AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782211037150
37 pages
L'Ecole des loisirs (08/02/1996)
3.99/5   47 notes
Résumé :
C'était l'été, Laurent s'ennuyait. Il demanda la permission d'aller jouer dehors. "Après tout, tu es grand, maintenant, dit sa maman. Joue dehors, mais ne dépasse pas la barrière." Laurent alla jusqu'à la barrière... et un tout petit peu plus loin. Et le lendemain, il dépassa le châtaignier. Quand on commence à grandir, c'est pour de bon.
Que lire après Laurent tout seulVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Laurent est jeune lapin, c'est l'été, il joue dans la cuisine, mais il commence à s'ennuyer.
Puis il trouve que ce sont des jeux de bébé. Il a envie de plus, il est grand maintenant.
Alors ça y est, il va pouvoir aller jouer dehors.

Sa mère lui donne une consigne, de ne pas dépasser la barrière.
Laurent va jouer dehors, il est content, mais il teste ses limites, chaque fois il va un peu plus loin.
Il reste sincère en répondant à sa mère.

L'histoire prend alors un tournant assez surprenant, nous parle de voyage, qui quelque part forme.
Mais à ce moment il est seul. Laurent a alors une nouvelle idée.

Le dessin est agréable. Si vous aimez les lapins, vous serez content de suivre Laurent.
La maman de Laurent doit lui faire confiance, pour ne plus le garder à vue. Laurent s'émancipe en douceur.
Même si je suis assez surprise de jusqu'où c'est allé et de la fin ce coup ci. Peut être que c'est une forme de représentation
de la maman qui fait confiance à son petit et celui ci qui s'émancipe, peut se séparer, mais sur un temps plus long, une notion qui s'est perdue.

L'album est en hauteur, un dessin agréable. Des pages qui tiennent bien.
Laurent est un lapin tout mignon et rigolo, surtout quand on lui donne une instruction et que chaque fois il va un peu plus loin.
Quel polisson !
On ressitue ses peurs, comme sa première nuit tout seul, mais il reprend souvent vite du poil de la bête.
C'est un plaisir de profiter des illustrations quand elles prennent toute la page voire la double page.

Le texte nous dit ce qu'il passe ou nous montre les échanges, quand il est là où sont les dessins, il est ajouté avec un rectangle de couleur.
Les pages sont bien consistantes et agréables au toucher.

Alors êtes-vous prêt à partir en voyage avec Laurent ?
Il retrace l'émancipation, le chemin de la vie, avec des questions fortes. Cette envie de s'affranchir, d'être indépendant mais également la solitude
qu'on peut ressentir, que finalement ce n'est pas si facile. Oui, ça c'est bien fait, y compris la fin à ce moment-là.
Mais ça va un peu trop vite, moi j'ai l'impression d'un petit lapin qui va toujours jouer plus loin et part en voyage, alors que ce n'est pas encore le moment.
Les illustrations et les couleurs nous régalent.
Commenter  J’apprécie          40
Quand j'ai vu que l'école des loisirs rééditait un titre qui semblait être un grand classique des années où j'étais enfant, la nostalgie a de suite fait son petit effet et j'ai sauté sur l'occasion.

Anaïs Vaugelade, c'est une dizaine d'albums jeunesse des années 90 à nos jours, dont le célibrissime Soupe au caillou et le récent Comment fabriquer son grand-frère ? A chaque fois, il y a un charme rétro enfantin tout particulier dans ses histoires.

Ici avec Laurent tout seul, nous sommes en plein dans l'esthétique et l'ambiance des histoires de mon enfance. Avec son trait très simple et ses grands aplats de couleur, nous sommes vraiment dans un style d'albums typique d'autrefois, qu'on retrouve peu de nos jours puisque, je trouve, les illustrateurs ont quelque chose de plus profonds et complexes de nos jours. Ce fut donc une lecture très nostalgique.

L'histoire est d'ailleurs une histoire typique d'apprentissage comme on en trouvait beaucoup autrefois, avec un enfant, symbolisait par un lapin, qui veut prendre son indépendance mais réalise que ce n'est pas si simple.

J'ai beaucoup aimé l'aspect métaphorique de cette histoire où le jeune héros grandit, grandit, pour prendre son indépendance, tel un enfant devenant ado puis adulte et quittant le nid. On retrouve la même envie d'aventure, de découverte, d'indépendance et la même solitude ressentie quand au début on se retrouve seul, avant de trouver des amis et un(e) compagnon / compagne. C'est très bien fait.

Le texte est simple, tout comme la narration et les dessins, mais le message passe bien. J'ai surtout été frappée par la colorimétrie très pop et saturée de l'album qui tranche avec ce qu'on voit de nos jours. le travail de l'artiste sur les vert, rouge et jaune qui cinglent l'oeil. C'est très beau. Je pensais ne pas aimer ce trait à l'ancienne et je lui ai trouvé un charme singulier.

