AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070344710
240 pages
Éditeur : Gallimard (15/02/2007)
4.24/5   21 notes
Résumé :
« Là-haut, tu es. Là-haut quoi qu'il advienne,
femme-soleil d'un miracle à jamais
que rien ne sépare de la pure lumière
ni du souffle ascendant de notre amour promis

à une autre altitude. Tu es là, hors d'atteinte,
hors du monde où meurent les âmes et les corps.
Tu danses sur l'horizon que je porte en moi
pour abolir l'espace et le temps. Tu vis à l'infini. »
André Velter
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
sabine59
  18 février 2019

Un sublime cri d'amour à la disparue, Chantal Mauduit, célèbre alpiniste morte durant une ascension au Népal, à 34 ans. Sport extrême. Amour extrême entre deux êtres.
Mais le poète transcende la douleur. Lumière et fusion des coeurs, réciprocité , présence dans l'absence:
" Tu es la voix
qui répond à ma voix,
Sans elle aucun poème
ne peut fasciner l'écho "
J'ai été emportée par ces mots passionnés , ces élans où chagrin et souvenirs heureux se mêlent, où la puissance de l'amour exulte, par-delà la mort, où le désir de légèreté veut être donné à l'être disparu:
" J'ai pour te bâtir un tombeau
des mots de soleil et des rêves,
rien qui appartienne au poids du monde,
rien qui t'impose une mort enchaînée,
rien qui ralentisse ta course plus haut
que tous les sommets."
Les poèmes utilisent souvent l'anaphore comme un mantra, une incantation adressée à celle qu'il aime:
" Toi l'impulsive à l'infinie tendresse
Toi, l'irradiante qui s'offre paumes ouvertes au soleil
Toi, riant à mon épaule "
C'est vraiment un recueil riche en émotion, intense, brûlant. Un magnifique hommage à sa " mariée du ciel"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          401

Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
LaliLali   26 février 2011
Où que tu sois, je t’aime

Pour te rejoindre
nul parcours sur la terre,
il y faut l’ascension
de la montagne immense
qui me déchire le cœur.

Là tout est vertical
de l’abîme du sang
aux mille soleils de l’âme,
une épée de lumière
et pas un seul sentier.

Est-ce mon amour
au souffle fragile,
à la fougue patiente
et légère, qui va ouvrir
la septième voie?

Amour sauvage que tu voudrais
libre du chasseur et de la proie,
amour qui inventait l’amour
sans un appui sans une corde,
amour absolu, tout à toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
PartempsPartemps   19 juin 2021
CE POURRAIT ETRE UNE ÉPOPÉE
1

L'horizon comme un aimant,

soleil sur les épaules —

la main dans la crinière de mon cheval.

Sables, poussières, buées sèches,

les oasis sont à peine espérées.

2

Azur-refuge, azur-impatience.

Au cœur d'une syncope bleue.

3

La mémoire a trouvé sa voix.

La mémoire telle qu'en elle-même, mystérieuse

exilée plus vaste que l'exil

avec son royaume de légendes et de pluies.

D'où monte cette rumeur?

Le vent brûle mais ce n'est pas lui

qui porte le chant des morts.

Rien ne fait corps entre les pierres levées,

la fournaise enterre sa bouche de cendre,

j'entends ce qui sourd des sabots jusqu'au ventre,

ce qui secoue les muscles et les os.

J'aime les récits de la terre.

4

Sang-silex,

guet-apens jadis

sur quel méridien de silice?

Il est des piétinements, des traces,

des trous d'air dans l'histoire,

tout un charroi d'échos

avec beauté de quartz, feldspath, solfatare,

obsidienne traquée du volcan qui ne dort,

avec beauté perdue, pétrie avant la flamme -

divine fardée de boue.

5

Je passe l'enclos des trépassés,

longe la
Tour du
Silence,

approche d'un bûcher.

Sur quel présent faut-il passer?

Qui vient de s'allonger sous terre,

qui a choisi le feu, les chacals, les vautours?

Tout, soudain, prend ce goût mêlé

d'absolu et de parodie,

de grandeur et de fantaisie

qui est de ferveur, de fièvre

quand le cœur au bord des lèvres

on ne sait plus que mordre ou rire.

L'univers a ouvert une invisible porte.

Les ombres sont très petites.

Le ciel monte à la tête.

Je passe de désert en désert.

Il n'y a plus d'escorte.

Ce pourrait être une épopée.

