AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Paco les mains rouges tome 1 sur 2
EAN : 9782205068122
80 pages
Dargaud (06/09/2013)
3.79/5   96 notes
Résumé :
Un jeune instituteur auteur d’un crime passionnel échappe à la guillotine, mais se voit condamné au bagne à perpétuité. Son calvaire commence dès le voyage vers la Guyane. Là-bas, "Paco les Mains rouges", surnommé ainsi parce qu’il a commis un crime de sang, doit affronter la réalité d’un monde carcéral où règne la loi du plus fort, où il faut survivre à chaque instant sans avoir le moindre espoir de sortir libre. Un magnifique et puissant récit servi par le dessin ... >Voir plus
Que lire après Paco les mains rouges, tome 1Voir plus
The Grocery, tome 1 par Singelin

The Grocery

Guillaume Singelin

3.97★ (351)

4 tomes

Prévert, tome 1 : Inventeur par Cailleaux

Prévert

Christian Cailleaux

3.08★ (45)

1 tomes

Mamada, tome 1 : Epoustouflante migrante par Ratte

Mamada

David Ratte

3.71★ (114)

3 tomes

Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 96 notes
5
8 avis
4
15 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
Le bagne de l'Entre-deux-guerres est celui de Papillon et du groupe des anarchistes de la Belle Époque (ceux des attentats comme Théodule Meunier ou de la Bande à Bonnot).

Le bagne de cette époque a officiellement dû accepter quelques réformes après le passage de l'écrivain Albert Londres, une allusion est d'ailleurs faite à sa venue.

Le héros Paco (de son vrai nom Patrick Comasson) a été infirmier durant la Grande Guerre et a exercé comme instituteur jusqu'à ce qu'il tue un homme dans une forêt avec un fusil de chasse. Ce ne peut pas être un accident mais on ignore les mobiles du crime mis en scène. Comme il embarque à Marseille (ce qui nous vaut quelques vignettes sur la ville), il est originaire du quart nord-est de la France, Comasson serait d'ailleurs plutôt un nom originaire du sud de la Bourgogne et il retrouve au bagne un gars de Dijon qu'il considère comme un homme de sa région.

Cet album, au graphisme assez caricatural (imitant en cela des dessins d'un amateur) aux couleurs toutes proche du sépia, a pour narrateur le personnage principal. le héros nous décrit avec pudeur mais vérité un monde de violence et de corruption qui correspond bien à ce que l'on connaît aujourd'hui. La dimension homosexuelle est assez présente qu'elle soit soumise ou consentie, le héros découvre l'une et l'autre.

Le tome 1 se clôt avec le désir de Paco de quitter un emploi de planqué pour rejoindre celui avec qui il a noué progressivement une amitié virile. Ce dernier, après l'échec d'une évasion, a été envoyé aux îles du Salut.





.
Commenter  J’apprécie          251
Un jeune instituteur ayant échappé de peu à la guillotine après un crime passionnel est envoyé au bagne en Guyane. Sur le bateau, malgré sa frêle constitution et son tempérament introverti, il profite de la protection d'Armand, un tatoueur, pour éviter les ennuis. Mais une fois arrivé sur place, il devient une cible de choix pour les durs à cuire de la colonie pénitentiaire. Violé par trois codétenus, il gagne le respect et le surnom de « Paco les mains rouges » après avoir égorgé l'un de ses agresseurs : « Si je réagissais pas tout de suite, j'allais devenir la pute de toute la case ou alors je me tuais tout de suite. » Prisonnier modèle, il parvient à se préserver en étant embauché comme homme à tout faire par un gardien. Mais les crises de palu et une improbable histoire d'amour vont venir bouleverser son quotidien.

Cet album, première partie d'un diptyque, est bluffant à bien des égards. D'abord le scénario de Vehlmann est un petit bijou. Parfaitement documenté, mêlant la violence brute à l'intimité la plus émouvante, il met en scène un personnage d'une incroyable justesse. La narration en récitatifs ne plombe jamais le propos, elle donne au contraire à l'ensemble une forte dimension dramatique. Ensuite, le dessin aux tons sépia de Sagot, proche de l'art naïf, s'attarde davantage sur les atmosphères moites et oppressantes du bagne que sur une représentation ultra réaliste des lieux et des hommes. Tout en suggestion, il brosse avec maestria l'ambiance crépusculaire dans laquelle évolue prisonnier et matons.

Un album ambitieux, mêlant la rigueur historique à une romance homosexuelle aussi surprenante que crédible. Finalement, le récit de Paco possède la force du témoignage et le charme de la fiction. du très grand art dont il me tarde de lire la suite et la fin.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
Commenter  J’apprécie          240
Paco est une magnifique BD notamment par l'intensité de son scénario. La Guyane des années 1930 était un territoire carcéral. le destin de Paco, condamné au bagne, est raconté en ménageant des éléments clairement énoncés et d'autres que le lecteur doit imaginer. le dessin est au service du texte. Les tons sépias impriment une atmosphère singulière dont on pressent qu'elle correspond aux rudes conditions de l'île. le Tome 1 est assez court : le carnet graphique qui termine cet ouvrage ravira sans doute les aficionados du 9ème Art. N'étant qu'un consommateur épisodique, cette partie ne m'a pas intéressé outre mesure.
Sitôt la dernière page tournée, une seule envie : découvrir le tome 2. Comme cette BD date de quelques années et que ma bibliothécaire préférée a la bonne idée de ne pas dissocier les deux tomes, ce sera pour ce soir. La pluie digne des climats équatoriaux mais avec 20° de moins incite à la lecture.
Commenter  J’apprécie          230
Un veinard, ce Paco : à défaut de perdre la tête sous le couperet de la guillotine, il embarque de l'Ile de Ré pour la Guyane, le bagne de Saint-Laurent-du-Maroni en l'occurrence.
Ancien instituteur, infirmier à la fin de la première guerre mondiale, ce "notable" ne sera pas dans les plus mal lotis des bagnards. Il n'empêche qu'il est mis à l'épreuve par ses codétenus, dès son arrivée. le respect, en prison, ça se mérite : lynchage, viol. A toi de montrer que tu n'es pas un faiblard après ces humiliations, si tu ne veux pas devenir "la pute de la case" (sic).
Le climat et la faune sont impitoyables aussi, Paco est fréquemment terrassé par des crises de paludisme.
Finalement, sous ses airs innocents et honnêtes, il se débrouille plutôt bien, travaillant comme domestique chez un surveillant, puis sollicité pour des combines juteuses par des hauts-placés de l'administration pénitentiaire.

Dessin sepia, à la fois détaillé et épuré, qui rappelle le trait de Guy Delisle. L'histoire, intéressante et émouvante, donne envie d'en savoir plus sur les bagnes*.
L'intrigue est hélas brutalement interrompue. Ne vous fiez pas à l'épaisseur de l'ouvrage, il est complété par une vingtaine de pages de 'cahier graphique'.
Des mauvais esprits diront que ce découpage en 'cliffhanger' est un coup de bizness ('Pourquoi se priver de faire cracher deux fois le gogo avec deux tomes au lieu d'un ?' a dit un auteur de BD récemment rencontré, et déplorant cette pratique). Ça agace d'être un gogo...

* cf. ouvrage 'Au bagne' d'Albert Londres.
Pour info : "Le bagne de Saint-Laurent-sur-Maroni ne ferma qu'en 1946, année où le bagne tout entier cessa définitivement d'exister. Sa fermeture avait été décidée par le décret-loi de Daladier, en 1938." (source : Wikipédia)
Commenter  J’apprécie          192
J'ai pris ce livre à la bibliothèque uniquement parce que la couverture me plaisait, le bateau; la mer, le squelette, encore une histoire de pirates avec un dessin en deux couleurs, austère et tragique. En tragédie et austérité, j'ai été servi, en guise de pirates, il s'agit en fait d'une histoire de bagne. le ton est assez sordide et noir, l'horreur des prisons de Guyane est décrite dans les détails les plus noirs, les mentalités sombrent toutes dans les plus grandes bassesses. Magouilles, escroqueries, viols sont le quotidien des prisonniers, les rapports humains sont explorés dans le fond de leur noirceur. C'est choquant tant c'est décrit avec réalisme, cependant une petite pointe d'espoir subsiste, mais il faudra attendre le deuxième tome pour savoir si elle est fondée.
Commenter  J’apprécie          191


critiques presse (4)
Bedeo
02 octobre 2013
Un premier tome aussi prenant que violent dans un bel album toilé.
Lire la critique sur le site : Bedeo
ActuaBD
30 septembre 2013
Richement documenté, cette première partie tient toute ses promesses tant scénaristiquement que graphiquement. Le dessin n’est pas sans rappeler quelque peu David B. et l’utilisation des couleurs sépia renforce cette sensation d’un passé que l’on aurait trop souvent oublié de se remémorer. Un brillant premier album.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi
09 septembre 2013
Baigné de marron, le trait synthétique, à tendance « art brut », d’Eric Sagot contraste avec la dureté du cadre et des situations. Le dessin comme l’intrigue pratiquent les ellipses ou métaphores plutôt qu’une narration trop explicite. Avec élégance, et pudeur.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest
27 août 2013
Premier volume d'un diptyque alléchant, Paco les Mains Rouges est un véritable reportage au cœur d'un huis clos à la fois mythique et méconnu. Quatre-vingt-dix ans après celui d'Albert Londres, une plongée dans la géhenne des bagnards.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
A Saint-Laurent du Maroni [en Guyane], le directeur [du bagne] nous a fait un discours pas piqué des vers.
"Evadez-vous, allez-y... Quand vous aurez essayé, si vous avez survécu à la forêt ou aux requins, l'envie vous sera définitivement passée."
(p. 13)
Commenter  J’apprécie          140
Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, des préjugés et de l'étroitesse d'esprit.
Commenter  J’apprécie          40
alors à un moment je leur ai écrit une dernière fois pour leur dire de m'oublier, de faire comme si 'étais mort.
J'ai plus jamais eu de nouvelles...
Tu vois il a pas fallu les pousser beaucoup.
Commenter  J’apprécie          20
-... t'y es allé fort cette fois-là, t'étais vraiment obligé de l'saigner en plein jour?
- La nuit les autres auraient pas vu le sang. Et on m'aurait pas appelé Paco les mains rouges.
- Ah oui, le blaze...
J'imagine qu'on t'a plus emmerdé après.
Commenter  J’apprécie          10
Au cachot, j'ai écrit une lettre à ma fiancée et à ma famille. J'ai dit que la Guyane était très belle.
Qu'est-ce que j'aurais pu leur dire d'autre ?
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Fabien Vehlmann (80) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Vehlmann
P'tit CaB Le Dieu Fauve
autres livres classés : guyaneVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (176) Voir plus



Quiz Voir plus

Spirou et Fantasio - Le Groom de Sniper Alley

Dans quel pays se déroule ce tome ?

Anwasa
Ostawa
Wasana
Aswana

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Spirou et Fantasio, tome 54 : Le groom de Sniper Alley de Fabien VehlmannCréer un quiz sur ce livre

{* *}