AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Guy Abadia (Autre)
ISBN : 2266008781
Éditeur : Pocket (30/11/-1)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 92 notes)
Résumé :
Kokor Hekkus, vous connaissez ? Mais si, voyons, l'écrivain ! L'auteur de Théorie et pratique de la terreur. Ah, bien sûr, vous vous souvenez. On n'oublie pas des phrases comme celle-ci : « C'est une erreur que de considérer la peur de la mort comme la forme de terreur la plus extrême... » Et pourtant... Kirth Gersen sait bien, lui, que Kokor Hekkus est hanté par l'idée de sa propre mort. Sans la peur de mourir, pourrait-il être aussi cruel ? Aurait-il pu faire co... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Ambages
  07 octobre 2017
Je remercie infiniment la personne qui donne ses livres de SF dans la boîte à livres de ma ville. Un Jack Vance, hop dans ma besace ! Ça ne se refuse pas. « La machine à tuer » Les gens m'ont regardé bizarrement dans le RER. Sûr que ce titre en majuscules blanches flashe sur le fond bleu de la première de couverture. Ça attire l'oeil des voisins (faible mot lorsqu'on est serrés comme des sardines dans le RER). C'est le second tome de la geste des Princes-Démons, mais comme c'est cadeau, je prends (promis j'irai le reposer pour qu'un autre lecteur continue le voyage de ce roman interstellaire, et puis je n'ai plus de place à la maison). Ce n'est pas bloquant pour la lecture, tome 2 ou pas, on comprend facilement. Pas vraiment de citations à reprendre mais reste un bon plaisir de lecture, surtout vers la fin avec la rencontre entre Gersen et Alusz Iphinegia de Draszane et enfin la rencontre attendue avec Kokor Hekkus. Gersen le poursuit depuis si longtemps... C'est un abominable personnage qui a tué la famille de Gersen et depuis ce dernier le pourchasse, ainsi que tous les membres de la bande de criminels. On passe d'une planète à une autre, d'un monde à un autre avec un environnement et des personnages différents mais j'avoue que le début paraît décousu. La fin permet d'assembler toutes les informations et le plaisir advient. Reste que je n'ai pas réussi à remettre correctement dans le contexte les extraits qui ponctuent parfois les débuts de chapitres et je pense que c'est en lisant les autres tomes que l'intégralité des messages prendra consistance. Rendez-vous au prochain dépôt dans la boîte à livres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
Millencolin
  04 janvier 2018
La vengeance se poursuit avec le second prince-démon de la liste.
Notre ami Kirth Gersen doit, comme dans le premier volet, autant localiser qu'identifier l'individu en question. Heureusement, il peut toujours compter sur une succession de heureux hasards, ainsi que des déductions simples et rapides pour demeurer, quoiqu'il arrive, sur la bonne piste. En plus, il se bat avec un niveau de technicité hors du commun, ce qui fait qu'on ne tremble jamais vraiment pour lui.
Et c'est bien là, je trouve, la grande faiblesse de ce roman, à savoir qu'on suit le déroulement des péripéties de notre héros avec plaisir, mais sans jamais, pour autant, se sentir concerné émotionnellement. le héros est infaillible et tout parait trop facile.
La seconde faiblesse de ce tome, et du tome précédent également, est un dénouement final au combien trop précipité. Cela me fait penser un peu à un film, où d'un coup on réalise qu'on a pratiquement épuisé l'intégralité du budget alors qu'il reste encore la séquence finale à tourner.
Mais bon, le diverstissement est tout de même agréable, et le volume de chaque livre de ce cycle est relativement faible. Rendez-vous donc pour régler son compte au troisième prince-démon....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
jmb33320
  06 décembre 2018
Second acte de la vengeance de Kirth Gersen, qui en comporte cinq. Il retrouve la trace de l'un des Princes-Démons qu'il a juré de tuer, un affreux nommé Kokor Hekkus. Ce dernier est particulièrement retors, insaisissable. Mais il a une faiblesse : une certaine Alusz Iphigenia, qui est maintenue captive sur une planète spécialisée dans la détention d'otages. Il a juré de la racheter mais comme la belle est peu désireuse de se retrouver dans son lit, elle a fixé elle-même le montant de sa rançon à une somme pharamineuse. Kirth saura la convaincre de l'accompagner...
Il multipliera les déconvenues dans cette affaire, principalement à cause de l'apparence physique de Kokor Hekkus, qui est fluctuante. Mais qu'attendre d'autre dans un univers où tous les hommes portent des fonds de teint fortement colorés et des tenues improbables !