J'ai aux oreilles une chanson morte.

Jamais la vie ne m'a semblé si vaste, si cruelle et si gaie.

6

Trois cavaliers ont dévalé la montagne les poches pleines de lapis-lazuli.
Près du sommet les veines bleues sont sous la garde des militaires.


On a rampé toute la nuit.


On leur est passé dans le dos.


On a creusé avec nos dagues.

Ils sont descendus d'un seul souffle,

ivres déjà du chant à naître,

galopent vers le col du
Vieux
Fou

la cravache entre les dents.

C'est déjà le vrai refrain

des pierres d'azur en contrebande.

7

Debout sur les étriers couronné de poussière — hors d'atteinte.

8

Quelle soif sans remède nous accompagne!

La source n'y est pour rien

ni le vin s'il en reste dans les fontes.

Cela ne saurait se boire

qui nous jette sur les sentiers vides.

J'ai vu le lieu et son génie,

connu l'heure où la grand-voile se déchire,

espace et temps anéantis.

où l'on ne garde du navire

autre présence que du vent.

J'ai vu cet absent sur la grève,

connu son sillage, son haleine —

la soif est entrée dans mes yeux.

Je fais corps avec la peau du monde.

J'en appelle à sa blessure.

J'y trouve le bois de mon âme en écharde.

Je ne rêve pas le désir qui me rêve.

9

Sous la tente noire —

du thé brûlant, du yaourt, des mouches.


Tu ne voudrais pas de cette chienne de vie!


Qui sait?

— Égorger un mouton de tes mains?


Peut-être.


Des femmes, des enfants, des molosses?


Peut-être.


Disparaître à trente-trois ans?


Peut-être.


Croire qu'il n'est qu'un seul
Dieu?

La nuit entoure la tente noire.

Une bourrasque a soufflé les torches.

C'est à qui toussera le plus fort.

Les mouches se calment jusqu'au lever du jour.

10

Il manque toujours une réponse dans la bouche de l'étranger qui voit une île sur terre.

On dirait un rôdeur de désert

sans tribu ni troupeau —

pas même un déserteur, mais un vaguant

qui cherche ce qui se cherche

au-delà, ailleurs, plus loin,

d'un seul mouvement pétrit l'espace

avec de la neige et de l'ombre,

du sang et de l'essoufflement,

des éclairs de ravine, un battement d'aile,

une mélopée, un bond d'ibex, un nuage blanc,

des miettes de pain dur,

tout ce qui pourrait contenter

les temps morts sous les tempes.

D'un seul mouvement.

D'un seul mouvement sans fin

où se lient les départs aux départs,

le feu à sa brûlure, le désir à sa perte,

l'espoir au désespoir ou l'espoir au néant.

D'un seul mouvement.

D'un seul mouvement au bout de soi.

D'un seul mouvement, et qui dure.

11

Le moissonneur fauche le vent.

Le semeur se disperse.

On oublie les récoltes.

On accueille la tempête en riant.

Le chaman monte sur son tambour.

Le cœur de l'univers est une forge.

Le rythme qui bat semble une buée d'or.

12

Celui-là veut tenir son souffle du soleil.

13

Torrents de pierres où boitent les chevaux, nous portons les sacs, les fusils.

14

Jusqu'au glacier, des éboulis —

les mains saignent sur les ardoises

qui craquent à chaque pas.

Nous grelottons sous nos châles.

Nous sommes fiers de ce jeu

qui n'en vaut pas la chandelle

et avançons à tâtons si près du vide.


La sainteté n'est pas dans nos principes.

-
Nous n'irions pas marcher sur les eaux.


Une bauge glacée nous suffit.

-
Elle se tient entre ciel et nuit.

Les nomades nous voient revenir comme des spectres.

Ils préparent un dîner de fête.

On se demande en l'honneur de qui.

15

Après les danses, l'oracle a vacillé.

Longtemps il a vacillé

comme un aigle aux ailes nouées,

vacillé d'impossible envol,

rétrécissant le cercle de son élan

jusqu'à trembler sur lui-même,

se tendre sur lui-même,

se tordre sur lui-même

un peu de bave aux lèvres

et le corps si creusé qu'il porte

son squelette sur la peau.

Il siffle d'un sifflement sourd.

Les syllabes ne sont que salive.

Le premier mot est un geste

orienté à l'Orient

qui dit que ça viendra de l'Est.

Lumière.
Menace.
Invasion.

La bouche expulse un dieu sanglant.

Malédiction, massacre,

désolation sur les monts désolés,

ignominie, ravage, sacrilège,

torture aux esprits torturés.

Les bergers n'ont plus foi en l'oracle.

Ils méprisent sa prophétie folle.

-Nos ennemis sont au
Couchant!

Tous regrettent d'avoir prêté l'oreille

à des vaticinations d'un autre âge.


Il n'est de
Dieu que
Dieu !

Le médium est laissé à sa petite apocalypse,

crache ce qui l'exténue,

s'arc-boute au verbe qui l'ensevelit.

On ne l'écoute plus.

Il sort de transe sous les injures.

N'importe, il rit comme un idiot.

Il est le seul qui n'ait rien retenu.

16

Je m'allonge dans un sac

les yeux ouverts sous la pleine lune.

Le silence est sans fond —

doux, très doux abîme

où vogue un océan de marbre.

Aucune peur en ce tombeau.

On y couche un songe plus réel que le jour.

17

Combien de saisons encore

à contempler la merveille

d'une nuit de
Haute-Asie?

Notre haleine monte jusqu'aux étoiles.

L'horizon nous vient aux épaules.

Il n'y a ni sommeil ni insomnie

mais une évidence du regard et du souffle.

Le monde se pense dans un écart funeste,

le monde s'impose dans un état second.

Nous sommes par la grâce d'un ciel stérile,

par la grâce d'une montagne ravinée

au plus près d'une joie première.

Nos doigts caressent la terre.

Un tambour inconnu bat contre notre nuque.

Combien de saisons encore à tenir si haut

notre chance commune, nos destins mêlés?

Combien de saisons à fuir coûte que coûte

ce qui garde pouvoir sur nous?

18


Au passage d'un col ne fais pas de vœu.


Découvre la bascule de l'espace.


Répare un muret de pierres sèches.


N'allume pas de grand feu.


Laisse un peu de bois et des allumettes.

19

Pourquoi me revient sur ce versant vide l'envol d'un poème de
Han-shan? // pousse son cheval par la ville ruinée, par la ville ruinée qui tant le bouleverse...
Pourquoi dans les traces éboulées où je suis

très au-dessus des vallées et des terrasses d'orge,

pourquoi ce contre-chant des hommes?

Il pousse son cheval par la ville ruinée...

Ici nulle menace pourtant, aucune alarme,

un ordre naturel comme s'il existait

une raison sublime —

équilibre parfait de solitude et silence.

Alors pourquoi ce murmure qui entête,

ce remords sans objet?

Il pousse son cheval par la ville ruinée,

il pousse son cheval dans la cité morte,

il pousse son cheval et sa destinée

qui vit du secret d'une saison morte...

20

Les bergers sont partis avant l'aube.
Le soleil les rattrape à mi-pente et le troupeau ralentit l'allure.
Le givre fond vite sur les cailloux.
Il n'y a déjà plus qu'un peu de rosée dans les buissons d'épines.

21

Ce matin je veux chanter la soif,

le mirage intérieur de la soif,

son approche vacillante.

C'est un chant qui ne se chante pas,

qui ne passe pas les lèvres blanches

des pèlerins, des voyageurs, des fils du désir.

On l'entend sur le tempo d'une marche forcée,

on le sent qui creuse la gorge

et tous les creux du corps.

Il est moins qu'une plainte, moins qu'une

radement de sciure, il lèche sa sueur.

Acht wâa l'âme à couteau,

acht wâa l'ogre à l'os

et dents, dents,

dents où je mords,

acht wâa danse et dépouille,

va, va, wâaaaah, ce chien

tire ma langue,

bois mes bribes, acht wâa

au bout du jour...

C'est un chant qui ne se chante pas.

La soif ronge les sons, les mots

jusqu'à la trame de l'air.

Tout sert de goutte à goutte,

d'écorce pressée

sans autre sens que d avancer

vers un sablier d'orage.

Achta no là,

rien non que l'arc,

dessous la braise

ombre descend,

achta si folle

à corde noire

que non pourra

même dément,

achta no va

l'âme à couteau

toujours plus neuve

et l'ogre à l'os,

achta no wâaaaah...

C'est un chant qui se chante

au dévers de la voix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PartempsPartemps   19 juin 2021
CHAMBRE D'ÉCHOS

Si j'étais poète selon mon cœur je chanterais les pierres le soleil et les fées.

D'un seul souffle sur les sables

je tiendrais embrassées

la migration des corps

et la vie adorable

et la vie éphémère

des sources de lumière

des sources indomptables.

« À mes yeux qui rêvent quand ils voient

cette absence brûlée,

je donne une aube blanche

et le goût du mystère,

ce goût de lèvres fendues

aux rives du désert

où l'ombre seule qui passe

est le linceul troué

que la mort a banni

par grand-peur de midi

par grand-peur de la buée trop sèche

qui renaît dans un cri. »

Si j'étais dans la vacance de l'infini selon mon cœur je chanterais les pierres le soleil et les fées.

Nous n'avons pour amie que la nuit.

Nous adorons le soleil

et l'alchimie de sa lumière

qui change voix en parole,

mais une lumière se lève aussi

des promesses nocturnes

dont le cœur seul sait la mesure.

L'haleine de la terre va du gouffre aux étoiles,

naufrage ascendant et qui porte

la barque d'ombre, le nautonnier,

le chant heurté des devins,

et qui porte à l'outre-peur

sur la rive d'un fleuve qui n'existe pas

tandis qu'il traverse notre nuit,

tandis qu'il bat contre nos dents.

Au fond de l'antre ravivant son tumulte

l'oracle n'est pas de tout repos.

Il est sans rien de trop

comme mot à mot
Apollon

éveille la raison sublime dans le noir :

«J'ordonne que l'on médite

et l'écoute du sourd

et la vue de l'aveugle. »

L'injonction résonne d'âge en âge.
On dirait que le mirage est incurable qui toujours monte aux paupières dans la note tenue du monde.
Qui entend la musique des sphères?
Qui découvre le bivouac de l'infini?
Nous avons éveillé nos yeux et nos oreilles au seul écho d'un pleur d'enfant.

La nuit dira nos solitudes.

La lune n'est pas femme mais tout juste pubère, entre fillette et fille.

Elle a le teint

en lame de couteau,

reflet d'un feu lointain

qui approche,

et fièvre qui n'est que l'aube

de la fièvre.

La lune se voile et se creuse, enfant qui joue de ses reins pour saisir l'envers de son corps ou pour séduire sa peur.
Elle a treize ans.

J'avance au-dedans de moi et me voilà très au-delà,

déjà largué plus loin que la mémoire, plus loin que ce que je vois

comme un amnésique aux yeux éblouis qui filerait droit en dansant

sur la ligne d'infini où la peau et les os s'accordent un vrai baiser de sable.

Ce n'est pas rien d'être ce mouvement violent aux lèvres du néant,

pas rien de changer le requiem de l'âme en murmure d'or et de poussière,

en facéties d'atomes, en feulement d'herbes, de flammes ou de pierres,

pas rien d'échapper au corps du grand repos.

(Tout est ici maintenant et dans la suite des âges intensité de cri naissant,

ferveur et étreinte, ciel et fusion, tension d'amant, partage secret de l'impossible...

Tout est cette mort qui s'efface

quand vient un amour face à face.)

Je suis dans l'éternelle errance avec ce qui restera toujours de lumière,

de source de feu toujours

et de fille cavalière.

Je suis dans l'éternel présent, dans l'offrande du sol, des nerfs, des caresses,

dans l'éloge des visages égarés, transparents,

dans le rire à pleines dents d'une vertu cannibale bien plus que cardinale,

dans la beauté du réel absolu qui fut soif des songes

et dans le midi du monde.

Je me trouve quand je me perds,

quand je vis sur le départ, l'arête vive du premier pas, l'envol de l'éphémère.

Je ne balance pas, je bascule,

je plonge dans le lait de l'aube, sous les braises du soir, avec la même impatience de jour ou de nuit.

(Tout m'est éclat et éclair, archipel et steppe immense, bris de clôtures, bris d'épaves, bris de brisures...

J'assemble ce qui me disperse, je sème ce qui ne donnera pas de fruit,

je veux jouir d'une eau aride, d'une terre sans freins ni frontières

jouer de la vitesse de mes visions

en connaissant l'extase douce

d'un cavalier qui ralentit l'allure

à mesure que monte le soleil face à face.)

Je suis dans le souffle du vent d'Est mêlé aux migrations des chants,

je suis dans le souffle du
Levant

et parle ma langue, et rêve mes rêves, mes désirs féroces, mes abattements,

et parle ce que ma bouche a éprouvé, les accents et les tempes, les sexes et la buée,

la saveur des voyelles comme des filles

de voyous bien balancés,

le goût des feuilles sèches

et les reins déclinés,

et parle ce qui s'inscrit avec les dents sur la chair pourrie de l'époque.

Je suis plus que celui qui nie.

Je n'ai pas signé le pacte que tous ont signé.

Je regarde mes mains sans prier

et voudrais qu'elles soient énormes.

(Toute la morale que l'on nous vend,

avec ses longs cils de bébé-phoque, avec son rot d'évêque analysé, avec sa camisole de farce télévisée,

toute la morale que l'on nous vend est un neuroleptique.

tisane du piètre, tison mourant, théine éventée et atone qui changent le sang en cendre, la passion en passoire et le jus des couilles en gomme pasteurisée.)

Je n'attends plus, ne reviens plus, je suis dans le décalage de l'éternel retour dans la spirale qui creuse le regard et le cœur qui creuse les tombeaux de l'espèce,
tombeaux de vieille agonie où je ne veux plus penser où je ne veux plus passer ni mourir ni entendre de mélopée indiciaire et molle, de profession de foi, d'engagement pour
l'avenir, de contrat de confiance, de charte inaliénable...

Car la loi est le leurre suprême,

le social châtiment à perpétuité au voisinage de la norme,

mitoyenneté entre persécutés, entre persécuteurs, mitoyenneté entre prisonniers et gardiens de prison.

Les hommes se reproduisent plus vite que leurs ombres

mais beaucoup moins que leur volonté d'impuissance, mais beaucoup moins que les chiens et les rats.

Les hommes adoptent un profil bas,

et le
Livre des livres n'existe pas.

Il n'est plus temps que de se jeter à jamais

à l'assaut de soi

et partout sur les routes.

J'avance au-dedans de moi et me voilà très au-delà,

déjà vivant plus loin que la mémoire, plus loin que ce que je vois

comme un archer aux yeux très clairs qui suivrait sa flèche en dansant

dans la lumière, dans la lumière.

Ô
Voyageur, ô mon ami qui va par le minuit du monde,

où est le sens qui nous anime, qui nous alarme et nous ouvre la route

et quel est le mystère de cet acharnement?

Tu as dit la ruine des cités, l'effondrement des hommes, le règne renaissant des tyrans,

tu as dit la douleur qui creuse sous les blessures, la souffrance de l'âme, le miroir du désert,

tu as dit l'errance d'une légende vraie,

parole de poussière et d'orage qui ne veut ni preuves ni traces

mais chute libre, oubli de soi, rire d'amant.

Secrètement tu avais le destin en horreur, le dieu unique te semblait injure à l'unité,

tu gardais ce goût mortel d'une lumière en désespoir de cause,

lumière si étroite, si obscure

qu'elle n'obéissait plus aux sillons du soleil.

(La vie, les étoiles, les sphères invisibles,

toutes choses créées

en chair, en os, en actes, en pensées

ne font pas sens,

non plus que ne saurait faire sens

la recherche d'un sens...)

Les prophètes se jettent sur l'avenir comme ces chiens couverts de bave qui aboient aux basques de l'aube,

rien que des fantômes à mordre, des outres de sel où se désaltérer,

rien que des gestes pieux vers de faux infinis, de blêmes transcendances, de lourdes paraboles,

rien que du sang dans les voiles, du sang semé et moissonné, de la haine en certitude.

On amuse les tapis de prière avec de grands soupirs,

les clés du paradis pendent au cou des enfants qui jouent à la guerre sainte,

il y a de sombres brutes près des guichets du ciel.

Celui qui va par le chaos du monde on dirait qu'il traverse les décombres de son cœur, on dirait qu'il affronte ce qu'il porte et torture tout au fond de lui-même

autant que le
Dragon de la ville asservie, autant que les ténèbres qui régissent le jour.

(Car l'ennemi est au plus proche comme une ombre cousue sur le dos, un reflet noir dessous la peau, un œil retaillé au couteau.)

Voyageur à la barque fragile, tu veux gravir les remous du torrent,

tu veux rejoindre la source dans les pierres, tu veux te défaire de toi,

effacer également victoire et défaite, privilège, infortune, gloire ou famine,

quitter ce héros toujours à l'attaque qui s'acharne à colporter ton nom...

Le sens est bien au-delà des combats, des conquêtes, il accompagne raison et folie réconciliées, raison et folie embrassées tout au bord de l'immense ébou-lement
des âges.

L'arpenteur s'est mis à danser, le soufi répare des transistors, et si le but est sans but

et si le soleil se lève encore plus à l'Est de la plus incessante marche,

il est un éblouissement simple, une intense ferveur de l'être allié à l'inconnu

qui se donne à l'amour et qui aime.

Tu as laissé tes équipages,

l'exil t'a fixé le rendez-vous que tu avais prévu,

tu as ouvert les deux battants de la porte.

Chaque corps est un soleil qui brûle les doigts, les lèvres, et assèche nos nuits.

J'aime ce passage où le feu ne laisse aucune cendre mais perdu sur la peau un baiser de lumière.

(Le désir n'est-il pas

l'ami intime des âmes insolées,

l'ami fatal?)

On ne sait jamais dans l'amour ce qui se brise de soif et d'ombte.
Tu as du sable plein les cheveux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LaliLali   26 février 2011
Amour et poésie

Tu es la voix
qui répond à ma voix,
sans elle aucun poème
ne peut fasciner l’écho
qui mêle la rumeur des amants
à la poussière des siècles.

Tu es celle
avec qui je vais
mot à mot enlacé
donner corps à notre chant,
prendre langue et mesurer
la démesure inaltérable
d’une magie mortelle
qui ne peut pas mourir.

Tu es pour moi
comtesse de Tripoli
autant que louve de Pennaurier
et je m’en vais pèlerin
par les chemins d’Antioche
ou ménestrel changé en loup
dans les pierres de Provence.

Tu es l’énigme
qui me voit venir de loin
mais se dévoile sans façon :
amour et poésie obligent…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LaliLali   26 février 2011
Quelque tendresse que j’y mette, et même une fervente douceur, je me heurte sans cesse à ta présence désincarnée, à ta présence qui force les prodiges, déchaîne les images. multiplie les éclats.
Comment croire que tu me guettes, que tu m’escortes, que tu te joues d’un réel qui sans toi serait moins qu’une chimère? Comment céder à ce miracle de toi qui peuples les rues de tournesols, pose un papillon sur mon épaule et fait merveille à contre-mort?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Videos de André Velter (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Velter
Avec Arthur H, Rim Battal, Seyhmus Dagtekin, Maud Joiret, Sophie Loizeau, Guillaume Marie, Emmanuel Moses, Anne Mulpas, Suzanne Rault-Balet, Milène Tournier, Pierre Vinclair & les musiciens Mathias Bourre (piano) et Gaël Ascal (contrebasse) Soirée présentée par Jean-Yves Reuzeau & Alexandre Bord
Cette anthologie reflète la vitalité impressionnante de la poésie francophone contemporaine. Quatre générations partagent des textes pour la plupart inédits. La plus jeune a 17 ans, les plus âgés sont nonagénaires. Ils sont ainsi 94 à croiser leurs poèmes sur la thématique du désir, un mot aussi simple que subversif.

ADONIS – ARTHURH – Olivier Barbarant – Linda MARIA BAROS Joël BASTARD – Rim BATTAL – Claude BEAUSOLEIL – Tahar BEN JELLOUN – Zoé BESMOND DESENNEVILLE – Zéno BIANU – Carole BIJOU – Alexandre BONNET-TERRILE – Alain BORER – Katia BOUCHOUEVA – Julien BOUTREUX – Nicole BROSSARD – Tom BURON – Tristan Cabral – CALI – Rémi Checchetto – William CLIFF – François de CORNIÈRE – Cécile COULON – Charlélie COUTURE – Laetitia CUVELIER – Seyhmus DAGTEKIN – Jacques DARRAS – Michel DEGUY – Chloé DELAUME – René Depestre – Thomas DESLOGIS – Ariane DREYFUS – Renaud EGO – Michèle FINCK – Brigitte FONTAINE – Albane GELLÉ – Guy GOFFETTE – Cécile GUIVARCH – Cécile A. HOLDBAN – Philippe JAFFEUX – Maud JOIRET – Charles JULIET – Vénus KHOURY-GHATA – Anise KOLTZ – Petr KrÁL – Abdellatif LAÂBI – Hélène LANSCOTTE – Jean LEBOËL – Yvon LE MEN – Perrine LEQUERREC – Jérôme LEROY – Hervé LETELLIER – Sophie LOIZEAU – Lisette LOMBé – Mathias MALZIEU – Guillaume MARIE – Sophie MARTIN – Jean-Yves MASSON – Edouard J.MAUNICK –
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
957 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre