AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782812619519
304 pages
Editions du Rouergue (03/06/2020)
3.75/5   18 notes
Résumé :
C'est la veille des vacances de Noël, au tournant de l'an 2000. Quelques jours plus tôt, l'Erika a fait naufrage au large de Penmarch, répandant une pâte bitumeuse sur les côtes de la Bretagne. A l'insu des instituts de météorologie, une gigantesque tempête se forme au large de Terre-Neuve et s'apprête à franchir l'Atlantique pour frapper l'Europe. Martial, lui, se hâte de quitter le tribunal de grande instance de Souvré, où il travaille comme greffier.
Il a ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
LZ
  04 avril 2021
Voilà un roman noir qui ne vous laissera pas de marbre. Car Des lendemains qui hantent de Alan van der Eecken touche à la moëlle de l'amour filial et à ce qui le détruit de façon irrémédiable et irréversible : la perte d'un enfant.
Cette furie va s'abattre sur Martial Trévoux en ce 17 décembre 1999. Cinq jours avant, l'Erika faisait naufrage au large de la Bretagne et déversait allégrement ses 30 884 tonnes de fioul lourd, d'abord sur les côtes du Finistère sud puis sur les îles du Morbihan (Groix et Belle-Île-en-Mer) et par extension maritime sur la Vendée, au nord de Noirmoutier. Une marée noire catastrophique (cf article du Monde du 12 décembre 2019) qui va nous accompagner tout au long du roman et nous engluer dans une atmosphère visqueuse et irrespirable.
« Cette image du pétrolier coupée en deux, dont la poupe flottait, secouée par une houle violente, s'était imposée partout, journaux, télé, elle surnageait dans les médias bien après avoir coulé. La fusillade, le drame de Souvré-sur-Sissé ne lui vola la vedette que quelques heures, pas d'image, une tragédie jouée rideau baissé. Martial était resté un moment immobile, face au large. »
Le 17 décembre 1999, Lucien, dit Lulu, 7 ans, fils de Martial Trévoux, greffier au Tribunal de grande instance de Souvré et de sa compagne Lucile, infirmière en pédiatrie, est tué dans son école par deux jeunes agresseurs qui ont tiré en rafale dans une salle de classe. Martial, présent sur les lieux, est un héros. Il s'est précipité dans la salle de classe et a sauvé un enfant. Il pensait sauver Lulu, il en a sauvé un autre. Et Lulu est mort.
Martial s'écroule et plonge dans une spirale infernale : pétri de douleurs et rongé de culpabilité, il cherche à comprendre les motivations des deux jeunes agresseurs. On s'enfonce avec lui dans les méandres du chagrin, d'un couple qui vole en éclat, des anti-dépresseurs, de l'alcool et des gueules de bois, des nuits sans sommeil et des questions sans réponses…
Autour de lui gravitent des personnages atypiques qui l'épaulent et le soutiennent :
– Adèle, une marginale qui vit dans une caravane et qui l'écoute sans broncher, qui le remet sur pied avec son ami Régis, un original qui cuisine de drôles de mets : « Deux nuits de dérive, houle de malheur, écume de sang, rage des temps de haine. Martial surgit du gros temps malade d'être en vie. Régis et Angèle lui avaient ménagé une cabine dans une des chambres de la maison, ils s'étaient relayés pour le veiller. Il semblait parfois revenir au monde et hurlait soudain. Ils étaient là pour lui dire que tout allait bien alors qu'eux-mêmes se sentaient emportés par la lame. Tout était devenu épais, pesant, ils chuchotaient comme dans la maison d'un mort. »
– le commandant de police Achenbauer, têtu, taciturne mais bon samaritain dont le canapé offrira un refuge certain à Martial : « C'était un type froid, glacial même, un bon flic disait-on. D'après les psychologues cliniciens du bar-tabac-PMU le Narval où il allait boire un demi de temps en temps, sans dire un mot : il était autiste, ce mec. On le considérait comme un chef d'enquête efficace, sans état d'âme. On ne l'aimait pas, mais on l'appréciait. »