Entre autres plaisirs on fera en sa compagnie une ballade des plus mouvementées dans une sorte de mille-pattes mécanique, on découvrira toutes sortes de paysages plus ou moins enchanteurs... Bref que du bonheur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
meygisan
  19 septembre 2013
Jack Vance nous entraîne plus loin encore dans son immense univers, approfondissant sa mythologie, alimentant ses mondes d'une imagination débordante, exotique, originale; et l'on retrouve son héros(anti héros!?) Gersen à la poursuite de sa vengeance qu'il dévore méticuleusement, astucieusement, détail après détail, de manière inaltérable et inébranlable. Sa vengeance doit s'accomplir coûte que coûte, quelqu'en soient les efforts, les risques et les conséquences. On retrouve un Gersen à la limite de l'obsession, mais c'est une obstination profonde qui le travaille et qui lui permet d'avancer, de faire ce qu'il est capable de faire. On retrouve un Gersen très calculateur, intelligent, lucide, observateur, et physiquement très apte à se défendre. L'on en apprend plus sur ces princes démons qui sont perçu comme des divinités plus que comme des êtres mortels, mais qui sont présentés somme toute comme des êtres humains, inaccessibles, inexistants, impalpables, dont la réalité même reste à prouver. Vance joue beaucoup sur les faux semblants, les fausses pistes, la multiplicité des apparences et des personnalités et en joue avec son héros de manière surprenante.
La lecteur de ce roman est facile, rapide et je ne peux que ressentir de la frustration face au potentiel énorme d'une telle oeuvre qui se solde par une résolution finale téléphonée, rapide, décevante, qui montre certes toute l'étendue des possibilités du héros mais qui nous laisse sur notre faim en espérant du mieux pour la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Arutha
  05 octobre 2016
Autant le premier volet me faisait penser à un polar, autant ce deuxième évoque davantage pour moi le roman d'aventures. Si j'osais, je le comparerais à un épisode de James Bond. Non que Gersen ait quoi que ce soit d'un espion de sa gracieuse majesté britannique. Pourtant on peut trouver un certain nombre d'ingrédient de la recette du fameux agent secret. Pas spécialement de gadget mais une James Bond ... pardon ... une Kirth Gersen's girl, un ennemi redoutable, la mission de tuer ce dernier, des alliés de passage, des infiltrations, des mésaventures et surtout pas mal d'actions.
En dehors de ça, la trame laisse apparaitre davantage d'éléments propres au space-opera sans en faire toutefois une référence du genre. Toujours très peu de voyage dans l'espace. En revanche, la description de l'univers dans lequel évolue le héros s'étoffe. Nous en apprenons un peu plus sur la CCPI, cette police parallèle assez inquiétante. Un léger coin de voile est levé sur l'Institut et ses membres. Et nous découvrons une organisation étonnante et pour tout dire dont l'existence est difficile à admettre : Interéchanges. Cette organisation sert d'intermédiaire entre les kidnappeurs et ceux qu'ils rançonnent. C'est Interéchanges qui détient les otages, dans d'excellentes conditions et qui perçoit les rançons reversées aux kidnappeurs moyennant une commission. Mais après tout, n'existe-t-il pas sur notre bonne vieille terre des organisations à la façade respectable mais aux activités douteuses ?
Nous avons même droit, ce qui ne surprendra pas chez Vance qui s'est adonné avec le même succès à la fantasy, à une plongée dans une civilisation médiévale isolée.
Petit détail supplémentaire qui distingue ces aventures-ci de celles qui ont précédé, cette fois-ci, Gersen perd un peu de sa superbe. Notamment lorsqu'il tombe dans un piège. de son propre aveu, il commençait à se montrer trop suffisant et beaucoup moins rigoureux. C'est le genre d'incident qui rend le personnage plus attachant.
Comme son prédécesseur, ce deuxième opus se lit avec une déconcertante facilité. Pour les meilleurs lecteurs, une petite matinée devrait suffire. Pour ma part, j'ai trouvé cette Machine à tuer encore plus agréable à lire que le précédent. Il me tarde de lire la suite, car si l'intensité dramatique croît à chaque épisode, ça promet.
Ah, une dernière petite chose dont je ne fais pas grand cas d'habitude tant je pense que seul le contenu importe : c'est pourtant vrai que les couvertures sont hideuses.
(Chronique écrite le 31 janvier 2010)
Lien : http://aruthablog.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
liberligerliberliger   14 octobre 2012
Toute tentative d'apprendre est autodestructrice. Lorsque vient l'érudition, la poésie s'en va. Trop souvent l'intellectuel est incapable de sensibilité. ses jugements ne pèsent pas lourd face à ceux du paysan qui tire sa force, comme Antée, de l'héritage émotionnel commun à la race.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Jack Vance (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack Vance
SORTIE LE 16 JUIN 2014
Sur une nouvelle planète, il n'y a pas de sentiers battus ; il n'y a place que pour les prouesses, la solitude, les découvertes et l'inconnu. Quel est le lien entre une explosion, un exploit, l'exploration d'un monde nouveau et son exploitation ?
Influencé par Jack Vance, Ursula K. le Guin, Robert Silverberg ou encore John Varley, Alfred Boudry nous livre un roman hommage à l'âge d'or de la science-fiction où l'espace est une invitation à l'introspection.
Exploration Totale nous emmène dans les tréfonds du temps et de notre univers... qu'il soit extérieur ou intérieur.
« Celui qui entre ici ne peut rebrousser chemin pas plus qu'aller de l'avant. Cloué sur place, il est envoûté, trop grand pour l'immensité, trop petit pour le grain de sable qui a sa place dans l'univers... » (B. Traven, le Vaisseau des Morts)
© lepeupledemu.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox