais possible. Comment différencier le fait de faire l'amour par amour et non pas pour avoir un chèque à la fin du mois ? Talia ne peut le faire que devant les écrans, en présences des quarante personnes sur le plateau de tournage et Roy devra apprendre à se contenter de l'aimer autrement, tout en la partageant avec des centaines, voire des milliers de mecs qui l'on déjà vue nue en pleine actions sexuelle.
Un livre qui m'a laissé pantoise, méditative, écoeurée par moments mais que je ne regrette pas d'avoir lu, et ce , pour un personnage : Rudi. Ce personnage, quoique largement secondaire dans cet ouvrage m'a émue au plus au point. Souffrant d'une maladie génétique qui le condamnera à mourir d'obésité, il est le voisin de Talia et plus que tout, il est passionné de football...Je ne vous dis que cela mais rien que pour ce gamin, qui n'apparaît que trop peu à mon goût dans cet ouvrage, la lecture en vaut le détour ! A découvrir ! Attention, certaines scènes peuvent choquer les plus jeunes d'entre vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
valeriane
08 août 2017
Me voici à la lettre v, la 10ème lecture, de mon challenge ABC 2007. Les auteurs ne se bousculant pas au portillon pour cette jolie lettre (oui, oui je trouve...), en ce qui concerne ma PAL je veux dire, j'ai choisi ce titre. Il s'agit d'un livre que j'avais offert à ma maman (je lui ai subtilisé un jour, mais promis je vais lui rendre). Ce livre est également le deuxième que je lis de cet auteur. Et je pense pouvoir dire que Didier n'est pas ma tasse de thé. J'avais fait mon baptême DVC avec la demi-pensionnaire. Comme lors de ma découverte, cette lecture ne m'a pas totalement transportée. Je suis restée un peu sur le bord de la route. J'ai avalé les 100 premières pages en une petite grasse mat', me disant que je ferai l'affaire des 150 suivantes le soir même ou le lendemain. J'ai quand même réussi à les trainer pendant 5 jours...Je ne peux pas dire que je me suis ennuyée, mais j'avais l'impression de déjà vu (par rapport à l'histoire de la Demi-pensionnaire). Deux personnes, un homme et une femme. Tous deux dans une situation psychologique délicate. Rien n'aurait pu les réunir, et pourtant...Ils se rencontrèrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants... non j'exagère!Le schéma reste le même, le décor change. Ici, on rencontre Roy, joueur de foot sud africain, qui n'a joué qu'un match dans son équipe française et est sur la touche depuis des mois. Puis il y a Talia, hardeuse, qui rêve d'une vie meilleure, mais prend son mal en patience le temps d'économiser. Vous ajoutez un peu de poivre et de sel et hop, l'histoire est lancée. Même si certains passages étaient chauds, pour moi il manquait un peu de piment.Néanmoins, le style de l'auteur est assez agréable à lire. Il n'est pas barbant, n'embarque pas le lecteur dans des phrases à rallonge, ne nous berne pas avec des mots sortis de nulle-part.Il écrit, il décrit, il raconte, et assez joliment. Bon c'est déjà ça, même si je n'ai pas adhéré au récit.Reste sur ma PAL "attirances" et "l'evangile selon Jimmy" (lot acheté d'occas), si vous pouvez les sauver de la poussière et m'inviter à retenter ma chance... les commentaires sont à vous ;-) (si vous voulez m'inviter à les offrir aussi).Alors pour Ma deuxième rencontre avec DVC, ça sera un moyen 3 étoiles. (pour l'écriture agréable)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Chantilly34
19 mai 2014
Quand j'ai commencé ma lecture, je me suis demandé si je ne m'étais pas trompée d'auteur !
J'ai toujours un peu de mal à rentrer dans les livres de Didier van Cauwelaert, il me faut toujours quelques pages pour m'imprégner de l'ambiance et du style, et ensuite je ne lâche plus mon livre !
Avec "Rencontre sous X", on rentre de plein pieds, si j'ose dire, dans le monde de la pornographie et... du football. Ouah, chaud ! Où vais-je ? Qu'est-ce qui est passé par la tête de Didier van Cauwelaert ?... Bon, maintenant que j'y suis, je poursuis ma lecture, par curiosité, une première sur le thème... Foot, porno, ça promet !
Alors comment dire ?... On se laisse emporter par le style simple et fluide, on est choqué par le ton cru et vulgaire de certaines scènes. Très peu d'empathie pour l'actrice de porno et le joueur de foot sur la touche qui rêvent tous deux d'un avenir meilleur. Une histoire d'amour pour le moins incongrue et à laquelle j'ai eu bien du mal à adhérer. Je peux trouver de la profondeur dans la superficialité, mais là je n'ai pas pu aller au-delà de la superficialité. Un monde de brutes, de vulgarité, de fausseté et de magouilles à gogo, une fin qui semble bâclée (je me suis même demandée s'il ne manquait pas un morceau) - mais que je n'avais pas spécialement envie de prolonger.
Bref, je dirai plus que bof-bof, pas du van Cauwelaert pour moi, mais j'avais déjà été déçue par "Les témoins de la mariée", j'en ai encore deux sur mes étagères, on verra bien.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
PiertyM
15 février 2014
Un livre bien plus facile à lire par rapport à ce qu'on peut s'attendre de Didier van Cauwelaert. Mais il est profond le livre, il est un vrai miroir qui nous peint aussi simplement le monde des Show-biz. Un monde où l'intérêt du producteur passe avant peu importe les potentialités du talent. Seul l'intérêt du producteur peut décider de la survie ou de la mort du talent.
Le monde se prosterne devant les grandes stars, il vénère leurs talents mais les coulisses de cette beauté-affiche lui restent inconnus aussi sombres qu'ils soient. Evidemment ce livre nous livre ces coulisses.
Commenter  J’apprécie          80
Citations & extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne16 mai 2017
- Non, je m'inquiète un peu pour toi, c'est tout.
- Je vais très bien, dit-elle froidement. Je fais mon test toutes les trois semaines, c'est OK. (...) De toute façon je fume un paquet et demi, je bouffe des vaches folles, des légumes trans, je respire de l'amiante et je me nique le cerveau avec mon portable. Jamais on sait de quoi on crèvera en premier, alors autant s'en foutre, non ?
Commenter  J’apprécie          225
rabannerabanne16 mai 2017
Un frisson de jubilation, tandis que je regarde sa longue silhouette gris ciel, me laisse presque aussitôt une impression de froid et de vide au ventre. Comme si la distance qui se creusait entre nous m'arrachait un pansement. (...) c'est peut-être la femme de ma vie. Mais ça m'avance à quoi ? C'est la femme de tout le monde et j'ai honte de ma vie.
Commenter  J’apprécie          124
rabannerabanne17 mai 2017
Mais j'avais l'impression que Talia, en tant qu'ukrainienne, la détestait surtout parce qu'elle était biélorusse et, vu de mon pays, ça faisait bizarre ce racisme entre deux blondes.
Commenter  J’apprécie          202
rabannerabanne16 mai 2017
Je l'ai regardée pour la première fois. Je veux dire : regardée vraiment, pas seulement en détail (...). J'ai vu ses yeux. Sa dureté, ses colères froides, sa gentillesse, les soleils de rire allongeant ses paupières et les plis d'amertume qui fermaient sa bouche. Elle avait tout vécu, tout connu, tout compris. Elle n'avait plus d'âge et c'était encore une gamine.
Commenter  J’apprécie          80
rabannerabanne17 mai 2017
- Et mannequin normal, comme tu voulais au début ?
Elle secoue la tête.
- Quand tu fais du X, pour la mode et les marques, tu es finie en tant que personne. Tu peux plus exister qu'en morceaux.
J'ai une montée de tendresse devant sa résignation. On l'a rayée du genre humain et elle s'y est habituée, comme moi.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Didier Van Cauwelaert (72) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Van Cauwelaert
La tournée du Camion qui livre a lieu du 8 juillet au 20 août 2017 et est passée à Saint Jean de Luz. Vous avez pu y retrouver Nicolas Robin et Didier van Cauwelaert pour des dédicaces et un atelier d'écriture plutôt sympathique ! Suivez tout l'itinéraire et le programme d'animation tout l'été sur www.lecamionquilivre.com
autres livres classés : pornographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





. .