– le juge d'instruction Micoulon, « son juge » : ému par la tragédie qui touche le greffier, il va le rassurer et faire en sorte que Dame Justice fasse son travail : « Trévoux, cette enquête ira à son terme, tous les aspects seront examinés, explorés, soyez assuré que la justice remplira son rôle. »
Commence alors une enquête menée aux forceps dans la nuit, le vent, la fureur et les éléments. L'auteur nous entraîne dans une spirale de mort et de vengeance, où les sphères policières et judiciaires se mêlent allégrement. Avec une touche acerbe d'humour qui permet de respirer de temps à autre au milieu de ce qui constitue le plus abject des crimes. L'auteur décrit avec minutie le processus d'investigation policière et judiciaire, dans ce qu'il a de plus inhumain, eu égard aux émotions suscitées par la perte d'un enfant. Une narration qui reste fluide cependant car les personnages secondaires, en dépit de leurs caractères parfois ombrageux, font preuve d'une grande humanité face à la douleur de Martial, l'épaulant, le soutenant, l'apaisant. Et cette humanité vient contrecarrer drastiquement l'infernale mâchoire de la Justice. Jusqu'à faire exploser les règles de procédures régissant toute enquête policière…
Au final, Martial s'enfoncera dans sa quête de vérité envers et contre tout et dégoupillera des ripoux revêches et des trafics de haute volée. Non sans se perdre lui-même dans une détresse grandissante, oscillant entre besoin de comprendre et vengeance irrépressible.
Un roman dur et touchant, où l'espoir est aussi gluant qu'une nappe de fioul lourd sur le sable…
Lien : https://deambulationsrennais..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
galyalain
  14 juillet 2020
* Ce qui m'a frappé tout d'abord, parce que c'est un point auquel je suis particulièrement sensible, c'est la maîtrise de la langue: l'auteur écrit très bien, . le vocabulaire est simple et pourtant surgissent des imparfaits du subjonctif, espèce en voie de disparition, donc à protéger ! "...il s'occupait des vivants, bien que beaucoup REPUGNASSENT à se faire soigner..." et hop, un imparfait du subjonctif est casé; encore un que les sombres ténèbres de l'obscurantisme n'auront pas !
* Toujours en ce qui concerne le style, j'ai noté un dosage habile entre le vocabulaire relevé et familier (les pinces, les bleus, la caillera...)
* de très nombreux traits d'humour; des répliques qui font mouche.
* C'est aussi un livre avec un fond humain: un père qui essaie de savoir, envers et contre tout, POURQUOI son fils a été tué...
Donc un livre prenant. Je remercie l'auteur de nous offrir une perle de ce genre, et souhaite que les "critiques" de Babelio se penchent sur cette oeuvre, car elle le mérite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ArlieRose
  03 mars 2021
J'ai découvert ce roman u peu par hasard et la 4e de couv' m'a intriguée.
L'histoire commence par une fusillade dans une école et se poursuit par la quête du père de la petite victime qui veut savoir "pourquoi". Elle est située fin 1999, juste après la marée noire provoquée par l'Erika et la tempête qui précédait le passage à l'an 2000. Des événements historiques contemporains sont évoqués.
Un certain nombre de personnages intéressants, pour la plupart marginaux d'une manière ou d'une autre, est mis en scène. Les chapitres sont courts, le suspense et l'humour présents tout du long.
Ce deuxième roman de l'auteur m'a bien donné envie de découvrir le premier…
Commenter  J’apprécie          120
myfabulousreading
  24 juillet 2020
Des lendemains qui hantent...Comme ce titre reflète si bien la noirceur de ce roman!