Alors que le côté rétro de l'histoire peut repousser certains lecteurs, il serait pourtant dommage de ne pas se montrer curieux face à cette histoire d'apprentissage d'un petit lapin devenant grand. le charme rétro de cette histoire et ces dessins pourront séduire les anciens lecteurs comme moi tout comme les plus jeunes chez qui ce texte peu trouver écho. Une charmante bluette introspective.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          50

Jeannot Lapin de Beatrix Potter revenait dormir dans son terrier après son aventure. Une fessée de Papa lapin, un câlin de maman lapin et au lit. C'était rassurant . Laurent Lapin d'Anaïs Vaugelade lui part pour de bon. Et c'est épatant.
Il dépasse le châtaignier, il franchit la barrière, il saute au dessus la riviere. Bref il part en voyage, et il part seul. Il aura froid la nuit, il aura chaud aux pattes sous le soleil brûlant. Mais quand on est grand lapin on ne revient pas à la maison au moindre souci.
Laurent n'oublie pas sa maman qui aura d'ailleurs droit à une invitation spéciale pour sa fête. Mais à la fin de l'histoire, dure leçon pour les parents, on ne retourne pas chez papa maman: on rencontre une lapine et on poursuit l'aventure. Bon voyage!
Commenter  J’apprécie          40
Paru en 1996, cet album jeunesse vient d'être réédité. Anaïs Vaugelade nous offre une histoire qui est une véritable invitation au voyage, à l'exploration du monde mais également à l'envie de repousser ses barrières.

Vous vous rappelez tous votre passage de l'enfance à l'adolescence, lorsque les jeux d'enfants ne nous plaisent plus vraiment, et que l'on se sent prêt à avaler le monde. On est sûr d'avoir les épaules pour supporter toutes sortes de situation. Eh bien, c'est exactement ce qui arrive à Laurent, le petit lapin : il grandit d'un seul coup et n'hésite pas à outrepasser les consignes de sa mère sous prétexte que maintenant il est grand. S'affranchir, se révéler et transgresser les règles, c'est une chose mais on se rend très vitre compte qu'avoir quelqu'un à nos côtés c'est bien !

Le côté un peu « vieillot » de l'histoire pourrait en rebuter quelques-uns mais ce serait vraiment dommage car cette histoire est vraiment le reflet de ce que nous traversons dans nos vies. L'enfance, l'adolescence et l'envie d'indépendance, la vie d'adulte qui commence lorsque nous quittons le nid et cherchons un compagnon ou une compagne. C'est beau, c'est métaphorique et personnellement j'adore ça !

Ce qui est également admirable dans cet album, c'est de voir comment l'auteure se sert des couleurs très pop et flashys et les fait contraster avec le côté un peu rétro de l'histoire.

Un bel album qui rappelle qu'on a bien le temps de grandir et qu'il ne sert à rien de griller les étapes…
Lien : https://ogrimoire.com/2022/0..
Commenter  J’apprécie          20
Édité pour la première fois en 1996, Laurent tout seul fait partie des premiers albums jeunesse de la talentueuse Anaïs Vaugelade. Cela se voit particulièrement dans ses dessins. le traitement des couleurs par de grands aplats et le trait plein de son crayon ne sont pas ce que l'on retrouve dans ses derniers ouvrages.
Néanmoins, cet album est une jolie ode à l'indépendance de l'enfant, qui, petit à petit et sous couvert de la sécurité maternelle, va prendre son envol et partir en voyage loin de chez lui.
A lire en famille pour montrer à tous que même loin, les parents sont toujours présents.
Lien : http://boumabib.fr
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
CNLJ
06 septembre 2022
Entre hommage assumé à Grégoire Solotareff et affirmation de son propre univers en devenir, tout l’art d’Anaïs Vaugelade est déjà perceptible là, sensible, juste, et tellement enfantin.
Lire la critique sur le site : CNLJ
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Dehors, Laurent lapin cueillit une herbe, il trouva un escargot séché.
De-ci, de-là, il trotta jusqu'à la barrière... Et un tout petit peu plus loin.
"C'était bien, dehors ?"
"Oui", dit Laurent. "J'ai été jusqu'à la barrière, et un tout petit peu plus loin."
Maman soupira.
"Après tout, tu es grand maintenant. Mais ne t'aventure pas derrière le châtaignier."
Commenter  J’apprécie          60
Quand maman lapin lui demanda si c’était bien dehors, il lui dit que oui, qu’il était allé au châtaignier et que, demain, il irait à la rivière.

« Sois prudent, mon lapin », dit maman.

Laurent lui donna un baiser :
« Tu sais, je suis grand maintenant. »
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Anaïs Vaugelade (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anaïs Vaugelade
Anaïs Vaugelade
Confidences sensibles de créatrices et créateurs jeunesse sur leurs souvenirs de lecture et leurs sources d'inspiration.
autres livres classés : grandirVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (160) Voir plus



Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
598 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

{* *}