▪️
Martial est greffier, sa femme Lucile infirmière. Ils ont un fils de 7 ans, Lucien. D'ailleurs Martial doit aller le chercher à l'école. Des jeunes s'amusent, on entend des pétards, des bruits semblables à des explosions...c'est le début des vacances, les enfants se relâchent un peu...Martial attends toujours son fils à la sortie, mais c'est l'institutrice qui surgit, elle titube, elle est en sang, elle s'effondre en face de lui....La première scène de ce livre va vous retourner l'estomac. Soyez prêt, ça commence très fort!
▪️
Le début va mettre un peu de temps à se mettre en place, mais une fois partie, je n'ai pas lâcher ce livre avant d'en savoir la fin.
▪️
On suit Martial dans sa quête de la vérité sur cette journée qui a changée sa vie à jamais. Il cherche à savoir ce qui s'est passé. Pourquoi? Comment? Qui est derrière tout ça?
▪️
La psychologie des personnages est très bien travaillée, précise, approfondie. L'enquête est quant à elle, très bien ficelée, avec les versants policier et judiciaire fort bien exploités.
▪️
J'ai trouvé cette histoire d'une beauté tragique et d'un incroyable réalisme. J'ai été touchée par ces personnages cabossés, qui tenteront coûte que coûte de faire avancer les choses, sans jamais rien lâcher. Il font preuve d'une détermination redoutable.
▪️
L'intrigue est noire, le style, habilement maîtrisé. le tout est enveloppé dans une atmosphère de marrée noire suite au naufrage de l'Erika, ajoutant encore davantage à cette ambiance troublante et inquiétante.
▪️
Une très très belle découverte que je vous recommande chaudement si ce n'est pas déjà fait!
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Kubiczrichard
  21 septembre 2020
Une intrigue parfaitement maîtrisée, qui démarre par un drame personnel. Un père brisé par la mort de son fils lors d'une fusillade refuse la version officielle. le récit est haletant, les protagonistes attachants, les salopards méprisables. Et c'est magnifiquement écrit. A lire de préférence d'un seul trait pour se laisser dominer par l'action jusqu'au feu d'artifice final.
Richard Kubicz
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
galyalaingalyalain   14 juillet 2020
Martial avait aimé l’armée. Ce fut comme si on lui avait ôté un poids insupportable, celui de l’amour de ses parents, de l’espoir toujours déçu des profs de le sauver de l’ignorance, de la bêtise. Pourquoi vouloir le ramener sur la rive d’un confort médiocre, d’une petite bourgeoisie glissant vers le déclassement ? Il n’avait rien contre la bêtise, il trouvait des frères en connerie par wagons entiers, il aimait cette chaleur épaisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
galyalaingalyalain   14 juillet 2020
« Vous êtes odieux, macho en phase terminale et ça vous suffit pas ? Secouez-vous, mon vieux. Je ne vais pas rester dans cette boîte avec un grabataire du sentiment. Attendez de vraiment clamser pour adopter la position.
Bon, on va s’en jeter un ? » (Lally à Achenbauer)
Commenter  J’apprécie          40
galyalaingalyalain   14 juillet 2020
L’audition dura encore une heure. Micoulon finit par renvoyer l’homme dans sa cellule entre deux gendarmes sans doute adeptes du bio, de la détox, boycottant le déodorant et revendiquant une haleine du haut Moyen-Âge.
Commenter  J’apprécie          40
galyalaingalyalain   14 juillet 2020
« Je suis heureux de vous voir et pour tout dire ne plus sentir votre foutu garum ne me gêne pas du tout. Question odeur, je me suis mis au mazout. (Martial à Régis)
Commenter  J’apprécie          50

Video de Alain Van der Eecken (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Van der Eecken
Alain van der Eecken - de si vieux ennemis .Alain van der Eecken vous présente son ouvrage "De si vieux ennemis". Parution le 6 avril 2016 aux éditions du Rouergue. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/van-der-eecken-alain-vieux-ennemis-9782812610462.html Note de Musique : Waragine a ragine by Dubosmium. Free Musique Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : naufrageVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Alain Van der Eecken (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2377 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre